Recherche:Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Conservation curative

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conservation curative
Icône de la faculté
Chapitre no 19
Recherche : Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques
Chap. préc. :Conservation préventive
Chap. suiv. :Restauration Traditionnelle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques : Conservation curative
Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Conservation curative
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La conservation curative implique une modification des objets sur lesquels elle s'exerce, une intervention. On distingue la restauration traditionnelle, artisanat fondé sur une véritable science, de la restauration industrielle, qui s'exerce sur de grands ensembles de documents. Les bibliothèques peuvent aussi réaliser en interne un travail dit de Maintenance, travail modeste mais qui peut éviter de recourir à de coûteuses campagnes.

Restauration industrielle[modifier | modifier le wikicode]

Lorsque le nombre de documents est trop important pour pratiquer la restauration manuelle, ou lorsque les problèmes rencontrés nécessitent l'intervention de produits chimiques plus ou moins toxiques, il faut faire appel à la restauration industrielle, dite aussi "de masse". Les principales opérations qui en relèvent sont la Désacidification de masse, le Renforcement du papier et la Désinfection de documents victimes d'une infestation (insectes, moisissures).

Au même titre que la restauration traditionnelle, la restauration industrielle constitue un "choc" pour les documents - sans parler de son coût de l'emploi de produits toxiques. Il faut donc privilégier la conservation préventive et une surveillance attentive des collections.