Leçons de niveau 11

Européens dans le peuplement de la Terre/Conquête du monde

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conquête du monde
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Européens dans le peuplement de la Terre
Chap. préc. :Essor de la population européenne
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Européens dans le peuplement de la Terre : Conquête du monde
Européens dans le peuplement de la Terre/Conquête du monde
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Étude de cas : émigration britannique massive (1815 à 1930)[modifier | modifier le wikicode]

L'émigration britannique couvre une période supérieure à un siècle, de 1815 à 1930 : c'est une période d'émigration massive.

Dans la première moitié du XIXème siècle, l'Irlande connaît la misère, la famine et la pression politique due à la présence des Britanniques. Pour ce qui concerne la famine, son origine se trouve dans le mildiou, infection des pommes de terre alors largement consommées à l'époque. Les gouvernements des pays d'émigration incident au départ des classes sociales les moins favorisées et les pays d'accueil utilisent la publicité pour vanter leurs mérites. Les progrès techniques notamment l'essor de la marine à vapeur facilitent cette émigration. Ces migrations sont donc assistées par les États qui encouragent les familles et les employeurs et facilitées par les compagnies de transport.

Les causes de l'émigration européenne au XIXème siècle sont multiples :

  1. la misère (reste la principale) ;
  2. le chômage lié à l'augmentation de la natalité et au progrès de la culture : la population est trop nombreuse pour être nourrie ;
  3. la ruée vers l'or : en 1848, découverte de l'or en Californie et en 1896 au Canada ;
  4. les persécutions politiques et religieuses.

Néanmoins, les conséquences de l'émigration sont :

  1. Négatives :
    • voyages difficiles entassés ;
    • rejet à l'arrivée aux États-Unis du à la peur de l'étranger (xénophobie) ;
    • de nombreux émigrants vivent encore dans la pauvreté ;
  2. Positives :
    • permet de développement économique des pays d'accueil : les émigrants s'enrichissent ;
    • mise en valeur des terres ;
    • européanisation (territoires peuplés par les Européens, où la langue, la religion et la culture s'imposent contre les populations indigènes, amérindiennes et aborigènes).

À la conquête du monde[modifier | modifier le wikicode]

Les Européens migrent à partir du XVIème siècle vers d'autres continents et notamment l'Amérique et l'Océanie : c'est la conséquence des grandes découvertes. On observe des vagues migratoires d'environ 3,5 millions d'Européens mais c'est au XIXème siècle que l'émigration explose. Au total, 60 millions d'Européens ont traversé les océans pour rejoindre de nouvelles terres dont 28 millions, notamment des Britanniques, des Islandais, des Allemands, rien que vers les États-Unis.

L'émigration des Européens au XIXème siècle et au début du XXème siècle s'explique par plusieurs raisons mais la principale reste économique. Elle est souvent encouragée par les États qui souhaitent se débarrasser des populations les plus pauvres. Dans le pays d'accueil, le rêve d'une nouvelle est parfois brisé par la réalité : grande pauvreté, entassement (ghettoïsation) et sans oublier, la xénophobie. Cette immigration des Européens au XIXème siècle, accompagnée d'une politique coloniale, a favorisé l'européanisation du monde (diffusion des langues européennes, des coutumes et de la religion chrétienne). Cette politique d'émigration entraîne la domination territoriale, politique et culturelle de l'Europe sur le monde avant la Première Guerre mondiale (1914).