Littérature de jeunesse en anglais : Beatrix Potter, Sophie Canétang/Un nid bien douillet

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Chapitre 4 : Un nid bien douillet
bouton image vers le chapitre précédent La rencontre




White open book.svg

-- « Par contre, en ce qui concerne votre nid, pas de problème. J'ai un plein sac de plumes dans mon abri à bois. Aucun problème, personne ne passe par là. Vous pourrez couver vos œufs aussi longtemps qu'il vous plaira, » ajouta le bel homme à la longue queue touffue.

Il la guida vers une cabane très isolée et dans un état lamentable au milieu des digitales. Elle était construite en mottes de terre et d'herbe et deux seaux cassés, posés l'un sur l'autre, servaient de cheminée.

-– « C'est ma résidence d'été ; vous n'apprécieriez pas de la même manière mon terrier – pardon, ma maison d'hiver », lui dit-il avec hospitalité.

À l'arrière de la maison, se trouvait un abri délabré fait en vieilles caisses à savon. Le monsieur, courtoisement, lui ouvrit la porte et la fit entrer.

Le hangar était plein de plumes jusqu'à ras-bord, au point que c'en était presque étouffant ; mais il était confortable et vraiment douillet.

Sophie Canétang fut sidérée par la quantité incroyable de plumes mais comme le lieu était très confortable, elle s'y fit un nid sans aucune difficulté.

Quand elle ressortit, le gentilhomme aux moustaches rousses était assis sur une bûche et lisait son journal – enfin, il le tenait grand ouvert mais son regard était fixé sur Sophie.

Il était tellement poli qu'il lui donna l'impression de la laisser repartir chez elle pour la nuit à regret. Il lui promit de prendre grand soin de son nid jusqu'à son retour le lendemain. Il affirma qu'il adorait les œufs et les canetons et qu'il était terriblement fier d'abriter une si belle couvée dans sa remise.