Leçons de niveau 11

Nouveaux horizons à l'époque moderne/À la découverte du monde

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
À la découverte du monde
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Nouveaux horizons à l'époque moderne
Chap. préc. :Élargissement du monde
Chap. suiv. :Soumission du Nouveau Monde

Annexe :

Biographie de Christophe Colomb
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Nouveaux horizons à l'époque moderne : À la découverte du monde
Nouveaux horizons à l'époque moderne/À la découverte du monde
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Grandesdécouvertes.png

À la découverte du monde[modifier | modifier le wikicode]

Causes[modifier | modifier le wikicode]

Avant le XVe siècle, on pensait que le monde était plat, les voyages maritimes étaient alors essentiellement limités aux côtés de la Méditerranée dont les Vénitiens dominés le commerce et les échanges. Après la prise de Constantinople en 1453, les Européens cherchent de nouvelles routes vers l'Asie du Sud-Est d'où proviennent la soie et les épices. Les Portugais et les Espagnols se lancent alors dans de grands voyages.

Premièrement, les raisons sont économiques puisque trouver de nouvelles voies maritimes permettrait de reprendre le commerce avec l'Asie pour se procurer des produits orientaux sans passer par l'intermédiaire des Vénitiens ou des Ottomans. Les raisons sont aussi religieuses puisque si commerce avec les musulmans les enrichi, partir vers de nouvelles terres permet de diffuser la chrétienté à travers le monde et l'évangélisation. Troisièmement, les raisons sont politiques alors qu'une volonté expansionniste se développe chez les souverains européens pour accroître leur puissance en constituant un grand empire colonial. Les voyages sont aussi le résultat d'une curiosité des Européens voulant, par exemple, vérifier la rotondité de la Terre. Enfin, des moyens techniques ont permis ces voyages, notamment la table de longitude, la caravelle, la boussole, le portulan ou l'astrolabe.

Temps des explorations[modifier | modifier le wikicode]

En 1492, Christophe Colomb obtient le financement de son projet pour trouver une nouvelle route vers l’Ouest afin d’y découvrir les Indes pour les rois espagnols. Il décide de partir de Séville vers l’Ouest et est persuadé après 35 jours d’avoir découvert une nouvelle route vers les Indes alors qu’il est arrivé aux actuelles Antilles. Il meurt en 1506 dans l’ignorance mais sait qu’il a découvert des terre pleine de richesse à la fois d’or mais surtout de nouvelles plantes.

Alors que les explorations maritimes réalisées en majorité par les Portugais et les Espagnols sont plutôt transatlantiques, l'explorateur portugais Bartolomeu Dias décide de longer les côtes africaines et contourne le cap de Bonne-Espérance en 1435, Magellan, de son côté, décide de faire le tour du monde en 1520 alors que Jacques Cartier navigue vers l'Asie par le Nord Ouest en 1534.

Naissance d’un Nouveau Monde[modifier | modifier le wikicode]

Après les Grandes découvertes à la fin du XVIe siècle, les Européens connaissent la majeure partie du monde mais il reste néanmoins des parties inconnues comme l’Amazonie, le Grand Nord, le cœur de l’Afrique, la Sibérie ou l’Océanie.

Les routes commerciales se développent entre l’Europe et l’Asie par le Cap de Bonne-Espérance mais aussi entre l’Europe et l’Amérique favorisant l’essor d’une aire Atlantique. Ces conquêtes stimulent aussi l'activité financière, agricole et économique puisque l'activité commerciale se déplace vers l'océan Atlantique depuis la mer Méditerranée alors dominée par les villes italiennes Florence, Gênes ou Venise qui déclinent au profit des villes situées sur la façade atlantique comme Nantes, Lisbonne, Bordeaux ou Séville.

Les Européens ont découvert une civilisation amérindienne qui n'est pas évoquée dans la Bible. Ces découvertes conduisent à des réflexions et à des interrogations alors qu'on tente de relativiser les valeurs européennes. La conquête du monde est rude et brutale, rares sont les voix qui s'élèvent contre ce phénomène. Petit à petit, les Européens mettent en place le commerce triangulaire.

Au final, l'ensemble de découvertes feront apparaître un nouveau courant en Europe : l'humanisme.