Leçons de niveau 13

Mémoires, lecture historique/Exercices/Le Parti et la Résistance

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Parti et la Résistance
Image logo représentative de la faculté
Exercices no1
Leçon : Mémoires, lecture historique

Exercices de niveau 13.

Exo préc. :Sommaire
Exo suiv. :Le Musée Charles-de-Gaulle
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Exercice : Le Parti et la Résistance
Mémoires, lecture historique/Exercices/Le Parti et la Résistance
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.



Le Parti communiste français et la Résistance

Rappel de la méthode de l'analyse de doc(s).

Sujet[modifier | modifier le wikicode]

Consigne : en étudiant le document ci-dessous, expliquez pourquoi il y a ici conflit entre mémoire et histoire. Ne pas oublier de présenter le document, ainsi que d’en montrer l’intérêt et les limites.

Michel Lefebvre, « Le « Parti » et la Résistance », Le Monde, 10 décembre 2006[1].

Étude critique[modifier | modifier le wikicode]

Dès l'été 1944, les Français et notamment les politiciens construisent, selon l’expression d'Henry Rousso, un « mythe résistancialiste » qui met en valeur une population soutenant presque unanimement la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale, passant sous silence certaines vérités. Cette vision de l'histoire est très progressivement attaquée, déclenchant d'âpres débats qui n'épargne aucun aspects. 60 ans après les faits, en décembre 2006, alors que commence la campagne électorale pour la présidentielle, un article du journal Le Monde remet en cause l'attitude du Parti communiste français (PCF) au début du conflit. Pourquoi y a-t-il ici conflit entre mémoire et histoire ? Nous analyserons d’abord la mémoire résistante du PCF, puis nous verrons comment certains historiens brisent un mythe.

La mémoire résistante du PCF :

  • l'entrée en résistance très tôt, les appels du 17 juin et du 10 juillet 1940 (concurrent de celui du 18 juin) ;
  • la participation majeure du PCF à l'action, d'où le « parti des fusillés », présentés comme des martyrs (Guy Môquet) ;
  • la propagande pendant la guerre froide, rejet de toute remise en cause forcément anti-communiste, mémoire falsifiée.

La remise en cause par des historiens :

  • le pacte germano-soviétique, obéissance à l'Internationale communiste, d'où l'entrée en résistance seulement pendant l'été 1941 ;
  • la demande de reparution de L'Humanité en 1940 et le faux appel de Thorez (déserteurs depuis 1939, à Moscou jusqu'en novembre 1944) et de Duclos ;
  • le gonflement du chiffre des fusillés (75 000 ou 4 500 ?) et du rôle de la résistance communiste (attentats entrainant des exécutions d'otages).

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Il s'agit d'un sujet polémique ayant des répercutions politiques, que soit pendant la guerre froide (le PCF est alors le 1er parti de France) ou en décembre 2006 (au début d'une période électorale). Le document illustre les conflits qu’il peut y avoir entre la mémoire, forcément subjective, et l'histoire, pas toujours objective. La manipulation de la mémoire et de l'histoire est d'un usage courant en politique.

L'article montre que l'auteur n’est pas vraiment un partisan du PCF, visible dès le titre avec les guillemets de part et d’autre du « Parti » ; la majuscule n’est pas innocente, il s'agit d'une remise en cause de l'importance de ce parti politique. Le même journal (de centre-gauche) et l'auteur de l’article insistent en faisant publier au moins un autre article sur le sujet : « Quand le PCF négociait avec les nazis », dans Le Monde du 9 décembre 2006[2]. Il y a évidemment une réponse à ces attaques : Annie Lacroix-Riz, Réaction à l’article de Michel Lefebvre : le PCF entre assaut et mea culpa : juin 1940 et la résistance communiste[3].

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Réédité dans Didier Giorgini, Cédric Oline, Mélanie Mettra-Geoffret et Sandrine Henry, Réviser son bac avec Le Monde : histoire, Paris, rue des écoles, coll. « hors-série Le Monde », mars 2014, 97 p. [lire en ligne], p. 13 .
  2. Michel Lefebvre, « Quand le PCF négociait avec les nazis », Le Monde, 9 décembre 2006. http://www.lemonde.fr/societe/article/2006/12/09/quand-le-pcf-negociait-avec-les-nazis_843769_3224.html
  3. Annie Lacroix-Riz, Réaction à l’article de Michel Lefebvre : le PCF entre assaut et mea culpa : juin 1940 et la résistance communiste, 2007, 30 p. http://www.historiographie.info/Le%20pcfentreassautetmeaculpav2.pdf