Leçons de niveau 2

Breton/Grammaire/Conjugaison/Temps composés

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Temps composés
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Conjugaison bretonne
Chap. préc. :Verbes irréguliers
Chap. suiv. :Autour des verbes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Conjugaison bretonne : Temps composés
Breton/Grammaire/Conjugaison/Temps composés
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La conjugaison bretonne comporte sept temps composés, assez semblables à ceux du français :

  • à l'indicatif : passé indéfini, plus-que-parfait, passé antérieur, futur antérieur ;
  • au conditionnel : présent et passé ;
  • à l'impératif : passé.

Construction[modifier | modifier le wikicode]

Comme en français, ces temps se construisent à l'aide de verbes auxiliaires : bezañ (être) et kaout (avoir) ainsi que du participe passé du verbe que l'on conjugue.

  • Lorsqu'il est utilisé comme auxiliaire, le verbe kaout est appelé endevout ; cet infinitif est rarement utilisé dans le sens de avoir (evit endevout komzet pour avoir parlé), et jamais dans le sens de posséder.
  • Les temps composés s'appliquent à tous les verbes, qu'ils soient réguliers ou irréguliers.
  • Les désinences verbales en fonction des personnes sont celles de l'auxiliaire.
Crystal Projec icons.png  Exemples : conjugaison des temps composés
Conjugaison du verbe erruout (arriver) avec l'auxiliaire bezañ
passé indéfini plus-que parfait passé antérieur futur antérieur conditionnel
présent passé
erruet on
(je suis arrivé·e)
erruet e oan
(j'étais arrivé·e)
erruet e voen
(je fus arrivé·e)
erruet e vin
(je serai arrivé·e)
erruet e vefen
(je serais arrivé·e)
erruet e vijen
(je serais arrivé·e)
Conjugaison du verbe kavout (trouver) avec l'auxiliaire endevout
passé indéfini plus-que parfait passé antérieur futur antérieur conditionnel
présent passé
kavet em eus
(j'ai trouvé)
kavet em boa
(j'avais trouvé)
kavet em boe
(j'eus trouvé)
kavet em bo
(j'aurai trouvé)
kavet em befe
(j'aurais trouvé)
kavet em bije
(j'aurais trouvé)

Emploi des auxiliaires[modifier | modifier le wikicode]

En l'absence de sujet exprimé, le participe passé du verbe se place devant l'auxiliaire ; on insiste alors sur le verbe, et c'est la désinence de l'auxiliaire qui précise la personne : kouezhet eo (il est tombé, il n'a pas sauté)redet he deus (elle a couru, elle n'a pas marc'hé).

  • L'auxiliaire peut précéder le verbe, si l'on veut insister sur son sujet : me zo kouezhet (je suis tombé, c'est moi qui suis tombé)hi he deus redet (elle a couru, c'est elle qui a couru).

Bezañ[modifier | modifier le wikicode]

L'auxiliaire bezañ sert à construire les temps composés des verbes dits « intransitifs », ceux qui expriment une action ou un état limités au sujet et ne portent sur aucun objet : aet e vo kuit (elle sera partie)marv e vijemp nous serions morts.

  • À l'infinitif, bezañ est son propre auxiliaire : bezañ bet (avoir été) ; il est aussi celui de tous les autres verbes : kaout → bezañ bet (avoir eu) [1]bezañ redet (avoir couru)bezañ kavet (être trouvé, avoir trouvé) [1]
  • Bezañ – abrégé le plus souvent en bez' – placé devant un verbe conjugué sert également à insister sur ce verbe : bez' emaint o hadañ, hag an avel a-dal ! (ils sont en train de semer, malgré le vent de face !)ha bez' e kendalc'hez d'e welout ? (et tu continues de le voir ?)bez' ez eus tan du-hont ! (il y a du feu là-bas !)

Endevout[modifier | modifier le wikicode]

L'auxiliaire endevout s'emploie pour les verbes dits « transitifs », ceux qui régissent directement des compléments : hadet he deus kerc'h (elle a semé de l'avoine)prenet hoc'h eus bara vous avez acheté du pain). Le complément peut être sous-entendu : hadet he deus (elle a semé)paeet hoc'h eus (vous avez payé).

Ober[modifier | modifier le wikicode]

Le verbe ober (faire) sert fréquemment d'auxiliaire pour insister sur le verbe : emaomp oc'h hadañ (nous sommes en train de semer) → hadañ a reomp (nous semons) (littéralement: "semer nous faisons").

  • Pour insister sur le verbe gouzout (savoir), on peut employer soit ober comme pour les autres verbes, soit gouzout lui-même pour appuyer encore davantage : gouzout a ran ou gouzout a ouzon (je sais).

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 et 1,1 Ah ben non, 'y a pas d'erreur ! C'est le contexte qui fait la différence.

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : les temps composés.