Differenciation-Le schema et la carte mentale

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temps de lecture : 2mn30s

Qu’est-ce qu’une carte mentale?[modifier | modifier le wikicode]

La carte mentale, ou autrement appelée carte heuristique ou encore mindmap en anglais, est un schéma permettant de structurer la pensée, d’organiser les idées.

C’est un outil pour permettre aux élèves d’apprendre plus facilement, de synthétiser une grande quantité d’informations grâce à l’utilisation de symboles, mots clés, illustrations qui vont être représentées de façon hiérarchisée sous forme d’arborescence.

Pourquoi utiliser les cartes mentales? Quel intérêt pédagogique?[modifier | modifier le wikicode]

  • Avoir une vision synthétique d’un sujet ;
  • Structurer les idées ;
  • S’appuyer sur l’aspect très visuel et clair de la présentation (voir en un coup d’oeil) ;
  • Permet à l’enseignant de construire une trace écrite en réelle collaboration avec les élèves ;
  • Les élèves deviennent acteurs de leurs apprentissages et les maîtrisent ;
  • Soulage les élèves en difficulté vis à vis de l’écrit. Libère leurs capacités cognitives de la tâche écrite ;
  • On peut utiliser la carte mentale dans TOUS les domaines : leçons de maths, leçons de grammaire, vocabulaire, conjugaison, histoire, géographie, sciences, EMC, littérature...

Ce qu’en disent les chercheurs[modifier | modifier le wikicode]

Certains psychologues et linguistes pensent que seuls quelques mots clés sont nécessaires à la compréhension et à la mémorisation d’un texte. Aussi le cerveau aurait besoin pour mémoriser un sujet d’établir des connexions à l’aide de couleurs, de symboles, de changements de rythme. Une image est plus facile à mémoriser et celle-ci déclenche souvent des associations d’idées.

Enfin, le cerveau retient plus facilement ce qui est catégorisé et ce qui suscite une émotion ou un intérêt.

Comment réaliser une carte mentale?[modifier | modifier le wikicode]

La carte mentale doit être réalisée impérativement sur une seule feuille. le format le plus adapté est le mode paysage. On peut utiliser des logiciels tels que freemind, freeplane ou Xmind mais il faudrait alors travailler sur TBI pour construire la carte mentale avec les élèves. En savoir plus sur les outils et la mise en place ? Plus d'explications sur la mallette Motivation et Estime de Soi

Sinon, on peut utiliser le tableau ou une affiche. Il faut toujours partir du centre et étendre les ramifications de façon à remplir l’espace.

  • On part donc du centre avec un thème, une question. Chaque élément peut être inscrit dans une bulle, un cadre, un symbole…
  • On établit une première hiérarchisation : les idées principales sont notées autour de la bulle centrale et rattachées par des ramifications.
  • Puis on établit une deuxième ramification à partir de chaque idée principale et ainsi de suite.

A chaque fois, il faut veiller à jouer sur les formes des traits et des bulles (symboles, épaisseurs et variations de traits pleins ou pointillés, flèches, spirales, lignes brisées), varier l’utilisation des couleurs, penser à ajouter des symboles, des dessins. Faire varier la typologie de l’écriture (dessiner les lettres pour qu’elles évoquent l’idée du mot clé. Par exemple, dessiner des lettres gelées pour évoquer l’idée de froid).

Quelques exemples de variations de typologies et de flèches[modifier | modifier le wikicode]

Carte mentale symboles.jpg

Comment l’utiliser en classe?[modifier | modifier le wikicode]

  • Guider le démarrage.
  • Expliquer aux élèves ce qu’est une carte mentale : leur montrer des exemples, construire avec eux au tableau une carte mentale sur un sujet très simple (sur la carte mentale elle-même!).
  • Leur fournir quelques idées de symboles, de traits, de flèches, de graphismes de lettres.
  • Éventuellement, prévoir une séance de recherche individuelle de graphismes puis de mise en commun.
  • Construire un répertoire graphique d’aide à la construction des cartes mentales à afficher dans la classe.
  • Fournir aux élèves le thème central, le sujet de la carte mentale ainsi que le premier niveau de branches qui correspondent aux idées principales reliées au thème.
  • Phase de recherche et de construction.
  • Mettre à disposition des élèves, un ensemble de documents qui vont permettre de compléter la carte mentale.
  • Les élèves peuvent travailler individuellement, en binômes ou en petits groupes pour cette phase de recherche.
  • Mise en commun : l’enseignant montre plusieurs exemples de cartes mentales ou la construit au tableau en fonction de ce que les élèves restituent en collectif. Cette phase va permettre aux élèves de compléter ou rectifier leur propre carte mentale.
  • Travail individuel sur sa carte mentale pour la rendre attractive.
  • Mettre des couleurs, réfléchir aux flèches, aux graphismes, aux symboles qu’on peut ajouter.
  • Cette phase est une phase d’appropriation. Elle doit rester personnelle car il est essentiel que chacun trouve le symbole ou la couleur qui lui permettra de retrouver le cheminement des idées, de mémoriser les mots-clés.

Exemple de carte mentale[modifier | modifier le wikicode]

Carte mentale exemple.jpg

< Précédent | Suivant >