Leçons de niveau 8

Sylvanus à Burdigala et chez les boiates/Le port intérieur

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le port intérieur
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Sylvanus à Burdigala et chez les boiates
Chap. préc. :L'attente
Chap. suiv. :Burdigala
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sylvanus à Burdigala et chez les boiates : Le port intérieur
Sylvanus à Burdigala et chez les boiates/Le port intérieur
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.





Lire le texte : SUR LES QUAIS DU PORT ANTIQUE DE LA DEVÈZE[modifier | modifier le wikicode]

Enfin à quai ! Sylvanus tangue en mettant pied à terre. Prudemment, il s’écarte du bord de la Devèze et de ses platelages en bois. Il essaie d’éviter les bousculades : on dirait une véritable foire en plein air. Marins et débardeurs s’agitent, la pleine mer ne va pas durer longtemps, il faut se hâter. Tempus fugit.

Les uns déchargent des amphores d’huile et de vin de Campanie et les transportent jusqu’aux entrepôts, d’autres embarquent la précieuse colophane landaise dans des tonneaux gaulois. Burdigala mérite bien sa réputation d’emporium international.

Sylvanus est attiré par un attroupement provoqué par les rugissements des bêtes fauves importées de Numidie pour les prochains jeux du cirque. Les cages ont été déposées en attendant leur transfert au Palais Gallien. Lions et tigres bondissent contre les barreaux, affolés par les bruits, les odeurs et la proximité des humains.

Au milieu de la Devèze, poussant sur sa longue rame en bois, un jeune passeur fait avancer sa barque à fond plat transportant le sel collecté sur le littoral médocain et boïen. Il salue Sylvanus d’un signe du bras sarcastique, Ave, barbarus ! Porté par le courant descendant, il se dirige vers la Porte Navigère jusqu’à l’imposante statue d’Hercule, tout en essayant d’éviter les bois flottés que les bûcherons jettent à l’eau ; ils encombrent déjà presque toute la surface du ruisseau mais seront vite récupérés à la gaffe puis remontés à bord des navires à l’ancre, dès qu’ils sortiront du port et atteindront le large.

Sylvanus remarque un entrepôt à étage, plus important que les autres, construit en briques et en pierre. Des esclaves rangent avec précaution sur les étagères en bois les épices et surtout les minerais et pierres précieuses qui vont être revendus à prix d’or aux orfèvres locaux. Le contremaitre fait l’inventaire au fur et à mesure et note les quantités sur des tablettes en argile.

Sylvanus emprunte une passerelle et passe sur la rive gauche pour aller chercher de quoi manger.


Recherches lexicales[modifier | modifier le wikicode]

Question mark white icon.svg

  1. tanguer
  2. Devèze
  3. platelage
  4. débardeur
  5. pleine mer
  6. Tempus fugit
  7. amphore
  8. Campanie
  9. colophane
  10. emporium
  11. Numidie
  12. jeux du cirque
  13. Palais Gallien
  14. littoral médocain et boïen
  15. sarcastique
  16. Ave, barbarus !
  17. Porte Navigère
  18. gaffe
  19. épices
  20. orfèvre
  21. contremaître
  22. tablette en argile

Réponses[modifier | modifier le wikicode]