Leçons de niveau 14

Introduction à la thermodynamique/Principe zéro de la thermodynamique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Principe zéro de la thermodynamique
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Introduction à la thermodynamique
Chap. préc. :Grandeurs usuelles
Chap. suiv. :Premier principe de la thermodynamique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la thermodynamique : Principe zéro de la thermodynamique
Introduction à la thermodynamique/Principe zéro de la thermodynamique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Si deux systèmes A et B sont en équilibre thermodynamique et si B et C le sont aussi, alors A et C sont en équilibre thermodynamique, cette propriété est appelée propriété de transitivité.

Équilibre thermodynamique[modifier | modifier le wikicode]


Un système en équilibre thermodynamique est un système dont les grandeurs de pression, température, volume, etc. ne varient pas avec le temps. Une tasse de café chaud dans la cuisine n’est pas en équilibre avec son environnement : elle refroidit, sa température diminue, elle cède de l'énergie. Lorsque sa température atteint la température de la pièce, la tasse de café devient en équilibre avec son environnement.

Remarquons que l'absence de variation avec le temps de la pression, du volume, etc est nécessaire mais pas suffisante. En effet, une vitre en hiver a tous ses points à température constante au bout d'un moment, mais elle est le siège d'un phénomène de transfert thermique : on ne peut donc pas dire qu'elle est en équilibre. Il ne faut donc pas confondre équilibre et régime stationnaire.

Énoncé du postulat[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Mise en évidence

Principe zéro.JPG

On considère trois corps A, B et C isolés du monde extérieur. Au début :

Une fois l'équilibre thermodynamique atteint, on échange les parois adiabatique et diathermane. On s'aperçoit alors qu’il ne se passe... rien. Les corps étaient déjà en équilibre thermodynamique entre eux : c’est le principe zéro de la thermodynamique.

remarque

Ce principe peut être illustré par l'analogie que l’on peut faire avec un mouvement uniforme (c'est-à-dire sans accélération, analogie ici de la notion d'équilibre) de voitures sur l'autoroute. Si la vitesse entre la voiture verte et la voiture rouge est nulle et si la vitesse entre la voiture rouge et la voiture bleue est nulle aussi, alors, la vitesse entre la voiture verte et la voiture bleue est nulle aussi... Sauf qu’à la différence des vitesses de voitures que l’on peut étudier grâce à la théorie de la relativité, ici, le principe n'est vérifiable qu'expérimentalement et n'est décrit par aucune autre équation permettant de le prouver (même si c’est évident).