Leçons de niveau 2

Breton/Grammaire/Conjugaison/Autour des verbes

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Autour des verbes
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Conjugaison bretonne
Chap. préc. :Temps composés
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Conjugaison bretonne : Autour des verbes
Breton/Grammaire/Conjugaison/Autour des verbes
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

En français, la grande majorité des phrases correctes comportent au moins un verbe, conjugué ou non. Il est néanmoins possible de construire une phrase sans verbe : Jamais de phrase sans verbe en français ! en est une... On remarquera qu'outre contradictoire, elle est impérative et sous-entend un verbe (On ne fait jamais de phrase sans verbe en français ! ou Il n'y a jamais de phrase sans verbe en français !).
Ce genre de construction est incorrecte en breton ; en la conservant, elle pourrait se traduire par « Nepred lavarenn diverb e galleg ! » et serait comprise mais sonnerait faux pour au moins deux raisons : il manque un verbe après nepred (jamais), ou en fin de phrase et suivi d'un complément ; les mots sont bretons mais la construction est française.

Ce chapitre expose les outils qui permettent de construire une phrase simple en breton articulée autour des diverses formes que peut prendre un verbe.

Verbe et sujet[modifier | modifier le wikicode]

Sujet non exprimé[modifier | modifier le wikicode]

Nous avons vu en étudiant les conjugaisons que les verbes bretons peuvent exprimer une personne sans avoir recours à un sujet exprimé : bemnoz e kouskit (vous dormez toutes les nuits) • bemnoz e kouskomp (nous dormons toutes les nuits) • bemnoz e kousker (on dort toutes les nuits).
Le sujet d'un verbe breton n'est généralement pas exprimé mais parfois il doit l'être pour lever une ambiguïté, en particulier aux 3èmes personnes du singulier et du pluriel: bemnoz e kousk, bemnoz e kouskont (qui dort toutes les nuits ? elle, lui, elles ou eux ? la leçon de breton ? les exercices, peut-être ?).

Sujet exprimé[modifier | modifier le wikicode]

À l'affirmatif

Quand le sujet est explicité dans une phrase affirmative, que ce soit avant ou après le verbe, ce verbe est toujours à la 3ème personne du singulier : bemnoz e kouskomp (nous dormons toutes les nuits)ni a gousk bemnoz (nous, nous dormons toutes les nuits).

Notez la différence de sens entre la phrase sans sujet exprimé et celle avec le sujet ; le mot le plus important est toujours placé au début d'une phrase bretonne correcte.
Au négatif

Dans une phrase négative, le verbe s'accorde : ne gouskomp ket bemnoz (nous ne dormons pas toutes les nuits)ni ne gouskomp ket bemnoz (nous, nous ne dormons pas toutes les nuits).

Notez la même différence de sens qu'à l'affirmatif, pour la même raison.
exception

Le verbe kaout / endevout s'accorde toujours au sujet dans une phrase, affirmative ou négative : Lena he deus ur c'hi (Lena a un chien)daou gi o devo ma amezeien (mes voisins auront deux chiens)ne'm eus ket lec'h evit tri c'hi (je n'ai pas de place pour trois chiens)ni n'hon eus bet ki ebet (nous, nous n'avons pas eu de chien).

Particules verbales[modifier | modifier le wikicode]

Verbes simples[modifier | modifier le wikicode]

Sauf à l'infinitif (hadañ) et à l'impératif (hadomp !), le verbe est généralement précédé d'une particule verbale : a, e, que le sujet soit exprimé ou non.
La particule verbale est a si le verbe est précédé de son sujet ou d'un complément direct : c'hwi a zesk buan (vous apprenez vite)Riwal a bellgomzas din (Riwal me téléphona)laboused a welan du-hont (je vois des oiseaux là-bas)distagañ fraezh a ranker (on doit prononcer clairement).
Dans les autres cas, c'est la particule verbale e qui convient : buan e teskit (vous apprenez vite)din e pellgomzas Riwal (Riwal me téléphona)du-hont e welan laboused (je vois des oiseaux là-bas)fraezh e ranker distagañ (on doit prononcer clairement). — Notez la différence de sens entre les phrases avec a et celles avec e.

Verbes réfléchis[modifier | modifier le wikicode]

  • La particule verbale en em sert à construire les verbes réfléchis, en la plaçant devant le verbe à tous les temps : diskouez (montrer) → en em ziskouez se montrergwelout (voir) → en em welout se voir.
Cette même particule sert également à construire les verbes réciproques : kannañ (battre) → en em gannañ se battrekarout (aimer) → en em garout a reomp (nous nous aimons).
note 1
En français, un verbe peut prendre la forme réfléchie / réciproque sans qu'il y ait action du sujet sur lui-même ou interaction avec quelqu'un d'autre : s'apercevoir, s'en aller, se tromper, se taire ; dans ces cas, les verbes bretons ne prennent pas la forme réfléchie : merzout a reomp (nous nous apercevons)aet int kuit (elles s'en sont allées)faziañ a ran (je me trompe)tevel a rejont (ils se turent).
Il y a quelques exceptions : en em gavout (se trouver)en em gemer (s'y prendre)en em soñjal (réfléchir)en em zibab, en en em sachañ (se démerder débrouiller).
Il y a en breton des verbes réfléchis sans la particule en em, car le sens propre du verbe inclut déjà un sens réfléchi : euvriñ ([s'] imprégner)pellaat ([s'] éloigner)tostaat ([s'] approcher)...
note 2
En français, la forme réfléchie exprime parfois le passif : si les housses de cathédrales se vendaient facilement, ça se saurait ! ; en breton, c'est la voix passive proprement dite qui est utilisée : gouezet e vije mar bije gwerzhet aes an toagennoù ilizoù-meur !
note 3 :
En français, la réciprocité peut s'exprimer par « se » placé en complément indirect du verbe : Tangi et Anna se téléphonent souvent ; il est impossible d'utiliser en em dans ce cas, car "Alies en em bellgomz Tangi hag Anna" signifierait quelque chose comme "Tangi et Anna se téléphonent eux-mêmes souvent" ; on dira alies e pellgomz Tangi hag Anna an eil d'egile (Tangi et Anna téléphonent souvent l'un à l'autre). [1]

Autres particules[modifier | modifier le wikicode]

  • Nous avons déjà rencontré la particule o qui, placée devant l'infinitif, sert à construire le participe présent : o hadañ (semant).
  • Il existe une particule ra dite « optative » qui se place devant un verbe au futur pour exprimer un souhait : ra vint trugarekaet (qu'elles soient remerciées), forbannet ra vezo (qu'il soit banni).

Absence de particule[modifier | modifier le wikicode]

  • Le verbe kaout (avoir) se conjugue sans particule verbale supplémentaire, car celles-ci sont intégrées aux personnes 1, 2 et 3, les autres étant conjuguées avec le pronom personnel.
  • On supprime la particule verbale quand le verbe est précédé de aba (depuis que)endra (tandis que)en emmamarnanepa ou un pronom personnel :
aba zeskomp brezhoneg (depuis que nous apprenons le breton)
endra gomzemp brezhoneg (tandis que nous parlions breton)
diouzhtu en em lakaemp da gomz brezhoneg (nous nous mettions tout de suite à parler breton)
bewech ma komzemp brezhoneg (à chaque fois que nous parlions breton)
mar komzfec'h brezhoneg (si vous parliez breton)
na gomzit ket brezhoneg fall ! (ne parlez pas un mauvais breton !)
ne gomzomp ket brezhoneg fall (nous ne parlons pas un mauvais breton)
pa gomzomp brezhoneg (quand nous parlons breton)

Cas... particuliers[modifier | modifier le wikicode]

  • Le verbe bezañ (être) est une fois de plus irrégulier.
• La particule a vient tout à fait normalement après le sujet exprimé : hi a voe galvet (c'est elle qu'on a appelée) ; la particule e vient après l'attribut ou le complément : galvet e voe (elle fut appelée)kerkent e voe galvet (elle fut appelée immédiatement).
  • On utilise la particule e après les conjonction autres que ma, mar et pa (qui ne nécessitent aucune particule, cf. ci-dessus) : koulskoude e rejomp al labour (pourtant nous fîmes le travail)peogwir e talve ar boan (puisque ça en valait la peine)hag ez ejomp kuit (et nous nous en allâmes).
note
Les conjonctions ha et pe sont cependant suivies de la particule a quand elles relient deux verbes précédés du sujet ou d'un complément direct : Alan a gomze hag a gane (Alan parlait et chantait)Alan a gomze pe a gane (Alan parlait ou chantait)da garr a gempenni hag a werzhi (tu répareras ta voiture et tu la vendras)da garr a gempenni pe a werzhi (tu répareras ta voiture ou tu la vendras).

Mutations consonantiques[modifier | modifier le wikicode]

Vous savez déjà tout cela par cœur, mais bon... Un petit rappel tout de même.

Particule Mutations diskouez (montrer)
a adoucissement c'hwi a ziskouez (vous montrez)
en em en em ziskouez (se montrer)
ra ra ziskouezint (qu'ils montrent)
e mixtes bremañ e tiskouezomp (maintenant nous montrons)
o o tiskouez (montrant)

Négation[modifier | modifier le wikicode]

  • La négation s'exprime à l'aide des mots ne . . . ket encadrant le verbe : Gurvan a gomz → Gurvan ne gomz ket (Gurvan parle → Gurvan ne parle pas).
  • Aux temps composés, les mots ne . . . ket encadrent l'auxiliaire : Gurvan en deus komzet → Gurvan n' en deus ket komzet (Gurvan a parlé → Gurvan n'a pas parlé).
  • Le mot ne devient na à l'impératif : komzit ! → na gomzit ket ! (parlez ! → ne parlez pas !).
  • L'infinitif négatif est construit de plusieurs manières, selon les nuances de sens :
• avec na (ne pas) : na gomz (ne pas parler) ;
• avec chomp hep (rester sans) : chom hep komz (ne pas parler ["rester sans parler"]) ;
• avec mirout a (éviter de) : mirout a gomz (ne pas parler ["éviter de parler"]) ;
• avec tremen hep (passer sans) : tremen hep komz (ne pas parler ["passer sans parler"]).
  • Bien qu'on la rencontre souvent tant à l'écrit qu'à l'oral, la double négation est incorrecte en breton. On supprime ket quand un autre mot de la phrase implique une négation :
ne ganin ket (je ne chanterai pas) ne ganin ket ken (je ne chanterai plus) ;
ne zeuint ket (ils ne viendront pas) ne zeuint ket mui (ils ne viendront plus) ;
n'he c'hredor ket (on ne la croira pas) biken n'he c'hredor ket (jamais on ne la croira) ;
n'eus den (il n'y a personne) n' eus ket den ebet amañ (il n'y a personne ici).
  • Devant les conjugaisons de bezañ (être) et mont (aller) commençant par une voyelle, ne et na peuvent prendre un /d/ de liaison : n'on ket desket / ned on ket desket (je ne suis pas instruit)na it ket di / nad it ket di (n'y allez pas).

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Nous reverrons cette tournure dans l'étude des pronoms.

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : le verbe dans la phrase.