Leçons de niveau 15

Logique des propositions/Arbres de Quine

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Arbres de Quine
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Logique des propositions
Chap. préc. :Définitions
Chap. suiv. :Validité
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Logique des propositions : Arbres de Quine
Logique des propositions/Arbres de Quine
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Règles pratiques de calcul[modifier | modifier le wikicode]

  1. La négation inverse les valeurs de vérité des énoncés.
  2. Si l'un des termes d'une conjonction est F, alors la conjonction est F; si l'un des termes est V, la valeur de vérité de la conjonction est la même que celle de l'autre terme.
  3. Si l'un des termes d'une disjonction est V, alors la disjonction est V; si l'un des termes est F, la valeur de vérité de la disjonction est la même que celle de l'autre terme.
  4. Si l’antécédent d'un conditionnel est F ou si son conséquent est V, alors le conditionnel est V; si l’antécédent est V, alors le conditionnel a la même valeur de vérité que le conséquent; si le conséquent est F, alors le conditionnel a la même valeur de vérité que la négation de l’antécédent.
  5. Si l'un des termes d'un biconditionnel est V, alors le biconditionnel a la même valeur de vérité que l'autre terme; si l'un des termes est F, alors le biconditionnel a la même valeur de vérité que la négation de l'autre terme.

Illustration[modifier | modifier le wikicode]

Voici une représentation de ce qu’illustrent les règles ci-dessus :

Logique4.jpg

Servez-vous des tables de vérité du chapitre précédent pour comprendre le fonctionnement des arbres de Quine.

Exemple[modifier | modifier le wikicode]

Et maintenant un exemple plus concret :

Logique5.jpg

On obtient ici toutes les distributions qui rendent la formule vraie :

  • On observe que si a est faux, la formule sera vraie quelle que soit la valeur de vérité de c, b, et d.
  • La formule sera vraie également si a est vrai et si c est faux quel que soit b et d.
  • À la fin du processus, c'est-à-dire en bas de l'arbre, on constate que la formule n'est fausse que pour une seule distribution de valeurs de vérité aux atomes : Si a, b et c sont vraies et d est fausse. Toutes les autres distributions rendent la formule vraie.