Utilisateur:Ambre Troizat/Réflexions à propos des traites & esclavages

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sommaire

Introduction : différentes formes de servitude[modifier | modifier le wikicode]

Répertoire universel et raisonné de jurisprudence https://books.google.fr/books?id=4rUWAAAAQAAJ Philippe Antoine Merlin - 1827 - ‎Lire - ‎Autres éditions Il est donc évident, d'après ces auteurs, qu'on ne saurait faire un reproche fondé au capitaine d'avoir été à Gorée, à la ... c'est que les nègres, quoique réputés marchandises, ne cessent pas d'être hommes; la qualité d'esclaves ne doit pas les …

Institutions et pratiques analogues à l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Par ordre chronologique

Le servage : pratiques & abolitions[modifier | modifier le wikicode]

Convention supplémentaire relative à l'abolition de l'esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l'esclavage. Adoptée par une conférence de plénipotentiaires réunie en application des dispositions de la résolution 608(XXI) du Conseil économique et social en date du 30 avril 1956. Entrée en vigueur : le 30 avril 1957, conformément aux dispositions de l'article 13. Section I. -- Institutions et pratiques analogues à l'esclavage.

Servage
Servage en Russie
Abolition du servage de 1861 en Russie

Voir la question de la taille dans [https://books.google.fr/books?id=1ldHAAAAYAAJ Guyot (M., Joseph Nicolas).- Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et béneficiale: ouvrage de plusieurs jurisconsultes: mis en ordre & publié, Volume 17, Visse, 1785.

« Sur V article premier , relatif AUX DROITS FÉODAUX. J'ai donné le premier exemple des principes généraux adoptés par l'Assemblée nationale, lorsqu'en 1779 j'ai détruit, sans exiger aucune compensation, les droits de main-morte dans l'étendue de mes domaines ; je crois donc que la suppression de tous les assujettissements qui dégradent la dignité de l'homme, peuvent être abolis sans indemnité : les lumières du siècle présent et les mœurs de la nation française, doivent absoudre de l'illégalité qu'on pourrait apercevoir encore dans cette disposition. »
— Lecture, lors de la séance du 18 septembre 1789, de la réponse du Roi sur des articles arrêtés par l'assemblée du 4 août. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 - Première série (1787-1799) Tome IX - Du 16 septembre au 11 novembre 1789. Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. pp. 28-31[1].

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Plagiaire / Plagiat[modifier | modifier le wikicode]

« PLAGIAIRE sm du latin plagiarius. Les Romains appelaient plagiaires plagiarii ceux qui vendaient un esclave qui ne leur appartenait pas ou qui retenaient comme esclave un homme libre l achetaicnt ou le vendaient Ils étaient ainsi nommés parce qne la loi Flavia damnabat pla au fouct les coupables de ce délit La loi même s appelait lex plagiaria »
— François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, etc, Volume 2, 1839[2]

« Le mot latin masculin plǎgǐārĭus désigne un débaucheur d'esclave d'autrui, un receleur d'esclaves, c'est-à-dire de biens meubles dérobés illégalement ainsi qu'un marchand qui vend ou achète comme esclave une personne libre ou un enfant ravi à sa famille libre. Le mot latin provient du verbe plăgiāre, qui signifie simplement à l'époque de Ciceron "voler un homme", selon le Gaffiot. Le plǎgĭum est alors une activité criminelle, car l'autorité régule et contrôle le commerce des esclaves. Nous pouvons supposer que le dernier verbe gréco-romain, issu du mot grec plagios, signifiant "oblique, en pente", également à l'origine du terme italien plaggia soit la plage en un sens topographique, possède à l'origine le sens de "obliquer, détourner". Le plagiaire, s'il est un auteur d'un forfait, s'affirme dès l'Antiquité en auteur crapuleux d'un détournement vers ses propres intérêts à valoriser, quitte à réduire en esclavage d'autres hommes ou leurs enfants. »
Wikipédia : Plagiat.

Mamelouk[modifier | modifier le wikicode]

Mamelouk

« MAMELUK : n.m. de l'arabe malak (posséder). Quelques uns écrivent mammeluc et même mammelus ; milice du soudan d'Égypte formée d'esclaves affranchis. Ce mot signifie dit-on soldat en syriaque et esclave en arabe. Pendant le gouvernement impérial le nom de mameluks fut donné à une milice à cheval et armée à la légère composée dans le principe d'Asiatiques ou d'Africains que Napoléon avait fait passer en France après sa campagne d'Egypte et qui faisaient partie de sa garde. On a dit autrefois mammelu. »
— François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, etc, Volume 2, 1839[3]

Le Sauvage[modifier | modifier le wikicode]

Domesticité[modifier | modifier le wikicode]

Témoignage des domestiques & poursuite criminelle du vol.

Esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Le droit naturel, droit des gens & l'esclavage.
Les systèmes esclavagistes

(-482)- (-348) - L'esclavage dans l’œuvre de Platon[modifier | modifier le wikicode]

Loix de Platon, édition & réimpression de l'éd. d'Amsterdam, chez Marc-Michel Rey

  • 1769-1771 - Platon, Loix de Platon, Marc-Michel Rey
    • 1769 - Platon (trad. Jean Nicolas Grou), Loix de Platon. Par le traducteur de la République. Tome premier-second, Marc-Michel Rey (notice BnF no FRBNF31121940, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1771 - Platon (trad. Jean Nicolas Grou), Les oeuvres de Platon: Loix de Platon par Le traducteur de la République, Réimpression de l'édition d'Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, , 1769, T. 1. Publiées avec privilège du Roi, Bibliothèque des anciens philosophes, Tome sixieme, M. DCC. LXXI., Charles Saillant, Jean-Luc Nyon, Noël-Jacques Pissot et Jean Desaint (notice BnF no FRBNF39309893, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1771 - Platon (trad. Jean Nicolas Grou), Les oeuvres de Platon: Loix de Platon par Le traducteur de la République, Réimpression de l'édition d'Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, , 1769, T. 2. Publiées avec privilège du Roi, Bibliothèque des anciens philosophes, Tome septieme, M. DCC. LXXI., Charles Saillant, Jean-Luc Nyon, Noël-Jacques Pissot et Jean Desaint (notice BnF no FRBNF30546461, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sur Wikisource


(-480)- (-406) - L'esclave dans le théâtre de Euripide[modifier | modifier le wikicode]

  • 1825 - Euripide, Jean Racine et Louis-Aimé Martin (dir.), Oeuvres complètes de J. Racine. Avec les notes de tous les commentateurs, Volume III. Mithridate, Iphigénie en Aulide, traduction de l'Iphigénie en Aulide d'Euripide par Geoffroy, Phèdre, Fragments de Sénèque, Traduction de l'Hippolyte d'Euripide par Geoffroy (notice BnF no FRBNF31168747, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

L'Humain outil[modifier | modifier le wikicode]

L'esclave tribu de guerre[modifier | modifier le wikicode]

"Suivant la loi 2o S 1 D qui tesiamenta facere possint le prisonnier de guerre qui a été racheté ne peut pas servir de Témoin au testament de celui qui a payé sa rançon & qui le retient chez lui jusqu au plein remboursement de ses avances Mais cette décision sondée sur la connexité d un pareil état avec celui d esclave ne peut avoir lieu parmi nous Les prisonniers de guerre ne sont plus esclaves ils conservent leur liberté même dans les sers celui qui paye leur rançon n acquiert aucune puissance sur eux il ne peut les retenir en chartre privée rien ne les empêche par conséquent d être Témoins à son testament[4].

Humain propriété[modifier | modifier le wikicode]

Catéchisme politique des industriels. 1824. Vues sur la propriété et la législation
Henri comte de Saint-Simon.- Catéchisme politique des industriels, 1824 : Vues sur la propriété et la législation, 1818, Ad. Naquet, 1832 - 364 page
Henri Saint-Simon , Olinde Rodrigues.- Oeuvres de Saint-Simon. Contenant 10 Catéchisme politique des industriels
Jacoud Gilles, "Droit de propriété et économie politique dans l'analyse saint-simonienne, Revue économique, 2014/2 (Vol. 65), p. 299-315. DOI : 10.3917/reco.652.0299.
Henri Saint-Simon.- Œuvres complètes de Saint-Simon, Volume 2
;Sur le droit d'auteur ou propriété intellectuelle
Louis de Rouvroy duc de Saint-Simon.- Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon: sur le siècle de Louis XIV et la régence, Volume 20, page, Barba, 1856.

L'Humain outil-marchandise[modifier | modifier le wikicode]

L'esclave marchandise[modifier | modifier le wikicode]

Guillaume de Poetou - Page de titre "Hymne de la marchandise", 1569.png
Une marchandise est un objet produit en quantité puis mis en vente publique ou privée sur un marché de marchandises semblables ou substituables, afin d'en obtenir un bénéfice. Le marché est le lieu physique ou virtuel où se rencontrent l'offre et la demande pour un objet donné et où s'opère la détermination du prix de l'échange. C'est aussi l'institution[5] qui n'est pas établie naturellement, mais a été créée artificiellement par les hommes dans un processus d'organisation sociétale.
The poet Guillaume De Poetou sang the praise of the merchants in Antwerp and their beneficial influence on the city's life in his Hymne de la Marchandise[6].

Douanes / Droits d'entrée[modifier | modifier le wikicode]

1758 - TARIF DES DROITS D'ENTRÉE ET DE SORTIE DES CINQ GROSSES FERMES: ORDONNÉS ÊTRE PERÇUS PAR L'EDIT DE 1664 SUR TOUTES LES MARCHANDISES : Augmenté de Notes [et] Observations sur les mutations des Droits depuis ledit Tarif, sur les précautions à prendre pour la forme des Déclarations, [et] sur les Obligations des Négocians [et] des Employés pour prévenir toutes difficultés : Suivi des Ordonnances de 1681 & 1687, renfermant la Régie des Fermes & commentées des Édits, Déclarations, Réglemens & Décisions du Conseil rendus sur lesdites Ordonnances. TOME PREMIER, Volume 1, Chez RICHARD LALLEMANT, Imprimeur du Roi, pres la Rougemare, 1758,
 Tome second, 1758
 Bibliographie.
1785 - Guyot (M., Joseph Nicolas).- universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et béneficiale : ouvrage de plusieurs jurisconsultes : mis en ordre & publié, Volume 17, Visse, 1785
 Traite, page 222

L'esclave capital[modifier | modifier le wikicode]

Karl Marx JRoy Le Capital.png

Maître & Esclaves[modifier | modifier le wikicode]

« Il a donc été permis au Monarque qui nous aime de descendre dans son cœur d'en suivre les impulsions parternelles d'obéir au sentiment d'amour qui le porte à ne pouvoir souhaiter que le bonheur d'un Peuple dont l'attachement inviolable pour le Sang de ses Maîtres semble le trait le plus distinctif de son caractère, d'un Peuple, qui généreux & fier, obéit par estime & par honneur »
— Discours prononcé au Parlement ,toutes les Chambres assemblées, les Pairs y séans, le 24Septembre 1788 par M. Mathurin Jean-Baptiste Le Brun de la Guadeloupe, Écuyer, Avocat au Parlement, Lieutenant Général au Bailliage du Palais à Paris[7]

J'ai vu sa cour et je l'ai dédaignée
Je pourrais, il est vrai, mendier son appui
Et, son premier esclave, être tyran sous lui
Voltaire.- Brutus[8]

« MAÎTRE sm qu'on écrivait autrefois "maistre", du latin "magister" qui a la même signification.
"Dire que le prince est le maître absolu des biens de ses sujets sans égard ni discussion c'est langage de la flatterie", (La Bruyère).
"Les anciens Grecs faisaient consister leur félicité à ne point souffrir de maître", (Boileau).
"A servir sous un maître on me verrait descendre", Voltaire.- les Scythes, acte IV, scene 5,".
Le maître, pris absolument, signifie dans le langage des courtisans l'empereur, le roi. C'est en ce sens que Molière a dit :
"Je me vois dans l'estime autant qu on y puisse être
Fort aimé du beau sexe et bien auprès du maître"
Le Misanthrope act 111 sc 1

Et Voltaire
Près des belles et près du maître
Vous avez fait plus d'un jaloux
."
Epître 79e au duc de Richelieu, 1756. »
— En savoir plus : François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire"[9]

.

Esclavage en Europe occidentale[modifier | modifier le wikicode]

This building was once housed the slave market in town of Lagos, Algarve, Portugal.
1841 - Le Christianisme et l'esclavage / De l'Abolition de l'esclavage par le christianisme dans les 15 premiers siècles
* 1841 - Louis-Charles-Victor-Auguste Thérou de Sancerre, Le Christianisme et l'esclavage suivi d'un traité historique de Moehler sur le même sujet ː  De l'Abolition de l'esclavage par le christianisme dans les 15 premiers siècles, Langlois et Leclercq, Paris,  
** 1841 - Louis-Charles-Victor-Auguste Thérou de Sancerre, Le Christianisme et l'esclavage par M. l'abbé Thérou, Paris, Langlois et Leclercq (notice BnF no FRBNF31452804, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 
** 1841 - Johann Adam Möhler et Louis-Charles-Victor-Auguste Thérou de Sancerre (dir.) (trad. Constant Symon de Latreiche), De l'Abolition de l'esclavage par le christianisme dans les 15 premiers siècles traité historique de Moehler, Langlois et Leclercq (notice BnF no FRBNF31452804, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 

L'esclavage sur les rives de la Méditerranée au Moyen-Age[modifier | modifier le wikicode]

Chargement d'une caravelle par des Européens & des Africains

Traite & mise en esclavage des Africains[modifier | modifier le wikicode]

« Fernando Oliveira n'emploie pas le même terme pour accentuer la distinction qu'il établit entre deux formes d'esclavage différentes par leur origine, la capture ou le troc. Il utilise resgate dans le sens de rachat, quand il lance son anathème contre les maîtres injustement possesseurs d'esclaves, qui deviendront esclaves à leur tour par châtiment divin et auxquels sera refusée cette possibilité de recouvrer la liberté. Il emploie pour désigner la traite le terme plus général de trato, commerce. En effet, pour ce genre d'esclaves, le rachat n'est pas possible. C'est cette forme d'aliénation, définitive et transmissible à la descendance, qu'il condamne au nom de la raison. L'être humain, libre et pacifique, ne peut pas être l'objet d'un commerce. »
— Callier-Boisvert Colette. Captifs et esclaves au XVIe siècle. Une diatribe contre la traite restée sans écho. In: L'Homme, 1998, tome 38 n°145. De l'esclavage. pp. 109-126[10].

Esclavage en France[modifier | modifier le wikicode]

Chateaubriand.- Louis X le Hutin publia, le 3 juillet 1315, des lettres, 1861

« 1824 - Louis-le-Hutin, en montant sur le trône [1314], trouvoit la France dans l’état le plus déplorable : les finances étoient épuisées ; les peuples ruinés par les impôts, et par l’altération des monnoies, étoient ou révoltés ou disposés à la révolte. Des ligues inquiétantes se formoient dans les provinces. La conduite ferme et prudente du nouveau monarque, qui étoit dirigé par Charles-de-Valois, son oncle, avoit à peine dissipé les troubles, lorsqu’une famine vint désoler le royaume ; et, au milieu de ces désastres, il fallut prendre les armes pour réduire les Flamands révoltés, Louis n’avoit point d’armée, et manquoit d’argent pour lever des troupes ; il ne pouvoit augmenter les impôts, déjà insupportables pour le peuple. Dans la nécessité où il se trouvoit, il publia un édit portant qu’étant roi des Francs, il désiroit qu’il n’y eût plus d’esclaves dans son royaume ; et il offrit l’affranchissement à tous ceux de ses sujets qui fourniroient une somme déterminée. À cette époque, il n’y avoit que les bourgeois des villes qui fussent libres ; ils jouissoient de divers privilèges dans les communes où les rois avoient admis le régime municipal, et ces communes seules avoient envoyé des députés aux États-généraux, sous le dernier règne ; les habitans des campagnes étoient serfs, gens de corps, de poueste, ou de main-morte. Il leur étoit permis de posséder quelques terres, mais ils ne pouvoient ni changer de lieu, ni même se marier sans le consentement de leur seigneur. Quelques-uns s’empressèrent de profiter des offres du Roi, pour acquérir leur liberté : le plus grand nombre aima mieux garder son argent ; il fallut modérer la taxe d’affranchissement et ce moyen n’ayant point encore réussi, on força ces misérables à faire des sacrifices pour être libres malgré eux. Leur répugnance cesse d’étonner si l’on considère que lorsqu’ils étoient serfs, leurs seigneurs, qui avoient intérêt à leur conservation, les aidoient à soutenir leurs familles, leur donnoient asile quand la contrée étoit envahie, les nourrissoient quand elle étoit dévastée ; et qu’une fois affranchis, ils se trouvoient non-seulement privés de tout secours dans leur détresse, mais même de travail et de moyens d’existence. Devenus libres, ils furent donc, du moins pendant les premiers temps, et jusqu’à ce que les choses eussent pris un autre cours, plus malheureux encore qu’auparavant ; l’excès de leur misère les porta à la révolte, et telle paroît avoir été la cause première de la Jacquerie dont il sera parlé plus tard. »
— Claude-Bernard Petitot.- Anciens mémoires sur Du Guesclin[11]

« 1872 - ESCLAVAGE. L'esclavage en France paraît avoir disparu à la fin du IXe siècle et fut alors remplacé par le servage (Voir ce mot). Au XVIe siècle, il était admis et l’on faisait remonter très haut la pratique de cette doctrine : Que tout esclave qui mettait le pied sur le sol français recouvrait sa liberté. Brantôme en cite plusieurs exemples dans sa Vie du duc de Guise. Quant à l'esclavage des noirs dans les colonies où il fut introduit au XVIe siècle, un décret de la Convention en date du 4 février 1794 l'abolit immédiatement et admit tous les nègres à l'usage des droits de citoyens français. Il y fut rétabli sous le gouvernement consulaire par une loi du 20 mai 1802, tel qu’il était avant 1789. La traite des noirs rétablie aussi et leur importation devaient avoir lieu suivant les règlements existant à cette époque. Enfin le 27 avril 1848 le gouvernement provisoire rendit un décret abolissant l'esclavage dans toutes les colonies et possessions françaises deux mois après la promulgation du présent décret dans chacune d'elles. Il était également interdit à tout Français, même en pays étranger, de posséder des esclaves. BIBLIOGRAPHIE : H. Wallon, Histoire de l'esclavage dans l' antiquité, 1847-48, 3 vol. in-8°; Morenas, Précis historique de la traite des noirs et de l'esclavage colonial, 1828, in-8°; Moreau de Jonnes, Recherches statistuques sur l'esclavage colonial, 1842, in-8°. »
— Ludovic Lalanne .- Dictionnaire historique de la France, Hachette, 1872[12]

XVIIIe siècle - XXe siècle : Institution du salariat[modifier | modifier le wikicode]

Le salariat est une relation économique et sociale entre un travailleur et un employeur, où le travailleur vend sa force de travail dans le cadre d'un contrat de travail formel ou informel. En échange de son salaire, les produits du travail réalisés par l'employé demeurent la propriété de l'employeur[13].

Esclavage de Français hors de France[modifier | modifier le wikicode]

Procession pour le rachat des esclaves[modifier | modifier le wikicode]

« Il arrivait aussi de temps en temps que les pères Trinitaires ou de la Merci faisaient des processions qui avaient le privilége d'attirer une foule immense sur leur passage. C'était lorsqu'aprés avoir racheté des esclaves dans les Etats barbaresques ils les ramenaient dans leur patrie la coutume voulait qu'une procession eût lieu à cette occasion. On en fit une extraordinaire en 1785 à la suite du rachat de 346 esclaves français la dernière procession pour la délivrance des esclaves a eu lieu en 1825 à l'occasion d'un nommé Joseph Esperson qui avait été racheté à Tripoli des mains d'un Musulman. »
— Joseph Mathieu.- Les grandes Processions à Marseille depuis le moyen-âge, jusqu'à nos jours, 1864[14]

L'homme libre[modifier | modifier le wikicode]

L'esclave mourant par Michel-Ange

« INGÉNU, -UE, adj.
En droit romain, l'ingénu,-ue[15] est, de par sa naissance, de condition libre par opposition à l'affranchi,e[16] qui est libéré d'une sujétion, d'une dépendance ; p. ext. d'une peine, d'un mal. Le CNRTL cite : Auguste permit à tous les ingénus qui n'étaient pas sénateurs, d'épouser des affranchies. »
— Définitions du dictionnaire du Centre national de ressources textuelles et lexicales.

« En juin 1913, un lecteur assidu de la NRF, Roger Martin du Gard, vient d'achever un roman dialogué, qu'il intitule provisoirement S'affranchir - avant de lui donner pour titre définitif Jean Barois[17]. »
— Michel Winock[18].

"Les nègres quoique réputés marchandises ne cessent d'être des hommes"[modifier | modifier le wikicode]

« ... survenue par la faute du capitaine ou la baraterie du patron. Mais précisément, cet arrêt affirmait encore que : "les nègres quoique réputés marchandises ne cessent d'être des hommes[19] (...) on ne saurait faire un crime à un capitaine de …" »
Philippe Sturmel, Les échanges maritimes et commerciaux de l'Antiquité à nos jours, volume 2, Éditions L'Harmattan, 292  p. (notice BnF no FRBNF44239096)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 23.

Affranchissements & affranchis jusqu'à Louis X le Hutin[modifier | modifier le wikicode]

Affranchissements
Affranchi

« Affranchi : c'étoit un homme, dans les anciens temps de la monarchie, & encore bien après Saint Louis qui, comme chez les Romains, ne faisoit que changer d'esclavage ; il ne cefroit point d'être de la famille du patron. Il étoit oblige de cultiver ses terres, & il devoit tous les ans lui payer une certaine redevance ; s'il y manquoit, on le condamnoit à rentrer dans l'état d'où il étoit forti. On ne lui permettoit ni d'épouler une perjonne ingénue (libre,) ni d'aspirer aux ordres sacrés. S'il mouroit sans enfans, tous ses biens retournoient au maître ; ce n'étoit qu'à la troisieme génération que ses enfans étoient reçus à témoigner en jufiice, & à se mettre en possession d'un héritage : alors ils prenoient le nom de lufiiates , c'est-à-dire pleinement libres. Voici la cérémonie de l'afranchissement, suivant la loi Salique. Le patron, ou quelqu'autre, faisoit tomber, en présence du roi & des grands du royaume, un jt/iitr quç le ftrf tWQit dans I4 main; & pp(è l'avoir jetté de côté & d'autre pendant quelque temps, l'esclave ctoit censé affranchi. On le contenta depuis de lui donner des lettres par lesquelles on attestoit qu'vil l'avoit franchi 6* manumis, & qu'on ú JrancluJfoit & manumetloit lui 6, (es hoirs nés lr à naître , & toute la postérité d'iceux jusqu'à l'infini. Louis X, en 1325, publia un édit par lequel il déclara qu'étant roi de France, il desiroit qu'il n'y eût plus d'esclaves dans son royaume , & qu'il accordoit Vaffr'anchijjcment à tous ceux de ses sujets qui fourniroient une certaihe somme. Il n'y avoit alors que les bourgeois des villes qui vécutlent librement. Tous les nabitans de la campagne étoient serfs, ou, comme on parloit dans ces temps anciens, gens de corps, gens de puuefle, gens de morte-tralq. »
— François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire historique des mœurs, usages et coutumes des François, 1767[20]

Les affranchissement de Louis XI dit Hutin[modifier | modifier le wikicode]

Louis X dit Hutin - Lettres portant que les ſerfs du Domaine du Roy ſeront affranchis, moyennant finance, Paris, 3 juillet 1315
Ordonnances des roys de France de la troisième race: Ordonnances rendues depuis le commencement du règne de Louis XI jusqu'au mois de mars 1473. 1811-20, Imprimerie royale, 1811. contient des références à propos de l'ordonnance de 1315.

Il serait souhaitable de rechercher le texte de Louis X de dossier en dossier entre l'ordonnance de mars 1685 et l’abolition de 1848 ?

En légalisant l'esclavage, l'ordonnance de mars 1685 sur les esclaves des îles de l'Amérique entre en contradiction avec l'édit du 3 juillet 1315 qui aurait été pris sous Louis X le Hutin et avec les principales coutumes du royaume de France, dont spécialement la coutume de Paris déclarée applicable aux îles d'Amérique depuis l'origine de la colonisation française[21]. Les écrits du jurisconsulte w:Antoine Loysel restent la trace la plus fiable de l'édit de Louis le Hutin :

« Toutes perſonnes ſont franches en ce Royaume, & ſi toſt qu’vn eſclaue a attaint les marches d’iceluy, ſe faiſant baptiſer, il eſt affrâchy »
Antoine Loysel.- Institutes Coustumières, 1607 article III[22].Wikipédia : Ordonnance de mars 1685 sur les esclaves des îles de l'Amérique, note 19.

La formulation de l'argument de Louis X fait penser au Droit d'asile thème de la thèse de Henri-Alexandre Wallon publiée en 1837.[23].

Voir également les euvres d’Estienne Pasquier, Conseiller & Advocat General du Roy en la Chambre des Comptes de Paris, dont sa correspondance avec Monsieur Loysel Advocat en la Cour de Parlement de Paris. Et aussi Antoine Loisel.- Pasquier: ou, Dialogue des advocats du Parlement de Paris, Videcoq, 1844, 362 pages[24].

Cours Royale de Paris, 23 décembre 1843, Furcy C. Héritiers Lorry[modifier | modifier le wikicode]

  • 1844 - Cours Royale de Paris, 23 décembre 1843, Furcy C. Héritiers Lorry (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

« L'ordre royal du 2 mars 1739, qui prohibait la traite des Caraïbes et Indiens, est-il applicable à tous les Indiens sāns distinction de ceux des Indes orientales et de ceux des Indes occidentales ?
La maxime de droit public français Nul n'est esclave en France, proclamée par les édits de 1315, 1318, 1553, est demeurée en vigueur méme depuis l'établissement des colonies.
Les édits de 1716, 1738 et 1777, en permettant aux maitres de conserver la propriété des esclaves qu'ils amèneraient en France, leur imposaient l'accomplissement de certaines formalités... Il suffit qu'un esclave ait touché le sol français sous l'empire de ces règlements pour qu'il soit réputé avoir conquis sa liberté, alors surtout qu'il y a des présomptions suffisantes pour établir que le maitre n'a pas rempli les formalités prescrites par les édits.
L'affranchissement de la mère esclave entraine-t-il comme conséquence l'affranchissement de l'enfant impubère ? Edit mars 1685, art. 47.
Notes : 1 2 Ces deux questions n ont pas été résolues par la Cour mais elles se sont présentées dans la discussion nous avons pensé devoir ne pas les omettre La Cour de cassation qui dans son arrêt de renvoi s était déterminée comme la Cour de Paris par le moyen tiré de la maxime Nul n est esclave en France sans statuer sur celui tiré de la prohibition de l ordre royal du 2 mars 1759 s est prononcée dans une autre circonstance en faveur de l affranchissement de l'enfant impubère comme conséquence de l affranchissement de sa mère Cass 1 mars 1841 t.1 1841 p 286 »
— Cours Royale de Paris, 23 décembre 1843, Furcy C. Héritiers Lorry, Journal du Palais, Volume 42, 1844[25].

Affranchissements des communes depuis Philippe de Valois[modifier | modifier le wikicode]

« Affranchi : Les François rappellés à la liberté par les affranchissemens des commune, liberté dont les progrès succeſſifs avoient rempli la révolution de près de deux siécles, jouissoient, pour la plupart, fous le régne de Philippe de Valois, de ce privilége naturel à l'homme : ils commençoient à le dépouiller de cette rudesse barbare que l'ame contraae dans les chaînes de la servitude; mais la Nation n'avoit pas encore acquis aſſez de lumieres pour mettre à profit les avantages que cette nouvelle exigence pouvoit lui procurer. »
— François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire historique des mœurs, usages et coutumes des François, 1767[26]

Le citoyen sous Louis XIII dit le Juste (1610 - 1643)[modifier | modifier le wikicode]

Louis XIII est roi de France et de Navarre de 1610 à 1643. Son règne est dominé par la personnalité du cardinal de Richelieu, principal conseiller et chef du gouvernement. Il est marqué par l'affaiblissement des grands et des protestants, la lutte contre la maison d'Autriche et l'affirmation de la domination militaire française en Europe pendant la guerre de Trente Ans. Le premier de ses fils lui succèdera sous le titre de Louis XIV et le deuxième, Philippe, duc d'Anjou puis d'Orléans, dit "Monsieur, frère unique du roi", fondera la maison Orléans.

Traduction en français contemporain

Il est bien vrai que lorsqu'un Populaire,
Est trop savant : c'est alors qu'il délibère,
Je ne sais quoi de haut pour délaisser,
Le joug servile, qu'il dit le trop presser,
Et pour le rompre, il se bande & invente
Mille moyens d'achever son attente
Anthoine du Brueil, imprimeur libraire, auteur de nombreuses pièces de vers ordinairement signées de son anagramme, "Bâti lieu d'honneur", et souvent placées en tête des ouvrages. Le citoyen françois. Ou Courrier des bonnes nouvelles de la court est imprimé en 1614[27].
Charles Bodin, philosophe et magistrat, procureur du roi, député aux États de Blois par le tiers états du Vermandois
Voir "citoyen" dans 1618 - Charles Bodin, Discours contre les duels, composé par Charles Bodin, sieur du Freteil près de Tournan en Brye, Paris, Toussaint du Bray (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
Search in Google Books, French "Citoyen" :
1500 - 1665
1610 - 1643
1666 - 1763
1764 - 1769
1770 - 1902
1903 - 2008

XV-XVIIIème siècles - L'esclavage réalité économique et métaphore politique : son expression juridique & sociétale[modifier | modifier le wikicode]

Hieronymus Bosch.- The Garden of Earthly Delights in the Museo del Prado in Madrid, c. 1495–1505. Voir l'historique de l'œuvre

.

« Entre tous les biens dont on a sujet de pleurer la perte, la liberté sans doute est des principaux. Il est malaisé d'être esclave au milieu de mille personnes libres sans être touché de son esclavage. »
— 1689 - Pierre Jurieu et Michel Le Vassor, Les soupirs de la France esclave qui aspire après la liberté, Amsterdam, 228  p. (notice BnF no FRBNF30808771, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata page [28]

L'Africain dans l'œuvre de Jérôme Bosch, Bois-le-Duc, vers 1450 - août 1516[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

1511 - The Black Trumpeter at Henry VIII's Tournament[modifier | modifier le wikicode]

Black British
Britain's first black community in Elizabethan London
Sukhdev Sandhu.- The First Black Britons, Last updated 2011-02-17
[John Blanke, Black Trumpeter]

1577–1640 - Peter Paul Rubens[modifier | modifier le wikicode]

XVIIe siècle : peinture & ouvrages[modifier | modifier le wikicode]

Dutch, 17th century, Black boy with slave collar, Private Collection

1627-1704 - Les œuvres de Jacques-Bénigne Bossuet sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Jacques-Bénigne Bossuet est un prédicateur chrétien. Auteur d'une oeuvre écrite qui porte notamment sur la spiritualité, l'instruction du dauphin, la controverse antiprotestante, diverses polémiques dont notamment celle qui l'oppose à Fénelon à propos du quiétisme, il prononce des sermons et des oraisons funèbres qui demeurent célèbres.

1637-1713 - Les œuvres de Pierre Jurieu sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

1689 - Pierre Jurieu et Michel Le Vassor, Les soupirs de la France esclave qui aspire après la liberté, Amsterdam, 228  p. (notice BnF no FRBNF30808771, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Jurieu, né à Mer (Loir-et-Cher), décédé à Rotterdam est un pasteur calviniste, théologien, écrivain et pamphlétaire.

« Entre tous les biens dont on a sujet de pleurer la perte, la liberté sans doute est des principaux. Il est malaisé d'être esclave au milieu de mille personnes libres sans être touché de son esclavage. C'est pourquoi la France se doit réveiller et sentir le poids de l'effroyable tyrannie sous laquelle elle gémit. [...] Et je ne saurais m'empêcher de souhaiter [à ma patrie] qu'elle comprenne que les Privilèges des peuples ne souffrent point de prescription et ne périssent point par l'usurpation des Princes, et qu'ainsi un siècle ou deux de tyrannie ne lui ôtent pas le droit de se remettre en liberté. »
— 1689 - Pierre Jurieu et Michel Le Vassor, Les soupirs de la France esclave qui aspire après la liberté, Amsterdam, 228  p. (notice BnF no FRBNF30808771, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata[30].

Une métaphore de juriste

Source :

1623-1662 - Les œuvres de Blaise Pascal sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

L'esclavage suppose-t-il toujours la propriété ? De quelle forme de la propriété servile parle Blaise Pascal ?[31]

« Es-tu moins esclave, pour être aimé et flatté de ton maitre? Tu as bien du bien, esclave : ton maître te flatte. Il te battra tantôt.
Commentaire : « Es-tu moins esclave? ». A qui s'adresse cette apostrophe originale ? quel est cet esclave ? J'imagine que c'est le mondain, esclave des sens, et qui dit qu'il ne s'aperçoit pas de sa servitude, qu'il se trouve bien de son état, que la vie lui est douce; Pascal répond : Ton maître te flatte (ce maître, c'est la créature, c'est l'objet sensible), il te battra tantôt. Pour avoir été l'esclave volontaire et satisfait du plaisir, tu seras l'esclave contraint et désespéré de la douleur. Car on n'a pas de force pour supporter si on n'en a pas eu pour s'abstenir. Au contraire la souffrance est sans pouvoir sur celui sur qui la volupté n'a pu rien ; celui-là est un homme libre. »
Blaise Pascal, Gilberte Périer et Ernest Havet, Pensées de Pascal publiées dans leur texte authentique avec la Vie de l'auteur par Gilberte Perier, un commentaire suivi et une étude littéraire par Ernest Havet (notice BnF no FRBNF31062752, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 363

1662-1722 - Les œuvres de Élie Neau sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Élie Neau, ou Elias Neau, né à Moëze, Charente-Maritime, décédé le 7 septembre 1722 à New York, est un huguenot français.

1684- 1721 - Antoine Watteau[modifier | modifier le wikicode]

Les fondateurs au XVIIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

1705–1765 - Charles André van Loo - Serviteurs africains[modifier | modifier le wikicode]

1704-1788 - Un portrait de Maurice Quentin de La Tour en 1741[modifier | modifier le wikicode]

Maurice Quentin de La Tour - Jeune Noir rattachant le bouton de sa chemise, 1741
Maurice-Quentin de La Tour.- Portrait of Gabriel Bernard de Rieux (1741)

« Les grands pastels de La Tour - En même temps que son Bernard de Rieu, La Tour exposait, en 1741, le portrait en buste Du Salon de 1748, l'exposition avait recueilli deux échos : d'un Nègre attachant le bouton de sa chemise. ... de noir, assurément du maitre de Saint-Quentin, et fort beau, propriété de la famille du distingué compositeur Pierre Maurice. »

Le portrait de Gabriel Bernard de Rieux a été exposé successivement en 1741, 1927, 1934, 2011, 2017, 2018 & 2019[34].

Aujourd'hui, l'original du portrait est conservé au Musée d’art et d’histoire de Genève : Maurice Quentin de La Tour, Jeune noir rattachant le bouton de sa chemise, 1741, pastel sur papier gris-bleuté, 650 x 530 mm, inv.1917-0028 © CdAG, Musée d’art et d’histoire Genève. En ligne : Photo 7, Yves Siza

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

1704-1780 - Les œuvres de Louis de Jaucourt sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Louis de Jaucourt dit le chevalier de Jaucourt, né à Paris le 27 septembre 1704 et mort à Compiègne le 3 février 1780, médecin de formation, est un collaborateur savant et prolifique de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

D'après Louis de Jaucourt[35], l'esclavage est l’établissement d’un droit fondé sur la force, lequel droit rend un homme tellement propre à un autre homme, qu’il est le maître absolu de sa vie, de ses biens et de sa liberté. L'esclave est celui qui est privé de la liberté et qui est sous la puissance d’un maître.

« ESCLAVE, (Jurisp.) est celui qui est privé de la liberté, & qui est sous la puissance d’un maître.
Suivant le droit naturel tous les hommes naissent libres ; l’état de servitude personnelle est une invention du droit des gens. Voyez Esclave. »
Louis de Jaucourt dit le chevalier de Jaucourt.- L’Encyclopédie/1re édition/ESCLAVE

La Traite des Nègres par Louis de Jaucourt[modifier | modifier le wikicode]

« Traite des negres, (Commerce d’Afrique.) c’est l’achat des negres que font les Européens sur les côtes d’Afrique, pour employer ces malheureux dans leurs colonies en qualité d’esclaves. Cet achat de negres, pour les réduire en esclavage, est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles, & tous les droits de la nature humaine.

Les negres, dit un anglois moderne plein de lumieres & d’humanité, ne sont point dévenus esclaves par le droit de la guerre ; ils ne se devouent pas non plus volontairement eux-mêmes à la servitude, & par conséquent leurs enfans ne naissent point esclaves. Personne n’ignore qu’on les achete de leurs princes, qui prétendent avoir droit de disposer de leur liberté, & que les négocians les font transporter de la même maniere que leurs autres marchandises, soit dans leurs colonies, soit en Amérique où ils les exposent en vente.

Si un commerce de ce genre peut être justifié par un principe de morale, il n’y a point de crime, quelque atroce qu’il soit, qu’on ne puisse légitimer. Les rois, les princes, les magistrats ne sont point les propriétaires de leurs sujets, ils ne sont donc pas en droit de disposer de leur liberté, & de les vendre pour esclaves.

D’un autre côté, aucun homme n’a droit de les acheter ou de s’en rendre le maître ; les hommes & leur liberté ne sont point un objet de commerce ; ils ne peuvent être ni vendus, ni achetés, ni payés à aucun prix. Il faut conclure de-là qu’un homme dont l’esclave prend la fuite, ne doit s’en prendre qu’à lui-même, puisqu’il avoit acquis à prix d’argent une marchandise illicite, & dont l’acquisition lui étoit interdite par toutes les lois de l’humanité & de l’équité.

Il n’y a donc pas un seul de ces infortunés que l’on prétend n’être que des esclaves, qui n’ait droit d’être déclaré libre, puisqu’il n’a jamais perdu la liberté ; qu’il ne pouvoit pas la perdre ; & que son prince, son pere, & qui que ce soit dans le monde n’avoit le pouvoir d’en disposer ; par conséquent la vente qui en a été faite est nulle en elle-même : ce negre ne se dépouille, & ne peut pas même se dépouiller jamais de son droit naturel ; il le porte partout avec lui, & il peut exiger par-tout qu’on l’en laisse jouir. C’est donc une inhumanité manifeste de la part des juges de pays libres où il est transporté, de ne pas l’affranchir à l’instant en le déclarant libre, puisque c’est leur semblable, ayant une ame comme eux.

Il y a des auteurs qui s’érigeant en jurisconsultes politiques viennent nous dire hardiment, que les questions relatives à l’état des personnes doivent se décider par les lois des pays auxquels elles appartiennent, & qu’ainsi un homme qui est déclaré esclave en Amérique & qui est transporté de-là en Europe, doit y être regardé comme un esclave ; mais c’est là décider des droits de l’humanité par les lois civiles d’une gouttiere, comme dit Cicéron. Est-ce que les magistrats d’une nation, par ménagement pour une autre nation, ne doivent avoir aucun égard pour leur propre espece ? Est-ce que leur déférence à une loi qui ne les oblige en rien, doit leur faire fouler aux piés la loi de la nature, qui oblige tous les hommes dans tous les tems & dans tous les lieux ? Y a-t-il aucune loi qui soit aussi obligatoire que les lois éternelles de l’équité ? Peut-on mettre en problème si un juge est plus obligé de les observer, que de respecter les usages arbitraires & inhumains des colonies ?

On dira peut-être qu’elles seroient bientôt ruinées ces colonies, si l’on y abolissoit l’esclavage des negres. Mais quand cela seroit, faut-il conclure de-là que le genre humain doit être horriblement lésé, pour nous enrichir ou fournir à notre luxe ? Il est vrai que les bourses des voleurs de grand chemin seroient vuides, si le vol étoit absolument supprimé : mais les hommes ont-ils le droit de s’enrichir par des voies cruelles & criminelles ? Quel droit a un brigand de dévaliser les passans ? A qui est-il permis de devenir opulent, en rendant malheureux ses semblables ? Peut-il être légitime de dépouiller l’espece humaine de ses droits les plus sacres, uniquement pour satisfaire son avarice, sa vanité, ou ses passions particulieres ? Non.... Que les colonies européennes soient donc plutôt détruites, que de faire tant de malheureux !

Mais je crois qu’il est faux que la suppression de l’esclavage entraineroit leur ruine. Le commerce en souffriroit pendant quelque tems : je le veux, c’est-là l’effet de tous les nouveaux arrangemens, parce qu’en ce cas on ne pourroit trouver sur le champ les moyens de suivre un autre système ; mais il résulteroit de cette suppression beaucoup d’autres avantages.

C’est cette traite de negres, c’est l’usage de la servitude qui a empêché l’Amérique de se peupler aussi promptement qu’elle l’auroit fait sans cela. Que l’on mette les negres en liberté, & dans peu de générations ce pays vaste & fertile comptera des habitans sans nombre. Les arts, les talens y fleuriront ; & au-lieu qu’il n’est presque peuplé que de sauvages & de bêtes féroces, il ne le sera bientôt que par des hommes industrieux. C’est la liberté, c’est l’industrie qui sont les sources réelles de l’abondance Tant qu’un peuple conservera cette industrie & cette liberté, il ne doit rien redouter. L’industrie, ainsi que le besoin, est ingénieuse & inventive ; elle trouve mille moyens différens de se procurer des richesses ; & si l’un des canaux de l’opulence se bouche, cent autres s’ouvrent à l’instant.

Les ames sensibles & généreuse, applaudiront sans doute à ces raisons en faveur de l’humanité ; mais l’avarice & la cupidité qui dominent la terre, ne voudront jamais les entendre. (D. J. »
— Louis de Jaucourt, Traite des negres, (Commerce d’Afrique.), L’Encyclopédie, 1re éd. 1751 (Tome 16, pp. 532-533).

Une analyse en ligne[modifier | modifier le wikicode]

« L'article « Traite des nègres » définit l'esclavage et la manière dont il fonctionne. L'auteur de l'article, le Chevalier de Jaucourt, rattache le problème à celui, plus politique, des relations entre rois et sujets. »
— Chevalier de Jaucourt : Encyclopédie, Article "Traite des Nègres" (Commentaire composé)[36].

1711-1755 - Les œuvres de Montesquieu sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

« CHAPITRE XV. Des peuples qui connoissent l’usage de la monnoie.
ARISTIPE, ayant fait naufrage, nagea & aborda au rivage prochain ; il vit qu’on avoit tracé sur le sable des figures de géométrie : il se sentit ému de joie, jugeant qu’il étoit arrivé chez un peuple Grec, & non pas chez un peuple barbare.
Soyez seul, & arrivez par quelque accident chez un peuple inconnu ; si vous voyez une piece de monnoie, comptez que vous êtes arrivé chez une nation policée.
La culture des terres demande l’usage de la monnoie. Cette culture suppose beaucoup d’arts & de connoissances ; & l’on voit toujours marcher d’un pas égal les arts, les connoissances & les besoins. Tout cela conduit à l’établissement d’un signe de valeurs.Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, 18 janvier 1689 -10 février 1755.- De l'esprit des lois, chapitre XV, Des peuples qui connaissent l’usage de la monnaie »

« La culture de terres demande l'usage de la monnaie. Cette culture fuppofe beaucoup d'arts & de connoissances & l'on voit toujours marcher d'un pas égal les arts les connoissances & les befoins »
Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, 18 janvier 1689 -10 février 1755.- De l'esprit des lois, chapitre XV, Des peuples qui connaissent l’usage de la monnaie[37]

Monnaie & esclavage dans De l'esprit des lois[modifier | modifier le wikicode]

Tissot-Boubers.- La politique de Montesquieu: ou, Introduction à l'Esprit des ... - Page 108, 1820 L'agriculture suppose beaucoup d'arts et de connaissances ; et l'on voit toujours marcher d'un pas égal les arts, les connaissances et les besoins. Tout cela conduit à l'établissement d'un signe de valeur, de la monnaie.

[https://www.google.com/search?tbm=bks&q=Montesquieu+%2B+Agriculture+%2B+Monnaie

Montesquieu + Agriculture + Monnaie]

Charles de Secondat baron de Montesquieu.- complètes de Montesquieu: avec des notes de Dupin, 1838

Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, est un penseur politique, précurseur de la sociologie, philosophe et écrivain français des Lumières, né le 18 janvier 1689 à La Brède (Guyenne, près de Bordeaux) et mort le 10 février 1755 à Paris.
L'esclavage dans L'Esprit des lois
 Les justifications de la servitude selon Montesquieu
 À propos de l'ironie du chapitre V du Livre XV

"...ouverture d'un atelier, pour la lecture à haute voix, l'étude critique, le commentaire scientifique et l'actualisation en débat public des 22 chapitres du Livre XXIIème de L'Esprit des lois, "des lois dans le rapport qu'elles ont avec l'usage de la monnaie"

Robert Jacques Turgotrch/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28gallica%20all%20%22%C5%92uvres%20de%20Montesquieu%2C%20L%27Esprit%20des%20lois%22%29&lang=fr&suggest=0 De l'esprit des lois sur Gallica.
Volpilhac-Auger Catherine, "Débats et polémiques autour de L'Esprit des lois", Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 2012/1 (N° 35), p. 3-11. DOI : 10.3917/rfhip.035.0003.
Antonella Alimento.- Le Cercle de Vincent de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle et Montchrestien et Cantillon. Le commerce et l’émergence d’une pensée économique

Critiques scientifiques[modifier | modifier le wikicode]

  • 1908 - Ernest Hamy, Charles Arthaud, de Pont-à-Mousson (1748-1791). Courte notice sur sa vie et sur son œuvre, suivie de deux mémoires inconnus de cet observateur sur les anciens indigènes de Saint-Domingue (DOI 10.3406/BMSAP.1908.7060, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1911 - Russell Parsons Jameson, Montesquieu et l'esclavage : étude sur les origines de l'opinion antiesclavagiste en France au XVIIIe siècle : thèse pour le doctorat d'Université présentée, à la Faculté des lettres de l'Université de Paris, Paris, Hachette, 371  p. (OCLC 250053185, notice BnF no FRBNF30644091, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1911 - René Girard, Russell Parsons Jameson.- Montesquieu et l'esclavage. Étude sur les origines de l'opinion antiesclavagiste en France au XVIIIe siècle, compte-rendu de lecture (ISSN 0048-8003 et 1776-3045, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nicolas de Launay (1739–1792), D’après Jean-Michel Moreau (1741–1814).- Esclaves conduits par des marchands, 1780[38].
1713-1796 - Guillaume-Thomas Raynal, ses prédécesseurs & sa postérité

1727-1781 - Les œuvres de Anne Robert Jacques Turgot sous l'angle de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Anne Robert Jacques Turgot sur Wikidata
Anne Robert Jacques Turgot sur Wikisource

1723-1789 - De Felice, Fortunato Bartolomeo, le père sous l’angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

1817 - Guillaume-Adam : de Felice.- Lecons de droit de la nature et des gens, par M. le ... - Page xx Voilà ce qui m'a engagé à publier ces Leçons de Droit de la Nature & des Gens, que j'ai extraites de l'Edition des Principes du Droit de la Nature & des Gens de M. BURLAMAQUI, que je viens de donner en 8 vol. in-8°. & qui par là même ne …

4 Volumes, (notice BnF no FRBNF304253355), 1.-2. Droit de la nature ; 3-4. Droit des gens, [lire en ligne.

Droit des gens[modifier | modifier le wikicode]

p.98
lorsqu'il se forme des factions et des cabales, lorsque les grands traitent le peuple en esclave, etc
p.50
Et en effet, considérons l'état primitif de l'homme j il est certain que les noms de souverains ef de sujets, 'de maîtres, d'esclaves, sont inconnus à la Iiature
p.279
Mais te qui fait horreur, c'est la maxime des anciens Égyptiens qui fermaient les portes de leur pays aux étrangers, de façon qu'ils étaient dans l'usage de tuer ou de faire esclaves tous les étrangers qu'on surprenait le long des côtes (s(...)
p.39
c'était le partage des esclaves : tous les citoyens étaient bourgeois
p.424
Tous les chrétiens généralement ont trouvé à propos d'abolir entre eux l'usage de rendre esclaves les prisonniers
p.73
les sujets, comme des esclaves faits pour eux, et destinés à sacrifier leurs biens et leurs vies à leur service
p.426
L'on voit par là combien se trompent ceux qui prétendent que l'on peut rendre esclaves les prisonniers de guerre
p.77
comme lorsque les Égyptiens, pour subvenir à leurs besoins pressants pendant la famine, dirent à Joseph : Achète-nous et nos terres pour du pain , et nous serons esclaves de Pharaon (i(...)
p.63
et si cela est vrai par rapport à un particulier qui se ferait esclave, bien moins encore un peuple entier a-t-il ce pouvoir, dont chacun(...)
p.448
Les Scythes disaient à Alexandre le Grand : « Il n'y a jamais (( d'amitié entre le maître et l'esclave : au milieu « de la paix le droit de la guerre subsiste tou« jours

1738-1815 - L'Africain dans l’œuvre de John Singleton Copley[modifier | modifier le wikicode]

Portraits par John Singleton Copley

1738-1754-1756 † 1794-1793-1837 - Jacques François Dugommier, Louis XVI, Étienne de Joly[modifier | modifier le wikicode]

Étienne de Joly, ministre de Louis XVI, & les gens de couleur[modifier | modifier le wikicode]

Adresse à l'Assemblée nationale pour les citoyens libres de couleur des Iles & colonies françoises, 18 octobre 1789
Jacques François Coquille dit Dugommier Projet d'une Constitution générale coloniale, Juillet 1790
* L'Activité d'un procureur général au Parlement de Paris à la fin de l'Ancien Régime, les Joly de Fleury (notice BnF no FRBNF32925482)Voir et modifier les données sur Wikidata 
* Antoine Michel et Paul Bisson, Paul Bisson De Barthelemy.- Les Joly de Fleury, procureurs généraux au Parlement de Paris au XVIIIe siècle (ISSN 0373-6237 et 1953-8138)Voir et modifier les données sur Wikidata 
* Lyon-Caen Nicolas. David Feutry. Guillaume-François Joly de Fleury (1675-1756). Un magistrat entre service du roi et stratégies familiales, 2011. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 2011, tome 169, livraison 1. Les chartes ornées dans l’Europe romane et gothique. pp. 319-321.
* Fonds Joly de Fleury (XVIIIe siècle).

Les Joly de Fleury[modifier | modifier le wikicode]

* Guillaume-François Joly de Fleury est un magistrat français, procureur général au Parlement de Paris, seigneur de Fleury, 11 novembre 1675 - 25 mars 1756 
* Joseph Omer Joly de Fleury, né le 26 octobre 1715 à Paris et mort le 29 janvier 1810, est un magistrat et haut fonctionnaire français.
* Jean-François Joly de Fleury est un homme d'État français né à Paris le 7 juin 1718 et mort à Paris le 12 décembre 1802. Jean-François Joly de Fleury est  ministre de Louis XV
* Étienne Louis Hector de Joly, ministre de Louis XVI

« 4. Jacques Godechot s'est fait l'historiographe d'Etienne Joly, dont il a publié les Mémoires sur la journée du 10 août 1792 (édition critique avec une introduction et des notes, P.U.F., Paris, 1944, 94 pp. in 8°). Jacques Godechot a raconté "l'arrestation du ministre de Joly à Bagnères de Bigorre en 1793" (Recueil des Actes du XIIIe sièclecongrès d'études de la Fédération des sociétés académiques et savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, 1957.). Voir la notice d'Alain Le Bihan dans le Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie, Paris, Editions du Prisme, Editions de Navarre, 1974
5. Godechot (Jacques), "De Joly et les gens de couleur libres", Annales historiques de la Révolution française, 1951, pp. 48-61.
6. Un décret de la Convention nationale en date du 29 frimaire an II (19 décembre 1793) spécifiait : "Joly, ministre de la Justice à l'époque du 10 août et prévu d'un système atroce de proscription contre les patriotes qui résistaient aux manoeuvres liberticides du tyran, sera, si fait n'a été mis en état d'arrestation et traduit au tribunal révolutionnaire" (AN, C282 ; et le Moniteur, t. XIX, p. 6.). »
François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, Paris, Éditions Tallandier, 217  p. (ISBN 2-84734-072-6, notice BnF no FRBNF38952620)Voir et modifier les données sur Wikidata, 2003[42].

Charles Godefroy Marie de Beaumont dit le chevalier de Beaumont

"Un grand oncle de George Sand LXXIX 7 Le roman qui suit roman vécu d ailleurs permettra d éliminer définitivement Leblanc de Baulieu et de le remplacer comme grand oncle de George Sand par Charles Godefroy Marie de Beaumont Il est extrait d'une Biographie manuscrite de M de Beaumont curé de Tartas Landes".

Etude des signatures[modifier | modifier le wikicode]

Assemblée des Colons Américains, 12-22 Septembre 1789.
Signé, de Joly, Avocat aux Conſeils, Commiſſaire Député nommé à cet effet, avec MM. Raymond, Fleury, Audiger, Lafourcade, du Souchet l’ainé, Ogé jeune, De Vaureal, le Chevalier de Lavit, Lanon, Hellot, Honoré, Poizat & la Source, Commiſſaires.

Prononcé du 18 octobre 1789 & publication du 1er février 1790
Signé, de Joly, Avocat aux Conſeils, Commiſſaire Député nommé à cet effet, avec MM. Raymond, Fleury, Audiger, Lafourcade, du Souchet l’ainé, Ogé jeune, De Vaureal, le Chevalier de Lavit, Lanon, Hellot, Honoré, Poizat & la Source, Commiſſaires. 
Adresse à la Convention nationale, à tous les clubs et sociétés patriotiques, 17 mai 1793
Paris, le 17 mai 1793, l'an deuxième de la république française.
J. Labuissonnière. Narcisse, lieutenant des hussards américains. Hellot, idem Saint-George Milscent, marechal-des-logis. Lapais, idem. Ferant, adjudant. Alexandre Vantu, brigadier-fourrier. Apollon. Dominique. Claid-Hurfulle. Louis Dubara. Jean-Pierre Alexandre. Bazille. Gainatis. Lubin. Téméraire. Etienne. Mondor.
Approuvé par tous les braves Republicains. 
  • 1792-1947 - Étienne de Joly et Jacques Godechot (dir.), Mémoires inédits de E.-L.-H. Dejoly sur la journée du 10 août 1792. Edition critique avec une introduction et des notes par Jacques Godechot, Paris, Presses universitaires de France, 94  p. (notice BnF no FRBNF32006419, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
Société des colons américains

« Enfin, le 9 septembre, ce fut de Joly, avocat aux Conseils et secrétaire des représentants de la Commune, qui se présenta ... Raimond, Fleury, Audiger, Laforcade, du Souchet l'aîné, Ogé jeune, de Vauréal, le chevalier de Lavit, Lasnon, Hellot, »
— 1898 - Léon Deschamps, Les Colonies pendant la Révolution. La Constituante et la réforme coloniale, Paris, Éditions Perrin, 340  p. (notice BnF no FRBNF30328961, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata.

« C'est ainsi que, derrière l’avocat Dejoly[43], porte-parole du groupe, Julien Raymond et vincent Ogé ont été confirmés second et troisième députés de la société qui a pris le nom, dès le 29 août, de société des "colons américains" »
— Érick Noël.- Les libres de couleur dans le jeu politique en France en 1789, 2014[44].

Julien Raymond|Julien Raimond|Julien Raymond
Julien Raymond dans Léon Deschamps, Les Colonies pendant la Révolution. La Constituante et la réforme coloniale, Paris, Éditions Perrin, 340  p. (notice BnF no FRBNF30328961, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 18.

« Deux hommes vont s’opposer à coups de libelles et de pétitions : Julien Raimond, fondateur de la Société des Citoyens de Couleur qui revendique l’« égalité de l’épiderme », et Moreau de Saint-Méry, porte-parole des colons. »
— Florence Gauthier.- L’aristocratie de l’épiderme, 2016[45]

Jacques François Coquille dit Dugommier, général, (1738-1794)
  • 1790 (Juillet) - Jacques François Coquille dit Dugommier et Louis-Élie Moreau de Saint-Méry, Projet d'une Constitution générale coloniale, communiqué à l'Assemblée de la Guadeloupe par un de ses membres. Signé Coquille Dugommier, membre de l'Assemblée générale de la Guadeloupe, Saint-Pierre (notice BnF no FRBNF45263164, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, dans Bibliothèque de Moreau de Saint-Méry Louis-Élie Moreau de Saint-Méry, Jacques François Coquille dit Dugommier, Pierre Léon Levavasseur et Gabriel-Jean-Baptiste Larchevesque-Thibaud, Recueils de pièces imprimées concernant les colonies Guyane, Martinique, Guadeloupe, Saint Domingue, France ; Antilles, 1784-1792, Imprimerie nationale (notice BnF no FRBNF45263164)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1789 - Colons Américains, Extrait du procès-verbal de l’assemblée des citoyens libres et propriétaires de couleur des îles et colonies françaises, constituée sous le titre de colons américains. (12 septembre 1789.) (notice BnF no FRBNF36400161, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1789-1790 - Antoine Guénard Demonville, Lettres à Monsieur le comte de B***, sur la révolution arrivée en 1789, sous le regne de Louis XVI, avec des notes sur les ministres & autres gens en place qui, par des déprédations ou des abus d'autorité, ont donné lieu à cette révolution mémorable. chez les principaux libraires, 1789-1790, Paris et Londres,
  • 1789-1790 - Étienne de Joly, Adresse des citoyens de couleur des isles et colonies françoises à l'Assemblée générale des représentans de la Commune de Paris, prononcée, le 1er février 1790, par M. de Joly, en présentant une députation des citoyens de couleur. Précédée d'une lettre de l'auteur à ses collègues de la Commune de Paris, Paris (notice BnF no FRBNF30657706, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1790 (22 mars) - De l'assemblée générale coloniale de la Guadeloupe à ses députes auprès de l'Assemblée nationale publié d'après un manuscrit des Archives de l'Empire (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1790 (10 novembre) - Guadeloupe. Assemblée coloniale, Rapport fait à l'assemblée coloniale de la Guadeloupe, le 10 novembre 1790, au nom de la députation envoyée à la Martinique pour y établir la paix, Paris, Imprimerie du Postillon, 90  p. (notice BnF no FRBNF36400945, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1793 (17 mai) - Julien Labuissonniere, Narcisse, Hellot, Saint-George Milscent, Lapais et Ferant, Adresse à la Convention nationale, à tous les clubs et sociétés patriotique. Pour les nègres détenus en esclavage dans les colonies franc̜aises de l'Amérique, sous le régime de la République, Paris, Guglielmo Francesco Galletti (notice BnF no FRBNF36120181, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Signé, de Joly, Avocat aux Conſeils, Commiſſaire Député nommé à cet effet, avec MM. Raymond, Fleury, Audiger, Lafourcade, du Souchet l’ainé, Ogé jeune, De Vaureal, le Chevalier de Lavit, Lanon, Hellot, Honoré, Poizat & la Source, Commiſſaires.

  • 2003 - François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, Paris, Éditions Tallandier, 217  p. (ISBN 2-84734-072-6, notice BnF no FRBNF38952620)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 2009 - Yannick Le Roux et Réginald Auger, Les jésuites et l'esclavage ː Loyola, l'habitation des jésuites de Rémire en Guyane française, Québec, Presses de l'Université du Québec (notice BnF no FRBNF42291984)Voir et modifier les données sur Wikidata

1740-1794 - Les œuvres de Claude-Louis-Michel-Milscent de Mussé sous l’angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Claude Milscent

Raimond est connu de Milscent[modifier | modifier le wikicode]

Cf. "Les troupes noires"

Milscent, un anti-esclavagiste kleptomane ?[modifier | modifier le wikicode]

Milscent chassé des Jacobins[modifier | modifier le wikicode]

« Milscent1, dit-on, fut chassé des Jacobins, non sans l'avoir mérité ; c'est un être indigne de siéger dans une société de républicains, et plus digne du sort des Algériens que des Français.

1. Claude-Louis-Michel-Milscent de Mussé, né à Saint-Domingue vers 17/io, séjourna alternativement, pendant les cinquante premières années de sa vie, dans cette île et en France, dans l'Anjou, d'où sa famille était originaire. A Saint-Domingue, il fut longtemps, dit-on, commandant d'un corps de chasseurs chargés de poursuivre les nègres marrons ; en France, il s'occupa de littérature, traduisit des drames de l'allemand, notamment Albert et Emilie, et Agnès de Bernan, d'après Friedel. A la fin de 1790, il vient se fixer à Angers, entre au club des Amis de la Constitution de cette ville, collabore aux Affiches locales, fait paraître, en juin 1791, un journal intitulé Le Creuset, qui eut a/j numéros. Puis, s'étant rendu à Paris, il se pose en défenseur officieux des hommes de couleur, fonde, en juin 1792, un nouveau journal, La revue du patriote, qui devient bientôt Le Créole patriote. Bulletin de Milscent-Créole (cette feuille fut durant quelques mois, à la fin de 1792 et au début de 1793, l'organe officiel de la Société des Jacobins ; elle fut ensuite subventionnée par le ministre de l'intérieur, et vécut jusqu'en ventôse an II). Mais, en dépit de ces témoignages de zèle patriotique, des défiances s'éveillent contre Milscent ; dès septembre 1798, lui et son journal sont dénoncés ; on accuse Milscent d'avoir joué un rôle suspect dans la révolution de Saint-Domingue, d'avoir eu des liaisons avec les Girondins. Le 8 nivôse an II, Robespierre lui reproche d'avoir travaillé avec Fauchet au Bulletin des amis de la vérité, feuille « aristocratique », il le qualifie de Brissotin ; Milscent est exclus. Des poursuites sont entamées contre lui, au même moment, par le parquet du Tribunal révolutionnaire pour publication de fausses nouvelles ; mais il bénéficie d'un non-lieu. Le

29 floréal suivant, appelé à témoigner devant le même Tribunal, non pas, comme le dit M. Aulard, dans l'affaire des complices de la rébellion marseillaise, mais dans l'afTaire de J.-B. Serre et Gilbert Bardet-Fromentoau qui étaient inculpés d'avoir tenu au Cap-Français (Saint-Domingue) des propos contre-révolutionnaires, Milscent est mis en arrestation, comme ayant fait une fausse déposition. Quelques jours plus tard, il est traduit devant le Tribunal et condamné à mort, le 7 prairial an II. (Célestin Port, Dict. hist., géogr. et hiogr. de Maine-et Loire ; Biographie nouvelle dite de Leipzig ; Moniteur, réimpr., passim, à la table ; Tuetey, t. IV, n' 1787, t. VIII, n° 333.J, t. IX. n" 1208 ; Tourneux, t. II, n" 10778- 10780, t. IV, n' 3/1097 ; Aulard, La Soc. des Jacobins, t. I", p. cxix, t. IV et \, passim; Wallon, Hist. du Trib. révoL, t. II, p. 6/17, t. III, p. 698, t. IV, p. 464-665 ; P. Caron, Les publications officieuses du ministère de l'intérieur en 1793 et 179U^ dans la Revue d'hist. mod. et contemp., 1910, t. XIV, p. 38-39.) »
— Paris pendant la Terreur ː Rapports des agents secrets du Ministre de l'intérieur, publiés pour la Société d'histoire contemporaine[46]

1793 - Adresse pour les nègres détenus en esclavage[modifier | modifier le wikicode]

  • 1792 - Claude Milscent, Du régime colonial. suivi d'un essai sur l'amélioration du sort des esclaves, Imprimerie-librairie du Cercle social (Paris), 39  p. (notice BnF no FRBNF30949818, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • A Paris, le 27 mai 1793, l’an deuxième de la république française. - Milscent est cosignataire de Julien Labuissonniere, Narcisse, Hellot, Saint-George Milscent, Lapais et Ferant, Adresse à la Convention nationale, à tous les clubs et sociétés patriotique. Pour les nègres détenus en esclavage dans les colonies franc̜aises de l'Amérique, sous le régime de la République, Paris, Guglielmo Francesco Galletti (notice BnF no FRBNF36120181, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata Adresse pour les nègres détenus en esclavage , avec :
  1. J. Labuissonniere. Narcisse, lieutenant des hussards américains,
  2. Hellot, idem,
  3. Saint-George,
  4. Milscent, maréchal-des-logis,
  5. Lapais, idem,
  6. Ferant, adjudant,
  7. Alexandre Vantu, brigadier-fourrier,
  8. Apollon. Dominique,
  9. Claid-Hurfulle,
  10. Louis Dubara,
  11. Jean-Pierre. Alexandre,
  12. Bazille,
  13. Gainatis,
  14. Lubin
  15. Téméraire
  16. Étienne
  17. Mondor

Travaux à propos de Milscent[modifier | modifier le wikicode]

  • 1997 - Sophie Piollet.- La mise à mort de Milscent, créole, 1792-1794, ss dir. F. Gauthier.
  • Sophie Piollet.- Milscent créole historien de la Révolution de Saint-Domingue 1790-1794 »
  • Roux Delphine, Milscent Créole ou la lutte contre le préjugé de couleur et l’esclavage, 1790-1793, ss dir. F. Gauthier, 1999.

1743-1794 - Les œuvres de Jean-Antoine-Nicolas de Caritat de Condorcet sous l’angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Jean-Antoine-Nicolas de Caritat de Condorcet (1743-1794), philosophe, mathématicien et politologue  français.
Sophie de Condorcet (1764-1822), née Grouchy, écrivain français, épouse de Nicolas de Condorcet.

L'Esquisse d'un tableau historique suivie de réflexions sur l'esclavage des nègres[modifier | modifier le wikicode]

Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain : ouvrage posthume

Octobre 1786 - Condorcet.- Vie de M Turgot, ‎Lire
in Friedrich Melchior Freiherr von Gr.- Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée a un souverain d' Allemagne, Longchamps, 1814, Partie 4,Volume 6.
"bien pour l'humanité entière, en entraînant l'abolition de l'esclavage des nègres, et parce que dépouiller un peuple oppresseur ennemi de ses propres sujets, ce n'est point attaquer, mais venger les droits communs de l'humanité." Il semble …" -

Occurences du lexique concernant l'esclavage (1794)[modifier | modifier le wikicode]

1746 ou 1747-1805 - Les œuvres de Jean-Baptiste Belley sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Deputé Jean-Baptiste Belley

Jean-Baptiste Belley

  • 1793 - Jean-Baptiste Belley, Convention nationale, Lettre écrite de New-Yorck par les députés de Saint-Domingue à leurs commettans ː signée : Belley, Mills, Dufay, Garnot, Joseph Georges, 14 décembre 1793, Imprimerie nationale, Paris,

1747-1827 - Les œuvres de François XII Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld, duc de Liancourt sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

François Alexandre Frédéric, Duc de Larochefoucauld-Liancour
François de La Rochefoucauld fondateur des Arts & Métiers
co-fondateur des Caisses d'Epargne

François Alexandre Fédéric de La Rochefoucauld-Liancourt, 1747-1827, physiocrate

Le duc de la Rochefoucauld : Esclavage & servitude[modifier | modifier le wikicode]

« P. 410 - Le duc de la Rochefoucauld[47] conjure l'assemblée de ne pas terminer sa session sans avoir adouci l'esclavage des Noirs. »
— Joseph Droz.- Histoire du règne de Louis XVI[48].

« P. 410 - Le duc de la Rochefoucauld conjure l'assemblée de ne pas terminer sa session sans avoir adouci l'esclavage des Noirs. »
— Joseph Droz.- Histoire du règne de Louis XVI[49].

François Alexandre Fédéric de La Rochefoucauld-Liancourt aux Amériques[modifier | modifier le wikicode]

Au cours des Années 1795, 1796 et 1797, François Alexandre Fédéric de La Rochefoucauld-Liancourt effectue le voyage aux Amériques puis publie ses carnets de voyages dans lesquels il consigne ses observations sur l'esclavage & ses abolitions.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • mai 1790 - inconnu, Grande dénonciation de MM. Charles et Alexandre de Lameth, Barnave, Duport, d'Aiguillon, Laborde, conspirateurs en chef : et de MM. Muguet de Nanthou, Cottin, Verchère de Reffies et autres, jockeis et aboyeurs à la suite de la conspiration, anonyme, 8  p. (notice BnF no FRBNF36303760)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1907 - Paul Permezel, université de Bourgogne, Les Idées des physiocrates en matière de commerce international. Thèse pour le doctorat en sciences politiques et économiques, Lyon,
  • 2007 - Daniel Vaugelade, Le salon physiocratique des La Rochefoucauld : animé par Louise Élisabeth de La Rochefoucauld, duchesse d'Enville, Publibook, Paris,
  • (A introduire dans Wikidata) - Louis-Henri de La Rochefoucauld.- La Rochefoucauld, ancêtre de Guy Debord, Revue L'Infini (n° 134) Hiver 2016, Gallimard, Parution : 11-02-2016, 128 pages, 15 ill., 175 x 220 mm, Genre : Revues et périodiques Catégorie > Sous-catégorie : Revues > de littérature générale, ISBN : 9782070177783 - Gencode : 9782070177783 - Code distributeur : A17778 <http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Revue-L-Infini/L-Infini132>.

Société de la morale chrétienne[modifier | modifier le wikicode]

Plaque au dessus de l'entrée de la ferme de la Montagne à Liancourt (60).

La Société de la morale chrétienne fut fondée à Paris en 1821 par le duc de la Rochefoucauld-Liancourt,

  • 1826 - 5. Lettre à M. le président de la Société de la morale chrétienne (sur la traite des nègres faite audacieusement par des navires nantais). In-8. (Anon.). Cette lettre est la pièce principale et la base de la publication "Société de la morale chrétienne : comité pour l'abolition de la traite des noirs" : faits relatifs à la traite des noirs. Paris, au bureau de la Société de la morale chrétienne, 1826, in-8 de 48 pages. (Anon.)[50].
  • 1840 - Constantin Pecqueur, Mathieu-Guillaume-Thérèse Villenave, De la paix : de son Principe et de sa réalisation, Capelle, Paris,
  • Johann Sartorius, Organon des vollkommenen Friedens (1837)

1747(1748)-1832 - Les œuvres de Jeremy Bentham sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

en:Jeremy Bentham (fr:Jeremy Bentham), 1747(1748)-1832

Bibliographie (Jeremy Bentham)[modifier | modifier le wikicode]

  • 1776 - (en) Jeremy Bentham, Short Review of the DeclarationVoir et modifier les données sur Wikidata Publié dans 1776 - (en) John Lind, An answer to the Declaration of the American Congress. Printed for T. Cadell, J. Walter and T. Sewell, Londres (OCLC 1042031357, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1793-1830 - (en) Jeremy Bentham, Emancipate your colonies! : addressed to the National Convention of France Anno 1793, shewing the uselessness and mischievousness of distant dependencies to an European state, Londres, 1re éd., 50  p.Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1829 - Jeremy Bentham, Œuvre de J. Bentham, jurisconsulte anglais,
    • 1829 - Jeremy Bentham et Louis Hauman (dir.), Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais, Volume 1 : Traités de législation civile et pénale. Tactique des assemblées législatives,, Bruxelles, Louis Hauman et compagnie (notice BnF no FRBNF37395677, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1829 - Jeremy Bentham et Louis Hauman (dir.), Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais, Volume 1, Troisième partie. Droits et obligations à attacher aux divers états privés, Bruxelles, Louis Hauman et compagnie (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1757-1801 - Les œuvres de Ottobah Cugoano sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1788 - Quobna Ottobah Cugoano (trad. Antoine Diannyère), Réflexions sur la traite et l'esclavage des Nègres, traduites de l'Anglais, par Ottobah Cugoano, afriquain, esclave à la Grenade, et libre en Angleterre., Paris, Royez, 194  p. (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1762-1802 - Les œuvres de Antoine Diannyère sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Antoine Diannyère
Antoine Diannyère

1760-1846 - Les œuvres de Thomas Clarkson sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir lu cet article qui ne cite pas ses sources ne donne aucun élément pour retrouver le document pourtant dans le domaine puplic "a five-page document" qui se rapporte à l'épouse de Henry Christophe, "Marie-Louise was wife and consort to Henry Christophe" : “It’s a very rare and unusual document which reveals many interesting facts about Marie-Louise’s life in exile, her journey, her myriad encounters, her extended Haitian family and the legacy that she left.Rare document sheds light on historical black queen
UCLan’s Dr Nicole Willson has unearthed a translation of the original will of the first Queen of Haiti ; J'en suis arrivée à la correspondance entre Christophe & Thomas Clarkson.

1768-1838-1861 - Les œuvres de Chateaubriand sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

François-René de Chateaubriand (1768-1848), écrivain et homme politique français

1838 - François-René de Chateaubriand, Oeuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand, augmentées d'un essai sur la vie et les ouvrages de l'auteur, Edition ornée de gravure sur acier, Volume sixième,  Analyse raisonnée de l'histoire de France et Mélanges historiques,, Le Dentu et Parent-Desbarres,  Comprend : Féodalité, chevalerie, éducation, mœurs générales des XII-XIII-XIVe siècles &, considérations sur l’esclavage à ces époques, 11 résultats ; 37 résultats pour "esclavage"
1838 - François-René de Chateaubriand, Études ou discours historiques sur la chute de l'Empire romain, la naissance et les progrès du christianisme et l'invasion des barbares ; suivis d'une Analyse raisonnée de l'histoire de France, Lefèvre et Le Dentu, Paris,  Comprend : Féodalité, chevalerie, éducation, mœurs générales des XII-XIII-XIVe siècles & considérations sur l’esclavage à ces époques, 37 résultats pour "esclavage"
1845 - François-René de Chateaubriand, Analyse raisonnée de l'histoire de France, et fragments depuis Philippe VI jusqu'à la bataille de Poitiers, Firmin Didot,  Comprend : récit du règne de Louis X dit Hutin, avec le texte des lettres du 3 juillet 1315 abolissant l'esclavage,
1861 - François-René de Chateaubriand, Analyse raisonnée de l'histoire de France, Oeuvres complètes de Chateaubriand, Volume X, Acamédia et Éditions Classiques Garnier, Paris, 

1730–1795 - Josiah Wedgwood[modifier | modifier le wikicode]

Josiah Wedgwood (1730–1795) & William Hackwood (1757-1836).- Anti-Slavery Medallion, 1787

1757-1836 - William Hackwood[modifier | modifier le wikicode]

Personnes nées à la fin du XVIIIe siècle, 1789-1799[modifier | modifier le wikicode]

1792-1867 - Victor Cousin[modifier | modifier le wikicode]

1794-1860 - Philippe Le Bas[modifier | modifier le wikicode]

  • 1842 - Philippe Le Bas (dir.), Esclavage : tel qu il a subsisté sur ce qui forme aujourd hui le territoire de la France à partir du cinquième siècle (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, article de Philippe Le Bas (dir.), L'Univers, France, dictionnaire encyclopédique par Philippe Le Bas, volume 7, Firmin-Didot (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1795-1858 - Les œuvres de Cyrille Bissette sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Personnes nées à la fin du XVIIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

André de Lacharière[modifier | modifier le wikicode]

  • 1836 - André de Lacharière, De l'affranchissement des esclaves dans les colonies françaises, Paris, Eugène Renduel, 140  p. (notice BnF no FRBNF30707416, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Les penseurs du XIXème siècle[modifier | modifier le wikicode]

Bibliothèque du droit pour faire le point au tournant des XVIIIe siècle & XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

  • 1772 - Armand-Gaston Camus, Lettres sur la profession d'avocat et sur les études nécessaires pour se rendre capable de l'exercer, On y a joint un catalogue raisonne des livres utiles a un avocat & plusieurs pièces concernant l'ordre des Avocats, 1772, J. Hérissant,
  • 1774 - Armand-Gaston Camus, Lettres sur la profession d'avocat et sur les études nécessaires pour se rendre capable de l'exercer, on y a joint un catalogue raisonné des livres utiles à un avocat, et plusieurs pièces concernant l'ordre des avocats, 1774, Méquignon le jeune, Paris,
  • 1777 - Armand-Gaston Camus, Lettres sur la profession d'avocat, sur les études relatives à cette profession et sur la manière de l'exercer, avec un catalogue raisonné des livres de droit qu'il est le plus utile d'acquérir et de connoître, Méquignon le jeune, Paris,
  • 1805 - Armand-Gaston Camus, André Marie Jean Jacques Dupin, Barnabé I Warée, Lettres sur la profession d'avocat et bibliothèque choisie des livres de droit qu'il est le plus utile d'acquérir et de connaître,
  • 1818 - Armand-Gaston Camus, André Marie Jean Jacques Dupin, Barnabé I Warée, Antoine Loysel, Lettres sur la profession d'avocat et Bibliothèque choisie des livres de droit qu'il est le plus utile d'acquérir et de connaître, quatrième édition, augmentée de plusieurs lettres et autres pièces intéressantes sur la profession d'avocat, 1818, Barnabé I Warée, Paris,
  • 1832 - André Marie Jean Jacques Dupin, Armand-Gaston Camus, Profession d'avocat, recueil de pièces concernant l'exercice de cette profession, 1832, Alex-Gobelet,
    • 1833 - Armand-Gaston Camus, André Marie Jean Jacques Dupin, Saint-Albin Berville, Pierre-Armand Séguier, Delacroix-Frainville, Lettres sur la profession d'avocat enrichies de pièces concernant l'exercice de cette profession, 1833, Librairie de jurisprudence de H. Tarlier, Bruxelles,
    • 1976 - Armand-Gaston Camus et André Marie Jean Jacques Dupin, Bibliothèque choisie des livres de droit pour faire suite aux «Lettres sur la profession d'avocat», 5e éd. revue et augmentée, Fac-simile de l'édition de Bruxelles, H. Tarlier, 1833, New York, Hildesheim (ISBN 3-487-05992-4, notice BnF no FRBNF35366026)Voir et modifier les données sur Wikidata, Reproduction : Fac-sim. de l'éd. de Bruxelles : H. Tarlier, 1833

L’abolition de l'esclavage de l'ancien régime à la monarchie de juillet[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1750-1831 - Henri Grégoire
  2. 1794-1860 - Philippe Le Bas, France. Dictionnaire encyclopédique par Philippe Le Bas
  3. 1797-1871 - Pierre Leroux, Pensée chrétienne

1840-1843 - Commission pour l'examen des questions relatives à l'esclavage et à la constitution politique des colonies[modifier | modifier le wikicode]

  • 26 mai 1840-mars 1843 - ministère de la Marine, Commission instituée par décision royale du 26 mai 1840, pour l'examen des questions relatives à l'esclavage et à la constitution politique des colonies, Rapport (OCLC 984056085, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata,
  • 1843 - Jules Lechevalier Saint-André, Rapport sur les questions coloniales adressé à M. le duc de Broglie, président de la Commission coloniale, à la suite d'une voyage fait aux Antilles et aux Guyanes pendant les années 1838 et 1839, par M. Jules Lechevalier, publié par ordre de S. Exc. l'amiral baron de Mackau, Documents et pièces justificatives, Imprimerie nationale, Paris, œuvre écrite
    • 1843 - Jules Lechevalier Saint-André, Monarchie de Juillet, France et Victor de Broglie, Rapport sur les questions coloniales adressé à M. le duc de Broglie, à la suite d'un voyage fait aux Antilles et aux Guyanes pendant les années 1838 et 1839, Tome I, Première partie : Documents et pièces justificatives. Première partie, Pièces écrites et recueillies pendant le voyage, enquêtes (OCLC 769927169, notice BnF no FRBNF33996152, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1843 - Jules Lechevalier Saint-André, Monarchie de Juillet, France et Victor de Broglie, Rapport sur les questions coloniales adressé à M. le duc de Broglie, à la suite d'un voyage fait aux Antilles et aux Guyanes pendant les années 1838 et 1839, Tome deuxième, partie 1 : Étude de l'émancipation dans les colonies anglaises, depuis l'année 1833 jusqu'au 3 décembre 1842 (OCLC 491352952, notice BnF no FRBNF33996152, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 23 décembre 1843 - Cours Royale de Paris, 23 décembre 1843, Furcy C. Héritiers Lorry (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 2009 - Sue Peabody, La question raciale et le « sol libre de France » : l'affaire Furcy (ISSN 0395-2649, 1243-258X, 1953-8146, 1243-2563 et 0003-441X, DOI 10.3917/anna.646.1305, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
Publications à propos des travaux de la Commission pour l'examen des questions relatives à l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]
  • 1844 - George William Alexander et John Scoble, Liberté immédiate et absolue ou esclavage : Observations sur le rapport de M. le Duc de Broglie, président de la commission instituée par décision royale du 26 mai 1840, pour l'examen des questions relatives à l'esclavage et à la constitution politiques des colonies français ; adressées à tous les français, amis de la liberté et de l'humanité, Paris, Firmin-Didot, 55  p. (OCLC 557384407, notice BnF no FRBNF30009400, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1844 - Gabriel Lafond de Lurcy, Un mot sur l'émancipation de l'esclavage et sur le commerce maritime de la France : en réponse à M. le duc de Broglie, au projet du gouvernement et au rapport de M. Mérilhou à la Chambre des Pairs, Paris, 36  p. (OCLC 785638999, notice BnF no FRBNF30715096, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
L’indemnisation des planteurs

1801-1869 - L'œuvre de Antoine Charma, philosophe, sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Antoine Charma a été élève de l'école normale puis professeur de philosophie à la faculté des lettres de Caen. Antoine Charma a étudié avec Théodore Jouffroy, professeur de philosophie à la faculté des lettres de Paris. Ce dernier, philosophe et homme politique, ayant développé au début du XIXe siècle la question psychologique au sein de l'école éclectique française dirigée par Victor Cousin[51], auteur d'une Histoire générale de la philosophie : depuis les temps les plus anciens jusqu'à la fin du XVIIIe siècle (1829)[52].

1802-1866 - L'œuvre de Gustave de Beaumont sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

1835-2014 - Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis[modifier | modifier le wikicode]

Gustave de Beaumont est par alliance le petit fils de l'illustre genéral de la Fayette ayant en 1856 épousé la fille de M. Georges de La Fayette

  • 1840 - Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis, Charles Gosselin, Paris, Edition de 1835, 2 volumes : (notice BnF no FRBNF30072984n)[53]. Voir l'analyse précise de Biot dans le Journal des Savants, Académie des inscriptions et belles-lettres, décembre 1839 : L Irlande sociale politique et religieuse par M. Gustave de Beaumont auteur de Marie ou l'esclavage aux Etats-Unis et l'un des auteurs du système pénitentiaire aux Etats-Unis, deux volumes in 8°, troisième édition Paris 1839.
  • Œuvres complètes de Tocqueville éditées par Gustave de Beaumont.

1802-1890 - L'œuvre de George William Alexander sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

George William Alexander (1802–1890) was an English financier and philanthropist. He was the founding Treasurer of .[1] The American statesman Frederick Douglass said that he "has spent more than an American fortune in promoting the anti-slavery cause ..."[2]

Bibliographie George William Alexander[modifier | modifier le wikicode]

  • 1842 - (en) George William Alexander, Letters on the Slave-trade, Slavery, and Emancipation: With a Reply to Objections Made to the Liberation of the Slaves in the Spanish Colonies; Addressed to Friends on the Continent of Europe, During a Visit to Spain and Portugal, Londres, Charles Gilpin, 176  p. (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1844 - George William Alexander et John Scoble, Liberté immédiate et absolue ou esclavage : Observations sur le rapport de M. le Duc de Broglie, président de la commission instituée par décision royale du 26 mai 1840, pour l'examen des questions relatives à l'esclavage et à la constitution politiques des colonies français ; adressées à tous les français, amis de la liberté et de l'humanité, Paris, Firmin-Didot, 55  p. (OCLC 557384407, notice BnF no FRBNF30009400, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1849 - George William Alexander et John Scoble, De l'esclavage et de la Traite des Nègres (OCLC 67993627, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1803-1871 - L'œuvre de Guillaume de Félice sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

De Felice, Fortunato Bartolomeo (1723-1789), le père[modifier | modifier le wikicode]

Voir à 1723-1789

1803-1871 - Guillaume-Adam de Felice[modifier | modifier le wikicode]

Guillaume de Felice

Guillaume de Félice (4e comte de Panzutti), (Otterbe, 1803 - Lausanne, 23 octobre 1871), (notice BnF no FRBNF30425336h)

1803-1871 le combat abolitionniste de Guillaume de Felice[modifier | modifier le wikicode]

Guillaume de Félice, Émancipation immédiate et complète des esclaves, page de titre, Dellay, 1846
Pétition du Bureau de correspondance pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, 1847

Pétitions aux deux chambres[modifier | modifier le wikicode]

  • 19 mars 1810 - Bissette.- Pétition à la Chambre des Pairs et à la Chambre des Députés, Paris, imprimerie de Poussielgue
  • 17 août 1816 - Pétition à la Chambre des Pairs et à la Chambre des Députés pour l'abolition de l esclavage dans les colonies françaises, Paris, imprimerie de A. Sirou et Desquers

Bureau de correspondance pour l'abolition de l esclavage dans les colonies françaises[modifier | modifier le wikicode]

  • 1846 - Guillaume de Félice, Émancipation immédiate et complète des esclaves : appel aux abolitionnistes, Paris, Delay, 114  p. (notice BnF no FRBNF30425357, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1847 - Cabanis (dir.) et Bureau de correspondance pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises (dir.), Abolition de l'esclavage, projet de pétition publié dans Le Semeur, Volume 16 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1847 - Charles Meyrueis (dir.), Émancipation des esclaves. Aux protestants de France, pasteurs, anciens et fidèles. Bureau de correspondance pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, (OCLC 763546788, notice BnF no FRBNF36400639, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1847 - Bureau de correspondance pour l'abolition de l'esclavage.- Pétition aux Chambres pour demander l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, Paris, Impr. de M. Ducloux, 1847
    • 19 juin 1847 - Ch. Meyrueis (Meyrueis, Charles), (pour le) Bureau de correspondance pour l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, rue Rumford, n°8. Émancipation des esclaves. Aux protestants de France, pasteurs, anciens et fidèles. Éditeur: Impr. de A. Bailly, Paris, le 19 juin 1847
  • 1865 - Guillaume de Félice, Appel en faveur des noirs émancipés dans les Etats-Unis. Discours prononcé le 25 juin 1865, dans le Temple de Toulouse, Paris, C. Meyrueis, 32  p. (notice BnF no FRBNF30425345)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le synode protestant de mai 1637 s’occupa de l’esclavage des noirs[modifier | modifier le wikicode]

« Un autre synode national s’ouvrit 'au mois de mai 1637, dans la ville d’Alençon. M. de SaintMarc, conseiller d’état et commissaire du roi, y parla d’un ton haut : « Je suis venu à votre synode pour vous faire savoir la volonté de Sa Majesté. Toute autorité est de Dieu, et par conséquent, sur ce fondement inébranlable, vous devez obéir. Outre que les hantés de Sa Majesté vous y obligent et les soins qu’il prend de vous, sa clémence et son pouvoir sont les supports les plus fermes que vous puissiez avoir. Je ne doute nullement que vous n’ayez fait réflexion plusieurs fois sur l’admirable providence de Dieu qui fait que l’autorité royale de Sa Majesté est votre conservation. » Le modérateur Basnage répondit à M. de Saint-Marc que les Eglises n’avaient jamais en la moindre pensée de se départir de la soumission à laquelle les obligeait la Parole de Dieu.
Le roi fit défendre aux pasteurs et aux anciens de correspondre de synode à synode, ou avec des corps ecclésiastiques étrangers; et comme il était venu plusieurs lettres de Genève et de Hollande, on les remit toutes cachetées au commissaire qui, après en avoir pris connaissance, permit de les lire à l’assemblée. Ces lettres traitaient de quelques points de doctrine soulevés par Amyraut, professeur de l’académie de Saumur. Nous y re— viendrons ailleurs.
Le synode s’occupa de l’esclavage des noirs, question peu agitée au dix-septième siècle, et qui n’excitait guère l’attention des assemblées du clergé catholique. S’il fut d’avis que la Parole de Dieu ne défend pas d’acheter et de garder des esclaves, il y posa du moins des conditions fort libérales pour l’époque : « Cette assemblée, confirmant le canon fait par le synode provincial de Normandie, exhorte les fidèles de ne pas abuser de cette liberté d’une manière qui soit contraire aux règles de la charité chrétienne, et de ne pas remettre ces infidèles au pouvoir des Barbares qui pourraient les traiter inhumainement, ou entre les mains de ceux qui sont cruels, mais de les donner à des chrétiens débounaires , et qui soient en état d’avoir principalement soin de leurs âmes précieuses et immortelles, en tâchent de les instruire dans la religion chrétienne.» »
— Guillaume de Félice.- Histoire des protestants de France, depuis l'origine de la réformation jusqu'au temps présent [54]

Bibliographie

Guillaume de Félice (4e comte de Panzutti) : postérité[modifier | modifier le wikicode]

1804-1893 - L'œuvre de Victor Schœlcher sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Une famille de porcelainier[modifier | modifier le wikicode]

« Schœlcher (Maec), fabricant de porcelaines, fut détourné de la carrière ecclésiastique à laquelle il était destiné, par les orages de la révolution. Après avoir été garçon de magasin dans la manufacture de M. Locré, il fut placé à la tête de cet établissement. A l'époque de sa destruction, il en fonda un autre dans le faubourg Saint-Denis, et y porta à un haut degré de perfection la fabrication de la porcelaine, qui n'avait alors quelque éclat que dans les manufactures royales. Il en est sorti des objets de luxe précieux et rares, aussi bien que des objets usuels. Schœlcher mourut à Paris au milieu d'octobre 1832. »
— Matteo-Riccardo-Agosto barone Henrion.- Annuaire biographique, ou supplement annuel de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 1834[55].

Victor Schœlcher fait une carrière politique sur le thème de l’abolition de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

« Soixante membres de la gauche environ étaient là, et entre autres Edgar Quinet, Schœlcher, Madier de Montjau, Carnot, Noël Parfait, Pierre Lefranc, Bancel, de Flotte, Bruckner, Chaix, Cassal, Esquiros, Durand-Savoyat, Yvan, Carlos Forel, Etchegoyen, Labrousse, Barthélemy (Eure-et-Loir), Huguenin, Aubry (du Nord), Malardier, Victor Chauffour, Belin, Renaud, Bac, Versigny, Sain, Joigneaux, Brives, Guilgot, Pelletier, Doutre, Gindrier, Arnaud (de l’Ariège), Raymond (de l’Isère), Brillier, Maigne, Sartin, Raynaud, Léon Vidal, Lafon, Lamarque, Bourzat, le général Rey. »
— Victor Hugo.- Histoire d’un crime, Première journée, Le guet-apens

Bibliographie Victor Schœlcher[modifier | modifier le wikicode]

Victor Schœlcher
* 1851 : Coup d'État du 2 décembre 1851 du président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte qui devient président pour dix années.
* 1852 : proclamation du Second Empire par le président Louis-Napoléon Bonaparte qui devient empereur sous le nom de Napoléon III.
* 1852 - Victor Schœlcher, Histoire des crimes du 2 décembre 
** 1852 - Victor Schœlcher, Histoire des crimes du 2 décembre, Volume I. Edition considérablement augmentée, Bruxelles (notice BnF no FRBNF31326554, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 
** 1852 - Victor Schœlcher, Histoire des crimes du 2 décembre, Volume II. Edition considérablement augmentée, Bruxelles (notice BnF no FRBNF31326554, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 

1805-1864 - L'œuvre de Adolphe Ambroise Alexandre Gatine sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Adolphe Ambroise Alexandre Gatine, avocat, abolitionniste

  • 1849 - Adolphe Ambroise Alexandre Gatine et Jacques Adélaïde-Merlande (dir.), Abolition de l'esclavage à la Guadeloupe : quatre mois de gouvernement dans cette colonie, Chez France, 120  p. (notice BnF no FRBNF32148850, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 2012 - Adolphe Ambroise Alexandre Gatine et Jacques Adélaïde-Merlande (dir.), L'abolition de l'esclavage à la Guadeloupe, 1848, Paris, Karthala (ISBN 978-2-8111-0640-9, notice BnF no FRBNF42679294)Voir et modifier les données sur Wikidata

1812-1904 - L'œuvre de Henri-Alexandre Wallon sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Henri-Alexandre Wallon (1812-1904) introduisit le terme "République"[56] dans les lois constitutionnelles de 1875[57].

« Henri Wallon rêve d’un enseignement à l’École Normale, mais il n’a pas la faveur du Ministère de l’Instruction publique : Victor Cousin, Saint-Marc Girardin, François Villemain lui reprochent tout à la fois son christianisme trop affirmé et son attachement à Michelet. Cependant en octobre 1838, il est chargé de conférences d’histoire ancienne à l’ENS, puis y est nommé comme professeur en 1841. Après avoir envisagé de traiter des historiens du siècle d’Auguste, il décide, encouragé par Michelet, de concourir pour un prix proposé en 1838 par l’Académie des Sciences morales et politiques sur le thème de l’« abolition de l’esclavage ». En huit mois, par un travail acharné mené avec le concours d’un ami, son condisciple de l’ENS, M. Yanosky, Henri Wallon remporte le prix en 1839 ; après de nombreuses retouches l’ouvrage paraîtra en 1847 : « Histoire de l’esclavage dans l’antiquité », en 3 volumes.
Cependant l’auteur de l’«  Histoire de l’esclavage » fut choisi comme secrétaire de la Commission pour la suppression de l’esclavage. Lors des premières élections au suffrage universel, il fut élu à la Guadeloupe comme suppléant pour l’Assemblée constituante. En 1849, il figure à l’Assemblée nationale sur la liste du parti modéré du Nord, mais démissionne l’année suivante lors du vote de la loi apportant des restrictions au suffrage universel. Ainsi Henri Wallon apparaît désormais comme un universitaire certes, mais aussi comme unhomme politique, dans une position originale d'ailleurs puisque, chrétien affirmé, il est également engagé dans les luttes pour l’émancipation des noirs. »
— Jean Cluzel, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences Morales et Politiques : Wallon, Jeanne d’Arc et la République[58]

  • 1847-1879-2004 - Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité
Chronologie de l'esclavage
Sudoc
* Henri Wallon, De l'esclavage dans les colonies pour servir d'introduction à l'Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, Louis Charles Dezobry et E. Magdeleine et Cie (notice BnF no FRBNF31618887, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
* Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, tome premier (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
* Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité tome deuxième (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
* Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, tome troisième, Firmin-Didot (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
** Jean Yanoski, De l'abolition de l'esclavage ancien au Moyen âge et de sa transformation en servitude de la glèbe : pour faire suite à l'"Histoire de l'esclavage dans l'antiquité" de M. H. Wallon, Paris, Imprimerie nationale (notice BnF no FRBNF31674633, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Histoire de l'esclavage dans l'antiquité sur Internet Archive[modifier | modifier le wikicode]

  • 1847 - Wallon, Henri (1812-1904).- Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, Paris : Impr. royale, 1847, 3 vol. ; in-8. Une introduction à cet ouvrage, parue isolément la même année est conservée à la BNF sous le titre "De l'Esclavage dans les colonies" par le même auteur.
  • 1847 - De l'esclavage dans les colonies : pour servir d'introduction à l'"Histoire de l'esclavage dans l'antiquité" ; (notice BnF no FRBNF31618887s)
  • 1847 - volume II
  • 1847 - volume III
  • 1879 - volume I
  • 1879 - volume II

Histoire de l'esclavage dans l'antiquité sur Google[modifier | modifier le wikicode]

Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, Volume 1

  • 1847 - Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité 1847

1847 - Dezobry, E. Magdeleine et Cie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1847 - Henri Wallon, De l'esclavage dans les colonies pour servir d'introduction à l'Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, Louis Charles Dezobry et E. Magdeleine et Cie (notice BnF no FRBNF31618887, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1847 - Imprimerie Royale[modifier | modifier le wikicode]

1847 - Hachette et cie[modifier | modifier le wikicode]


1879 - Firmin Didot[modifier | modifier le wikicode]

  • 1879 - Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, tome premier (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1879 - Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité tome deuxième (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1879 - Henri Wallon, Histoire de l'esclavage dans l'antiquité, tome troisième, Firmin-Didot (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Compléments & Analyses[modifier | modifier le wikicode]

  • 1837 - Henri Wallon, Du droit d'asyle : thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris par Henri Wallon, Paris, E.-J. Bailly (notice BnF no FRBNF31618884, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1860 - Jean Yanoski, De l'abolition de l'esclavage ancien au Moyen âge et de sa transformation en servitude de la glèbe : pour faire suite à l'"Histoire de l'esclavage dans l'antiquité" de M. H. Wallon, Paris, Imprimerie nationale (notice BnF no FRBNF31674633, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 2004 - Claude Nicolet, Académie des sciences morales et politiques, Académie des inscriptions et belles-lettres et Henri Wallon, Henri Wallon : de l’esclavage antique à l’esclavage moderne (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bibliographie (Henri Wallon, 1812-1904) à organiser[modifier | modifier le wikicode]

1826 - Amelia Opie.- The Black Man's Lament or How To Make Sugar, Londres[modifier | modifier le wikicode]

Amelia Opie

  • 1826 - (en) Amelia Opie (ill. anonyme), The Black Man's Lament; or How To Make Sugar, LondresVoir et modifier les données sur Wikidata

La restauration sous l'angle de l'abolition de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

« La Restauration est la période de l'histoire de France comprise entre la première abdication de Napoléon Bonaparte le 6 avril 1814 et son retour en mars 1815, et entre la chute du Premier Empire et la révolution des Trois Glorieuses du 29 juillet 1830. La Restauration consiste en un retour à la souveraineté monarchique de la maison de Bourbon, exercée dans le cadre d'une monarchie constitutionnelle limitée par la Charte de 1814, sous les règnes de Louis XVIII et Charles X, frères cadets de Louis XVI, déchu en 1792 puis exécuté en 1793.
Cette période est interrompue par les Cent-Jours du 20 mars au 8 juillet 1815 pendant lesquels l'empereur déchu Napoléon Ier reprend le pouvoir1. Cet intermède permet de distinguer la Première Restauration de la Seconde Restauration. Elle est suivie par la monarchie de Juillet de 1830 à 1848, également limitée par la nouvelle Charte de 1830, sous le règne de Louis-Philippe Ier, issu d'une branche cadette de la maison de Bourbon, les Orléans.
Cette période de restauration de la monarchie fut un temps d'expérimentation des débuts du parlementarisme, en préservant quelques acquis de la Révolution française. Elle voit donc l'expérience d'une monarchie constitutionnelle, avec une paix relative dans un contexte international troublé. La Révolution industrielle provoque des bouleversements économiques et sociaux profonds. La politique ministérielle s'en ressent. En politique intérieure, c'est un retour monarchique mais sous l'influence d'une vraie vie parlementaire, qui est marquée d'une oscillation entre ultraroyalistes et libéraux. »
— Wikipédia.fr, La Restauration.

Lois concernant les colonies après la Révolution de 1789-1814[modifier | modifier le wikicode]

la Charte du 4 juin 1814 crée la Chambre des pairs[modifier | modifier le wikicode]

Jollivet Adolphe - Les Colonies françaises devant la Chambre des Pairs, 1845

La pairie rétablie à la Restauration, la Charte du 4 juin 1814 crée la Chambre des pairs qui remplace le Sénat conservateur napoléonien. - Conservée sous la monarchie de Juillet (Charte du 14 août 1830), elle est supprimée par la révolution de 1848. (notice BnF no FRBNF121640344).

1814-1815 - Première Restauration[modifier | modifier le wikicode]

1815-1830 - Seconde Restauration[modifier | modifier le wikicode]

Ordonnance du 9 février 1827[modifier | modifier le wikicode]

1830-1848 - La monarchie de Juillet sous l'angle de l'esclavage & des Amériques[modifier | modifier le wikicode]

Les débats au parlement[modifier | modifier le wikicode]

1838- - Commission chargée de l'examen de la proposition de M. Passy[modifier | modifier le wikicode]

Le débat parlementaire, 1838[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1832 - Amédée de Cools des Noyers, Droit et nécessité des garanties sociales et politiques réclamées par les colonies françaises ː ou observations sur les rapports des lois organiques coloniales, présentées à la chambre des députés pendant la session de 1831, Paris, Delaunay (notice BnF no FRBNF30266968, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1833 (13 février) - Chambre des pairs, Monarchie de Juillet, Louis-Philippe Ier et Jean-Élie Gautier (dir.), Rapport relatif à l'état des hommes de couleur et au régime législatif des colonies, Paris (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1845 - Chambre des pairs, chambre des députés, (1830-1848), Exposés des motifs, rapports et débats des chambres législatives concernant les lois des 18 et 19 juillet 1845, relatives au régime des esclaves à l'introduction de cultivateurs européens et à la formation d'établissements agricoles dans les colonies françaises, Paris,
  • 1845 - Conseil colonial de la Guadeloupe, Gouvernement de la Guadeloupe et dépendances. Adresse votée par le conseil colonial, séance du 24 octobre 1845, en réponse au discours d'ouverture de la session, Guadeloupe (notice BnF no FRBNF34144473)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1845 - Thomas-Marie-Adolphe Jollivet, Les Colonies françaises devant la Chambre des Pairs, analyse de la discussion générale du projet de loi sur le régime colonial,, Paris, 112  p. (notice BnF no FRBNF30657137, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1839-1848 - Marc-Antoine Jullien de Paris, T. Fleury, Annales du parlement français publiées par une société de publicistes avec la souscription collective des deux chambres., Firmin Didot, Paris,
    • 1839 - Marc-Antoine Jullien de Paris et T. Fleury (dir.), Annales du parlement français publiées par une société de publicistes avec la souscription collective des deux chambres, Volume I, 1839, Paris, F. Ponce, Lebas et Compagnie (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
* Esclave, Volume I
* Esclaves, Volume I
* Esclavage, Volume I
* colonie, Volume I
* colonies, Volume I
* Dans ce volume, une seule occurence de "domestique". C'est Lamartine qui prononce le mot page 137
    • 1999 - Michèle Benaiteau et Marc-Antoine Jullien de Paris, Marc‑Antoine Jullien de Paris (1789‑1848). Une biographie politique (ISSN 0003-4436 et 1952-403X, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1848 - Société orientale de France et Charles Hubert Lavollée, Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. Des mesures à prendre pour l'émancipation (notice BnF no FRBNF32857437, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, publié dans Société orientale de France, Revue de l'Orient et de l'Algérie : bulletin et actes de la Société orientale : recueil consacré à la discussion des intérêts de tous les états orientaux et des colonies françaises de l'Afrique, de l'Inde et de l'Océanie, Just Rouvier,
  • 1848 - France et Eugène Pelletan, Collection de documents pour servir à l'histoire de la chute de la maison d'Orléans et de l'établissement de la république, Leipzig, Brockhaus et Avenarius (notice BnF no FRBNF36451635, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Les rapports faits au gouvernement & au roi[modifier | modifier le wikicode]

1848 - Rapport de la Commission pour l'abolition de l'esclavage
  • 1848 - Commission pour l'abolition de l'esclavage, Deuxième République, Victor Schœlcher (dir.), Auguste-François Perrinon (dir.), Adolphe Ambroise Alexandre Gatine (dir.) et Henri Wallon (dir.), Rapport fait au ministre de la Marine et des colonies, par la commission instituée pour préparer l'acte de l'abolition immédiate de l'esclavage (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

1848-1852 : La France énonce en droit écrit que l'esclavage est un crime contre l'Humanité[modifier | modifier le wikicode]

Les textes du gouvernement provisoire

Vu l’article 66 de l’ordonnance du 9 février 1827
Vu les décrets du Gouvernement provisoire de la République, en date des 27 avril, 2 et 5 mai 1848, dont suit l’énumération ;

1o Décret portant l’abolition de l’esclavage ;

2o Décret qui pourvoit au sort des vieillards, des infirmes et des orphelins après l’émancipation ;

3o Décret portant établissement d’écoles gratuites aux colonies et d’un lycée à la Guadeloupe ;

4o Décret portant institution de jurys cantonaux pour le règlement des contestations relatives au travail et la répression des faits de coalition, ou autres ;

5o Décret portant création d’ateliers nationaux aux colonies, suivi d’un arrêté réglementaire du ministre de la marine et des colonies pour l’organisation de ces ateliers ;

6o Décret concernant la répression du vagabondage et de la mendicité aux colonies, et portant création d’ateliers de discipline, suivi d’un arrêté réglementaire du ministre delà marine et des colonies, pour l’organisation de ces ateliers ;

7o Décret portant création de caisses d’épargne aux colonies ;

8o Décret relatif à l’impôt personnel et aux taxes sur les spiritueux ;

9o Décret instituant une fête du travail et des récompenses publiques pour les travailleurs qui les auront méritées ;

10o Décret sur le régime hypothécaire et l’expropriation forcée aux colonies ;

11o Instruction du Gouvernement provisoire pour les élections dans les colonies, ayant force de décret ;

12° Décret portant suppression des conseils coloniaux et des fonctions de délégués des colonies ;

13o Décret concernant les pouvoirs des commissaires généraux de la République dans les colonies ;

14o Décret concernant le régime de la presse aux colonies ;

15o Décret portant application aux colonies de la législation sur le recrutement de l’armée, sur l’inscription maritime et sur l’organisation de la garde nationale,

Genèse du décret portant abolition de l’esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Décret du 27 avril 1848 qui décide de l’abolition de l’esclavage en France et dans ses colonies[modifier | modifier le wikicode]

Décret d'abolition de l'esclavage-Archives nationales-BB-30-1125-A-296 : recherche des sources[modifier | modifier le wikicode]

<https://fr.wikiversity.org/w/index.php?title=Utilisateur:Ambre_Troizat/Réflexions_%C3%A0_propos_des_traites_%26_esclavages&action=edit&section=122>

Membres du Gouvernement provisoire & maires de Paris, signataires du décret d'abolition de 1848[modifier | modifier le wikicode]

Dans le Gouvernement provisoire de 1848, les fonctions gouvernementales sont réparties entre des membres du gouvernement et des personnalités extérieures.

« Le décret d'abolition a été précédé d'un autre décret rendu le 4 mars qui instituait une commission composée des Schœlcher président, Mestro directeur des colonies, Perrinon chef de bataillon d artillerie de marine, Gatine avocat aux conseils, Haumont ouvrier horloger, Wallon et Percin, secrétaires. Cette commission avait pour mission de préparer l'acte d'émancipation. D'autres décrets complémentaires de celui que l'on vient de lire ont été rendus successivement »
— Histoire des votes des représentants du peuple dans nos Assemblées Nationales depuis la Révolution de Février, 1848, etc. 1851[61]

Membre du gouvernement provisoire Signataire du décret d'abolition de l'esclavage
Alexandre-Albert Martin, dit l'ouvrier Albert. Il signe : Albert (ouvrier), membre du gouvernement provisoire Albert,
François Arago, ministre de la Marine, puis président de la Commission exécutive François Arago, président de la Commission exécutive
Eugène Bethmont, avocat, Agriculture et Commerce ministre de la Justice, puis président de section au Conseil d'État. -
Louis Blanc, président de la Commission du gouvernement pour les travailleurs. Louis Blanc, président de la Commission du gouvernement pour les travailleurs.
Lazare Hippolyte Carnot, Instruction publique, -
Louis Eugène Cavaignac, général, gouverneur général de l'Algérie -
Amable Gaspard Henri de Courtais, vicomte, officier de cavalerie en retraite, commandant de la Garde nationale. -
Adolphe Crémieux, la Justice Adolphe Crémieux, la Justice[62]
Jacques Charles Dupont de l'Eure dit Dupont de l'Eure[63] est président du conseil Jacques Charles Dupont de l'Eure dit Dupont de l'Eure, président du conseil
Ferdinand Flocon[64] Ferdinand Flocon
Louis-Antoine Pagès dit Garnier-Pagès, mairie de Paris. Louis-Antoine Garnier-Pagès, mairie de Paris.
Michel Goudchaux, Finances, -
Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine, Affaires étrangères, Alphonse de Lamartine, Affaires étrangères,
Alexandre-Auguste Ledru-Rollin, ministère de l'intérieur. Alexandre-Auguste Ledru-Rollin, ministère d'l'intérieur
(Citoyen) Marie, ministre provisoire aux travaux publics (Citoyen) Marie, ministre provisoire aux travaux publics
- Armand Marrast ; Armand Marrast, maire de Paris
Laurent-Antoine Pagnerre, secrétaire du Gouvernement provisoire. Laurent-Antoine Pagnerre, secrétaire du Gouvernement provisoire.
Jacques-Gervais Subervie ; Jacques-Gervais Subervie, général baron, ancien officier du Premier Empire, reçoit la Guerre. -

Les textes adoptés en conseil de Gouvernement, le 27 avril 1848[modifier | modifier le wikicode]

  • Recueil de législation nouvelle : Législation concernant les colonies françaises : ensemble de 18 textes venant à la suite du rapport de la Commission, Basse-Terre, 58  p. (notice BnF no FRBNF34136395, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata [65]

référence circulaire. WP ne pouvant servir de source à elle-même, celui qui fait une copie de wikipédia ne peut devenir une source. Tout comme un site miroir de WP ne peut être une source acceptable

1848-1948 - Abolir le droit de propriété sur l'Humain[modifier | modifier le wikicode]

Le Second empire[modifier | modifier le wikicode]

La Troisième République[modifier | modifier le wikicode]

1868-1963 - L'œuvre de William Edward Burghardt Du Bois sous l'angle de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

William Edward Burghardt Du Bois dit W. E. B. Du Bois, 23 février 1868 - 27 août 1963)

1888-1893 - Bulletin de la Société antiesclavagiste de France[modifier | modifier le wikicode]

  • 1888-1893 - Société antiesclavagiste de France, Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, 1888-1893,
    • 1902 - Louis Durand, Le Mouvement antiesclavagiste (1876-1900), conférence faite à la grande salle de la mairie de Tarbes, le 13 juin 1902, sous les auspices de la Société académique des Hautes-Pyrénées, Toulouse, Éditions Privat, 39  p. (notice BnF no FRBNF30385110)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1889 - Alexis-Marie Gochet et Charles Martial Lavigerie, La barbarie africaine et l'action civilisatrice des missions catholiques au Congo, contenant, comme préliminaires, un chapitre sur le mouvement antiesclavagiste et le discours du cardinal Lavigerie à Londres : ouvrage illustré de vulgarisation, Liège, Imprimerie de H. Dessain, 208  p. (notice BnF no FRBNF30516201, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bibliographie de William Edward Burghardt Du Bois[modifier | modifier le wikicode]

  • 1899 - W. E. B. Du Bois, The Philadelphia Negro œuvre écrite de William Edward Burghardt Du Bois,

Institutions & revues coloniales[modifier | modifier le wikicode]

Le Conseil colonial de la Guadeloupe[modifier | modifier le wikicode]

Conseils coloniaux français ; Conseil colonial en tant que institution
Conseil colonial (France)
Conseil colonial de la Guadeloupe ; Auteur de rapports
Conseil colonial de l'île Bourbon

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1833 (24 avril) - Louis-Philippe Ier et France, Loi concernant le régime législatif des colonies, n°216, 24 avril 1833, Paris, Imprimerie nationaleVoir et modifier les données sur Wikidata publié dans État en France, Bulletin des lois Q2928073 & Q21427562
  • 1845 - Conseil colonial de la Guadeloupe, Gouvernement de la Guadeloupe et dépendances. Adresse votée par le conseil colonial, séance du 24 octobre 1845, en réponse au discours d'ouverture de la session, Guadeloupe (notice BnF no FRBNF34144473)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1847 - Conseil colonial de l'île Bourbon, Adresse au roi, du conseil colonial de l'île Bourbon, pour demander la représentation des colonies à la Chambre des Députés, Délibérée et adoptée dans la séance du 15 avril 1847., Paris, imprimerie de Guiraudet et Jouaust (notice BnF no FRBNF36400633, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1848 - Conseil colonial de la Guadeloupe, Abolition de l'esclavage, imprimerie de Guiraudet et Jouaust, Paris,
  • 1849 - Adolphe Ambroise Alexandre Gatine et Jacques Adélaïde-Merlande (dir.), Abolition de l'esclavage à la Guadeloupe : quatre mois de gouvernement dans cette colonie, Chez France, 120  p. (notice BnF no FRBNF32148850, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Revue de l'Orient, de l'Algérie et des colonies[modifier | modifier le wikicode]

du droit naturel en faveur de l'émancipation sans indemnités

« Dans notre opinion, l’indemnité est due. Les partisans de l’opinion contraire s’appuient sur la loi naturelle qui ne reconnaît point l’esclavage : ils soutiennent que les droits de l’humanité et de la liberté sont imprescriptibles, et que les colons, après avoir bénéficié, pendant plus de deux siècles, d’une illégalité monstrueuse, ne sauraient être considérés comme propriétaires d’un bien qu’ils ont usurpé ; que les abus, quels qu’ils soient, doivent tomber d’eux-mêmes devant les progrès du temps et les protestations, souvent tardives, delà morale, mais non se racheter. »
Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. Des mesures à prendre pour l'émancipation, Revue de l'Orient, de l'Algérie et des colonies, Tome 3, 1848.

Le mélanoderme n'est pas inférieur au leucoderme

« Nous sommes loin du temps où certains physiologistes classaient le nègre au-dessous de l’homme, dans l’échelle des êtres, et le mettaient en quelque sorte hors la loi ; c’était une justification savante de l’esclavage, un mensonge intéressé dont les idées modernes ont fait justice. »
Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. Des mesures à prendre pour l'émancipation, Revue de l'Orient, de l'Algérie et des colonies, Tome 3, 1848.

Revue de l'Orient (Paris)
Charles Lavollée
Charles Lavollée

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1848 - Société orientale de France et Charles Hubert Lavollée, Abolition de l'esclavage dans les colonies françaises. Des mesures à prendre pour l'émancipation (notice BnF no FRBNF32857437, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, publié dans Société orientale de France, Revue de l'Orient et de l'Algérie : bulletin et actes de la Société orientale : recueil consacré à la discussion des intérêts de tous les états orientaux et des colonies françaises de l'Afrique, de l'Inde et de l'Océanie, Just Rouvier,
  • 1889 - Alexis-Marie Gochet et Charles Martial Lavigerie, La Traite des nègres et la croisade africaine, choix raisonné de documents relatifs à la question de l'esclavage africain et comprenant la lettre encyclique de Léon XIII sur l'esclavage, le discours du cardinal Lavigerie à Bruxelles, un chapitre de géographie et d'histoire, première édition, Liège, Imprimerie de H. Dessain, 240  p. (notice BnF no FRBNF30516213, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1998 - R. KORTENHORST.- A propos de l’inégalité des hommes, des peuples et des races…, Bastion n°26 de septembre 1998. Un tel discours pourrait expliquer les résultats du front national dans les Outremers français. Voir profession de foi en page d'accueil & l'histoire du Front nouveau de Belgique.

A insérer dans Wikidata[modifier | modifier le wikicode]

Le droit naturel a-t-il encore de la valeur ?
Les Mardis des Bernardins du 14/05/2013. Avec la participation de : Patrice Rolland, professeur agrégé des Facultés de droit, université de Paris 12 ; Arnaud de Nanteuil, professeur agrégé des Facultés de droit, université du Mans ; Olivier Echappé, magistrat, vice-doyen de la faculté de droit canonique, Institut catholique de Paris. Débat animé par Catherine Escrive, journaliste.- Le droit naturel a-t-il encore de la valeur ? Sur Youtube.
Pierre-Yves Quiviger.- Le secret du Droit naturel ou après Villey
Vidéo : Pierre-Yves Quiviger, Le secret du Droit naturel ou après Villey, Classiques Garnier, Paris, 2012, 190 pages. droit naturel, Droit positif, Justice, Positivisme juridique, Propriété, Jusnaturalisme.
 Voir également la vidéo ici.
 Article scientifique : P.-Y. Quiviger, Ecole normale supérieure (Les Lundis de la Philosophie 2012-2013).- - L'œuvre de  Gustave de Beaumont sous l'angle de l'esclavageis%2C-2012%2C-190-pages%2C-Lu-par-V.-Alain Morale et droit naturel, Conférence donnée dans le cadre des Lundis de la Philosophie 2012-2013, cycle organisé par Francis Wolff (département de philosophie de l'Ecole normale supérieure).
Recherche de vidéos à propos du droit naturel sur Youtube
[Recherche de vidéos à propos du droit naturel sur Vimeo]

L'Utopia propose une société où une partie de la population est soumise à l'esclavage

  • L’esclavage dans l’Europe médiévale, .herodote.net.
  • Occurrence de esclave in Les loix civiles dans leur ordre naturel : le droit public, et Legum delectus by Domat, Jean, 1625-1696; Héricourt, Louis de, 1687-1752; Bouchevret, M. de (Benoît); Berroyer, Claude, 1655-1735; Chevalier, -----; Jouy, Louis-François de, 1714-1771; Adams, John, 1735-1826, former owner. BRL; Boston Public Library (John Adams Library) BRL, Published 1777.

Les Cahiers de l'école du Louvre[modifier | modifier le wikicode]

Palais de la Porte Dorée[modifier | modifier le wikicode]

« une polémique car le palais de la Porte Dorée fut le siège de l’ancien musée des Colonies inaugurés lors ... de l’immigration en France ne soit mêlé à celui de la colonisation, donc de manière stigmatisante pour le nouveau ... de la France dans les colonies, il doit devenir l’institution culturelle qui illustrera l’apport décisif ... »
— Andréa Delaplace.- Un palais pour les immigrés ? Le Musée de l’histoire de l’immigration à Paris : une collection et un musée en devenir, Les Cahiers de l'École du Louvre, janvier 2016, Texte intégral disponible en accès libre.

Bibliographie à explorer[modifier | modifier le wikicode]

Chronologie de l'esclavage Richard Henry Dana, Jr. (né le 1er août 1815 à Cambridge (Massachusetts) – mort le 6 janvier 1882)

  • 1614 - collectif et Anthoine du Brueil (dir.), Le Citoyen françois. Ou Courrier des bonnes nouvelles de la court, Paris (notice BnF no FRBNF36288351, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1767 - François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire historique des mœurs, usages et coutumes des François. Contenant aussi les établissemens, fondations, époques, anecdotes, progrès dans les sciences & dans les arts, & les faits les plus remarquables & intéressans, arrivés depuis l'origine de la monarchie jusqu'à nos jours. (notice BnF no FRBNF30035253, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1824 - Edme-Théodore Bourg, Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu : Tableau historique, chronologique et descriptif des Supplices, Tortures ou Questions ordinaires et extraordinaires, Tourmens, Peines corporelles et infamantes, Châtimens, Corrections, etc., et ordonnés par les Lois ou infligés par la cruauté ou le caprice, chez tous les peuples de la terre, tant anciens que modernes ; auxquels on a rattaché les Faits les plus importans que l'histoire présente en condamnations ou, exécutions civiles, correctionnelles ou criminelles, Paris, chez l'éditeur et Rousselon (notice BnF no FRBNF30145576, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • Série "De l'esclavage et de la Traité des Nègres" sur BNF

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie à mettre sous Wikidata[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie à mettre sous Wikidata

# 1981 - Heers, Jacques (1924-2013).- Esclaves et domestiques au Moyen âge dans le monde méditerranéen / Jacques Heers, Fayard
# 1996 - Heers, Jacques (1924-2013).- Esclaves et domestiques au Moyen âge dans le monde méditerranéen / Jacques Heers, Hachette
# 2006 - Heers, Jacques (1924-2013).- Esclaves et domestiques au Moyen âge dans le monde méditerranéen / Jacques Heers, [Nouvelle éd
# 1981 - Heers, Jacques (1924-2013).- Esclaves et domestiques au Moyen âge dans le monde méditerranéen / Jacques Heers, Fayard
# 1996 - Heers, Jacques (1924-2013).- Esclaves et domestiques au Moyen âge dans le monde méditerranéen / Jacques Heers
# 2004 - Groupe international de recherches sur l'esclavage dans l'Antiquité. Colloque (29 ; 2004 ; Rethymnon, Grèce)- Peur de l'esclave, peur de l'esclavage en Méditerranée ancienne : discours, représentations, pratiques : actes du XXIXe Colloque du Groupe international de recherche sur l'esclavage dans l'Antiquité (GIREA), Rethymnon, 4-7 novembre 2004 / [organisé par le Département d'histoire et d'archéologie de l'Université de Crète en collaboration avec l'] University of Crete, Institute of Mediterranean studies ; éditeur, Anastasia Serghidou, Presses universitaires de Franche-Comté
# 1996 - Figures de l'esclave au Moyen-âge et dans le monde moderne : actes de la table ronde organisée les 27 et 28 octobre 1992 / par le Centre d'histoire sociale et culturelle de l' Occident de l'Université de Paris X-Nanterre ; textes réunis par Henri Bresc, Éd. l'Harmattan
# 2012 - Pierre Guilhembet.- Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen âge, époque moderne) / sous la direction de Patrick Gilli et Jean-
# 2018 - Sortir de l'esclavage : Europe du Sud et Amériques, XIVe-XIXe siècle / sous la direction de Dominique Rogers et Boris Lesueur, Karthala, Hachette littératures
# 2007 - Groupe international de recherches sur l'esclavage dans l'Antiquité. Colloque (29 ; 2004 ; Rethymnon, Grèce).- Peur de l'esclave, peur de l'esclavage en Méditerranée ancienne : discours, représentations, pratiques : actes du XXIXe Colloque du Groupe international de recherche sur l'esclavage dans l'Antiquité (GIREA), Rethymnon, 4-7 novembre 2004 / [organisé par le Département d'histoire et d'archéologie de l'Université de Crète en collaboration avec l'] University of Crete, Institute of Mediterranean studies ; éditeur, Anastasia Serghidou, Presses universitaires de Franche-Comté
  1. ...en 1779 j'ai détruit, sans exiger aucune compensation, les droits de main-morte dans l'étendue de mes domaines
  2. François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, etc, Volume 2,== Institutions et pratiques analogues à l'esclavage ==

    Le servage : pratiques & abolitions[modifier | modifier le wikicode]

    Convention supplémentaire relative à l'abolition de l'esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l'esclavage. Adoptée par une conférence de plénipotentiaires réunie en application des dispositions de la résolution 608(XXI) du Conseil économique et social en date du 30 avril 1956. Entrée en vigueur : le 30 avril 1957, conformément aux dispositions de l'article 13. Section I. -- Institutions et pratiques analogues à l'esclavage.

    Servage
    Servage en Russie
    Abolition du servage de 1861 en Russie
    


    Répertoire universel et raisonné de jurisprudence https://books.google.fr/books?id=4rUWAAAAQAAJ Philippe Antoine Merlin - 1827 - ‎Lire - ‎Autres éditions Il est donc évident, d'après ces auteurs, qu'on ne saurait faire un reproche fondé au capitaine d'avoir été à Gorée, à la ... c'est que les nègres, quoique réputés marchandises, ne cessent pas d'être hommes; la qualité d'esclaves ne doit pas les … 1839, page 632.

  3. François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, etc, Volume 2, 1839.
  4. Témoignage, témoin, De Guyot (M., Joseph Nicolas).- Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, Volume 17, esclave
  5. institution
  6. Guillaume de Poetou, Hymne de la marchandise consacrée tant à tous illustres sénateurs et magistrats, comme à tous nobles personnages exerceants le gentil train de marchandise, Guillaume Silvius, Anvers, 1561-1569.
    Nicolas Lombart, Relire, réécrire, trahir Ronsard ? La pratique de l’hymne naturel à la fin du XVIe siècle (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 2010
  7. A collection of miscellaneous tracts, mostly in French, printed between 1783 and 1789, Volume 1/10, 1783
  8. Voltaire.- Brutus Acte II, Scène II, page 151
  9. Maître" François Noel.- Dictionnaire étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire, etc, Volume 2, 1839, page 221
  10. Captifs et esclaves au XVIe siècle.
  11. Louis-le-Hutin dans Claude-Bernard Petitot, Anciens mémoires sur Du Guesclin, Foucault, Paris, , 1824.
  12. Ludovic Lalanne .- Dictionnaire historique de la France], Hachette, 1872, 713.
  13. Salariat, article de fr.Wikipédia créé le 15 mai 2005 à 19:01. Consulté le 3 novembre 2019.‎
  14. Joseph Mathieu.- grandes Processions à Marseille depuis le moyen-âge, jusqu'à nos jours, 1864
  15. .CNRTL (Ac.1935), Ingénu,-ue
  16. CNRTL (Ac.1935), affranchi,e. Voir différent usages de "Affranchir / s'affranchir" dans Roger Martin du Gard
  17. Roger Martin du Gard.- Jean Barois, 1918.
  18. Michel Winock.-Le siècle des intellectuels, 2016
  19. Voir dans Comte Philippe Antoine Merlin.- Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Volume 9, Bertin & Danel Garnery, 1808
  20. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire historique des mœurs, usages et coutumes des François. Contenant aussi les établissemens, fondations, époques, anecdotes, progrès dans les sciences & dans les arts, & les faits les plus remarquables & intéressans, arrivés depuis l'origine de la monarchie jusqu'à nos jours. (notice BnF no FRBNF30035253, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 1767, page 29
  21. Avertissement :
    Ajouter les références sur la prépondérance du Parlement de Paris
  22. Toutes personnes sont franches en ce royaume, et sitôt qu'un esclave a atteint les marches d'iceluy, se faisant baptiser, il est affranchi. Antoine Loysel, Inſtitutes couſtumieres : ou manuel de pluſieurs & diuerſes reigles, ſentences, & Prouerbes tant anciens que modernes du Droic‍t Couſtumier & plus ordinaire de la France, Paris, Abel L'Angelier, 1re éd., 80  p. (OCLC 829487475, notice BnF no FRBNF30828453, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata.
    La loi n° 1396 des 28 septembre & 16 octobre 1791 reprendra cette coutume dans son article premier : "Tout individu eſt libre auſſitôt qu’il eſt entré en France", Assemblée nationale législative de 1791, royaume de France, Loi portant que tout homme eſt libre en France, & que, quelleque ſoit ſa couleur, il y jouit de tous les droits de Citoyen, s’il a les qualités preſcrites par la Conſtitution, .
    De même, le Décret du 27 avril 1848 qui décide de l’abolition de l’esclavage en France et dans ses colonies, rédigé par Victor Schœlcher, stipule dans son Article 7 : "Le principe que le sol de la France affranchit l’esclave qui le touche est appliqué aux colonies et possessions de la République".
  23. 1837 - Henri Wallon, Du droit d'asyle : thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris par Henri Wallon, Paris, E.-J. Bailly (notice BnF no FRBNF31618884, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    Claude Nicolet, Henri Wallon : de l’esclavage antique à l’esclavage moderne dans, Académie des sciences morales et politiques, Hommage rendu à l’occasion du centenaire du décès d’Henri-Alexandre Wallon, Séance exceptionnelle du 11 octobre 2004.
  24. Etienne Pasquier + Loysel, Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète.
  25. Cours Royale de Paris, 23 décembre 1843, Furcy C. Héritiers Lorry (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  26. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire historique des mœurs, usages et coutumes des François. Contenant aussi les établissemens, fondations, époques, anecdotes, progrès dans les sciences & dans les arts, & les faits les plus remarquables & intéressans, arrivés depuis l'origine de la monarchie jusqu'à nos jours. (notice BnF no FRBNF30035253, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 1767, page 30
  27. collectif et Anthoine du Brueil (dir.), Le Citoyen françois. Ou Courrier des bonnes nouvelles de la court, Paris (notice BnF no FRBNF36288351, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 1614
  28. Pierre JURIEU, Les soupirs de la France esclave qui aspire après la Liberté, 1er septembre 1689, Amsterdam, 1689
  29. Acquis en 1890 par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, présenté par : Frédéric Taddeï pour d'Art d'Art, Arte France.- Quatre études de la tête d'un Maure
  30. Pierre JURIEU, Les soupirs de la France esclave qui aspire après la Liberté, 1er septembre 1689, Amsterdam, 1689, page 3
  31. 1670 - Blaise Pascal, Pensées Esclave ; Domestique
    Lire en relation avec le Discours de la servitude volontaire d'Étienne de La Boétie.
  32. Love in the Italian Theatre, 1716 : [https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/19772/love-italian-theatre Unknown.-Love in the Italian Theatre
  33. Esclave servant une tasse de café à une sultane, 1747.
  34. The J. Paul Getty Museum.- Portrait of Gabriel Bernard de Rieux, Exhibitions
  35. Louis de Jaucourt, (1704-1779). Abolitionniste auteur de Esclavage, "Esclave", "Traite, Traite des nègres" de l’Encyclopédie Diderot & d'Alembert.
  36. [http://www.bacfrancais.com/bac_francais/449-jaucourt-traite-des-negres.php Chevalier de Jaucourt : Encyclopédie, Article "Traite des Nègres" (Commentaire composé)
  37. Montesquieu.- De l'esprit des lois, chapitre XV, Des peuples qui connaissent l’usage de la monnaie. Texte lu dans John Fowler.- A Summary Account of the Present Flourishing State of the Respectable Colony of Tobago, in the British West Indies
  38. Estampe tirée de : Guillaume-Thomas Raynal, "Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes", Tome troisième, Genève, 1780. L'estampe est signée par Jean-Michel Moreau (dit Moreau le Jeune), dessinateur & Nicolas Delaunay, graveur. N° inventaire : 75.6721, Musée du Quai branly, Paris.
  39. Head of a Negro, 1777 or 1778,Détroit Institute of Arts.
  40. Watson and the Shark, Détroit Institute of Arts.
  41. François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, page
  42. François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, page
  43. Étienne Louis Hector de Joly (Montpellier, 22 avril 1756 – Paris, 3 avril 1837), avocat au conseil du roi, ministre de l'Intérieur, puis de la justice de Louis XVI, le 3 juillet 1792, dans le cabinet composé principalement par des membres du Club des Feuillants. Il change son nom en Étienne Dejoly.
  44. 2014 - Érick Noël, Les libres de couleur dans le jeu politique en France en 1789 : origines, implications, devenir (ISBN 978-2-7535-5963-9, DOI 10.4000/books.pur.50670.)Voir et modifier les données sur Wikidata, publié dans Érick Noël, Les libres de couleur dans le jeu politique en France en 1789 : origines, implications, devenir (ISBN 978-2-7535-5963-9, DOI 10.4000/books.pur.50670.)Voir et modifier les données sur Wikidata, pp. 45 & ss.
  45. 2016 - Florence Gauthier, L'aristocratie de l'épiderme. Le combat de la Société des citoyens de couleur, 1789-1791, Paris, CNRS Éditions, 446  p. (ISBN 978-2-271-06576-6, OCLC 930972212, notice BnF no FRBNF41111507)Voir et modifier les données sur Wikidata
  46. Pierre Caron, ministère de l'Intérieur, Henri Calvet, Michel Eude, Société d'histoire contemporaine, Paris pendant la Terreur ː rapports des agents secrets du Ministre de l'intérieur, publiés pour la Société d'histoire contemporaine, A. Picard et fils, , Rapport de Roliri [F7 36883], page 126-127
  47. François XII Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld, duc de Liancourt, puis 7e duc de La Rochefoucauld, défenseur dans l'Assemblée de la monarchie constitutionnelle,cousin de Louis Alexandre de La Rochefoucauld, migre en Angleterre : R. Bonnet, Les raisons d'un émigré : L'exil de Alexandre-Frédéric-François de La Rochefoucauld, duc de Liancourt (1747-1827), Paris, Rieder (notice BnF no FRBNF32856100, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 1929.
  48. Joseph Droz.- Histoire du règne de Louis XVI, [https://books.google.fr/books?id=mn-CwNU0i-AC&dq=Joseph%20Droz%2C%20Histoire%20du%20règne%20de%20Louis%20XVI%2C%20pendant%20les%20années%20o%C3%B9%20l'on%20pouvait%20prévenir%20ou%20diriger%20la%20Révolution%20fran%C3%A7aise%20%2B%20esclavage&hl=fr&pg=PA410#v=onepage&q&f=false Volume 2, 1839, p. 410
  49. Joseph Droz.- Esclavage & servitude dans Droz.- Histoire du règne de Louis XVI, [https://books.google.fr/books?id=mn-CwNU0i-AC&dq=Joseph%20Droz%2C%20Histoire%20du%20règne%20de%20Louis%20XVI%2C%20pendant%20les%20années%20o%C3%B9%20l'on%20pouvait%20prévenir%20ou%20diriger%20la%20Révolution%20fran%C3%A7aise%20%2B%20esclavage&hl=fr&pg=PA410#v=onepage&q&f=false Volume 2, 1839, p. 410
  50. Joseph Marie Quérard.- Le Quérard, par l'auteur de la France littéraire, Google Livres
  51. Victor Cousin, Cours d'histoire de la philosophie morale au dix-huitième siècle, professé à la Faculté des lettres, en 1819 et 1820, Librairie philosophique de Ladrange, Paris,
  52. Histoire générale de la philosophie : depuis les temps les plus anciens jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, (notice BnF no FRBNF38826237m) ; Victor Cousin.- Cours de philosophie. Histoire de la philosophie du XVIIIe siècle, Volume 1 ; Cours de philosophie (Q78614565)
  53. Gustave de Beaumont a reçu une médaille de 3 000 francs pour cet ouvrage.
  54. Guillaume de Félice.- Histoire des protestants de France, depuis l'origine de la réformation jusqu'au temps présent. Voir les différentes éditions de l'ouvrage
  55. nnuaire biographique, ou supplement annuel de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, Volume 2, Meguignon, 1834, [https://books.google.fr/books?id=ktZfAAAAcAAJ&dq=Sch%C5%93lcher%20%2B%20porcelaine&hl=fr&pg=PA389#v=onepage&q=Sch%C5%93lcher%20+%20porcelaine&f=false page 389.
  56. Claude Nicolet, L'Idée républicaine en France (1789-1924) - essai d'histoire critique, Paris, Éditions Gallimard (ISBN 2-07-023096-1, notice BnF no FRBNF34735670)Voir et modifier les données sur Wikidata. L'ouvrage a été réédité en 1995, (notice BnF no FRBNF357655096), avec une postface de l’auteur.
  57. 2017 - Jakob Theodor Wüest, Comment ils ont écrit l'histoire : pour une typologie des textes historiographiques, Tübingen, Narr Francke Attempto Verlag (ISBN 3-8233-8178-4, notice BnF no FRBNF45516395)Voir et modifier les données sur Wikidata
  58. Jean Cluzel.- Wallon, Jeanne d’Arc et la République
  59. Cf l’œuvre de Lawrence C. Jennings sur BnF
  60. Des propositions de lois abolissant l'esclavage.
  61. page 10
  62. Le 9 mars 1848, Adolphe Crémieux reçoit "une délégation de hommes de couleur libres et de hommes de couleur libres des colonies françaises" et leur déclare que "la nouvelle République accomplira ce que la République de 92 avait proclamé. Vous redeviendrez libres". [Ceci est notoirement faux. Si ces hommes sont sur le sol de France, alors, ils sont libres]. "Il fait ainsi partie des militants pour l'abolition de l'esclavage (Cf. Nelly Schmidt.- Les abolitionnistes français de l'esclavage, 1820-1850, Revue française d'histoire d'outre-mer, tome 87, n°326-327, 1er sem. 2000 DOI:10.3406/outre.2000.3776, (lire en ligne). Cependant, le 15 mars 1848, François Arago envoie aux colonies, une dépêche contenant "un ajournement de l’émancipation", et les vagues promesses qui l’accompagnent ne sont guère que d’un Guizot républicain. Le décret du 27 avril 1848 abolira définitivement l'esclavage en France.— Adolphe Crémieux, fr.Wikipédia.
  63. Figure de la République, Dupont de l'Eure fut témoin et acteur de trois révolutions : 1789, 1830 et 1848.
  64. Ferdinand Flocon est décédé en exil à Lausanne
  65. Cet ensemble de 18 textes venant à la suite du rapport de la Commission est dit, de nos jours, "paquet législatif", ou ensemble des textes nécessaires à la mise en place d'une réforme.