Littérature de jeunesse en anglais : Arthur Rackham, Dix fables d'Ésope/Le lion, Jupiter et l'éléphant

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapitre 9 : Le lion, Jupiter et l'éléphant
bouton image vers le chapitre précédent Les arbres et la hache





White open book.svg

Le roi des animaux est fier de sa taille, de sa force, de ses dents coupantes et de ses griffes. Il a peur d'une seule chose : il ne supporte pas le chant du coq. Dès qu’il entend un "Cocorico", il s'échappe en courant.

Un jour, il s'en plaignit amèrement auprès du roi des dieux. Mais Jupiter lui répondit qu’il n'y était pour rien. Il avait vraiment fait pour lui son maximum. Dans la mesure où c’était son seul problème, il devrait être content de son sort.

Mais le lion n'en tira aucun réconfort. Honteux de sa timidité face au coq, il se résolut à mettre fin à ses jours.

C'est alors qu’il rencontra l'éléphant avec qui il se mit à parler. Il remarqua que cette énorme bête passait son temps à remuer les oreilles, comme pour écouter quelque chose.

Il lui demanda pourquoi. C'est à cet instant qu'un moucheron se mit à bourdonner autour de leurs têtes et l'éléphant lui dit :

-- Vous voyez ce minuscule insecte bourdonnant ? J’ai une peur terrible qu’il n'entre dans mes oreilles. S'il se faufile à l'intérieur, c'en est fini de moi, je meurs.

En entendant cela, le lion se sentit tout ragaillardi

-- Car, se dit-il, si l'éléphant a peur d'un minuscule insecte malgré sa taille imposante, je n'ai aucune raison d’avoir honte de ma peur du coq qui est mille fois plus gros qu'un moucheron.