Leçons de niveau 11

Européens dans le peuplement de la Terre/Essor de la population européenne

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Essor de la population européenne
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Européens dans le peuplement de la Terre
Chap. préc. :Grandes phases
Chap. suiv. :Conquête du monde
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Européens dans le peuplement de la Terre : Essor de la population européenne
Européens dans le peuplement de la Terre/Essor de la population européenne
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Causes de l'essor de la population européenne[modifier | modifier le wikicode]

L'Europe est une région très peuplée grâce à :

  • sa géographie : l'Europe est un milieu favorable à l'agriculture sédentarisée grâce à son climat, ses reliefs et littoraux et ses plaines et plateaux ;
  • son histoire : peuplement précoce du à des périodes longues de paix (notamment romaine, carolingienne) ; et,
  • sa maîtrise des techniques : invention de la charrue et de la rotation des cultures.

Faible croissance démographique jusqu'au XVIIIème siècle[modifier | modifier le wikicode]

En revanche, la faible croissance démographique jusqu'au XVIIIème siècle s'explique par :

  • une mortalité élevée : l'absence d'hygiène et l'inexistence d'une réelle médecine accentue les effets d'une épidémie puis d'une pandémie comme la peste noire qui cause la mort de 20 à 50 % de la population européenne en fonction des régions ;
  • la guerre ; et,
  • la famine.

Début de la transition démographique au XIXème siècle[modifier | modifier le wikicode]

Au début du XIXème siècle, la morte recule en Europe car l'hygiène et la médecine s'améliore mais il faut attendre Pasteur à la fin du siècle pour créer le vaccin contre la rage et la découverte des micro-organismes (microbes, virus, bactéries). Ce recul s'explique aussi par les progrès agricoles qui favorisent la baisse de la mortalité : les populations sont mieux nourries et sont donc plus résistantes.

Parallèlement, la natalité reste élevée : l'Europe entre donc dans dans une transition démographique et la population augmente.