Leçons de niveau 2

Breton/Grammaire/Adjectifs

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Adjectifs
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : La grammaire bretonne
Chap. préc. :Pronoms
Chap. suiv. :Prépositions

Exercices :

Adjectifs
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Grammaire : Adjectifs
Breton/Grammaire/Adjectifs
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Un adjectif est un mot susceptible d'être adjoint directement ou indirectement au substantif avec lequel il s'accorde, pour exprimer une qualité ou un rapport : la petite maisonvotre maisonvotre maison est petite.

Qualificatifs[modifier | modifier le wikicode]

Les adjectifs dits « qualificatifs » servent à préciser la manière d'être, l'aspect, la qualité ou le défaut – objectifs ou subjectifs, vrais ou supposés – d'un être, d'un objet concret ou d'une chose abstraite.

  • À la différence du français, les adjectifs qualificatifs sont invariables en breton : ur paotr kreñv, ur plac'h kreñv, paotred kreñv, plac'hed kreñv (un garçon fort, une fille forte, des garçons forts, des filles fortes).
• Il y a deux exceptions : kaezh (pauvre ; bien-aimé) a un pluriel keizh et mezv (ivre) a un féminin mezviez.

Degrés de comparaison[modifier | modifier le wikicode]

Il y a quatre degrés de comparaison en français et en breton : l'égalité (aussi grand), la supériorité (plus grand), le superlatif (le plus grand) et l'infériorité (moins grand).

Égalité
  • Le comparatif d'égalité se forme à l'aide l'adverbe ken (aussi), qui se décline comme les articles, placé devant l'adjectif : ken uhel (aussi haut)ker bras (aussi grand)kel ledan (aussi large).
• La conjonction ha (hag devant une voyelle ou un /h/ muet) introduit le second élément de la comparaison d'égalité : ken uhel ha Tchomolangma (aussi haut que le mont Everest)ker bras hag e soñje din (aussi grand que je pensais)kel ledan ha ma daouarn (aussi large que mes deux mains).
• Des expression telles que aussi simple que ça se construisent par le démonstratif -se : ken aes-se.
• On peut renforcer l'égalité par l'adjectif all (autre) : ker bras all eo an ti-se (cette maison-là est aussi grande).
Supériorité
  • Le comparatif de supériorité se construit via le suffixe -oc'h : ledanoc'h eo an ti-hont (cette maison là-bas est plus large).
• Le second élément est introduit par la conjonction eget : uheloc'h eget K2 eo Tchomolangma (le mont Everest est plus haut que K2).
• Le langage populaire emploie souvent la préposition evit (pour) au lieu de eget; à éviter.
Superlatif
  • Le superlatif est marqué par le suffife -añ : petra eo uhelañ menez ar bed ? (quelle est la plus haute montagne du monde ?)ar re vrasañ les plus grandes.
• On renforce le superlatif en lui suffixant l'adjectif -holl : ar vravañ-holl (la plus belle de toutes).
• Pour insister sur le superlatif, on ne met pas d'article devant les expressions du type kentañ a welot (la première chose que vous verrez)gwashañ oa eo n'er gouie ket (le pire était qu'il ne le savait pas)sachañ a rejomp kreñvañ ma c'halljomp (nous tirâmes le plus fort que nous pûmes).
Infériorité
  • Il n'y a pas vraiment de comparatif d'infériorité en breton, ni de superlatif d'infériorité ; plutôt que « A est moins grand que B » on dira bihanoc'h eget B eo A (A est plus petit que B) et « la moins grande » se dira an hini vihanañ (la plus petite).
• On peut cependant utiliser le comparatif nebeutoc'h (moins, "davantage peu") et le superlatif an nebeutañ (le, la, les moins) : nebeutoc'h brasan nebeutañ bras.
Exclamatif
  • En remplaçant /ñ/ par /t/ au superlatif, on obtient l'exclamatif : uhelat menez ! (quelle haute montagne !)bravat gwel ! (quelle belle vue !).
  • On peut aussi utiliser l'adjectif pebezh devant un nom : pebezh genaoueg ! (quel imbécile!), l'adverbe pegen (combien) devant un adjectif qualificatif : pegen brav eo ! (comme c'est beau !) ou l'adverbe na (combien) : na brav eo !.
na devient nag devant une voyelle : nag a dud ! (que de monde !) ; on l'emploie aussi pour insister : na pegen brav !.

Remarques

Mutations durcissantes internes
  • Les adjectifs terminés en /z/ voient ce /z/ changé en /s/ : nevez (neuf, nouveau) → nevesoc'h, nevesañ, nevesatkriz (cruel) → krisoc'h, krisañ, krisat.
  • De même, ceux terminés en /zh/ voient ce /zh/ changé en /sh/ : kozh (vieux) → koshoc'h, koshañ, koshatgwazh (pire) → gwashoc'h, gwashañ, gwashat.
  • Les rares adjectifs terminés en /b/ ou /d/ voient respectivement /b/ devenir /p/ et /d/ changé en /t/ : gleb (mouillé) → glepoc'h, glepañ, glepatyud (perfide) → yutoc'h, yutañ, yutat.
Comparatifs et superlatifs irréguliers
  • fall (mal, mauvais) → gwazh, gwashoc'h (pire) & gwashañ (le, la, les pires) ; mais les degrés intermédiaires falloc'h et fallañ existent.
  • kalz (beaucoup) → muioc'h (davantage) & muiañ (le, la, les plus).
  • mat (bien, bon) → gwell, gwelloc'h (mieux, meilleur) & gwellañ (le, la, les mieux / meilleur·e·s) ; on dira cependant marc'hadmatoc'h (meilleur marché) et marc'hadmatañ (le, la, les meilleur·e·s marché).
• Les comparatifs matoc'h et matañ sont usités en Pays de Vannes.

Diminutif[modifier | modifier le wikicode]

Tout adjectif qualificatif peut avoir une forme diminutive, obtenue via le suffike -ik : uhel (haut) → uhelik (assez haut, plutôt haut)bihan (petit) → bihanik.

  • Les qualificatifs se terminant par une voyelle suivie d'une consonne dure /p/, /t/, /k/ ou /s/ subissent une mutation adoucissante interne en /b/, /d/, /g/ ou /z/ : bleup (niais) → bleubikklet (abrité) → kledikklok (parfait) → klogikbras (grand) → brazik.
• Une exception : dous (doux) → dousik, sans doute due à l'origine française du mot ; le sustantif dousig signifie amoureuse, petite amie. [1]

Place de l'adjectif qualificatif[modifier | modifier le wikicode]

  • En règle générale, l'adjectif qualificatif vient après le substantif qu'il qualifie : la petite maison se dit an ti bihan et non ar bihan ti [2]
• Les qualiticatifs gwall (mauvais ; grave), hanter (à moitié) et krak (court : chétif) font exception : ur gwall spont (une fameuse peur)un hanter c'hwitadenn (un demi-échec)ur c'hrak aotrou (un petit monsieur).
• Les qualificatifs kozh (vieux) et brizh (bariolé) prennent un sens péjoratif quand on les place devant un substantif : ur c'hozh ti (une masure)brizh vrezhoneg (du mauvais breton). [3]
• Les qualificatifs berr (court), gwir (vrai), hir (long), et kaezh (pauvre) peuvent être placés devant un substantif pour insister : e berr gomzoù (en peu de mots)ur wir garantez (un véritable amour)dre hir c'hortoz (à force d'attendre)ur c'haezh paotr (un pauvre garçon).[3]
  • Comme en français, on peut renforcer le qualificatif en le plaçant devant le substantif via la préposition a (de) : ur vaouez kaer → ur gaer a vaouez (une belle femme)un tog iskis → un iskis a dog (un drôle de chapeau). [3]

Du qualificatif au substantif[modifier | modifier le wikicode]

  • Généralement, la consonne finale d'un adjectif qualificatif est dure, celle d'un substantif est douce : boas (habitué·e·s) / boaz (habitude)bras (grand) → ar braz eus an dud (la plupart des gens)mut (muet) → ur mud (un muet).
• Les substantifs formés à partir d'un qualificatif sont des noms à part entière : ur mud → ur vudez (une muette), muded (des muets), mudezed (des muettes).

Possessifs[modifier | modifier le wikicode]

Crystal Projec icons.png  Adjectifs possessifs

ma
da
e
he
hol, hon, hor
ho, hoc'h
o

mon, ma, mes [4]
ton, ta, tes
son, sa, ses (à lui)
son, sa, ses (à elle)
notre, nos
votre, vos
leurs

Les adjectifs possessifs ont la même forme que les pronoms personnels compléments directs.

  • Ils sont indépendants du genre et du nombre du substantif qui les suit : ma mab, ma mibien, ma merc'h, ma merc'hed (mon fils, mes fils, ma fille, mes filles).
  • À la 3ème personne du singulier, l'adjectif possessif français s'accorde avec le genre de l'objet possédé : son pied à elle, sa main à lui ; en breton, il s'accorde avec le genre de la personne ou de l'objet possédant : he zroad, e zorn ≠ e droad, he dorn (son pied à elle, sa main à lui ≠ son pied à lui, sa main à elle).
  • Après la préposition da (à), ma devient 'm et da devient 'z : ma zad (mon père) → da 'm zad (à mon père)da dad (ton père) → da 'z tad (à ton père).
  • La préposition e (dans) se combine avec ma et da pour donner respectivement em et ez : ma zi (ma maison) → em zi (dans ma maison)da di (ta maison) → ez ti (dans ta maison).
  • Si l'on veut insister sur le possessif, on relie le substantif au pronom possessif : he zi (sa maison) → he zi-hi (sa maison à elle).
• Une autre manière est l'utilisation de la préposition da (à) conjuguée : he zi dezhi (sa maison à elle).
  • Les adjectifs possessifs suivis du mot unan (le nombre un) servent à construire les pronoms réfléchis : ma-unan (moi-même) . . . o-unan (eux-mêmes, elles-mêmes).
• Ces mêmes pronoms réfléchis peuvent signifier moi seul . . . eux seuls, elles seules ; pour insister sur l'unicité, on peut y ajoindre le mot -penn (-tête) : ma-unan-penn (moi tout seul) . . . o-unan-penn (eux tout seuls, elles toutes seules).
• Quand, à la 3ème personne du singulier, le possesseur n'est pas défini, on remplace l'adjectif possessif par l'article défini an (le, la) → an-unan (soi-même) : en em lakaat an-unan da varner (s'ériger soi-même en juge [masculin])en em lakaat an-unan da varnerez (s'ériger soi-même en juge [féminin]).
  • Les adjectifs possessifs se combinent donc avec les nombres, comme en français : ho taou (vous deux)hor peder (nous quatre [féminin])o c'hwec'h (eux six, elles six).
  • Le français emploie le réfléchi et l'article défini dans les phrases du type il s'est cassé le bras ; le breton emploie l'adjectif possessif : torret en deus e vrec'h (littéralement : "il a cassé son bras").

Interrogatifs[modifier | modifier le wikicode]

Les adjectifs interrogatifs bretons sont pe (quel, quels, quelle, quelles), peseurt (quelle sorte de), petore (quel genre de) [5] et pet (combien de).

  • Pe induit les mutations adoucissantes : pe gole e pe brad ? (quel taurillon dans quel pré ?). [6]
  • Le substantif reste au singulier après pet : pet den ? (combien de personnes ?) ; cependant, on peut insérer la préposition a (de) devant un nom pluriel : pet a dud ? (combien de personnes ?).
  • De pet dérive le mot petvet, qui demande le rang d'un substantif dans une série : ar petvet paotr el listennad ? (le quantième garçon dans la liste ?)ar betvet plac'h el lostennad ? (la quantième fille dans la file ?). [7]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. doux en breton : c'hwek en général, blouc'h et flour au toucher, klouar en météo, livrizh pour le lait, kuñv et habask au tempérament, etc.
  2. Trois mois de régime au (soi-disant) "beurre" doux pour quiconque fait cette faute ; et on dit amanenn disall (beurre sans sel) ; on dit également : Tox inedible.svg beurk Noto Emoji Oreo 1f92e.svg.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Notez les mutations consonantiques.
  4. Comme le pronom personnel, ma est va en Pays de Léon.
  5. Petore = pe (quel) + doare (manière, genre).
  6. Ne pas confondre l'adjectif interrogatif pe avec la conjonction de coordination pe (ou), qui induit les mêmes mutations.
  7. Avez-vous repéré les différences entre ces deux phrases ?

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : Adjectifs.