Leçons de niveau 14

PHP/Version imprimable

Une page de Wikiversité.
< PHP
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image logo
Ceci est la version imprimable de PHP.
  • Si vous imprimez cette page, choisissez « Aperçu avant impression » dans votre navigateur, ou cliquez sur le lien Version imprimable dans la boîte à outils, vous verrez cette page sans ce message, ni éléments de navigation sur la gauche ou en haut.
  • Cliquez sur Rafraîchir cette page pour obtenir la dernière version du cours.
  • Pour plus d'informations sur les version imprimables, y compris la manière d'obtenir une version PDF, vous pouvez lire l’article Versions imprimables.


PHP

Une version à jour et éditable de ce livre est disponible sur la Wikiversité,
une bibliothèque de livres pédagogiques, à l'URL :
http://fr.wikiversity.org/wiki/PHP

Vous avez la permission de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence de documentation libre GNU, version 1.2 ou plus récente publiée par la Free Software Foundation ; sans sections inaltérables, sans texte de première page de couverture et sans Texte de dernière page de couverture. Une copie de cette licence est inclue dans l'annexe nommée « Licence de documentation libre GNU ».

Sommaire

Premier script

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : PHP
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Syntaxe du langage
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Un commentaire est une portion de code qui n’est pas exécuté par PHP.

PHP supporte deux types de commentaires :

  • Les commentaires sur une seule ligne : ils sont délimités par // ou # et la fin de la ligne
  • Les commentaires sur plusieurs lignes, délimités par /* et */
Début de l'exemple
Fin de l'exemple


PHP ne traitera que la partie echo('Bonjour'); car le reste est commenté.

Les commentaires sont indispensables dans un script. Ils permettent de documenter le code afin d’en améliorer sa lisibilité et d’en faciliter la maintenance. De plus, ils permettent de tester des parties de script en en occultant d'autres.

Le script[modifier | modifier le wikicode]

Le PHP est conçu pour s'intégrer facilement dans vos pages HTML. Voici un exemple de programme très simple servant à afficher "Bonjour !" sur la page.

Script PHP Basique - Bonjour !

Mon premier script en PHP

<?php
 // La fonction 'echo' permet d'afficher un texte à l'écran
 echo 'Bonjour !';
?>


Voici quelques explications sur ce script. Pour définir un script PHP parmi une page HTML, on doit entourer le code par les balises suivantes :

Les balises <?php et ?> encadre toujours un code PHP
<?php
 //Ici le script php
?>

Il y a aussi des équivalents désuet comme :

Code désuet
<?
 //Encore un autre script php
?>

Ou alors :

Code désuet
<script language="php">
 // script php
</script>


Les deux dernières syntaxes sont déconseillées, il est préférable d’utiliser la première syntaxe : en fonction de la configuration du serveur web qui lira votre page PHP, ces balises peuvent ne pas être reconnues, ou être mal interprétées.

Quant à la fonction echo, elle permet d'écrire du texte dans le fichier HTML qui sera envoyé au navigateur. Ce code écrit dans le fichier HTML peut être du texte normal, du code HTML, JavaScript, ou tout autre code compréhensible par un navigateur web.

Il est aussi possible de mélanger plusieurs parties PHP avec plusieurs parties HTML comme l'exemple ci-dessous :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple




Syntaxe du langage

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : PHP
Chap. préc. :Premier script
Chap. suiv. :Structures de contrôle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Séparateur d'instruction[modifier | modifier le wikicode]

Un script PHP est une suite d'instructions ordonnant à l'ordinateur d'effectuer certaines opérations. Comme dans la plupart des langages informatiques (C, Java, Perl…), chaque instruction doit être terminée par un point-virgule. Ce dernier permet de délimiter les instructions qui seront exécutées par le serveur PHP.

L'oubli d’un point-virgule déclenchera une erreur ou un fonctionnement incorrect du script. Il est donc indispensable d’être vigilant.

Il est à noter que la balise fermante ?> joue le rôle de point-virgule. Le point virgule de la dernière instruction est, par conséquent, optionnel, mais fortement recommandé. C’est plus clair, et il vaut mieux prendre dès le début l'habitude de terminer ses instructions par un point-virgule.

Affichages[modifier | modifier le wikicode]

Il y a deux façons d'afficher du texte à partir de PHP, avec les commandes echo et print().

De plus, s'ils renvoient le résultat Array, cela signifie que la variable à afficher est un tableau et qu’il faudrait utiliser print_r() pour montrer son contenu (ou var_dump()).

Versions de PHP[modifier | modifier le wikicode]

Il existe plusieurs versions du langage, selon les logiciels installés, certaines commandes ne fonctionneront donc pas forcément.

Début d’un principe
Fin du principe


Ces deux codes afficheront exactement la même chose.

Variables[modifier | modifier le wikicode]

Les variables sont un élément indispensable à tout langage de programmation. C’est grâce à elles que vous pourrez sauvegarder des données entre chaque instruction. En PHP, chaque constante doit débuter par un underscore (_), chaque variable par un dollar ($), et les variables d'environnements par $_ (ex : $_SESSION, $_GET, $_POST... voir les chapitres suivants). Comme PHP n’est pas typé (sauf cas très particulier en PHP5), vous pouvez affecter vos variables de la manière qu’il vous plaît avec des chaînes, des entiers… De plus, une variable n'a pas besoin d’être déclarée pour être utilisée : vous pouvez directement l'affecter avec le signe =.

Plus fort, si vous incrémentez une variable qui n'existe pas encore (cf ci-dessous) en faisant $variable++;, alors $variable prendra la valeur 1. PHP l'a implicitement initialisé à 0.

Début d’un principe
Fin du principe


Les variables ne sont pas conservées entre les pages. Une fois votre script terminé, toutes les variables crées seront détruites. Il sera donc nécessaire des les sauvegarder en utilisant, par exemple, le mécanisme des sessions PHP.

Les noms de variables ne peuvent pas contenir n’importe quel caractère. Pour être valides, elles doivent commencer par une lettre (majuscules/minuscules), suivi de lettres capitales ou pas, chiffres ou autres underscores (ex : $MaVariable1, $ma_variable1...).

La portée des constantes leur permet d’être utilisées dans les méthodes de classes, alors que les variables doivent y être déprotégées par le mot global, ex :

 global $var;

Opérateurs[modifier | modifier le wikicode]

Le langage PHP définit naturellement une liste d'opérateurs, permettant d'effectuer en ensemble d'opération simple. Voici la liste :

Opérateur binaire d'affectation[modifier | modifier le wikicode]

Comme vu ci-dessus, il s'agit du signe égal : "=", utilisable tant avec les nombre qu'avec les chaînes.

Début d’un principe
Fin du principe


Opérateurs binaires de calcul[modifier | modifier le wikicode]

  • l'addition est réalisée avec le symbole "+".
  • la soustraction est réalisée avec le symbole "-".
  • la multiplication est réalisée avec le symbole "*".
  • la division est réalisée avec le symbole "/".
Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Veuillez noter qu’il existe un raccourci pour ces quatre opérateurs : +=, -=, *=, /=, qui s'utilise lorsque l’on veut effectuer une opération sur une variable. La formule de base est :

var = var opérateur variable|valeur devient var opérateur= variable|valeur.

L'opération réalisée est la même, mais un petit exemple devrait vous éclairer :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Dates[modifier | modifier le wikicode]

Pour manipuler des dates, il existe la classe DateTime()[1], également appelée add_date()[2] :

<?php
  print 'Nous sommes le ' .  date("l d-m-Y") . '<br />';
  
  $DateFuture1 = new DateTime(date("Y-m-d"));
  $DateFuture1->add(new DateInterval('P1D'));
  print 'Demain, nous serons le ' . $DateFuture1->format('l d-m-Y') . '<br />';

  $DateFuture2 = new DateTime(date("Y-m-d"));
  $DateFuture2->add(new DateInterval('P1M'));
  print 'Dans un mois, nous serons le ' . $DateFuture2->format('l d-m-Y') . '<br />';
  
  $DatePassee1 = new DateTime(date("Y-m-d"));
  $DatePassee1->sub(new DateInterval('P1D'));
  print 'Hier, nous étions le ' . $DatePassee1->format('l d-m-Y') . '<br />';

  $DatePassee2 = new DateTime(date("Y-m-d"));
  $DatePassee2->sub(new DateInterval('P1M'));
  print 'Il y a un mois, nous étions le ' . $DatePassee2->format('l d-m-Y') . '<br />';
?>

Le langage PHP ne peut afficher les noms des jours et des mois qu'en anglais par défaut. Il convient donc de créer des tableaux pour les obtenir en français[3] :

<?php
 $jours = array('', 'dimanche','lundi','mardi','mercredi','jeudi','vendredi','samedi');
 $mois = array('', 'janvier','février','mars','avril','mai','juin','juillet','août','septembre','octobre','novembre','décembre');
 $datefr = $jours[date('w')].' '.date('d').' '.$mois[date('n')].' '.date('Y');
 echo 'Nous sommes le '. $datefr; exit;
?>

Opérateurs de comparaisons[modifier | modifier le wikicode]

Ceux-ci fonctionnent de gauche à droite : valeur comparé symbole valeur comparante. Ils retournent un booléen qui vaut vrai si la condition testée est juste, faux sinon.

Voici la liste des opérateurs possibles:

  • > : est supérieur à
  • < : est inférieur à
  • >= : est supérieur ou égal à
  • <= : est inférieur ou égal à
  • == : est strictement égal à
  • === : est strictement égal à et est de même type (Boolean, Entier, String, Objets…)
Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Note: Vous ferez toujours très attention à ne pas confondre les symboles "=" et "==". C’est une erreur courante de débutant.

Concaténation[modifier | modifier le wikicode]

La concaténation revient à "coller" deux chaînes de caractère entre elles. L'opérateur utilisé est le ".".

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Notez bien qu'en PHP, presque tout peut être concaténer.

Panneau d’avertissement En anglais les nombres décimaux sont séparés par des points, ces derniers ne concatènent donc pas les chiffres. Par exemple 1.5 signifie 1,5, et "1"."5" égal 15.

Troncature[modifier | modifier le wikicode]

Pour tronquer une chaine (le contraire de la concaténation), il existe la fonction substr()[4]. Le premier paramètre est obligatoire et représente la position de début de la chaine à extraire, le second représente la taille de la chaine s'il est positif, ou la position de fin s'il est négatif.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Opérateurs unaires[modifier | modifier le wikicode]

  • Le signe ! correspond à l'inverse (ainsi en valeur booléen, vrai devient faux et vice-versa).

On peut coupler ce symbole à ceux précédent pour inverser le résultat d’une comparaison:

Début d’un principe
Fin du principe


Dans le code ci-dessus, l'opérateur ">" renverra la valeur false car 25 n’est pas supérieur à 26. Cependant, l'opérateur unaire "!" renverra à son tour l'opposé, soit true.

Opérateurs d'incrémentations[modifier | modifier le wikicode]

Apparus en C, ces opérateurs ont été repris en PHP. l'opérateur ++ signifie "ajouter 1" et l'opérateur -- signifie "retrancher 1".

Début d’un principe
Fin du principe


CF en fin de chapitre pour la différence entre pre et post-incrementation.

Opérateur de contrôle d'erreur[modifier | modifier le wikicode]

@ permet d'ignorer certaines erreurs bloquantes[5]. Par exemple le fichier suivant n'affichera pas ce qui survient si on retire l'arobase, et qui pourrait sembler disgracieux à la vue des utilisateurs : Warning: Division by zero in test.php on line 2.

@$operation = 1/0;
print $operation;
print '<br />Fin';

Priorité entre les opérateurs[modifier | modifier le wikicode]

Le PHP n'interprète pas une suite d'opérateurs linéairement, de gauche à droite. Il le fait en fonction de la priorité liée à chaque opérateur utilisé (comme en maths où la multiplication prime sur l'addition). Voici la hiérarchie des principaux opérateurs, des plus prioritaires jusqu'au moins prioritaires :

  • ++ et --
  •  !
  • * et /
  • + et -
  • <, >, <=, >= et <>
  • ==, !=, === et !==
  • =

Si deux signes de mêmes priorités sont utilisés, alors le PHP les traite de gauche à droite.

On peut cependant modifier la priorité des termes grâce aux parenthèses. Une opération entre parenthèses sera effectuée en priorité, quel que soit son opérateur, et si elles sont imbriquées, on calcule en premier la plus petite.

Exemple d’utilisation des priorités :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://php.net/manual/fr/datetime.add.php
  2. http://www.php.net/manual/fr/function.date-add.php
  3. http://www.commentcamarche.net/forum/affich-781989-php-comment-mettre-la-date-en-francais
  4. http://php.net/manual/fr/function.substr.php
  5. http://php.net/manual/fr/language.operators.errorcontrol.php



Structures de contrôle

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : PHP
Chap. préc. :Syntaxe du langage
Chap. suiv. :Tableaux
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Qu'est qu'une structure de contrôle ? Pour faire simple, une structure de contrôle est un ensemble d'instructions qui permet de contrôler l'exécution du code. Il en existe essentiellement deux types :

  • Les structures de contrôle conditionnelles qui permettent d'exécuter certaines parties du code si une condition spécifique est remplie.
  • Les structures de contrôle de boucle qui permettent d'exécuter en boucle certaines parties du code (généralement jusqu'à ce qu'une condition soit remplie).

Structures de contrôle conditionnelles[modifier | modifier le wikicode]

Instruction IF … ELSE …[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Début de l'exemple
Fin de l'exemple



Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Instruction SWITCH[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe



Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ici, seul les instructions situées dans le "case 1" seront prisent en compte (le programme renvoie donc 1 1). À noter cependant que l'instruction switch() est (un peu) plus lente que l’utilisation du if, else et elseif. Cependant, elle s'avère très pratique dans les cas de redondance de conditions.

Opérateur ternaire[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe



Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Enfin, un dernier exemple permettant de faire le rapprochement entre les structures ternaires et les instructions if et else. Les codes ci-dessous renvois le même résultat :

Avec if et else :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Avec les ternaires :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Les deux codes affichent alors "La variable est vraie !". L'intérêt est donc de gagner du temps de codage et de la place :)


On peut aussi utiliser l'opérateur ternaire dans le but d’une affectation d’une variable :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Structures de contrôle de boucle[modifier | modifier le wikicode]

Boucle FOR[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


ExpressionInitale s'exécute une seule fois avant de rentrer dans la boucle (sert généralement à initialiser les variables de la boucle).

ExpressionCondtionnelleDePoursuite sert de test d'exécution du corps de la boucle (de poursuite ou non de l'itération) : l’expression est évaluée avant chaque passage dans la boucle, si l’expression n’est pas vérifiée, le code n’est pas exécuté, et l’on sort de la boucle.

ExpressionFinale s'exécute a chaque fin de boucle. (sert généralement à incrémenter automatiquement les variables de la boucle)

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ici, le code a l'intérieur de la boucle sera exécuté 5 fois.

Boucle FOREACH[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


ou bien : FOREACH ( TableauElements AS CleElement => ElementCourant ) { ExecuterCodeBoucle }

TableauElements constitue un tableau d'éléments à parcourir.

ElementCourant représente l'élément courant du tableau dans la boucle. Au début de chaque passage dans la boucle, un nouvel élément du tableau est automatiquement affecté a ElementCourant. La boucle s'arrêtera d'elle-même lorsque tous les éléments du tableau auront été parcourus.

CleElement représente la clé de l'élément courant dans un tableau associatif.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Boucle WHILE[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ici, le compteur $i s'incrémentera jusqu'à avoir la valeur 5.

Boucle DO … WHILE[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Début de l'exemple
Fin de l'exemple



Break et continue[modifier | modifier le wikicode]

Break[modifier | modifier le wikicode]

Il arrive souvent qu'on veuille sortir d’une boucle alors même que la condition de la boucle est encore vraie. Pour cela, on va faire appel à l'instruction break. Lorsque cette instruction sera exécutée, la boucle se terminera.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ici, la boucle démarre avec $i = 2. La boucle du while va recommencer jusqu'à ce que la condition du if soit vérifiée. Celle-ci dit que lorsque $i est égal à 5, il faut sortir de la boucle. Par conséquent, le echo affichera bien 5 !

Continue[modifier | modifier le wikicode]

L'instruction continue ne permet pas de sortir d’une boucle mais simplement de finir un tour de boucle prématurément (avant la fin du bloc d'instruction). Cela sert moins souvent que break, mais cela peut servir à gérer des exceptions.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ici, on parcourt les valeurs du tableau $mon_panier". Le if du bloc d'instruction est vérifié si la valeur ($value) est égale au contenu de la variable $j_aime (epinards). Lorsque la condition est vérifiée, le continue permet d'ignorer le reste de la boucle et de commencer un nouveau tour. Donc, le echo est ignoré et l’affichage d'"epinards" n’est pas pris en compte.

Le tout affichera "orange, roti de veau, ".



Tableaux

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : PHP
Chap. préc. :Structures de contrôle
Chap. suiv. :Variables superglobales
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les tableaux[modifier | modifier le wikicode]

Un tableau est une collection d'objet. En PHP, ces objets n'ont pas forcément le même type (cohabitation entre des entiers, des chaines…). Chaque objet est identifié par une clé (indice).

Tableau itératifs[modifier | modifier le wikicode]

Les clés du tableaux sont des nombres. Par défaut, le premier indice est 0.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ce code affichera : val1val2.

En PHP, on peut aussi directement affecter des indices du tableau, comme suit :

Début d’un principe
Fin du principe


Notez que les indices ne sont pas typés (on pourra indifféremment utiliser $tab[1] et $tab['1']).

Tableaux associatifs[modifier | modifier le wikicode]

Ils fonctionnent de la même manière que les tableaux itératifs, sauf que l'utilisateur en choisit la clé. À chaque clé correspond une valeur (injection).

Voici un exemple de déclaration :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple

Résultat : cle1 : val1. cle2 : val2. cle3 : val3. .

Pour ne garder que les valeurs on peut utiliser impode(), qui convertit un tableau en chaine avec séparateur :

 print implode(". ", $tab).". ";

Résultat : val1. val2. val3. .

Fonctions usuelles sur les tableaux[modifier | modifier le wikicode]

  • count : cette fonction renvoie le nombre d'éléments présent dans le tableau.
Début d’un principe
Fin du principe
  • current : affiche la valeur d’un élément de tableau.
  • key : affiche la clé d’un élément de tableau.

Tableaux multi-dimensionnels[modifier | modifier le wikicode]

La clé d’un tableau peut pointer sur un second tableau créant ainsi un tableau multi-dimensionnel.

Début d’un principe
Fin du principe


Résultat :

0-Hubert Gérant: hubert@test.com
1-Jean Réceptionniste: reception@test.com
NB : Dans cet exemple, une base de données serait sûrement plus adéquate.



Variables superglobales

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : PHP
Chap. préc. :Tableaux
Chap. suiv. :Fonctions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les variables superglobales[modifier | modifier le wikicode]

Ces variables sont prédéfinies à PHP et sont destinées à stocker des informations bien spécifiques. Elles se présentent généralement sous la forme d'un tableau associatif à une ou deux dimensions.

Voici une liste non-exhaustive (comprenant les cas d'utilisation les plus courants):

Variables de serveur : $_SERVER[modifier | modifier le wikicode]

Elle contient des informations sur le serveur (nom, IP, logiciels installés…)

Par exemple pour extraire l'URL de la page courante :

echo 'http://'.$_SERVER['HTTP_HOST'].$_SERVER['REQUEST_URI'];

Références[modifier | modifier le wikicode]

Variables d'environnement : $_ENV[modifier | modifier le wikicode]

Elle contient des informations sur l'environnement d'exécution du script PHP (c'est-à-dire sur le serveur). Elle est donc directement liée au serveur et à son système.
Prenons comme exemple, le prénom 'Paul':

<?php
echo 'Mon nom d\'utilisateur est ' .$_ENV["USER"] . '!';
?>

En imaginant que l'utilisateur 'Paul' exécute ce script, on aura alors:

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Cookies : $_COOKIE[modifier | modifier le wikicode]

Elle stocke les informations sur les cookies envoyés aux clients.
Un petit exemple pour illustrer cela:

<?php
echo 'Bonjour ' . htmlspecialchars($_COOKIE["name"]) . '!';
?>

On suppose que le cookie "name" a été définit précédemment, (on prendra Paul encore une fois)
L'exemple ci-dessus va afficher alors:

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


GET variables : $_GET[modifier | modifier le wikicode]

Elle stocke les valeurs des arguments passés par URL. Ses clés sont donc par conséquent variables. Pour illustrer ces propos, imaginons que l'utilisateur ai entrée l'URL suivant: http://example.com/?name=Paul

<?php
echo 'Bonjour ' . htmlspecialchars($_GET["name"]) . '!';
?>

L'exemple ci-dessus va afficher alors:

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


POST variables : $_POST[modifier | modifier le wikicode]

Elle stocke les valeurs des informations passées par formulaire avec la méthode="post". Ses clés sont donc par conséquent variables. Voir le cours sur les formulaires.
L'exemple ci dessous est un formulaire comportant un champ de saisie et un bouton de soumission.
Quand un utilisateur soumet des données en cliquant sur "Soumettre", les données du formulaire sont envoyées dans un fichier spécial dans l'attribut d'action de la balise <form>.
Puis, on peut utiliser $ _POST pour recueillir la valeur du champ de saisie.


Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Variables de requête : $_REQUEST[modifier | modifier le wikicode]

Un tableau associatif constitué du contenu des variables $_GET, $_POST, $_COOKIE.
L'exemple ci dessous est un formulaire comportant un champ de saisie et un bouton de soumission.
Quand un utilisateur soumet des données en cliquant sur "Soumettre", les données du formulaire sont envoyées dans un fichier spécial dans l'attribut d'action de la balise <form>.
Puis, on peut utiliser $ _REQUEST pour recueillir la valeur du champ de saisie.


Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Variable de téléchargement : $_FILES[modifier | modifier le wikicode]

Elle stocke les informations sur un fichier envoyé via HTTP par le client. Voir le cours sur les formulaires.

Variables de session : $_SESSION[modifier | modifier le wikicode]

Elle contient les valeurs de la session en cours pour le client.

Variables globales : $GLOBALS[modifier | modifier le wikicode]

Elle stocke les variables globales de la page. Ses clés sont donc variables.
Ci-dessous, un exemple d'utilisation de la variable $GLOBALS.


Début de l'exemple
Fin de l'exemple

Lorsqu'on exécute ce code, on obtient "100" (=> résultat de la variable 'z' + 'y')




Fonctions

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : PHP
Chap. préc. :Variables superglobales
Chap. suiv. :Classes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Déclaration de fonction[modifier | modifier le wikicode]

PHP permet bien entendu d'écrire ses propres fonctions. Notez bien que ce cours n'étant pas un cours d'algorithmique, il y sera simplement expliqué comment utiliser les fonctions en PHP.

Utilisation[modifier | modifier le wikicode]

Pour déclarer une fonction en PHP, il suffit d’utiliser le mot-clef function. Comme le langage n’est pas typé, une fonction peut retourner n’importe quel type de valeur (chaîne, entier…) ou ne rien retourner du tout. Enfin, ses arguments peuvent avoir des valeurs par défaut.

Début d’un principe
Fin du principe


Le principe de base est très simple à saisir.

Notez que lorsqu'une fonction arrive à un return, elle l'effectue puis se termine, même s'il y a d'autres instructions après.

Portée des variables[modifier | modifier le wikicode]

Le problème de portée des variables est assez réduit en PHP. Une fonction n'a accès qu’à ses arguments, ses propres variables et aux variables globales importées statiquement (mot clé global). De ce fait, il y a peu de confusion.

Toujours suivant le même principe, les variables utilisées dans une fonction sont toutes détruites à sa sortie (les variables globales non, bien entendu).

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


On peut aussi trouver un peu plus compliqué si vous utilisez deux fichiers. L'un pour les variables, l'autre pour les traitements.

Début d’un principe
Fin du principe


Début d’un principe
Fin du principe


Espaces de noms[modifier | modifier le wikicode]

Depuis PHP 5.3.0, des espaces de noms peuvent être définis pour cloisonner certains objets, à l'aide du mot clé namespace utilisé en début de fichier[1]. Exemple de définition :

<?php
 namespace Projet1;
...

Soit un fichier TestNS.php suivant :

<?php
 namespace Projet1\SousProjet2;

 function Fonction1() {
  echo "Fonction exécutée.\n";
  echo __NAMESPACE__;
 }
?>
Panneau d’avertissement Le fichier doit être encodé en ANSI (pas en Unicode sous peine d’être obligé de coller le mot "namespace" à "?php").

Exemple d’utilisation :

<?php
 require 'TestNS.php';
 Projet1\SousProjet2\Fonction1();
?>

Références de variables[modifier | modifier le wikicode]

Les références sont utiles lorsque l’on souhaite retourner plusieurs valeurs dans une fonction. On utilise alors le passage d'argument par référence, qui fait que quand une fonction modifie un argument, la valeur de la variable du programme principale change aussi.

Pour utiliser un argument en tant que référence, il suffit d'y mettre le symbole & devant, dans la déclaration de la fonction.

Un exemple concret devrait vous faire comprendre :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Les fonctions variables[modifier | modifier le wikicode]

On appelle "fonction variable" une fonction dont on ne peut prédire le nombre d'arguments. Ce genre de fonction pourra se révéler pratique pour exécuter certains codes répétitifs ou le programmeur n'a pas envie de recopier le nom de la fonction pour n valeurs.

Pour cela, il faut retenir deux fonctions importantes :

  • func_num_args : permet de compter le nombre d'arguments.
  • func_get_args : permet de récupérer la valeur d’un argument (retourne un tableau de valeur).

Ces deux fonctions ne peuvent s'utiliser qu’à l'intérieur d’une fonction; dans le cas contraire un message d'erreur s'affichera.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Le code se comprend de lui-même. Il affichera : Je suis programmeur, c’est utile, c’est intéressant.

Références[modifier | modifier le wikicode]



Classes

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : PHP
Chap. préc. :Fonctions
Chap. suiv. :Base de données
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Théorie générale sur la POO[modifier | modifier le wikicode]

La programmation orientée objet est un style de programmation qui associe à des éléments réels (un panier d'achat, par exemple), une série de variables et de fonctions.

Dans le domaine de la POO, la fonction d’un objet est appelée méthode et une variable attribut.

Pour que PHP puisse comprendre de quoi nous parlons, il est nécessaire de lui expliquer ce que représente l'objet, nous créons donc une classe d'objet.

Utilisation des classes[modifier | modifier le wikicode]

En PHP, la création d’une classe se fait en utilisant le mot-clé class suivit du nom de la classe puis d’un bloc d'instruction présentant les attributs et les méthodes de l'objet.

La déclaration d’une classe en PHP ressemble à ça :

Début d’un principe
Fin du principe


Les attributs sont assimilables à des variables local (un peu comme celles crées dans les fonctions, mais qui ne sont pas détruite tant que l’objet existe).

Il est possible d'attribuer des valeurs par défaut aux attributs en utilisant la syntaxe suivante :

Début d’un principe
Fin du principe


Une fois la classe définie, on peut l’utiliser. On va pour cela créer un objet de type MaClasse en utilisant le mot réservé new :

Début d’un principe
Fin du principe


La variable $mon_objet est désormais un objet de classe/type MaClasse (également appelé instance de MaClasse) et possède les attributs et méthodes définis plus haut. L'accès à ces informations s'effectue en utilisant ->.

Utilisation des attributs[modifier | modifier le wikicode]

Pour accéder à l'attribut $un_attribut, on écrit :

Début d’un principe
Fin du principe


Attention! Pour accéder à un attribut, il ne faut pas utiliser le dollar $! Autrement, vous accédez à l'attribut portant le même nom que le contenu de la variable $un_attribut

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


L'espace de nom d’un objet est totalement séparé du reste du script. Deux variables, une dans l'espace de nom global (le script normal) peut porter le même nom que l'attribut d’un objet sans pour autant pointé vers le même contenu.

Il n’est pas obligatoire d'écrire les attributs dans la classe. Il est possible d'accéder à tout moment, à n’importe quel attribut de l'objet, pour autant que son nom soit un nom de variable valide.

Chaque objet possède ses propres attributs.

Début d’un principe
Fin du principe


Utilisation des méthodes[modifier | modifier le wikicode]

L'utilisation des méthodes est plus ou moins similaire à l’utilisation des attributs.

Par exemple, pour accéder à la méthode une_methode() définie plus haut, on va utiliser :

Début d’un principe
Fin du principe


Les méthodes fonctionnent exactement comme les fonctions classiques de PHP.

De la même façon que les attributs, les méthodes possèdent un espace de nom séparé ; il est donc possible d'appeler une méthode str_replace(), même si cette fonction est définie par PHP.

Auto-Référence[modifier | modifier le wikicode]

Lors de la création de méthode d'objet, il peut être nécessaire d'accéder aux attributs de ce même objet, pour les modifier par exemple.

Vous pouvez alors utiliser l’objet magique $this représentant l’objet lui-même.

Début d’un principe
Fin du principe


Constructeur[modifier | modifier le wikicode]

La programmation orientée objets basique en PHP permet l’utilisation des constructeurs. Il s'agit d’une méthode particulière destinée à initialiser l'objet.

Dans une classe, il ne peut y avoir qu'un seul constructeur.

En PHP4, afin qu'elle soit reconnue comme telle, elle doit porter le même nom que la classe (attention aux majuscules). En PHP5, le constructeur fait appel à une méthode au nom prédéfini, "__construct".

Syntaxe PHP 4

Début d’un principe
Fin du principe


Syntaxe PHP5

Début d’un principe
Fin du principe


Dans ce cas, lors de la création de l’objet (l'instanciation), on précise le nom du client comme si l’on appelait la fonction.

Début d’un principe
Fin du principe


Pour rendre optionnelles les parenthèses, tous les paramètres de la méthode doivent être optionnels :

Syntaxe PHP4

Début d’un principe
Fin du principe


Syntaxe PHP5

Début d’un principe
Fin du principe


Début d’un principe
Fin du principe


Destructeur[modifier | modifier le wikicode]

La destruction d’une instance se fait automatiquement à la fin d'exécution d’un script mais peut être décorée :)

Syntaxe PHP5

Début d’un principe
Fin du principe


AutoLoad[modifier | modifier le wikicode]

Pour utiliser une classe il faut l'avoir

Syntaxe PHP5

Fichier autoload.php

Début d’un principe
Fin du principe


Fichier index.php

Début d’un principe
Fin du principe


Surcharge[modifier | modifier le wikicode]

On appelle surcharge l'écrasement d’une méthode de la classe par une autre.

Ainsi dans l'exemple ci-dessus, la fonction "nom" est modifiée dans une deuxième classe :

class MonClient {
    public $nom; 
 
    function __construct($nom) {
        $this->nom = $nom;
    }
} 

$client = new MonClient('Dupont');
echo $client->nom."\n"; // Affiche Dupont

class LeClient {
    public $nom;

    function __construct($nom) {
        $this->nom = strtoupper($nom);
    }
}

$client = new LeClient('Dupont');
echo $client->nom; // Affiche DUPONT

Classes abstraites[modifier | modifier le wikicode]

Une classe abstraite est destinée à regrouper des éléments communs à ses classes filles. Elle ne doit donc jamais être déclarée comme "private" pour l'héritage (elle est "public" ou "protected"). Certaines de ses méthodes peuvent être abstraites aussi[1].

abstract class personne
{
    public function nom($nom = "Dupont", $prenom = "Jean") {
        $this->nom() = $nom;
        $this->prénom() = $prenom;
   }
}

class MonClient extends personne 
{
    $Client = new personne;
... // Ce qui distingue un client d’une autre personne
}

class Salarier extends personne
{
    $Salarier = new personne;
... // Ce qui distingue un salarié d’une autre personne
}

Interface[modifier | modifier le wikicode]

Les interfaces rassemblent les méthodes publiques qui doivent être utilisées dans des classes. Donc s'il en manque une dans ces dernières, un message d'erreur apparait donc.

interface achat
{
    public function afficher($article);
    public function payer($article);
}

class ecommerce implements achat
{
    public function afficher ($article) // Obligatoire
    {
    ...
    }
    public function payer ($article) // Obligatoire
    {
    ...
    }
}


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. php.net


Base de données

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : PHP
Chap. préc. :Classes
Chap. suiv. :Formulaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

PHP et les bases de données[modifier | modifier le wikicode]

Un des grands points forts de PHP est la simplicité avec laquelle il permet d'accéder à de multiples sortes de bases de données. Le couple le plus connu est certainement PHP/MySQL, cependant il existe des extensions pour plus d'une cinquantaine d’autre base de données tel que : Oracle, Microsoft SQL Server, FrontBase, Sybase, Informix, PostgreSQL, Berkeley, en ODBC ou autre.

Nous allons ici traiter plus particulièrement de MySQL. Dans toute la suite, nous utiliserons l'abréviation BDD pour « base de données ». MySQL (My Structured Query Language) est un type de BDD très répandu sur Internet car très simple d’utilisation et compatible avec la grande majorité des scripts PHP disponibles en téléchargement libre sur le Net (OsCommerce, phpBB, Joomla...). Elle répond au langage SQL (Structured Query Language).

Il existe des interfaces graphiques permettant la gestion en ligne d'une BDD MySQL comme le plus connu phpMyAdmin ou encore Eskuel. Ces interfaces permettent à l'utilisateur de la BDD de voir et de modifier celle-ci comme il le souhaite (création de tables, modification et suppression des données...) sans avoir à connaitre le langage SQL permettant de manipuler la base.

Connexion à MySQL[modifier | modifier le wikicode]

Pour des raisons de sécurité il est fortement conseillé de créer un fichier externe et d'y déposer vos identifiants de connexion à votre BDD (fourni par votre hébergeur dans la plupart des cas).

Évitez aussi de nommer ce fichier d'une manière trop attirante (pas de « identifiants_bdd.php »...).

Il est aussi conseillé de donner une extension « .php » à ces fichiers afin que leur contenu ne soit pas affiché en cas de mauvaise manipulation (par exemple un fichier « bdd.ini » ne sera interprété si son adresse est tapée directement dans un navigateur et vos identifiants apparaitront en clair).

Début d’un principe
Fin du principe


Il faut ensuite inclure cette page dans toutes les pages où vous aurez besoin de vous connecter à votre BDD. Pour vous connecter, il vous suffira alors de procéder ainsi :

Début d’un principe
Fin du principe


mysqli[modifier | modifier le wikicode]

Classe alternative développée pour les dernières fonctionnalités de MySQL :

$mysqli = new mysqli('localhost', 'login', 'mpassword', 'my_db');

Connexion à MS-SQL[modifier | modifier le wikicode]

Pilote 1.1 SQL Server pour PHP[modifier | modifier le wikicode]

Ce pilote peut s'utiliser avec les version de SQL server > 2005.

Début d’un principe
Fin du principe


Alternative[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Requête SQL avec MySQL[modifier | modifier le wikicode]

Une fois la connexion à votre BDD ouverte, vous pouvez travailler dessus et lancer les requêtes que vous souhaiter. En anglais, requête se dit query, nous allons utiliser la fonction mysql_query de php.

Début d’un principe
Fin du principe


Requête SQL avec MS-SQL[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Récupération des données d'une BDD MySQL[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Panneau d’avertissement mysql_fetch_array() renvoie généralement un tableau associatif mélangé à une liste numérotée, ses valeurs sont donc en double. Pour n'avoir que la liste, utiliser mysql_fetch_row().

Récupération des données d'une BDD MS-SQL[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Autres opérations MySQL[modifier | modifier le wikicode]

De l'utilité des tableaux associatifs[modifier | modifier le wikicode]

La ressource pointant sur les résultats d'une requête nous permet d'accéder de manière très simple à ces données en utilisant la syntaxe des tableaux indexés.

Début d’un principe
Fin du principe


Compter le nombre de lignes d'un résultat[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Compter le nombre de champs d'un résultat[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Lister les bases de données d'un serveur[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Lister les tables[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Lister les champs[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Lister l'ID de la dernière ligne insérée[modifier | modifier le wikicode]

Début d’un principe
Fin du principe


Avec une variable[modifier | modifier le wikicode]

$ma_variable = "test";
$requete = "select * from ma_table where and ma_colonne like '%$ma_variable%'";

Pour saisir la variable directement depuis la page web, on fait appel à des formulaires.


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/cc296152%28v=sql.90%29.aspx
  2. http://www.php.net/manual/fr/function.mssql-select-db.php

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sur les autres projets Wikimedia :




Formulaire

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : PHP
Chap. préc. :Base de données
Chap. suiv. :Sessions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le PHP est un langage de traitement. Une page en php pourra analyser et effectuer des opérations suite à un formulaire. Ce formulaire devra être écrit en HTML, dans une page .html (.htm) ou .php. Pour notre exemple, nous allons créer une page avec laquelle un utilisateur pourra se connecter à une zone administrateur.

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Notre formulaire (form.html) comprendra 2 éléments :

  • le champ du mot de passe ("password")
  • un bouton pour soumettre le formulaire

La page de traitement, en php (traitement.php) :

  • vérification si le mot de passe est correct
  • envoi d'un cookie. ceci sera la preuve que l'ordinateur distant est autorisé à accéder aux pages

Une page de la zone administration (admin.php) :

  • vérification si l'utilisateur est autorisé à consulter les pages

Le formulaire[modifier | modifier le wikicode]

Le code source présenté ici est uniquement le formulaire. Pour un affichage agréable de la page il est nécessaire de l'"habiller". Voir comment créer une page en HTML. Ce script ne sera pas expliqué. Pour le comprendre vous devez avoir les bases du formulaire en HTML.

Début d’un principe
Fin du principe


En gros, ce formulaire enverra sur la page traitement.php la valeur de l'entrée mdp

Le traitement[modifier | modifier le wikicode]

Pour comprendre la suite, vous devez avoir en tête la chose suivante sur les variables. Le champ dont le nom est mdp (name=mdp) envoie sur la page de traitement la variable $mdp avec pour valeur l'entrée renseignée.

Pour récupérer les valeurs d'un formulaire on utilise $valeur=$_POST["nomvariable"];

Si vous désirez récupérer les valeurs passée via une URL, par exemple http://www.domaine.com/index.php?mdp=valeur, on utilise $valeur=$_GET["mdp"];

Il est possible de récupérer directement la valeur d'un formulaire via le nom du champ (dans notre exemple $mdp contiendrait la valeur saisie du formulaire) mais il est fortement conseillé d’utiliser $_POST pour des raisons de sécurité et de compatibilité.

Début d’un principe
Fin du principe


La zone administration[modifier | modifier le wikicode]

La zone administration va vérifier si l'utilisateur est autorisé à consulter ces pages. Il va comparer le mot de passe entré dans le cookie avec le mot de passe réel.

Début d’un principe
Fin du principe




Sessions

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 10
Leçon : PHP
Chap. préc. :Formulaire
Chap. suiv. :Cookies
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Comme vous le savez, à la fin d'un script PHP, toutes les variables crées sont détruites et il est impossible d'y accéder depuis un autre script. Alors comment faire pour passer des données entres les pages ?

La réponse : les sessions.

C'est en effet la solution la plus simple pour un webmaster afin de garder des informations sur son visiteur.

Un cookie et une session, quelles différences[modifier | modifier le wikicode]

Une session est plus ou moins similaire aux cookies HTTP. Les données d'une session sont cependant stockées sur le serveur et non chez le client, ce qui l'empêche de pouvoir les modifier manuellement, comme il peut le faire pour un cookie.

La durée de vie d'une session[modifier | modifier le wikicode]

Une session est, comme son nom l'indique, une session de navigation. Elle commence donc lors de l'accès à une page les utilisant et se termine à la fermeture du navigateur du client.

Une fois la session terminée, elle est détruite ainsi que toutes les données qu'elle contient. Elle doit donc ne contenir que des données temporaires.

Cependant, la session possède aussi un délai d'expiration. Celui-ci peut être modifié dans la configuration du serveur (directive session.gc_maxlifetime de php.ini), mais vaut généralement une trentaine de minutes. Une fois ce délai dépassé, la session est supprimée.

Comment ça marche ?[modifier | modifier le wikicode]

Lors de l'accès à une page nécessitant une session, PHP va vérifier si une a déjà été ouverte et la réutiliser ou en créer une nouvelle. Il va donc lui attribuer un identifiant unique et se débrouiller pour que la prochaine page consultée puisse le connaître.

Pour cela, il exploite deux fonctionnalités. Premièrement, si l’utilisation de cookie est possible (le client ne les a pas désactivés), PHP crée un cookie contenant l'identifiant de session. Deuxièmement, si les cookies ne sont pas disponibles, il va réécrire les URL de la page pour inclure cet identifiant dans le lien.

Dans les deux cas, le script ayant besoin d'accéder aux données de la session recevra l'identifiant et sera capable de charger les données qu'elle contient.

Est-ce que c’est sécurisé[modifier | modifier le wikicode]

Une session est toujours plus sécurisée qu'un cookie puisque le client ne peut pas la modifier manuellement. Un risque subsiste tout de même si l'identifiant de session peut être découvert.

Par exemple, les cookies transitent sur le réseau en clair. Si quelqu’un est capable d'intercepter les communications entre le client et le serveur, il est capable de voir le cookie et de découvrir l'identifiant de session. Il n'aura alors plus qu’à créer un faux cookie et PHP le prendra pour le pauvre internaute s'étant fait voler son cookie. Pour éviter cela, on peut utiliser une connexion cryptée ou configurer le serveur de façon à ce qu’il rende la lecture de ce cookie impossible par JavaScript (Http Only).

Utiliser les sessions[modifier | modifier le wikicode]

Initialiser une session[modifier | modifier le wikicode]

Pour pouvoir utiliser la fonctionnalité de session de PHP, il faut lancer le moteur de session en utilisant la fonction session_start().

Cette fonction doit être en mesure d'envoyer des headers HTTP, aucune donnée ne doit donc avoir été transmise au navigateur. Vous pouvez soit placer ce code au tout début de votre script, soit utiliser les fonctions de bufférisation de sortie.

Une session portant un nom personnalisé[modifier | modifier le wikicode]

Une session porte par défaut le nom "PHPSESSID", c’est lui qui sera utilisé comme nom de cookie ou comme paramètre GET dans les liens... pas très esthétique. Il peut donc vous venir l'envie de changer ce nom.

Pour cela, la fonction session_name() entre en scène.

Début d’un principe
Fin du principe


Ce code va donc charger une session avec l'identifiant provenant du cookie ou du paramètre GET portant le nom nom_de_session.

Noter la position de l'instruction 'session_start()'. Elle doit se trouver AVANT n’importe quel traitement de votre page '.php' .

Changer manuellement l'identifiant de la session[modifier | modifier le wikicode]

PHP détecte automatiquement l'identifiant à utiliser, cependant, vous pourrez avoir besoin de le changer manuellement, si vous voulez développer un système alternatif pour passer l'identifiant de session entre les pages. Vous pouvez par exemple vous baser sur le hachage (md5() ou sha1()) de l'adresse IP du client pour déterminer l'identifiant de la session. Attention aux proxys et aux internautes dont l'IP change à chaque requête.

Pour définir manuellement l'identifiant de session, la fonction session_id(). Elle prend un paramètre optionnel, qui est le nouvel identifiant de session. Dans tous les cas, la fonction retourne l'identifiant courant de la session.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Panneau d’avertissement Dans l'exemple ci-dessus, deux ordinateurs accédant au site par la même adresse IP publique, auront accès à la dernière session ouverte (donc pas forcément la leur).

Lire et écrire des données dans la session[modifier | modifier le wikicode]

Les données de la session sont très facilement accessibles au travers d'un simple tableau PHP. Depuis PHP 4.1.0, vous pouvez utiliser le tableau super-global $_SESSION. Dans les versions plus anciennes, il s'appelait $HTTP_SESSION_VARS et nécessitait le mot clé global pour y accéder depuis une fonction.

Ces tableaux n'existent qu'une fois la session chargée. Tout ce qui est stocké à l'intérieur est sauvegardé et accessible depuis toutes les pages PHP utilisant les sessions.

Exercice : Une zone d'administration protégée par mot de passe[modifier | modifier le wikicode]

Dans cet exercice, nous allons fabriquer pas-à-pas une zone d'administration pour votre site web, protégée par un mot de passe. Nous nous occuperons de la partie identification uniquement.

Dans le chapitre précédent, vous avez également créé le même type de script, mais en utilisant un cookie. Nous allons donc adapter le code en utilisant des sessions à la place.

Le formulaire[modifier | modifier le wikicode]

Voici le code du formulaire en HTML, il va afficher une boîte de texte et un bouton "Connexion".

Début d’un principe
Fin du principe


La page de vérification[modifier | modifier le wikicode]

Le formulaire ci-dessus pointe vers une page nommée verfication.php. Cette page va vérifier que le mot de passe est juste et, si c’est le cas, placer un élément dans le tableau de la session pour que la page suivante puisse vérifier que vous êtes bien autorisé à voir la page.

Premièrement, nous devons initialiser la session. Nous laissons PHP choisir le nom.

Début d’un principe
Fin du principe


L'appel à la fonction session_start() a fabriqué le tableau $_SESSION. Pour l'instant celui-ci est vide.

Il faut maintenant vérifier que le mot de passe fourni est le bon. Nous créons ensuite une entrée dans le tableau de la session contenant true (vrai) si le code est le bon. Nous pouvons alors rediriger le navigateur de l'internaute ou afficher un message d'erreur.

Début d’un principe
Fin du principe


Si vous ne comprenez pas la ligne if($mdp == $_POST['mdp']) {, vous devriez lire (ou relire) le chapitre sur les formulaires.

Pour résumé, le code suivant suffit à l'identification du visiteur :

Début d’un principe
Fin du principe


La page d'administration[modifier | modifier le wikicode]

Cette page doit se nommer admin.php. Si vous décidez d’utiliser un autre nom, il faudra modifier le script d'identification pour qu’il pointe sur la bonne page.

Comme dans l'autre page, nous devons commencer par initier une session.

Début d’un principe
Fin du principe


Nous avons alors accès au tableau $_SESSION.

Si le visiteur a fourni le bon mot de passe, il existe un élément dans le tableau nommé 'admin' et valant true. Dans le cas contraire, cet élément n'existe pas. Il suffit donc de vérifier sa présence pour savoir si le visiteur est réellement l'administrateur du site. Pour cela, nous utilisons la fonction isset() qui vérifie si la variable (ou l'élément du tableau) existe.

Début d’un principe
Fin du principe


La suite du script n'est plus le sujet de cet exercice, le but est en effet atteint. Vérifier l'identité du visiteur pour lui permettre d'accéder à un espace privé.

Fermer une session[modifier | modifier le wikicode]

De la même façon que d’autre fonctionnalités de PHP, comme les connexions aux bases de données ou un pointeur de fichier, les sessions n'ont pas besoin d’être fermée.

Une fois le script PHP terminé, les données de la session sont automatiquement sauvegardée pour le prochaine script.

Cependant, durant toute l'exécution du script, le fichier de la session est verrouillé et aucun autre script ne peut y toucher. Ils doivent donc attendre que le premier arrive à la fin.

Vous pouvez fermer plus rapidement une session en utilisant la fonction session_write_close().

Si vous voulez également détruire la session, vous pouvez utiliser la fonction session_destroy() couplée à la fonction session_unset().



Cookies

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 11
Leçon : PHP
Chap. préc. :Sessions
Chap. suiv. :Fichiers
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Base de données des cookies Firefox, lue avec SQLite.
Cookie ajouté à Firefox après commande PHP setcookie('wiki', 'user');.

Les cookies sont téléchargés du serveur HTTP sur le PC client, stockés dans le répertoire du navigateur de l’utilisateur courant. Par exemple dans Windows 7[1] :

  1. Firefox : C:\Users\%USERNAME%\AppData\Roaming\Mozilla\Firefox\Profiles\xxxxxxxx.default\cookies.sqlite (lisible par exemple avec https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/addon/sqlite-manager/).
  2. Chrome C:\Users\%USERNAME%\AppData\Local\Google\Chrome\User Data\Safe Browsing Cookies.
  3. Internet Explorer : C:\Users\%USERNAME%\AppData\Roaming\Microsoft\Windows\Cookies.

Ces cookies sont limités à 20 par domaine dans la configuration par défaut de PHP.

Panneau d’avertissement Ne pas mettre d'informations privées (mots de passe du serveur...) dans ces variables car elles sont stockées dans un fichier non protégé, sur le disque dur de l'utilisateur.

D'une manière générale, les cookies prennent la forme suivante :

Set-Cookie: nom=nouvelle_valeur; expires=date; path=/; domain=.exemple.org
  • Le chemin (path) permet de ne les rendre opérants que dans certaines parties d'un site.
  • Le domaine fonctionne même avec d'autres serveurs (voir pixel espion).

Syntaxe[modifier | modifier le wikicode]

<?php
  setcookie('cookie1', 'valeur1');
  echo $_COOKIE["cookie1"];
?>

Exemples[modifier | modifier le wikicode]

<?php
  if (isset($_COOKIE["cookie1"])) {
    echo 'Authentifié';
  } else {
    echo 'Non authentifié';
  }
?>

Références[modifier | modifier le wikicode]




Fichiers

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 12
Leçon : PHP
Chap. préc. :Cookies
Chap. suiv. :Mails
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Parfois l’utilisation de fichier peut être très utile dans certains script, par exemple pour un système de cache ou autre.
Dans ce cours nous allons voir comme interagir avec un fichier.

Droits des fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Windows[modifier | modifier le wikicode]

Sous Windows il suffit de se rendre dans l'onglet sécurité des propriétés d'un fichier, pour cocher les cases autorisant le programme à le lire et/ou le modifier.

Unix[modifier | modifier le wikicode]

chmod est le système de droit d'accès a un fichier Unix. Il s'agit d'un nombre à 3 chiffres que l’on attribut à un fichier (ex. : 755). Il détermine le droit d'accès au fichier en question, qui peut le modifier.
Selon sa valeur le système d'exploitation (OS) autorise ou non la modification du fichier. Sous GNU/Linux, l'utilisateur 'root', (superutilisateur), a tous les droits, c'est-à-dire qu’il peut modifier tous les fichiers.

Lorsque qu'un fichier est créé manuellement, le chmod du fichier en question est 755, avec un tel chmod nous ne pouvons pas modifier le fichier avec un script PHP. Pour pouvoir le modifier, il suffit juste de changer le chmod du fichier, en lui donnant la valeur 766. Sous Windows, cette notion est masquée et il suffit d’être administrateur de la machine (utilisateur par défaut) pour pouvoir modifier un fichier.

Ouvrir et fermer un fichier[modifier | modifier le wikicode]

Créer un fichier avec un attribut chmod de 766. Ensuite il faut ouvrir le fichier en question avant de lire/écrire. Pour cela la fonction fopen est là :

Début d’un principe
Fin du principe


Explication : La fonction fopen à besoin de deux paramètres pour pouvoir s'exécuter :

  • $NomFichier, il s'agit du chemin du fichier
  • $mode, il s'agit du mode de l'ouverture

La fonction fopen utilise le premier paramètre, pour déterminer le chemin du fichier a ouvrir/créer.

Voici les différents modes d'ouvertures pour la fonction fopen :

Mode Description
r Ouvre en lecture seule, et place le pointeur de fichier au début du fichier.
r+ Ouvre en lecture et écriture, et place le pointeur de fichier au début du fichier.
w Ouvre en écriture seule, et place le pointeur de fichier au début du fichier et réduit la taille du fichier à 0. Si le fichier n'existe pas, on tente de le créer.
w+ Ouvre en lecture et écriture, et place le pointeur de fichier au début du fichier et réduit la taille du fichier à 0. Si le fichier n'existe pas, on tente de le créer.
a Ouvre en écriture seule, et place le pointeur de fichier à la fin du fichier. Si le fichier n'existe pas, on tente de le créer.
a+ Ouvre en lecture et écriture, et place le pointeur de fichier à la fin du fichier. Si le fichier n'existe pas, on tente de le créer.
x Créé et ouvre le fichier en lecture seule ; place le pointeur de fichier au début du fichier.

Si le fichier existe déjà, fopen() va échouer, en retournant FALSE et en générant une erreur de niveau E_WARNING. Si le fichier n'existe pas, fopen() tente de le créer. Ce mode est l'équivalent des options O_EXCL|O_CREAT pour l'appel système open(2) sous-jacente. Cette option est supportée à partir de PHP 4.3.2 et fonctionne uniquement avec des fichiers locaux.

x+ Crée et ouvre le fichier en lecture et écriture ; place le pointeur de fichier au début du fichier.

Si le fichier existe déjà, fopen() va échouer, en retournant FALSE et en |générant une erreur de niveau E_WARNING. Si le fichier n'existe pas, fopen() tente de le créer.

Pour le fermer maintenant, il y a la fonction fclose.

Début d’un principe
Fin du principe


Copier un fichier[modifier | modifier le wikicode]

if (!copy($AncienFichier, $NouveauFichier)) {
    echo 'La copie a échoué.';
}

Pour les images il existe aussi imagecopyresampled[1].

Supprimer un fichier[modifier | modifier le wikicode]

if (!unlink($Fichier)) {
    echo 'La suppression a échoué.';
}

Interagir avec le fichier[modifier | modifier le wikicode]

Lecture[modifier | modifier le wikicode]

Une fois ouvert, il existe plusieurs manière de lire le contenu d'un fichier : caractère par caractère, ligne par ligne, jusqu'à une certaine taille, ou tout entier.

La méthode la plus simple est de lire ligne par ligne avec la fonction fgets, dont la définition est la suivante :

Début d’un principe
Fin du principe


La variable $ObjetFichier doit être le résultat de l'ouverture d'un fichier avec fopen. Pour lire un fichier en entier, il suffit d’utiliser fgets en boucle ; la condition de sortie de la boucle serait alors l'arrivée à la fin de fichier, évènement notifié par la fonction feof.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


La fonction équivalente pour lire caractère par caractère se nomme fgetc :

Début d’un principe
Fin du principe


Notez que cette fonction retourne FALSE arrivée à la fin du fichier. Lors d'un parcours, il faut donc tester impérativement la valeur avant de l’utiliser, avec un test logique de la forme « $caractere !== FALSE ».

Pour lire le fichier en entier, utiliser file() :

Début d’un principe
Fin du principe

Ainsi, $fichier[0] correspond à la première ligne, $fichier[1] à la seconde, etc.

Écriture[modifier | modifier le wikicode]

Une fois le fichier ouvert, l'écriture se fait via la fonction fwrite.

Début d’un principe
Fin du principe


Explication :

  • $ObjetFichier : variable pointant vers un fichier ouvert avec fopen
  • $chaine : la chaîne à écrire dans le fichier
  • retour : le nombre de caractère écrits, ou FALSE si erreur

L'utilisation est alors la même que pour la lecture : ouvrir le fichier, écrire et fermer.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Attention : Si vous ouvrez le fichier avec l'option w ou w+, le contenu du fichier sera effacé s'il existait. Pour écrire à la fin, il faut ouvrir avec les options a ou a+ (voir ci-dessus). Enfin, si vous pouvez avec l'option r+, le contenu sera écrasé, puisque le pointeur de fichier sera placé au début.

Se déplacer[modifier | modifier le wikicode]

Parfois, il peut être nécessaire de se déplacer dans le fichier, par exemple pour revenir au début. Pour cela, il faut utiliser la fonction fseek comme suit :

Début d’un principe
Fin du principe

Explication :

  • $ObjetFichier : variable pointant vers un fichier ouvert avec fopen
  • $position : la position à laquelle on veut se déplacer. Pour revenir au début, $position doit valoir zéro.

Fichiers uploadés[modifier | modifier le wikicode]

Copier-coller ces lignes dans un fichier vierge upload.php pour qu’il affiche le nom des fichiers qu'on upload avec :

<?php
echo '
<form method="POST" action="upload.php" enctype="multipart/form-data">
     <input type="file" name="fichier">
     <input type="submit" name="envoyer" value="Uploader">
</form>';
if (isset($_FILES['fichier']))
{
  echo $_FILES['fichier']['name'];
}
?>

Fichiers distants[modifier | modifier le wikicode]

HTTP[modifier | modifier le wikicode]

Pour lire un fichier en HTTP (par exemple cette page web) :

<?php
$page = file_get_contents("http://fr.wikiversity.org/wiki/PHP/Fichiers/");
echo $page;
?>

ou[2]

<?php
$url = 'http://fr.wikiversity.org/wiki/PHP/Fichiers/';
echo htmlspecialchars(implode('', file($url)));
?>

FTP[modifier | modifier le wikicode]

Déposer un fichier (sans vérifier s'il en écrase un)[3] :

<?php
copy('fichier_local.txt', 'ftp://login:password@server/repertoire/fichier_distant.txt');
?>

Souvent le répertoire porte le nom de l'utilisateur, et on écrase le fichier s'il existe :

<?php
$serveur = 'serveur1';
$login = 'utilisateur1';
$password = 'mdp1';
$fichier = 'fichier1';
copy($fichier, 'ftp://'.$login.':'.$password.'@'.$serveur.'/'.$login.'/'.$fichier, stream_context_create(array('ftp' => array('overwrite'=>True))));
?>

Fonctions propres au FTP, pour lire un serveur distant, y télécharger et déposer des fichiers[4] :

$cnx = ftp_connect($serveur);
$login_result = ftp_login($cnx, $login, $password);

// Liste des noms des dossiers et fichiers du dossier distant (dans le désordre)
$DossierDistant = ftp_nlist($cnx, ".");
var_dump($DossierDistant);

// Liste des éléments du dossier distant avec leurs inodes
$DossierDistant2 = ftp_rawlist($cnx, ".");
var_dump($DossierDistant2);

// Téléchargement du dernier fichier distant
sort($DossierDistant);
$distant = $DossierDistant[sizeof($DossierDistant)-1];
$local = 'FichierLocal.txt';
if (!ftp_get($cnx, $local, $distant, FTP_BINARY)) {
    echo "Erreur ftp_get\n";
} else {
    ftp_delete($cnx, $distant);
}

// Téléversement d'un fichier local
$local = 'FichierLocal2.txt';
if (!ftp_put($cnx, $distant, $local, FTP_ASCII)) {
    echo "Erreur ftp_put\n";
}

Extraction regex[modifier | modifier le wikicode]

Pour filtrer le contenu d'un fichier, par exemple récupérer tout ce qui se trouve entre parenthèses dans un tableau, en expressions rationnelles :

$regex = "/\(([^)]*)\)/";
preg_match_all($regex, file_get_contents($NomFichier), $matches);
print_r($matches);

Voir aussi Programmation PHP/Expression Régulière sur Wikilivres Article sur Wikilivres.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://php.net//manual/fr/function.imagecopyresampled.php
  2. developpez.net
  3. http://php.net/manual/fr/book.ftp.php
  4. http://php.net/manual/fr/function.ftp-nlist.php




Mails

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 13
Leçon : PHP
Chap. préc. :Fichiers
Chap. suiv. :Exceptions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Mail()[modifier | modifier le wikicode]

Le code suivant se connecte à localhost:25 pour envoyer un mail[1] :

<?php
     $to      = 'Destinataire@gmail.com';
     $subject = 'Sujet du mail';
     $message = 'Contenu du message';
     $headers = 'From: Expediteur@gmail.com' . "\r\n" .
       'Reply-To: Expediteur@gmail.com' . "\r\n" .
       'X-Mailer: PHP/' . phpversion();
     mail($to, $subject, $message, $headers);
?>

Si la machine hébergeant le script n’est pas pourvue d'un serveur SMTP, le freeware portable Simple Mail Server[2] peut jouer ce rôle rapidement sans installation.

PEAR[modifier | modifier le wikicode]

Pour paramétrer un SMTP distant éventuellement SSL, télécharger les classes mails du framework PEAR Mail[3], Net SMTP[4] et Net Socket[5] qu’elles utilisent.

Pour ajouter un fichier joint télécharger Mail Mime[6].

PHPMailer[modifier | modifier le wikicode]

Télécharger PHPMailer[7] pour bénéficier des classes de ce framework.

Problèmes connus[modifier | modifier le wikicode]

  1. La connexion a échoué
    • Vérifier le serveur HTTP qui interprète le .php.
  2. SMTP Error: Could not connect to SMTP host
  3. SMTP server error: ERR Email ID not found
  4. Si les mails partent sans arriver :
    • Vérifier que l'IP de l'expéditeur n’est pas blacklistée : http://whatismyipaddress.com/blacklist-check
    • Définir un reverse DNS si absent
    • Veiller à ce que le mail ne soit pas présumé spam, en évitant les sujets vides par exemple, ou les pièces jointes exécutables non compressées (.exe, .cmd, .vbs...).


Utilisation de Mail () plus complexe...[modifier | modifier le wikicode]

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Explication:

  • Ouverture boundary.(sert à séparer les différentes parties de notre e-mail)
  • Déclaration de type (exemple texte, par défaut les clients mail tentent de convertir l'HTML en texte).
  • Texte.
  • Ouverture boundary.
  • Déclaration de type (exemple HTML,par défaut les clients mail tentent de convertir l'HTML en texte)).
  • HTML.
  • Fermeture boundary.
  • Fermeture boundary.


Avec la mise en place de pièce jointe[modifier | modifier le wikicode]

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Explication:

  • Ouverture boundary.
  • Déclaration du nouveau content-type et de la seconde boundary.
  • Ouverture boundary_2.
  • Déclaration de type (exemple texte).

Texte.

  • Ouverture boundary_2.
  • Déclaration de type (exemple HTML).

HTML.

  • Fermeture boundary_2.
  • Ouverture boundary.
  • Déclaration de la pièce jointe 1.
  • Ouverture boundary.
  • Déclaration de la pièce jointe 2.
  • Ouverture boundary.
  • Déclaration de la pièce jointe [...].
  • Ouverture boundary.
  • Déclaration de la pièce jointe n.
  • Fermeture boundary.

Références[modifier | modifier le wikicode]




Exceptions

Début de la boite de navigation du chapitre
Version imprimable
Icône de la faculté
Chapitre no 14
Leçon : PHP
Chap. préc. :Mails
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « PHP : Version imprimable
PHP/Version imprimable
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

try ... catch[modifier | modifier le wikicode]

Tout comme en Java, la levée d'exception est assurée un bloc try ... catch :

try {
    echo '1 / 2 = ' 1/2;
    echo '3 / 0 = ' 3/0;    // instruction qui déclenchera l'exception
    echo '2 / 1 = ' 2/1;    // cette instruction ne sera pas exécutée à cause de la précédente
} catch (Exception $e) {
    echo $e->getMessage();  // afficher le message lié à l'exception
} finally {
    echo 'Fin du try';      // action facultative à la fin
}

Il n'est donc pas nécessaire de prévoir ce qui peut interrompre le programme pour s'en prémunir et poursuivre l'exécution en fonction.

throw[modifier | modifier le wikicode]

Pour déclencher une interruption du programme lors d'une exception, on utilise le mot "throw" :

if (!3/0) {
    throw new Exception('Division par zéro.');
}


GFDL GFDL Vous avez la permission de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la licence de documentation libre GNU, version 1.2 ou plus récente publiée par la Free Software Foundation ; sans sections inaltérables, sans texte de première page de couverture et sans texte de dernière page de couverture.