Leçons de niveau 18

La bureaucratie

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
La bureaucratie
Autres leçons de sciences cognitives
Chapitres
Chap. 1 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche La responsabilité 
Chap. 2 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Le rouage 
Chap. 3 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Retour à l'humain 
Chap. 4 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Le moindre mal 
Chap. 5 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Pensée et expérience 
Chap. 6 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Obéissance 
Chap. 7 :Symbole icône indiquant que la page est à l'état d'ébauche Fierté de l'humain 

La question de la responsabilité morale des bureaucrates est récurrente dans nos sociétés où la bureaucratie est devenue un mode d’organisation prédominant. Max Weber et Hannah Arendt ont tenté de fournir des éléments de réponse d’ordres sociologiques et philosophiques.

La bureaucratie est une manière d’organiser les activités sociales. Dans notre société, sa généralisation s’étend aux entreprises du secteur privé comme aux administrations publiques, aux associations, partis politiques, syndicats, églises, armées… Max Weber est l’un des premiers sociologues à s’être intéressé à la manière dont ce type d’organisation oriente les comportements humains.

Premièrement, l’action du bureaucrate se conforme aux ordres de ses supérieurs et aux injonctions légales de sa fonction. Respect de la hiérarchie et discipline caractérisent son mode d’agir. Deuxièmement, ses tâches sont spécialisées et procédurales. Spécialisation et formalisme conduisent à la routinisation de son travail. Troisièmement, le bureaucrate doit exécuter ses obligations de manière impersonnelle et égale pour tout le monde. Dans l’exercice de ses fonctions, on ne lui demande pas de faire preuve d’empathie, de sympathie ou d’antipathie. Il doit plutôt agir « sans considération de personne ».

À partir de ces différents cadres pour l’action, Max Weber élabore un idéaltype du bureaucrate. Un idéaltype n’est pas la description d’un modèle ou d’un représentant typique d’une catégorie de population. Il s’agit plutôt d’une construction réalisée à partir d’idées et d’hypothèses. L’idéaltype est construit pour être confronté à l’observation de phénomènes réels.

Max Weber appelle « Homme-de-l’ordre » (Ordnungmensch) l’idéaltype du bureaucrate. Il se caractérise par un ajustement à l’ordre si avancé que sa disparition le rendrait nerveux, voire peureux.

La chosification de son intelligence ou sa « rationalité mutilée » (T.W. Adorno) résultent de l’application systématique de règles, de rapports d’autorité, de la spécialisation et de l’absence d’empathie.

Objectifs

Les objectifs de cette leçon sont :

Comprendre l’aliénation propre au bureaucrate dans son ajustement idéal à l'ordre selon les thèses de Max Weber et de Hannah Arendt


Question book-2.svg Modifier ces objectifs


Niveau et prérequis conseillés

Leçon de niveau 18. Les prérequis conseillés sont :

Pas de pré-requis


Question book-2.svg Modifier ces prérequis



Référents

Ces personnes sont prêtes à vous aider concernant cette leçon :

Personne ne s'est déclaré·e prêt·e à aider pour cette leçon. Pour vous ajouter, cliquez ici.


Question book-2.svg Modifier cette liste