Leçons de niveau 2

Breton/Grammaire/Conjonctions

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conjonctions
Icône de la faculté
Chapitre no 10
Leçon : La grammaire bretonne
Chap. préc. :Prépositions
Chap. suiv. :Adverbes

Exercices :

Conjonctions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Grammaire : Conjonctions
Breton/Grammaire/Conjonctions
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

En grammaire, une conjonction est un élément qui sert à joindre deux mots ou groupes de mots.

  • Les conjonctions de coordination marquent l'union (et), l'alternative (ou), l'opposition (mais, pourtant), etc.
  • Les conjonctions de subordination établissent une dépendance entre les éléments grammaticaux qu'elles unissent (comme, quand, etc).

Les mêmes rôles existent en breton, avec cependant de nombreuses différences par rapport au français ; beaucoup d'adverbes bretons jouent un rôle de conjonction.

Coordination[modifier | modifier le wikicode]

Crystal Projec icons.png  Principales conjonctions de coordination
  • ha (et), qui devient hag devant une voyelle : Nolwenn hag Anna (Nolwenn et Anna)
  • pe (ou) : Nolwenn pe Anna (Nolwenn ou Anna)
  • na (ni), qui devient nag devant une voyelle : na Nolwenn nag Anna (ni Nolwenn ni Anna)
  • hogen (mais) : Nolwenn zo deuet hogen Anna n'eo ket (Nolwenn est venue mais pas Anna)
  • met (mais) : Nolwenn zo deuet met Anna n'eo ket (Nolwenn est venue mais pas Anna)
  • rak (car) : laouen eo Nolwenn rak Anna zo deuet (Nolwenn est joyeuse car Anna est venue)

En étudiant soigneusement le tableau ci-dessus, on remarque qu'il manque deux éléments de la célèbre phrase mnémotechnique « mais, ou, et, donc, or, ni, car ». [1]

  • La conjonction hogen (mais) et les adverbes koulskoude (cependant, néanmoins, toutefois), padal (cependant, pourtant) jouent le rôle du français or en breton : laouen eo Nolwenn hogen Anna n'eo ket (Nolwenn est joyeuse or/mais Anna ne l'est pas)laouen eo Nolwenn koulskoude Anna n'eo ket (Nolwenn est joyeuse or/cependant Anna ne l'est pas)laouen eo Nolwenn padal Anna n'eo ket (Nolwenn est joyeuse or/pourtant Anna ne l'est pas).
• Notez les nuances de sens ; hogen, koulskoude et padal sont interchangeables en traduction de or, mais ne le sont pas dans la sphère bretonnante.
  • La conjonction française donc a pour équivalents bretons les adverbes eta (donc) et neuze (alors) : laouen eo Nolwenn, Anna zo ivez eta (Nolwenn est joyeuse, donc Anna l'est aussi)laouen eo Nolwenn, neuze eo laouen Anna ivez (Nolwenn est joyeuse, donc Anna est joyeuse aussi).
• Notez que ivez vient ici après le verbe, tandis que neuze le précède ; eta est toujours en fin de phrase, on ne peut pas dire eta Anna zo ivez.

Subordination[modifier | modifier le wikicode]

Crystal Projec icons.png  Principales conjonctions de subordination
  • evel (comme) : sart evel ul laouenan eo Nolwenn (Nolwenn est gaie comme un troglodyte) [2]
  • ma (où) : el lec'h ma vez Nolwenn e vez Anna ivez (là ou se trouve Nolwenn on trouve Anna aussi) [3]
  • ma (que) : fellout a ra da Anna ma teuio Nolwenn (Anna a envie que Nolwenn vienne)
  • mar (si), qui devient mard devant une voyelle : mard a Anna ez a Nolwenn ivez (si Anna y va, Nolwenn y va aussi)
  • pa (quand) : pa c'hoarzh Anna e ra Nolwenn ivez (quand Anna rit, Nolwenn le fait aussi)
  • peogwir (puisque) : laouen eo Nolwenn peogwir ez eo deuet Anna (Nolwenn est joyeuse puisque Anna est venue)

Subordination par « que » en breton[modifier | modifier le wikicode]

  • En breton, la subordination directe d'une proposition complémentaire à la principale se fait généralement via une particule verbale : ret eo e lennfec'h (il faut que vous lisiez)evel-se e teskot (c'est ainsi que vous apprendrez)lavarout a reer n' eo ket gwir (on dit que ce n'est pas vrai)hogen me a oar ez eo gwir (mais moi je sais que c'est vrai).
  • Le mot « que » est polyvalent en français ; il peut marquer le but, la cause, la concession, la condition, la conformité, la conséquence, l'exception, la manière, l'opposition, la restriction, le temps.
À cette polyvalence répond en breton l'usage de divers mots et constructions, que nous présentons ici. Cette liste est cependant loin d'être exhaustive.
Crystal Projec icons.png  La conjonctions « que » en breton
But

Ces cours visent à ce que vous appreniez le breton → Pal ar c'hentelioù-mañ eo e teskfec'h brezhoneg
Ces cours ont été créés afin que vous appreniez le breton → Krouet eo bet ar c'hentelioù-mañ a-benn ma teskfec'h brezhoneg
Ils sont conçus de [telle] manière que vous appreniez progressivement → Savet int en doare ma teskfec'h a-bazennadoù
Ces exemples sont simples de peur que vous vous découragiez → Eeun eo ar skouerioù-mañ rak aon na kollfec'h kalon
Ils sont classés pour que vous ne vous perdiez pas → Rummet int evit ma ne vefec'h ket kollet

Cause

À ce que je vois, ça a commencé War a welan, krog eo
C'est normal, attendu que que je suis en retard → Reizh eo, o vezañ ma 'z on diwezhat
D'autant plus en retard que j'ai cassé ma montre Seul ziwezhatoc'h ma 'm eus torret ma eurier
Dès lors que j'ignore l'heure, j'arrive en retard Adal ma n'ouzon ket an eur ez erruan diwezhat
Du fait que je suis en retard, j'ai loupé le début Dre ma 'z on diwezhat em eus c'hwitet war an deroù
Parce que le concert a commencé Abalamour ma 'z eo krog ar sonadeg
Vu que les musiciens étaient à l'heure Dre an abeg ma oa ar sonerien d'an eur

Concession

Bien que le climat change, il y a les giboulées de mars Goude ma kemm an hin, bez' emañ skouladoù miz Meurzh
Encore que le temps se réchauffe Daoust ma tomma an amzer
Où que l'on soit sur la Terre Pelec'h bennak e vefed war an Douar
Quelque sceptique que tu sois Forzh pegen amgredik e vefes
Quelques sceptiques que soient certains Pegen amgredik bennak e vefe lod
Quoique les preuves ne manquent pas Evit bezañ ma n'eus diouer a brouennoù ebet
Quoi que nous fassions, faisons-le vite Gant ma raimp, greomp buan
Si ce n'est que les années passent Nemet e ya ar bloavezhioù hebiou
Tout savants que nous soyons Petra bennak ma 'z omp gouiziek

Condition

Anna y sera à condition que Nolwenn y soit aussi → Anna a vo eno a-bouez ma vo Nolwenn ivez
Anna n'y sera pas à moins que Nolwenn y soit → Anna ne vo ket eno nemet ha Nolwenn a vo ivez
Anna y sera du moment que Nolwenn y sera → Anna a vo eno adal ma vo Nolwenn
Pour peu que Nolwenn veuille y être, Anna y sera aussi Gant ma venno Nolwenn bout eno, Anna a vo ivez
Anna y sera pourvu que Nolwenn y soit → Anna a vo eno betek ma vo Nolwenn eno
Nolwenn décidera selon que Anna y soit ou pas → Nolwenn a zivizo diouzh ma vo Anna pe get

Conséquence

Il fait froid à [un] tel point que la mer gèle → Yen eo an amzer ken a skorn ar mor
Vous travaillez de {telle] manière que vous apprenez → Labourat a rit en [hevelep] doare ma teskit
Je fais en sorte que vous appreniez → Ober a ran diouzh ma teskfec'h
Il fait froid, si bien que les oiseaux se sont tus → Yen eo an amzer kement ma 'z eo tavet an evned
Vous travaillez tellement que vous ne sortez plus Kement e labourit ken ned it mui er-maez

Exception

Tout était calculé, sauf que la voiture tomberait en panne → Pep tra a oa rakjedet, nemet e vije sac'het ar c'harr

Manière

Vous progressez à mesure que vous étudiez → War varrekaat ez it a-feur ma studiit
Je connais Anna ainsi que Nolwenn → Anaout a ran Anna koulz ha Nolwenn
Vous progressez au fur et à mesure que le temps avance → War varrekaat ez it bep ma teu an amzer
Je connais Anna aussi bien que Nolwenn (la connaît) → Anaout a ran Anna ker mat ha ma ra Nolwenn
On m'a plagié sans que je le sache → Goubreizhet on bet hep ma ouifen

Opposition

Comment se connecter alors que je ne connais pas le mot de passe ? → Penaos kevreañ goude ma n'anavan ket ar ger-tremen ?

Rapport

Il y en a autant que je le pensais → Bez' ez eus kement ha ma soñje din
Il y en a moins que je le pensais → Bez' ez eus nebeutoc'h eget ma soñje din
Il y en a plus que je le pensais → Bez' ez eus muioc'h eget ma soñje din
Il n'en reste plus que dix Ne chom nemet dek anezho
Il y en a tellement que je ne peux pas les compter Kement zo anezho ma ne c'hallan ket o c'hontañ

Restriction

Me voici à l'heure, à part que ça se passait hier → Setu-me d'an eur, nemet e c'hoarveze dec'h [4]

Temps

Les smartphones sonnent alors même que le spectacle a commencé → Seniñ a ra ar poellgomzerioù ha pa emañ boulc'het an abadenn
Anna arriva après que Nolwenn fut prévenue → Anna a erruas war-lerc'h ma voe kelaouet Nolwenn
Anna arriva aussitôt que Nolwenn l'eut appelée → Anna a erruas diouzhtu ma voe galvet gant Nolwenn
Anna arriva avant que Nolwenn l'eut appelée → Anna a erruas a-raok ma voe galvet gant Nolwenn
Nolwenn est joyeuse chaque fois que son amie arrive → Laouen e vez Nolwenn bewech ma 'z erru he mignonez
Nolwenn est joyeuse depuis que son amie est arrivée → Laouen eo Nolwenn abaoe ma 'z eo erru he mignonez
Nolwenn est joyeuse dès que son amie arrive → Laouen e vez Nolwenn kerkent ha ma 'z erru he mignonez
Il n'y a pas loin d'ici que Nolwenn soit avec Anna sur la scène → N'eus ket pell ac'hann da Nolwenn bout gant Anna war al leurenn
Anna est joyeuse du moment que Nolwenn l'est aussi → Laouen eo Anna adal ma 'z eo Nolwenn ivez
Nolwenn accorde sa harpe en attendant que les spectateurs arrive → Kentoniñ he zelenn a ra Nolwenn da c'hortoz ma errufe an arvesterien
Elle joue seule jusqu'à ce que son amie arrive → He-unan e son betek ma errufe he mignonez
Nolwenn joue de la harpe pendant que son amie chante → Seniñ a an delenn a ra Nolwenn e-pad ma kan he mignonez
Les smartphones sonnent tandis que Nolwenn joue de la harpe → Seniñ a ra ar poellgomzerioù endra ma son Nolwenn an delenn
Nolwenn joue de la harpe tant que son amie chante → Seniñ an delenn a ra Nolwenn keit ha ma kan he mignonez

Remarques[modifier | modifier le wikicode]

  • Les conjonctions hogen, met, rak ne sont jamais suivies d'un verbe conjugué.
  • Inversement, peogwir est toujours suivi d'un verbe conjugué ; en fait, peogwir = pa eo gwir (puisqu'il est vrai) et est donc suivi de la particule verbale e(z).
  • Jamais de particule verbale après ma, mar et pa.
  • Les conjonctions ma et pa s'élident en m' et p' devant les pronom personnels e, he, hon, ho et o : p'e welan (quand je le vois)p'he gwelan (quand je la vois)p'hor gwelan (quand je nous vois)p'ho kwelan (quand je vous vois)p'o gwelan (quand je les vois) ; à la première et la deuxième personne du singulier, c'est le pronom qui s'élide : pa 'm gwelan (quand je me vois)pa 'z kwelan (quand je te vois).
L'élision de la conjonction se produit également devant la particule verbale : el lec'h ma 'm eus kousket (là où j'ai dormi)p'hon eus klevet (quand nous avons entendu).
  • Quand une locution conjonctive se compose d'une préposition et de ma, comme evit ma (pour que), on peut remplacer la conjonction ma (que) par la préposition da (à) à condition de la conjuguer et de la faire suivre par le verbe à l'infinitif : evit ma teskfec'h (pour que vous appreniez)evit deoc'h desk.
Cette construction est très usité en opposition via la locution conjonctive evit da, où evit est conjuguée : eviti da vezañ deuet (bien qu'elle soit venue).
  • À la conjonction française « que » employée isolément correspont généralement la conjonction ma ou la particule verbale e(z), selon le sens de la phrase ; cette distinction n'est cependant pas absolue.
La conjonction ma vient surtout après des verbes exprimant un état de choses souhaité : gourc'hemenn a ran ma vin selaouet (j'ordonne que l'on m'écoute).
La particule verbale e(z) vient surtout après des verbes exprimant un état de choses existant : gwelout a ran ez on bet klevet (je vois que l'on ma écouté·e).
  • La conjonction de coordination ha est l'équivalent de la conjonction de subordination « si » dans les interrogations indirectes : Nolwenn demanda si Anna viendrait → Goulenn a reas Nolwenn ha dont a raje AnnaJe ne sais pas si cela lui plaira → Ne ouzon ket ha plijout a raio dezhi.
Dans ces constructions, ha est suivie d'un infinitif ; elle devient hag-eñ si elle est suivie d'un verbe conjugué : Goulenn a reas Nolwenn hag-eñ e teuje AnnaNe ouzon ket hag-eñ e plijo dezhi.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Oubliez cette suite, car « Mais où est donc Ornicar ? » peut induire deux fautes d'orthographe répandues : * au lieu de "ou" et *est au lieu de "et".
  2. Troglodyte : l'oiseau Troglodytes troglodytes ; équivaut au français « Nolwenn est gaie comme un pinson (Fringilla coelebs) ».
  3. Notez la forme d'habitude.
  4. « Quel relou ! » → Pebezh loñseg !

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : Conjonctions.