Leçons de niveau 13

Recherche:Morts 14-18/2016-2017

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clio1.png
Morts 14-18

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté histoire. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.
Recherche de niveau 13.


Morts de septembre 1916 à août 1917


« Quelle connerie la guerre ! » : 2013-14 ; 2014-15 ; 2015-16 ; 2016-17 ; 2017-18 ; 2018-19

Les séances de l'année scolaire 2016-2017 sont consacrées à la période de début septembre 1916 à fin août 1917.

→ Article connexe à utiliser : bataille du Chemin des Dames.

Morts[modifier | modifier le wikicode]

Charles BÉGNEZ[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Clara (1re ES 4) en novembre 2016

Charles Adolphe BÉGNEZ est né à Chatou (dans l'ancien département de Seine-et-Oise) le 18 février 1889. Il avait les sourcils châtains, les yeux bleus, le menton rond et mesurait un mètre 69. Charles était plombier. Il est le fils de Louis Adolphe BÉGNEZ et Mathilde Pauline PROUST, avec comme aînés Blanche Céline Alexandrine BÉGNEZ (1878-1962), Paul Louis BÉGNEZ (1880-1942), Charles Adolphe BÉGNEZ (1883-1916) et Alphonse Léon BÉGNEZ (1885-1942). Il habitait 32 rue Ernest André au Vésinet.

Il fait son service au sein de la classe 1903 (matricule 2329 au recrutement à Versailles), comme soldat au 67e régiment d'infanterie de novembre 1904 à septembre 1905. Le 19 janvier 1901, il est condamné par le tribunal criminel de Versailles à 50 francs d'amende pour complicité de vol avec sursis. Une autre fois, il est condamné par jugement du tribunal criminel de Versailles encore une fois, à 15 jours de prison et 50 francs d'amende pour coups et blessures. Par chance, sa peine pénale a été suspendue.

Il est mobilisé en août 1914, comme soldat de seconde classe, arrivant le 11 août 1914 au dépôt du 23e régiment d'infanterie colonial avec lequel il part le 16 août pour les frontières du Nord-Est. Blessé le 27 juin 1915 à Fay dans la Somme. Il est détaché le 27 août 1915 comme « affecté spécial » à l'usine Meyer de Suresnes. Il meurt finalement de maladie le 3 septembre 1916 à son domicile au Vésinet.

André PRÉVOST[modifier | modifier le wikicode]

André PRÉVOST, mort le 4 septembre 1916 à Cléry-sur-Somme (Somme).

Jean SOULAT[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Madeleine (1re ES 4) en novembre 2016

Jean Marc SOULAT, mort le 4 septembre 1916 à Cappy (Somme).

Gaston MICHAUD[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Marie (1re ES 4) en novembre 2016

Gaston Théophile MICHAUD est né le 3 avril 1894 à Chatou en Seine-et-Oise et résidait au Vésinet. Il est le fils de Louis Pierre et de Marie Eugénie CEDELLE. Il mesurait un mètre 66, avait les cheveux châtains, les yeux bleus, le visage ovale, un front moyen et un nez rectiligne. Gaston était charcutier.

Membre de la classe 1914, il devance l'appel en s'engageant volontairement le 7 juin 1912 à la mairie du 8e arrondissement de Paris (soit le 4e bureau de recrutement du département de la Seine). Il a comme matricule au recrutement le 32397.

Gaston a été déclaré déserteur deux fois. Tout d'abord le 13 septembre 1913, il est donc condamnée à un mois de prison pour « désertion à l'intérieur en temps de paix », puis le 22 mars 1916 avec arrestation le 23 mars à Paris pour être ramené au corps le 2 avril 1916. En conséquence, il est affecté comme soldat au 1er bataillon d'infanterie légère d'Afrique, une unité disciplinaire. Il est tué le 14 septembre 1916 à Bouchavesnes (Somme).

Léon COQUERET[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par alex lydia (1re ES 4) en novembre 2016

Léon COQUERET, est né le 3 juin 1882 à Saint-Maur (aujourd'hui dans le Val-de-Marne). A avait le grade de sous-lieutenant au 11e régiment du génie. Il est mort le 15 septembre 1916 à Estrées-Deniécourt, dans la Somme.

Henri DE BOUSIGNAC[modifier | modifier le wikicode]

Henri Marie DE BOUSIGNAC, soldat au 131e RI, mort le 3 octobre 1916 à Rancourt (Somme).

Albert CUNY[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Mat et Xav (1re ES 4) en novembre 2016

Albert Eugène CUNY, soldat au 31e d'infanterie, né le 23 avril 1896 dans le 11e arrondissement de Paris et résidant au Vésinet, en Seine-et-Oise. Il a rejoint son régiment le 12 avril 1915. Il mesurait un mètre 66 et avait les caractéristiques suivantes : cheveux bruns, yeux marrons, au visage plein et au petit nez.

C'était un soldat de seconde classe, sous le matricule 4763. Il est tué lors d'un mouvement vers le Nord et l'occupation d’un secteur entre l’Aire et la Haute-Chevauchée le 13 octobre 1916 aux environs de Bouchavesnes (Somme).

Marcel BROGARD[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Martin & Jalys les bg (1re ES 4) en novembre 2016

Marcel Charles BROGARD, caporal au 82e RI, mort le 4 novembre 1916 (nécropole de Douaumont)

Les reconnaissances en avant des positions de la veille font ressortir que la ligne ennemie : 342 tranchées de Ratisbonne. 243 boyaux de halle, boyau de pola, est fortement tenu. Dans ces conditions, la progression prévue la veille est ajournée provisoirement et les premier et deuxième bataillons s'organisent défensivement sur leurs positions. De son vrai prénom Marcel Charles, il fut caporal appartenant au 82e régiment d'infanterie, né le 2 juillet 1889 à Paris dans le 3e arrondissement. Mort à Verdun dans la commune de Vaux-devant-Damloup le 4 novembre 1916.

Léon SUZANNE[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Eden et Elise (1re ES 4) en novembre 2016

Léon Suzanne est né le 1er septembre 1916 à Chatou en France et est mort le 20 décembre 1916 à Bêzonvaux (Meuze), dit tué à l'ennemi. Son numéro de matricule de recrutement est 2725. Comme description physique, on sait qu'il avait les cheveux, les sourcils et les yeux châtains. Possédant un visage plutôt ovale, il est également doté d'une fine bouche, d'un front barré ainsi que d'un petit nez. Il n'était pas très grand, et mesurait un mètre 56. Il a effectué son service militaire de 1906 à 1908 pour décrocher son certificat de bonne conduite. Il passe dans la réserve de l'armée active le 1er octobre 1908. Il fut rappelé à l'activité en tant que soldat de seconde classe, avec affectation au 119e régiment d'infanterie, à la 10e compagnie lors de la mobilisation générale.

Albert GUYARD[modifier | modifier le wikicode]

Albert France GUYARD, mort le 3 janvier 1917 à Amiens (Somme)

Adolphe RIMELIN[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Hippolyte (1re ES 4) en novembre 2016

Adolphe Louis RIMELIN, née le 19 janvier 1895 à Croissy-Sur-Seine, mort le 10 février 1917, des suites d'une maladie contractée en service, à l’hôpital mixte de Lorient, dans le Morbihan (55).

De la classe 1915 matricule 4711, soldat dans le 45e RI. Âgé de dix-neuf ans au commencement de la guerre, il n'avait pas fait son service militaire.

Clerc d'avoué, il était domicilié chez son tuteur Maître Walter à Croissy-sur-Seine.

Les archives départementales des Yvelines le décrivent comme étant un homme au visage ovale, le front moyen, le nez droit, menton rond, des cheveux châtains et des yeux bleus. Il mesurait 1 mètre 66.

Léon FOUCARD[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Stanislas et Quentin (1re ES 4) en novembre 2016

Léon Sylvestre FOUCARD, est née le 31 décembre 1881 à Chatou, il résidait à Croissy-sur-Seine et est mort le 18 mars 1917 (près de Monastir, Serbie).

On le reconnaissait de part ses cheveux bruns, yeux marrons, menton rond, visage ovale. Il faisait 1 m 71 et avait un tatouage sur le bras gauche.

De la classe 1901 et matricule 2973, il a débuté au 150e régiment d'infanterie le 16 novembre 1902 sous le numéro de matricule 6098. Le 3 août 1914, il est transféré au 119e régiment d'infanterie. Il a fini au 371e régiment d'infanterie le 13 novembre 1916.

Le conseil de révision l'a décrit : "bon pour le service armé".

Il a été mentionné en tant que "mort pour la France". Il a été tué par l'ennemi.

Philippe THOMAS[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Anna et Charline (1re ES 4) en novembre 2016

Philippe THOMAS, 2e classe au 74e RI, mort le 19 mars 1917 prisonnier à Quedlinburg (Allemagne)

Pierre BOOGNAERT[modifier | modifier le wikicode]

Pierre BOOGNAERT, sous-lieutenant au 68e BTS, mort le 16 avril 1917 à Ailles (Aisne)

Charles ROBBES[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Maria & Marine (1re ES 4) en novembre 2016

Charles Lucien ROBBES, mort le 16 avril 1917 à Moulins (Aisne)

Henri MONVOISIN[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Océane, Elia & Sophie (1re Es 4) novembre 2016

Henri Alfred MONVOISIN, né le 9 juin 1897 à Paris dans le 8e arrondissement, dans le département de la Seine, il résidait au Vésinet dans le canton de Saint-Germain-en-Laye, dans le département de Seine-et-Oise, il était étudiant. C'était le fils d’Albert Émile Victor et d’Elizabeth Marie Eugénie Harel. Ils vivaient au 29 boulevard du Midi, au Vésinet.

Henri Monvoisin avait les cheveux châtains et les yeux bleus, un haut front et un nez large avec un visage ovale, il mesurait un mètre 70.

Il a participé à la guerre de 1914-1918 il était volontaire y participer, il est arrivé au combat le 3 juillet 1915, il est soldat de deuxième classe en tant que Sous-Lieutenant dans le 235e régiment d'Artillerie. Enregistré sous le numéro 94 au corps.cl. 1915/1917 ET 6018 au Recrutement de Versailles.

Il est mort le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne), pour la France sur le champ de bataille dit "tué à l'ennemi", et inhumé au cimetière d'Aisne.

Arthur ROLLAND[modifier | modifier le wikicode]

Arthur Modeste ROLLAND, mort le 17 avril 1917 à Laffaux (Aisne)

Henri SIMON[modifier | modifier le wikicode]

Henri Léon SIMON, mort le 24 mai 1917 à Mourmelon-le-Petit (Marne)

Albert BAZEILLE[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Matthieu et Bastien (1re ES 4) en novembre 2016

Albert Bazeille, est un soldat de seconde classe. Né le 14 mars 1879, celui-ci est né à Paris dans le 11e arrondissement. Il faisait partie du 4e escadron du train des équipages militaires. Il fût recruté à Versailles dans les Yvelines en 1899, il avait le matricule de recrutement 2495. Albert Bazeille est mort à Baconnes le 3 mai 1917, le lieu de transcription du décès se situe à Chatou dans les Yvelines. Il fait partie du 20e escadron de train, c'est-à-dire qu'il s'occupe de la cargaison de munition. Fils d'Emile Théodore et de Marie Julie Rosalie Henry, et qui domiciliés au Vesinet. Il avait les yeux bleus, mesurais 1 m 73, avait un menton rond, il avait les sourcils chatins clair, un front ordinaire et un visage plein

Marcel Louis BELLANGER[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Paul III "Le Bel" le 25 novembre 2016

Marcel Louis BELLANGER naquit le 16 avril 1891 au sein du XVIe Arrondissement de la commune de Paris. Il pratiqua la profession de boucher dans l'actuelle ville du Vésinet (78230). Il fut le fruit du mariage de Casimir Bellanger, décédé, et de Louise Hortense Mary, décédée, tous deux domiciliés à Saint-Germain-en-Laye (78100) dans le département de Seine et Oise actuel département des Yvelines. Grand de 174 centimètres, sa chevelure était d'un châtain foncé et ses yeux d'un châtain verdâtre. Il fut Soldat 2de Classe au 237e Régiment d'Infanterie, sa participation auquel entraîna sa mort par blessures le 30 mai 1915 à l’Hôpital Bénévole n°2 de Neuilly-sur-Seine dans l'actuel département des Hauts-de-Seine (92). Le 237e est un Régiment d'Infanterie constitué en août 1914. Il est issu du 37e Régiment d'Infanterie de par la procédure automatique à la mobilisation, qui fit que chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200. Il porta comme Numéro de Matricule le 6886 au Corps de la Classe de 1911. Il porta le 2868 au Recrutement de Versailles dans le contexte de son ultime mobilisation. Déjà mobilisé à l'heure de la Grande Guerre, il fut appelé à l'activité le 8 octobre 1912 à ce qui était alors le 37e Régiment de l'Infanterie et arriva au Corps en ce même jour. Sa seule campagne pendant ce service fut celle contre l'Allemagne entre le 2 août 1914 et le 30 mai 1915.

Jean COLAS[modifier | modifier le wikicode]

Jean Louis François COLAS, brigadier au 45e RAC, affecté spécial à l'usine Baudet et Donon (rue Saussure à Paris), mort de maladie le 28 juillet 1917 à Issy-lès-Moulineaux

Octavien ANGELI[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par bgvgvcvg (1re ES 4) en novembre 2016

Octavien Marie Alphonse Angeli est né le 22 octobre 1875 à Fresnes-en-Woëvre, dans la Meuse. Il a été recruté au 1er bureau de la Seine (75) et a fait ses classes en 1895. Son matricule au recrutement était le 2929. Il occupait le grade de sous-lieutenant dans l'unité du 107e régiment d'artillerie lourde hippomobile (RALH), une unité armée de canons de 120 et de 155 mm tracté par des chevaux. Il meurt, tué par l'ennemi, pour la France le 4 août 1917 à w:Vého dans la Meurthe-et-Moselle. Mention Mort pour la France

historique des groupes du 107e RALH : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6262816k/f17.item.r=.langFR.zoom

Charles BOURGEOIS[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Clothilde et Emma (1re ES 4) en novembre 2016

Charles Léon Victor BOURGEOIS est né le 30 novembre 1897 à Croissy-sur-Seine. Il a été mobilisé à Versailles, faisant partie de la classe de 1917 et recruté de manière anticipé en janvier 1916.

Il était maître-pointeur au 43e Régiment d'Artillerie de Campagne (RAC), mais faisait partie d'un groupe affecté à la 151e division d'infanterie pour aider au front du chemin des dames. Enterré le 31 août 1917 à Beaurieux (Aisne), maître-pointeur au 43e Régiment d'Artillerie de Campagne (RAC). Il aurait perdu la vie lors d'une attaque de la 151e Division d'Infanterie près des tranchées de Winterberg, attaque pour laquelle le 43e Régiment d'Artillerie de Campagne avait été temporairement affecté.

Auguste BRENDLIN[modifier | modifier le wikicode]

Auguste Thibaud BRENDLIN, soldat au 26e RIT, mort le 31 août 1917 (à Monchy-aux-Bois, Pas-de-Calais)

Albert BERNARD[modifier | modifier le wikicode]

Recherches réalisées par Hippolyte (1re ES 4) en novembre 2016

Albert Alexandre Jean BERNARD, soldat à la 9e section d'infirmiers militaires. Née le 8 février 1878 et mort de paralysie générale due à une maladie aggravée par le service à Neuilly-sur-Marne, le 11 janvier 1917.

La notion désigne "Non mort pour la France"

Paul CRAUSER[modifier | modifier le wikicode]

Paul Crauser, né au Vésinet le 13 avril 1885, résidant à Croissy-sur-Seine, mort le 13 décembre 1916 à Rouvroy-en-Santerre.

Fiche matricule : https://archives.yvelines.fr/ark:/36937/s0053d6b90205cd7/53d6b902a6c5a

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]