Recherche:Imagine un monde/Technologie

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Wikimedia Community Logo.svg
Évolution technologique du mouvement Wikimédia
Un désire d'ouverture et d'accessibilité sous haute surveillance
Cinquième chapitre de l'ouvrage Imagine un monde

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:Imagine un monde/Technologie

Image logo indiquant que la page n’est pas finiLionel Scheepmans (lui écrire) vous informe que cette page, ou cette section de page, n’est pas finie.
  • Son état actuel est provisoire et doit être pris avec prudence.
  • Une version améliorée est en préparation et devrait être disponible prochainement.

Pour en suivre l’avancement ou y participer, veuillez consulter la page de discussion.

To validate.svg L'orthographe, la syntaxe, la grammaire et la typographie du texte ou du code de cette page est à vérifier.
Vous pouvez faire ces corrections en cliquant sur l'onglet « modifier » ou « modifier le code » ci-dessus, ou encore entamer une discussion à ce sujet
Image logo
Ce travail a besoin d'une critique

Le ou les auteur(s) de cette recherche souhait(ent) en obtenir des critiques constructives. Les lecteurs ou lectrices sont donc encouragés à s’exprimer sur le fond de ce travail pour en permettre l'amélioration.

De Lionel Scheepmans.

Introduction à la technologie Wikimédia[modifier | modifier le wikicode]

Dix ans de participation active au sein des espaces éditoriaux Wikimédia m'auront donné l'occasion d'assisté à toute une série de changements techniques qui auront littéralement transformé mon expérience utilisateur. À partir de 2010, la fondation commença effectivement à s'investir plus sérieusement dans l'amélioration de l'expérience utilisateur[W 1] et dès l'année 2013 les innovations au niveau des fonctionnalités n'ont faite que se succéder. Ce choix de la fondation fut pour moi une démarche réellement salvatrice pour la rédaction en ligne de cette présente thèse de doctorat. Durant l'été 2011, lorsque je rédigeais mon mémoire de fin de master sur Wikiversité, je n'avais d'autre choix que de rédiger son entièreté au départ d'une syntaxe HTML simplifiée appelée WikiCode. C'était deux ans avant qu'apparaissent les fonctionnalités de type Ajax ou WISIWIG déjà en vogue sur les réseaux sociaux pour permettre d'éditer les pages avec une interface proche d'un traitement de texte simplifié et donc sans voir apparaitre aucun code informatique.

À l'époque de mon travail de fin d'étude de master, il n'y avait pas non plus de système de notification des messages adressés aux autres utilisateurs en dehors d'un avertissement lorsque l'on était contacté sur sa propre page de discussion utilisateur. Pour facilité mes échanges durant mon travail de master, j'avais d'ailleurs improvisé la création de sous pages de discussions dans le but d'établir des dialogues avec les membres de la communauté[W 2]. Sans ces deux changements majeurs concernant l'édition et la communication au sein des projets Wikimédia, la réalisation de cette thèse aurait donc demandé beaucoup plus de travail pour sa rédaction alors que certains dispositifs dialogiques auraient été certainement moins efficaces.

Voici pour se faire une idée de la relative complexité du wikicode, un contenu relativement simple contenant une phrase avec une référence, un hyperlien, une image, et un simple tableau à quatre entrées, dont le wikicode sera affiché par la suite[N 1].


Image tirée de l'ouvrage Jupes troussées[B 1] trouvé sur Wikisource avec cette note fictive et un simple tableau.

Image démo
Fig. 4.16. Image démo (source:https://w.wiki/32hj)
Tab. Fictif
A B
a 1 2
b 3 4

---- Image tirée de l'ouvrage ''Jupes troussées''<ref group="B">{{Ouvrage|prénom1=E.|nom1=D|titre=Jupes troussées|éditeur=Imprimerie de la société cosmopolite|date=1889|lire en ligne=https://fr.wikisource.org/wiki/Jupes_trouss%C3%A9es|consulté le=2021-02-26}}</ref> trouvé sur [[w:fr:Wikisource|Wikisource]] avec cette note fictive<ref group="N">Note fictive pour démonstration du WikiCode</ref> et un simple tableau. [[Fichier:Jupes troussées-Bandeau-8.jpg|alt=Image démo|gauche|vignette|Image démo (source:https://w.wiki/32hj)]] {| class="wikitable sortable"|+Tab. Fictif !!A!B|-|a|1|2|-|b|3|4|}{{Clear}} ----


Il faut enfin rappeler que la mise en place des nouvelles fonctionnalités sur Wikiversité comme sur les autres projets doit toujours faire l'objet d'une prise de décisions au sein de la communauté selon un processus aussi rébarbatif qu'incontournable. Comme exemple parlant, je cite ici une prise de décision organisée sur Wikipédia de 2012 dans le but supprimer les crochets entourant les renvois vers les notes et références, (exemple[1] - exemple1). La décision ne fut prise qu'après 22 jours de discussion et 27 jours de votes durant lesquels auront participé 174 utilisateurs[W 3]...

Cette modification de l'apparence des indices de renvoi vers les références aura pu être faite par un contributeur bénévole disposant de statuts et d'outils techniques expresse accordé par la communauté suite à un vote[N 2]. Mais d'autres modifications sont impossibles à réaliser au départ d'un simple navigateur web. Dans ce cas de figure, la communauté d'éditeurs doit alors se rendre sur le site Wikimedia Phabricator[W 4] pour faire la demande de changement à un groupe de développeurs qui disposent d'un accès direct et privilégié aux serveurs informatiques.

Composé de salariés de la fondation et de bénévoles accrédités, ce groupe d'informaticiens effectue ainsi tous les mois des milliers de modifications de code[B 2] sur demandes de la fondation ou selon les souhaits de la communauté d'éditeurs[W 5]. Lorsque les souhaits et les volontés de la fondation s'opposent à ceux de la communauté d'éditeurs, cela peut alors parfois aboutir à des situations conflictuelles comme cela va être illustré par quelques moments-clefs récupérés au sein des archives du mouvement précédemment citées et auxquelles s'ajouteront cette fois le journal d'actualité technique du logiciel MediaWiki[W 6] et le journal des étapes importantes des projets Wikimédia[W 7],

Histoire technique du mouvement Wikimédia[modifier | modifier le wikicode]

Au niveau francophone, l'évolution technique Wikimédia débutera le 11 mai 2001 avec la création du site french.wikipedia.com un peu moins de quatre mois après la création de Wikipédia en anglais[W 8]. Les projets frères de Wikipédia apparaîtront par la suite avec en premier lieu le Wiktionnaire, lancé en décembre 2002 dans sa version anglophone[W 9] et un an et demi plus tard pour sa version francophone. Viendront ensuite tour à tour les autres projets éditoriaux dont Wikidata sera le dernier en date a nécessité d'une nouvelle installation de logiciel MediaWiki sur les serveurs Wikimédia en 2012.

Suite à la création de Wikipédia, il ne fallut ensuite attendre pas plus tard qu'octobre 2002 pour qu'apparaisse au sein de Wikipédia en anglais un premier bot intitulé Rambot. De manière comparable à Lsjbot dont il fut déjà question dans ce chapitre, ce premier bot avait pour mission de créer automatiquement 33,832 articles concernant une liste des villes américaines fournie par le bureau du recensement des États-Unis[B 3]. Tout comme Lsjbot, Rambot fut à l'origine de critiques virulentes sans qu'il soit toujours possible de savoir si elles s'adressaient au robot ou à son créateur[V 1]. De ces discussions, aura vu le jour une nouvelle politique au sein du projet afin de distinguer l'humain de l'automate au niveau des comptes utilisateurs[B 4]. En octobre 2020, alors qu'il y a 82 robots actifs sur Wikipédia[W 10] et 9 sur Wikiversité[W 11], leur mise en fonction doit être soumise à l'approbation de la communauté avec au moins 75% de votes favorables.

À côté de ses programmes d'édition automatique, apparaîtront aussi de nombreux programmes voués à la protection des projets face aux utilisateurs malveillants tel que les spammeurs ou vandales de tout type. Certains de ces algorithmes sont aussi des bots qui fonctionnent au départ d'un compte utilisateur, alors que d'autres apparaissent sous forme d'extensions du logiciel MediaWiki tel que le système AbuseFilter qui bloque l'ajout de certains liens externes non désiré au sein des projets[W 12]. D'autres programmes fonctionnant en JavaScript cette fois peuvent aussi être activés individuellement au départ d'un compte utilisateur pour offrir de nouveaux outils de contrôle au départ d'une interface graphique. C'est par exemple le cas du programme LiveRC qui permet de voir défiler en temps réel toutes les nouvelles modifications faite au site tout en étant muni d'une panoplie d'outils de communication et d'intervention (voir figure 4.12. ci-dessous).

Copie d'écran de l’interface de LiveRC en 2014
Fig. 4.17. Copie d'écran de l'interface de LiveRC en 2014 (source : https://w.wiki/34oJ)

En septembre 2004 apparu la plate-forme Wikimedia Commons grâce à laquelle il fut désormais possible de centraliser en un seul lieu presque tous les fichiers utilisés sur l'ensemble projets de manière à pouvoir supprimer les doublons et donc réduire les besoins du mouvement en espace de stockage informatique. Sur ce site, d'autres innovations faciliteront ensuite la recherche, la consultation et le visionnage des fichiers hébergés.

L'année 2004 vit aussi apparaitre au sein des projets un nouvel espace de noms intitulé modèle dont le but cette fois est de centraliser sur une seule page un travail qui autrement aurait dû être effectué de manière récurrente sur de nombreuses pages. Ce système a aussi pour avantage d'homogénéiser l'apparence des projets tout en offrant la possibilité d'un changement qui sera effectif sur de multiple pages en une seule action. Cet espace de nom tout comme de nombreux autres destinés à la catégorisation, aux discussions, à l'entraide, à l'organisation et la gouvernance des projets sont peu visibles par rapport aux pages destinées aux lecteurs de contenus. Les pages situées dans ces espaces de nom représentent ainsi la face cachée de l'iceberg des activités d'écriture au sein des projets. Elles sont par exemple dans le projet Wikipédia en français, quatre fois plus nombreux que les pages encyclopédiques[W 10] et deux fois plus nombreuses sur la Wikiversité francophone par rapport aux pages dédiées à l'enseignement et la recherche[W 11].

Au début du mois d'août 2005 et lors de la première rencontre Wikimania à Francfort[W 13], les administrateurs de Wikipédia qui réfléchissaient à une meilleure protection de leur encyclopédie et se mirent d'accord sur le fait qu'il n'était « pas question de geler des pages entières en attente de validation. »[B 5]. Une décision importante et courageuse dès lors qu'on la replace à une époque où l'édition de Wikipédia était entièrement ouverte et que les seuls outils pour protéger les modifications malveillantes étaient le blocage de compte ou d'adresse IP et la protection de pages qui devenaient dès lors uniquement modifiables par les administrateurs du site.

Sans le savoir, cette réunion anticipait un premier grand scandale apparu le 5 décembre 2005 suite à la découverte de propos diffamatoires au sein de l'encyclopédie anglophone affirmant que le journaliste John Seigenthaler était impliqué dans l'assassinat de John F. Kennedy. Suite à cette affaire qui eu un très grand retentissement médiatique, Jimmy Wales décida d'obliger les contributeurs de Wikipédia en anglais à créer un compte utilisateur avant de pouvoir créer de nouveau article[B 6]. Ce choix ne sera cependant pas mis en place sur les autres projets wikimédia et versions linguistiques de Wikipédia.

Par contre, une nouvelle fonction fut pour sa part généralisée dans le but d’interdire aux utilisateurs non enregistrés et aux comptes nouvellement créés d'éditer les pages « semi-protégées » par les administrateurs. Dans la même foulée, des nouveaux statuts de surveillance et de contrôle furent mis en place pour permettre à certains utilisateurs de confiance de contrôler l'adresse IP d'un compte enregistré (statut de Vérificateur d’utilisateur[W 14]) ou de rendre invisible une page ou certaines de ces modifications invisible aux utilisateurs qui ne bénéficient pas du même privilège (statut de masqueur de modification[W 15]).

Ce sera ensuite en 2006 qu'apparu le projet Incubator comme lieu de maturation de nouvelles versions linguistiques des projets déjà existants[W 16] à l’exception du projet Wikisource qui bénéficie d'une plateforme indépendante hébergée à l'adresse wikisource.org[W 17] et du projet Wikiversité bêta apparu peu de temps après Incubator sur site un séparé bien qu'il soit similaire en matière d'activités. L'année 2007 quant à elle fut marquée par l'arrivée de 56 nouveaux serveurs et de nouveaux équipements réseau ainsi que l'apparition de la fonctionnalité FlaggedRevs qui permet aux relecteurs et contributeurs d'évaluer les révisions des articles et de choisir celles qui seront affichées par défaut aux yeux des visiteurs[W 18]. Alors que cette fonctionnalité est utilisée par défaut sur la quasi totalité des articles sur Wikipédia en allemand, elle n'aura pas le même succès au sein de tous les projets puisque sur le projet anglophone par exemple, elle n'est utilisée que sur 0.05 % des articles[W 19]. 2007 fut aussi pour les communautés de Wikipédia l'arrivée de ce que la communauté de Usenet avait appeler le septembre éternel pour illustrer le fait que l’afflux de nouvel utilisateur ne se concentrait plus au mois de septembre à la rentrée des étudiants, mais bien toute l'année[V 2].

Alors que l'année 2008 fut marquée par l'apparition d'une interface de programmation qui offrira au logiciel MediaWiki la possibilité d'échanger des informations ou autres types de services avec d'autres logiciels distants, celle de 2009 le fut par le développement du projet usability et de son site wiki dédié à une augmentation mesurable de la convivialité de Wikipédia envers les nouveaux contributeurs et selon des modifications faites au logiciel MediaWiki basées sur des études comportementales réalisée parmi les utilisateurs dans le but de réduire les obstacles à la participation[W 20].

C'est par la suite durant l'année 2010 qu'apparut une crise important au sein du mouvement au départ d'une accusation portée par Larry Sanger selon laquelle Wikimédia Commons hébergeait de la pornographie infantile. Cette information reprise par les médias avait poussé Jimmy Wales à supprimer tout un lot d'images sans concertation de la communauté d'éditeurs. Certaines d'entre elles étaient des images artistiques telles celle de Thérèse d'Avila dessinée par le peintre belge Félicien Rops. Le comportement de Jimmy Wales provoqua une réaction si vive au sein de la communauté qu'elle poussera le cofondateur de l'encyclopédie à se destituer lui-même de ses droits d'administration sur l'ensemble des sites Wikimedia le 9 mai 2010[W 21]. Cette crise se poursuivit en novembre de la même année lorsque le projet d'installation d'un filtre pour images indécentes, dangereuses, et culturellement inacceptables aux yeux de la fondation, provoqua au sein du projet Wikipédia en allemand des discussions au sujet d'une possible scission avec le mouvement Wikimédia[B 7] qui finalement empochèrent au projet de filtrage de voir le jour.

Durant l'année 2011 apparurent comme nouveautés technologiques, le protocole sécurisé HTTPS sur l'ensemble des sites, la possibilité de spécificité son genre sur les comptes utilisateurs et le démarrage du projet Wikimedia Labs comme un environnement utilisant des machines virtuelles pour effectuer des tests, essais et l'expérimentation diverse avant leur application réelle au sein de projets[W 22]. Ce projet fut par la suite remplacé en 2017 par le Wikimedia Cloud Services qui fournit actuellement des outils, des services et un soutien aux collaborateurs techniques qui souhaitent contribuer aux projets de logiciels Wikimedia[W 23].

Suite à l'apparition de l'Internet mobile et une consultation de plus en plus grande des projets Wikimédia au départ d'appareils mobiles, le mouvement commença dès lors à s'intéresser de plus en plus à ce nouveau type d'utilisateur en produisant dès 2011 les premières applications mobiles Wikimedia[W 24]. Apparues jusqu'en 2013 pour être améliorées ensuite, ces premières applications répondaient ainsi à un marché en plein expansion[W 25]. Parmi celles-ci figurent une application qui permet aujourd’hui de consulter et modifier les page de Wikipédia mais aussi une autre dédiée à Wikimedia Commons pour faciliter la consultation des fichiers présents dans la médiathèque et le téléchargement ou le transfère de nouveau contenu situé sur l'appareil mobile.

Peu de temps après en 2012 et toujours dans une optique orientée Internet mobile, le Wikipedia zero[W 26] qui imitera les actions de marketing direct du projet Facebook zero lancé deux ans au par avant et qui permit à la compagnie de conquérir le marché africain à une époque ou 99% de l'accès à Internet se faisait au départ d'appareils mobiles[B 8]. Suite à une baisse d'intérêt des utilisateurs selon les dires de la fondation[B 9], mais sans doute aussi en raison des critiques liées à la neutralité du net[B 10], le programme Wikipédia Zéro dans lequel était associés 97 opérateurs de téléphonie mobile dans 72 pays[W 27] prit fin en 2018,

Le système « Internet zero » s'est par ailleurs montré particulièrement problématique dès lors que des sondages firent apparaitre que des personnes signalant en même temps ne pas utiliser Internet mais régulièrement Facebook[B 11]. L'accès gratuit aux sites en Angola et au Bangladesh par exemple devinrent d'autant plus problématiques pour Wikimédia que certaines personnes utilisaient le service d'hébergement de fichier Wikimédia Commons pour stocker des photos personnelles ou partager de manière illicite des films sous copyright[B 12], De par ma propre expérience, je peux aussi affirmer qu'il me fut impossible d'utiliser les services Wikipedia Zero en Inde alors qu'au Ghana la fonctionnalité n'était pas gratuit contrairement à ce qui était indiqué sur la page de connexion.

Le 30 octobre de cette même année 2012 fut présenté le projet Wikidata qui concrétisa l'entrée du web sémantique au sein de l'écosystème Wikimédia. En reposant lui aussi sur le logiciel Meta-Wiki, mais avec une nouvelle extension intitulée Wikibase, ce projet permet la création de pages non plus au départ du langage naturel, mais en faisant référence à un nombre de telle sorte à ce que les entités signifiées dans Wikidata puissent être réutilisées avec des signifiants divers dans les nombreuses langues actives au sein des projets. Cette nouvelle fonctionnalité technique déclencha à nouveau de nombreuses discussions et prise de décision au sein des projets pour en modérer son utilisation comme en témoigne une procédure sur Wikipédia en français qui commença le 9 octobre 2015 pour se clôturer un an plus tard seulement le 28 octobre 2016[W 28].

Alors que le multilinguisme fut mis en avant grâce au sélecteur universel de langues[W 29], une autre nouveauté technique importante de l'année 2012 fut aussi la création d'une nouvelle équipe intitulée « Growth » (croissance en français). L'une des premières actions de celle-ci fut de fournir aux éditeurs Wikimédia un outil permettant de remercier d'autre contributeur en deux cliques seulement. Cette fonctionnalité basique dans sa forme représenta pourtant une nouveauté majeure par le fait qu'elle concrétisait pour la première fois au sein des projets une fonctionnalité visant à apporter un commentaire positif à la modification d'autrui. Une étude d'incidence en 2019 semble par ailleurs confirmer l'effet d'encouragement tant des éditeurs expérimentés vers les plus novices que l'inverse[B 13].

L'année 2013 apparu décisive dans l'évolution technique du mouvement et ce en raison peut-être d'une réputation de retardataire issue d'un article du MIT Technology Review affirmant que les projets Wikimédia ont « peu changé en une décennie » et que « rarement de nouvelles choses dans l'espoir d'attirer les visiteurs »[B 14][N 3]. L'arrivée de l'éditeur visuel durant cette même années, marqua donc une des évolutions technique majeur au sein du mouvement. Proche en apparente à un traitement de texte, son acceptation par la communauté des anciens éditeurs ne fut pas pour autant des plus aisées[B 14]. Sa mise en place ne put en outre se faire que suite à des prises de décisions au sein des différents projets similaire à celle que j'ai pour ma part lancée sur Wikiversité en février 2014[W 30].

2013 fut aussi l'année d'introduction de nouveaux systèmes de notification echo qui permet d'attirer l'attention d'un utilisateur enregistré au départ de n'importe quelle page d'un des sites Wikimédia en y créant simplement un hyperlien pointant vers sa page et en signant le message[W 31]. Les notifications engendrées par ce système apparaissent en haut des pages des projets Wikimédia dès que l'on s'y connecte et peuvent aussi faire l'objet d'un courrier électronique selon les préférences utilisateurs individuelles.

Toujours durant l'année 2013 apparu un journal semestriel destiné à l'ensemble de la communauté pour lui faire part de l'actualité technique au sein du mouvement. Dès sa première édition en date du 20 mai 2013[W 32] il devint ainsi possible de consulter en 21 langues et semaine pas semaine, l'archivage de tous les annonces techniques adressée au mouvement. Celle-ci sont répertoriées par rubriques qui regroupe les changements récents, changements à venir, problèmes, erratum et réunions auxquelles tous les contributeurs wikimédiens sont invités à participer pour présenter certaine anomalie. Dans cette chronique on sera informé par exemple de la naissance de nouveaux projets ou versions linguistiques, des modifications et mises à jour du logiciel MediaWiki, de ses nouvelles extensions, des offres d'emploi au sein de l'équipe technique, de certaines décisions politique ayant une incidence sur la technique, etc.

Apparu enfin au cours de cette année 2013 la fonctionnalité Flow qui permet d'utiliser plus facilement les espaces de discussions au sein des projets grâce à un éditeur visuel qui permet de se passer du Wikicode[W 33]. Malheureusement pour ses développeurs, cette extension ne reçut pas un accueil chaleureux au sein de la communauté des contributeurs et fut même interdite d'utilisation sur le projet Meta-Wiki qui en dénonce le risque de perte des informations au sein des conversations lors des archivages qui deviennent dès lors plus difficilement réalisables[W 34].

2014 pour sa part fut l'année d'apparition de la plateforme Phabricator en remplacement de Bugzilla[W 35]. Cette année sera aussi marquée par un épisode important pour la communauté Wikimédia qui concerna à la fois l'aspect technique et politique du mouvement. Il s'agit d'un conflit entre la communauté d'éditeurs bénévoles au sein des projets et la fondation Wikimédia suite à l'arrivée d'une visionneuse de médias et d'un nouveau statut de protection des pages accordés à ces salariés. Le déroulement de cette nouvelle crise aboutit dans un premier temps à une lettre ouverte adressée le 19 août 2014 à la Wikimedia Foundation et signée par 982 éditeurs aux origines linguistiques diverses. En voici un extrait :

« Le statut de « superprotection » qui a été lancé pour garder active la fonctionnalité Visionneuse de Médias est encore plus extrême :pour la première fois, un outil logiciel a été conçu pour « réduire la capacité » des communautés Wikimedia à « éditer les pages », en donnant cette capacité exclusivement à des membres non-élus de l'équipe Wikimedia. »[W 36]

Afin d'outre passé les décisions prises par la communauté germanophone de Wikipédia qui considérait prématurée l'arrivée du nouvel outil de visionnage, le statut super-protection offrait donc aux employés de la fondation la possibilité de bloquer les actions des administrateurs bénévoles élus par leur communauté. Suite à ce qui s'était passé sur le projet allemand, la communauté bénévole internationale toute entière se mobilisa sur le site Meta-Wiki en ouvrant un appel à commentaire pour demander le retrait du statut super-protection accordé aux salariés[W 37]. Le conflit se calma ensuite et la fondation Wikimédia finit par supprimer la fonctionnalité de super-protection en novembre 2015 alors qu'il n'avait jamais plus été utilisé[W 38]. Dans son aboutissement, cet épisode aura finalement conscientisé la fondation sur la nécessité de mise en place d'un d'un processus de développement de produit incluant dès le départ la communauté d'éditeurs bénévoles[W 38].

L'année 2015 vit aussi naître son lot de nouveauté avec un outil de traduction de page d'une version linguistique à une autre[B 15], la généralisation d'un système de compte global actif sur tous les projets[W 39], la possibilité de compiler des articles d'un projet pour en composer un livre, l'arrivée de l'application I-phone, la mise en place de Citoid qui permet la création automatique d'une référence bibliographique au départ d'une simple adresse URL, un test de sécurité[B 16], la possibilité de publier des graphiques avec l'éditeur visuel et surtout la création d'un service d'évaluation objective pour des révisions faites aux modifications des projets reposant sur une intelligence artificielle (ORES)[W 40].

Un autre évènement de 2015 sur lequel il me semble important d'attirer l'attention fut aussi le lancement de la première consultation des souhaits de la communauté qui concrétisera un réel rapprochement entre la communauté d'éditeur et les développeurs techniques[W 41]. Au départ d'une page du site de Meta-Wiki et suite à un appel généralisé, chaque contributeur est ainsi invité à exprimer un souhait par rapport à un problème ou une nécessité technique rencontrée dans le cadre de son travail bénévole. Après un tri et un classement en fonction du nombre des personnes qui auront appuyé tel ou tel proposition, l'équipe technique détermine alors les propositions retenues qui feront l'objet d'un développement dans le courant de l'année. Ce projet fut très certainement inspiré par le bisannuel Technical Wishes Project lancé en 2013, 2015, 2017, 2019 et 2020[W 42] sur Wikipédia en allemand dont le but aussi d'identifier et hiérarchiser les exigences techniques des divers utilisateurs de manière collaborative sur base d'enquêtes et d'ateliers[W 43].

L'année 2016 sera le théâtre d'une nouvelle crise concernant cette foi un manque de transparence au sujet de la création d'un moteur de recherche[W 44] intitulé Knowledge Engine[W 45] au sein du département Wikimédia Discovery dédié à l'amélioration de l'expérience Wikimédia[B 17]. Cet épisode plongea le mouvement dans un tel désarroi que cela abouti à la démission de la directrice exécutive de la fondation dans le courant de la semaine du 21 février 2016[W 46] pour prendre effet le 31 mars[B 18], alors que plusieurs salariés et membres du conseil d'administration quitteront le leur leur en raison de leur indignation[B 19].

Knowledge Engine avait sans doute pour origine un vieux rêve de Jimmy Wales évoqué en 2006 déjà dans le cadre des activités de sa société Wikia[N 4] lorsqu'il fit la présentation d'un moteur de recherche baptisé Wikiasari. 10 ans plus tard, il devait ainsi être financé à concurrence de 2.5 millions de dollars américains offert en partie par la fondation Knight. Mais la fuite d'un document et finalement sa publication officielle du 11 février 2016 qui permis à la communauté Wikimédia et la presse de découvrir le projet gardé secret.

Dans le contexte de cette crise, la cooptation au conseil d'administration de la fondation Wikimedia de Arnnon Geshuri, un ancien dirigeant des ressources humaines de Google impliqué dans un procès antitrust touchant des employés high-tech fit aussi l'objet d'un nouvel appel à commentaire lancé par la communauté[W 47]. Cette « notion de défiance » supportée par près de 300 contributeurs, dans une démarche qui n'a rien d'officielle provoqua la démission de Geshuri que justifie Patricio Lorente, président du conseil d'administration de la fondation Wikimédia à cette époque en disant : « Il ne souhaite pas représenter une distraction à l’aube des discussions que la communauté et la Fondation doivent affronter prochainement »[B 20].

Au bout du compte et selon la contributrice Molly White qui en fit une ligne du temps accessible sur le net :

Durant la période 2014-2016, la Wikimedia Foundation aurait ainsi souffert d'un manque de communication avec la communauté des rédacteurs, d'un manque de transparence et de la perte soudaine de nombreux membres du personnel. Certains de ces problèmes étaient liés aux efforts de Wikimedia Discovery, d'autres semblaient provenir de la haute direction. L'agitation et le mécontentement étaient visibles tant au sein de la communauté des rédacteurs que de la Wikimedia Foundation elle-même[W 48].

Suite à ce bouleversement au sein du mouvement, l'année 2016 sera riche en amélioration des systèmes déjà existant avec par exemple une meilleure intégration des données géographiques en provenance d'Open Street Map. Elle fut aussi l'année de lancement d'un nouveau bulletin d'information mensuel produit par l'équipe Globale collaboration en charge des services de notifications, de discussions structurées et de révision des contributions. Le premier exemplaire de ce bulletin traduit en six langues fut diffusé en octobre[W 49] et son dernier en 14 langues en mars 2018.

2017 marqua pour sa part le renforcement des outils de contrôle des projets et des pages que l'on y crée grâce à une refonte du site d'analyse statistique des projets Wikimédia stats.wikimedia.org, et aussi l'arrivée de nouveau outils de protections des projets tel-que un système de blocage par cookie empêchant une personne utilisant un même ordinateur de contourner un blocage en changeant de compte utilisateur ou d'adresse IP[W 50] et de Nouveaux filtres pour la révision des contributions[W 51] et les pages de modification récente[W 52]. Ces innovations qui apportent une aide au contrôle des modifications d’autrui seront toute fois modérée par un système obligeant les administrateurs à laisser un message lorsqu'il bloque un utilisateur, supprime une page ou bloque les modifications.

C'est aussi durant l'année 2017 que sera lancé une initiative de santé Communautaire visant à « aider la communauté des bénévoles de Wikimedia à réduire le niveau de harcèlement et de comportement perturbateur »[W 53]. Soutenu par des employés de la fondation cette initiative aura permis en 2017 de mettre en place de nouvelle configuration donnant la possibilité pour les comptes utilisateurs de créer une liste noire d'utilisateur pour bloquer les notifications[W 54] ou l'envoi de courriel[W 55].

De manière continue durant cette année, d'autres initiatives techniques ont aussi amélioré l'expérience des contributeurs au sein des projets, d'une part en aidant les nouveaux arrivant une extension GuidedTour pour accompagner leur découverte[W 56], un nouveau système de citation automatique possible au départ de l'ISBN d'un ouvrage avec Citoid[W 57] et une extension Interface de conflit de modification basé sur les paragraphes qui permet plus facilement de résoudre le problème qui arrive lorsque quelqu'un à changer une page entre le début et la fin d'une de vos modifications[W 58]. Quant aux simples lecteurs, ils auront aussi profité de l'arriver d'une améliorations des résultats de la recherche inter-wikis grâce la possibilité de poursuivre une recherche identique au départ d'un projet sur les autres projets.

L'année 2018 encadrera le renforcement des innovations antécédentes tel que l'éditeur visuel les applications smartphone la gestion des conflits d'éditions, l'extension Citenotice et autre fonctionnalité des Wikis en général. Les préférences globales communes au sein de tous les projets au départ d'une page unique[B 21] verront aussi le jour, un nouvel outil de recherche appelé Ereka[B 22], de précieux outil de sauvegarde automatique dans l'éditeur visuel[W 59], la création d'un nouveau statut d'administrateurs d'interface[W 60], la venue d'une nouvelle politique de Politique de sécurité du contenu et le lancement du projet croissance[W 61]. Tout ceci alors que les réunions avec l'équipe Édition sont par contre supprimées en raison d'une trop faible participation[W 62]. Autre fait marquant pour cette année, les administrateurs ne peuvent plus se débloquer eux-mêmes mais pourront bloquer uniquement la personne qui les aura bloqués[W 63].

En consultant les archives sur l'actualité technique de 2019 on y découvre l'intégration de Google translate dans outils de traduction, la possibilité de bloquer partiellement l'édition d'une page ou d'un espace de nom[W 64], de contribuer sur Wikidata au départ d'un appareil mobile[W 65], un réducteur d'URL[W 66], de nouvelles fonctionnalités visant à enrichir les données structurées[W 67] des fichiers commons, un lecteur de fichier midi intégré et un nouveau lecteur vidéo. Relevée par la presse cette fois, ce sera une importante cyberattaque[B 23] qui aura marqué les titres au sujet de Wikimédia. Bien que l'attaque ne fut apparemment pas politiquement motivée, elle aura permis toute mit en évidence le fait que par rapport à d'autres, l'infrastructure Wikimédia est « plus facile à atteindre sans utiliser des moyens démesurés »[B 24]

L'historique de l'année 2019 fut aussi une belle occasion de mettre en évidence les différentes implications de la communauté au sein des projets éditoriaux grâce à une consultation des souhaits de la communauté spécialement dédiée aux autres projets que Wikipédia« projets hors contenus wikipédiens »[W 68]. Un tel choix sous entend bien entendu l'importance que la communauté apporte au projet encyclopédique même si plus récemment, le projet Wikidata aura aussi attiré beaucoup d'attention et de moyens financier pour répondre à cette ambition de développer un web sémantique[B 25].

En classant les 72 souhaits formulés au profit des « petits projets » il est ainsi possible d’opérer un classement indicatif dans lequel apparait en tête le projet Wikisource avec 28 propositions récoltées, suivi du Wiktionnaire qui en récolte 20, lui-même suivi du projet Wikiversité qui en bénéficie de 11, alors que les 5 autres projets restant ne dépasseront pas les 5 propositions.[W 68]. A terme, cette consultation fut à l'origine des Small wiki toolkits dédié à la maintenance des petits projets.

L'année 2020, dernière à être passé en revue dans cette section aura vu le coup d’envoi d'un nouvel outil de discussion[W 69] et de sa fonctionnalité Replying[W 70], d'une traduction de contenu en développement depuis 2019 pour bénéficier du service de traduction automatique de Google[B 26], de nouvelles fonctionnalités de gestion des IP visant à une amélioration de la confidentialité et limitation des abus[W 71] et d'un nouveau statut d'administrateur de l'outil abuse filter[W 72].

À cela s'ajoute ensuite le projet Abstract Wikipedia (nom provisoire) comme dernier évènement majeur de l'évolution technique Wikimédia qui permettra à terme de créer de nouvelle version linguistique de Wikipédia au départ des données structurées du projet Wikidata au sein duquel il s'intègre. Pour ce faire, Abstract Wikipédia utilisera un nouveau type de code appelé Wikifonctions qui permettra de traiter les données structurées de Wikidata pour répondre à des questions dans toutes les langues[W 73]. Pour les projets Wikipédia déjà existants Abstract donnera la possibilité de faire des mises à jour automatique d'informations factuelles et standards grâce à l'intégration de fonctions au sein de l'éditeur de texte[B 27].

Au niveau de l'avenir cette fois, le mouvement Wikimédia pourrait enfin apparaitre comme un espace privilégier dans le traitement des questions éthiques posées par le développement de l'intelligence artificiel. Selon Jonathan T. Morgan, la transparence, les mécanismes de conceptions et de prise de décisions qui reposent sur des valeurs et le consensus, semblent en effet rassembler les composantes nécessaires pour prévenir les dérives néfastes et dommageable dans le développement des technologies de l'intelligence artificielle[W 74].

Analyse technologique du mouvement Wikimédia[modifier | modifier le wikicode]

Après cette longue et quelque peu rébarbative revue de l’évolution technique du mouvement Wikimédia qui est loin d'être exhaustive, il devient plus facile de comprendre à quel point le maintient d'une infrastructure technique dédiée au support des activités numériques d'une communauté d'éditeurs peut être à la fois laborieuse, complexe et onéreuse. Face à ce constat, les besoins financiers du mouvement et en particulier ceux de la fondation qui a en charge le support, la maintenance et l'amélioration de l’infrastructure technique et donc l'engagement d'une main d’œuvre hautement qualifiée, apparaissent de manière beaucoup plus explicite.

Ce petit voyage dans l'histoire nous permit aussi de nous rendre compte à quel point et même sous quelle forme l'héritage de la contre-culture hacker a pris place au sein du mouvement Wikimédia. Au sein de sa communauté semble en effet exister de nombreux lanceurs d’alertes qui ont gardé comme pratique l'usage des appels à commentaires dans le traitement des polémiques et controverses qui ébranle le mouvement. Appelé Request For Comments ou RFC en anglais, l'appel à commentaire est effectivement une pratique de concertation ouverte, coopérative et égalitaire pouvant apparaitre comme l'idéal d'une communauté scientifique[B 28] qui fut mise au point en avril 1969 par Steve Crocker dans le cadre de ses activités de création d'ARPANET au sein du Network Working Group[B 29].

Au delà de l'esprit contestataire à l'encontre de toute forme de hiérarchie statutaire ou élitiste, du refus des valeurs marchandes, c'est donc aussi tout un ensemble de pratiques dont le mouvement Wikimédia se voit l’hérité de sa préhistoire numérique. Parmi celles-ci figurent la recherche de consensus, mais aussi et comme l'aura démontré l'épisode de Knowledge Engine, une grande intransigeance sur les questions de transparences, elle aussi reconnue comme héritage de la philosophie de la contre-culture américaine des années 60[B 30].

Face à cette situation, la fondation Wikimédia et les organisations affiliées au mouvement paraissent éprouver beaucoup de difficultés pour assimiler toutes ces valeurs, principes et pratiques qui semblent finalement toujours prendre le dessus sur ce qui est décidé au sein du mouvement. Comme explication partielle à ce phénomène pourrait bien apparaitre l'interdiction pour le personnel de s’investir en tant qu'éditeur au sein des projets et donc quelque part de se familiariser avec la culture des éditeurs bénévoles. Ceci alors qu'à contrario et comme cela a été vu dans le deuxième chapitre de ce travail, les éditeurs bénévoles pour leurs parts bénéficient d'un accès ouvert à une très grande partie des activités propres aux organisations.

L'histoire technologique du mouvement nous a aussi permis de voir à quel point et pour quelles raisons le moindre changement technique mis en place au sein des projets apparait aux yeux des communautés d'éditeurs comme un choix politiques, ou pour le moins managérial, qui doit faire l'objet d'un débat et d'un consensus au sein de la communauté. En ce sens, la communauté Wikimedia apparait diamétralement opposée aux jeunes utilisateurs de réseaux sociaux, et parfois moins jeunes, insouciants des incidences et influences de l’environnement numérique auquel ils confient parfois des choses les plus intimes de leur vie privée.

Les contributeurs Wikimédia apparaissent donc comme un public particulièrement avisé sur le potentiel du traitement informatique caché derrière leurs écrans. Loin d'être exhaustive, la liste des bots, programmes et algorithmes cité précédemment ne représente en outre qu'une petite partie de de tout l'arsenal possible et imaginable que les géants du web peuvent mettre en œuvre pour servir leurs propres intérêts sans forcément se soucier de ceux des utilisateurs de leurs services. Car il est fort probable en effet que la seule limite à l'instrumentalisation des clients des grandes firmes commerciales qui s'accaparent l'espace web est celle d’augmenter et de maintenir autant que possible la fréquentation de leurs services. Et il peut être troublant à ce propos de constater que ce désir de rétention est aussi présent au sein de la fondation Wikimédia qui comme cela a été vu n'hésite pas en place diverses pratiques de marketing dans le but d’attirer les internautes principalement, voir uniquement sur Wikipédia qui avec le projet Wikimédia commons sont les deux seuls projets à bénéficier d'une application smartphone à ce jour.

On peut donc conclure à ce niveau en disant que la dérive de la mission déjà discutée au par avant touche aussi directement les questions technique au sein du mouvement avec de nouveaux face à cette dérive, une communauté de contributeur bénévoles qui semble assumer le rôle de garde-fou par rapport à une première dérive quant au contrôle des projets par les employés de la fondation démontré par les outils de superprotection, une seconde dérive concernant un manque de transparence au sujet des projets techniques développé par la fondation tel que le Knowledge Engine, et une troisième dérive relative à un développement technique excessivement centrer sur le projet encyclopédique comme l'aura démontré en 2019 la nécessité de faire un sondage sur les vœux techniques de la communauté qui excluait exceptionnellement le projet Wikipédia.

Comme ultime dérive enfin, il est aussi intéressant de signaler l'arrêt de la maintenance d'un outil de création de livres pourtant très pratique pour rassembler dans un seul document une compilation de contenus en provenance d'un projet. On peut comprendre il est vrai, que les navigateur web peuvent aujourd'hui très bien faire le travail d'exportation d'une page Web pour en faire l'impression et que cela aura expliquera dès lors l'apparition de ce message au sein des projets : « La version imprimable n’est plus prise en charge et peut comporter des erreurs de génération. Veuillez mettre à jour les signets de votre navigateur et utiliser à la place la fonction d’impression par défaut de celui-ci. »[W 75]. Mais ce qui est beaucoup moins compréhensible c'est qu'en date du 12 mars 2021 cette autre message apparaissait aussi : « Le créateur de livres est en cours de modification. Du fait de graves problèmes avec notre système actuel, le Créateur de livres ne prendra désormais plus en charge l’enregistrement d'un livre en PDF. »[W 76] et que sur la documentation technique on apprend que « en ce qui concerne les livres, nous avons laissé le sujet entre les mains de développeurs volontaires et de PediaPress. Nous serons heureux de leur faire parvenir vos questions mais nous n'envisageons pas d'évolution dans le sens technique. »[W 77]

En se délestant de l'outil de création de livre pour le remettre entre les mains d'une entreprise commerciale et à des hasardeux contributeurs bénévoles, la fondation Wikimédia affiche donc un désintérêt envers le partage de la connaissance en dehors de l'espace numérique. Face aux nombreuses familles dans le monde qui se voient incapables d'acheter ne fusse qu'un smart-phone bon marché et le crédit nécessaire pour pouvoir accéder au réseau Internet mobile, une telle attitude est à la fois contraire à la mission du mouvement, mais aussi aux souhait d'inclusion récemment prononcé dans le cadre de la stratégie du mouvement en vue de l'année 2030.

Parmi ces familles, il est en effet évident que certaines personnes ou groupe de personnes, faut d'un accès à internet, pourrait fournir le prix nécessaire à l'impression papier d'un ensemble de pages en provenance des sites Wikimédia dans le but des les rapporter au village et d'en faire profiter la communauté. Pour un tel cas de figure, le créateur de livre était donc l'outil de compilation idéal qui permettait d'aboutir à un livre en format ODF ou mieux encore, PDF qu'il est alors facile d'imprimer. Utiliser cette outil sur Wikipédia au sein d'un Internet café permettait ainsi de repartir avec un livre thématique, sur Wiktionnaire de créer un dictionnaire personnalisé, ou sur Wikilivre ou Wikiviersité d'imprimer un manuel scolaire ou tout autre support d'enseignement.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

[N]otes

  1. Pour mieux se rendre compte encore de la complexité du wikicode dans le cadre de la réaction de ce travail de recherche, il est aussi possible de cliquer sur l'onglet « Modifier le code » en haut d'un chapitre situé sur Wikiversité ou encore de se rendre directement à l'adresse : https://fr.wikiversity.org/w/index.php?title=Recherche:Imagine_un_monde/Histoire&action=edit .
  2. Une description complète de ces statuts et outils est disponible dans une section de mon travail de fin de master intitulé Culture fr Wikipédia.
  3. Texte original en anglais : « rarely tries new things in the hope of luring visitors ».
  4. Cette société fut renommée pour répondre aujourd'hui au nom de Fandom.

[B]ibliographiques

  1. E. D, Jupes troussées, Imprimerie de la société cosmopolite, 1889 [lire en ligne] 
  2. Guillaume Paumier, « "Tech News":Fighting technical information overload for Wikimedians », Wikimedia Foundation, (consulté le 27 septembre 2020)
  3. Andrew Lih, The Wikipedia Revolution, Hachette Digital, Inc, 17 March 2009 (ISBN 9781401395858) [lire en ligne], p. 99–106 
  4. Andrew Lih, The Wikipedia Revolution:How a Bunch of Nobodies Created the World's Greatest Encyclopedia, Hachette Digital, Inc, 17 mai 2009 (ISBN 9781401395858), p. 104 
  5. Estelle Dumout, « Wikipedia réfléchit à une meilleure protection de son contenu », ZDNet.fr, (consulté le 4 mars 2016)
  6. Daniel Terdiman, « Growing pains for Wikipedia », CNET, (consulté le 10 février 2021)
  7. Dariusz Jemielniak, Common knowledge?: an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, 2015 (ISBN 978-0-8047-9723-8) (OCLC 913498835) [lire en ligne], p. 167 – 171 .
  8. Christopher Mims, « Facebook’s plan to find its next billion users:convince them the internet and Facebook are the same », sur web.archive.org, Quartz, (consulté le 21 janvier 2021)
  9. Louise Wessbecher, « Wikipédia met fin au programme Wikipedia Zero qui permettait aux pays émergents d'accéder à l'encyclopédie en "zero rating" », sur web.archive.org, (consulté le 11 février 2021)
  10. Jacopo Franchi, « Wikipedia Zero sta violando la neutralità della Rete? – Umanesimo Digitale », sur web.archive.org, Umanesimo Digitale, (consulté le 16 janvier 2021)
  11. Jan Willem Aldershoff, « Facebook's free internet access initiative abused for piracy - content uploaded to Wikipedia », myce.com, (consulté le 11 novembre 2019)
  12. Jan Willem Aldershoff, « Facebook's free internet access initiative abused for piracy - content uploaded to Wikipedia », Myce.com, (consulté le 11 novembre 2020)
  13. Swati Goel, Ashton Anderson et Leila Zia, « Thanks for the thanks! Examining the efficacy of Wikipedia’s thanks feature », Wikimedia Foundation, (consulté le 26 novembre 2020)
  14. 14,0 et 14,1 Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :2
  15. Runa Bhattacharjee, Pau Giner et Amir E. Aharoni, « Try Content Translation:A quick way to create new articles from other languages », Diff, (consulté le 12 février 2021)
  16. Valentin Leon, David Thiel et Justin Engler, « ApplicationPenetrationTest », Wikimedia Foundation - MediaWiki, (consulté le 19 décembre 2019)
  17. Nia, « Wikimedia Discovery Is The Foundation's Weapon For improving Wikimedia Experience, Including Its Search », sur Eyerys, (consulté le 9 mars 2021)
  18. Florian Reynaud, « Wikimedia : la controverse sur un projet de moteur de recherche provoque une nouvelle démission », Le Monde, (consulté le 2 janvier 2021)
  19. « Crise à la fondation Wikimedia : sa directrice démissionne », L'OBS, 21 novembre 2016 [texte intégral].
  20. Le Monde, « Un administrateur de Wikimédia se retire après une fronde des contributeurs », lemonde.fr, (consulté le 3 juin 2021)
  21. Johanna Strodt, « Introducing global preferences across Wikimedia wikis », Wikimedia Foundation, (consulté le 30 novembre 2020)
  22. Johanna Strodt, « Eureka! A new visual interface for specialized searches », sur web.archive.org, Diff, (consulté le 31 octobre 2020)
  23. Sarah Ugolini, « Wikipédia victime d’une cyberattaque massive », Capital.fr, (consulté le 20 février 2021)
  24. Julien Lausson, « #WikipediaDown : Wikipédia est tombé à cause d'une puissante attaque informatique », sur Numerama, (consulté le 9 mars 2021)
  25. Stanislav Malyshev, « Getting the Most Out of Wikidata:Semantic Technology Usage in Wikipedia's Knowledge Graph », The Semantic Web – ISWC 2018, Springer International Publishing, Cham, 2018, p. 376–394  (ISBN 978-3-030-00668-6) [texte intégral lien DOI]
  26. Runa Bhattacharjee et Pau Giner, « You can now use Google Translate to translate articles on Wikipedia », Wikimedia Foundation, (consulté le 12 novembre 2020)
  27. Thierry Noisette, « Abstract Wikipedia:un projet de traductions de l’encyclopédie depuis sa base de données », ZDNet, (consulté le 12 janvier 2021)
  28. Patrice Flichy, « 2. Internet, l'idéal de la communauté scientifique », L'imaginaire d'Internet, 2001, p. 43 [texte intégral (page consultée le 2020-12-02)]
  29. Djilali Benamrane, Bruno Jaffré, François-Xavier Verschave et Biens publics à l'échelle mondiale, Les télécommunications entre bien public et marchandise, C.L. Mayer, 2005 (ISBN 978-2-84377-111-8) (OCLC 470352912) [lire en ligne], p. 72 
  30. Magali Bessone, « Culte de l'internet et transparence: l'héritage de la philosophie américaine », Esprit, vol. Juillet, no  7, 2011, p. 145 (ISSN 0014-0759) [texte intégral]

[V]idéographiques

  1. « Il était une fois Wikipedia 20 ans d’encyclopédie en ligne », de Jascha Hannover et Lorenza Castella, de Arte, 2020 [présentation en ligne], 37 min - 38 min
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0

[W]ebographiques

  1. Wikipedia, « New features », (consulté le 10 février 2021)
  2. Wikipédia, « Discussion utilisateur:Lionel Scheepmans/JackPotte — Wikipédia » (consulté le 10 février 2021)
  3. Wikipédia, « Wikipédia:Prise de décision/Crochets autour des appels de notes » (consulté le 8 juin 2015)
  4. Wikimedia Phabricator, « Accueil » (consulté le 28 janvier 2021)
  5. Meta-Wiki, « Consultation des souhaits de la communauté » (consulté le 21 octobre 2020)
  6. Meta-Wiki, « Technique/Actualités » (consulté le 8 septembre 2020)
  7. Meta-Wiki, « Wikimedia News » (consulté le 19 février 2021)
  8. Jason Richey, « [Wikipedia-l] new language wikis », Wikipedia-l, (consulté le 31 janvier 2021)
  9. Erik Moeller, Wikipedia-l, « Wiktionary project launched », Wikipedia-l, (consulté le 28 septembre 2020)
  10. 10,0 et 10,1 Wikipédia, « Statistiques » (consulté le 23 octobre 2020)
  11. 11,0 et 11,1 Wikiversité, « Statistiques », sur web.archive.org (consulté le 22 octobre 2020)
  12. MediaWiki, « Extension:AbuseFilter » (consulté le 27 octobre 2020)
  13. Wikimania, « Main Page » (consulté le 27 novembre 2020)
  14. Meta-Wiki, « CheckUser policy/fr » (consulté le 26 octobre 2020)
  15. Meta-Wiki, « Règles pour le masquage de modifications » (consulté le 23 janvier 2021)
  16. Wikimédia Incubator, « Welcome to Wikimedia Incubator! » (consulté le 27 février 2021)
  17. Wikisource, « Wikisource » (consulté le 3 mars 2021)
  18. MediaWiki, « Extension:FlaggedRevs/fr » (consulté le 17 janvier 2021)
  19. Meta-Wiki, « Flagged Revisions » (consulté le 21 février 2021)
  20. Meta-Wiki, « Wikipedia Usability Initiative » (consulté le 7 novembre 2020)
  21. Jimmy Wales, « Removing questions about me and my role from this discussion », Foundation-l, (consulté le 12 novembre 2015)
  22. MediaWiki, « Wikimedia Labs » (consulté le 16 janvier 2021)
  23. Wikitech, « Help:Cloud Services Introduction » (consulté le 2 février 2021)
  24. MediaWiki, « Applications Wikimedia » (consulté le 20 septembre 2020)
  25. Meta-Wiki, « Wikimedia Apps », (consulté le 12 février 2021)
  26. Wikimedia Foundation Governance Wiki, « Wikipedia Zero », sur web.archive.org (consulté le 25 janvier 2021)
  27. Wikimedia Foundation, « Building for the future of Wikimedia with a new approach to partnerships », Diff, (consulté le 9 novembre 2020)
  28. Wikipédia, « Wikipédia:Prise de décision/Utilisation des données Wikidata dans les articles » (consulté le 23 novembre 2016)
  29. MediaWiki, « Sélecteur universel de langues » (consulté le 11 août 2020)
  30. Wikiversité, « Projet:Wikiversité/Éditeur Visuel » (consulté le 8 août 2020)
  31. MediaWiki, « Notifications » (consulté le 22 octobre 2020)
  32. Meta-Wiki, « Actualités techniques / 2013 / Semaine 21 », (consulté le 7 avril 2020)
  33. Meta-Wiki, « Flow » (consulté le 10 août 2020)
  34. Meta-Wiki, « Meta:Babel » (consulté le 12 février 2021)
  35. Quim Gil, « Wikimedia Phabricator is now open for everyone », Wikitech-l, (consulté le 12 février 2021)
  36. Meta-Wiki, « Lettre à la Wikimedia Foundation :Superprotection et Visionneuse de médias », (consulté le 8 août 2020)
  37. Meta-Wiki, « Requests for comment/Superprotect rights » (consulté le 19 octobre 2020)
  38. 38,0 et 38,1 Quim Gil, « Superprotect is gone », Wikitech-l, (consulté le 31 janvier 2021)
  39. Meta-Wiki, « Aide:Connexion unifiée » (consulté le 6 août 2020)
  40. Aaron Halfaker et Dario Taraborelli, « Artificial intelligence service “ORES” gives Wikipedians X-ray specs to see through bad edits », Wikimedia Foundation, (consulté le 13 mars 2020)
  41. Meta-Wiki, « Consultation des souhaits de la communauté/Description » (consulté le 12 février 2021)
  42. Meta-Wiki, « WMDE Technical Wishes/Approach » (consulté le 13 août 2020)
  43. Meta-Wiki, « WMDE Technical Wishes » (consulté le 24 janvier 2021)
  44. Morgane Tual, « Un projet de moteur de recherche sème la discorde chez Wikipedia », Le Monde, (consulté le 1er décembre 2020)
  45. Meta-Wiki, « Knowledge Engine/FAQ » (consulté le 1er février 2021)
  46. Lila Tretikov, « Thank you for our time together. », Wikimedia-l, (consulté le 5 février 2021)
  47. Meta-Wiki, « Requests for comment/Vote of no confidence on Arnnon Geshuri » (consulté le 8 novembre 2020)
  48. Molly White, « Wikimedia timeline of events, 2014–2016 » (consulté le 23 décembre 2020)
  49. Meta-Wiki, « Global Collaboration/Newsletter/Issues/2016/10 » (consulté le 8 avril 2019)
  50. Phabricator, « ⚓ T5233 Send a cookie with each block » (consulté le 20 octobre 2020)
  51. MediaWiki, « Nouveaux filtres pour la révision des contributions » (consulté le 21 novembre 2020)
  52. Phabricator, « ⚓ T178990 Support new Filters for Recent Changes release on wikis that have FlaggedRevisions » (consulté le 24 janvier 2021)
  53. Meta-Wiki, « Initiative de santé communautaire » (consulté le 13 mars 2020)
  54. Phabricator, « ⚓ T150419 Allow users to restrict who can send them notifications » (consulté le 9 janvier 2021)
  55. Phabricator, « ⚓ T177319 Enable Email Mute on all Wikimedia wikis » (consulté le 31 décembre 2020)
  56. MediaWiki, « Extension:GuidedTour » (consulté le 22 novembre 2020)
  57. Phabricator, « ⚓ T145462 Provide auto-citations based on ISBNs in Wikimedia production » (consulté le 31 décembre 2020)
  58. MediaWiki, « Extension:Interface de conflit de modification basé sur les paragraphes » (consulté le 14 février 2021)
  59. Phabricator, « ⚓ T57370 [Epic] VisualEditor:Implement some form of auto-save to help with browser crash recovery and accidental tab closing » (consulté le 28 décembre 2020)
  60. « Création d’un groupe d’utilisateurs distinct pour la modification des CSS et JS globaux » (consulté le 25 octobre 2020)
  61. MediaWiki, « Croissance », sur web.archive.org (consulté le 28 octobre 2020)
  62. MediaWiki, « Editing team/Weekly triage meetings » (consulté le 25 novembre 2020)
  63. Phabricator, « ⚓ T150826 Remove unblockself right on wikimedia wikis (but allow blocked admins to block their blocker) » (consulté le 5 février 2021)
  64. Meta-Wiki, « Community health initiative/Partial blocks/fr » (consulté le 30 octobre 2020)
  65. MediaWiki, « Wikimedia Apps/Team/Android/AppEditorTasks » (consulté le 8 janvier 2021)
  66. Meta-Wiki, « Wikimedia URL Shortener/fr » (consulté le 20 octobre 2020)
  67. Wikimedia Commons, « Commons:Données structurées » (consulté le 1er octobre 2020)
  68. 68,0 et 68,1 (en) « Community Wishlist Survey 2020 - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 22 mars 2020)
  69. MediaWiki, « Projet Outils de discussion » (consulté le 27 octobre 2020)
  70. MediaWiki, « Talk pages project/Replying » (consulté le 5 février 2021)
  71. Meta-Wiki, « Talk:IP Editing:Privacy Enhancement and Abuse Mitigation/Improving tools » (consulté le 17 février 2021)
  72. Meta-Wiki, « Abuse filter maintainer/fr », sur web.archive.org (consulté le 6 août 2020)
  73. Meta-Wiki, « Wikipédia abstraite » (consulté le 30 septembre 2020)
  74. Jonathan T. Morgan, « Designing ethically with AI:How Wikimedia can harness machine learning in a responsible and human-centered way », Wikimedia Foundation, (consulté le 27 septembre 2020)
  75. Wikiversité, « Recherche:Imagine un monde/Partie 1 » (consulté le 18 mars 2021)
  76. Wikiversité, « Gérer votre livre » (consulté le 31 octobre 2020)
  77. MediaWiki, « Lecture/Web/Fonctionnalité du PDF » (consulté le 11 octobre 2020)