Leçons de niveau 2

Espéranto/Grammaire/Accusatif

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L'accusatif
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : Grammaire espéranto
Chap. préc. :Genres et nombres
Chap. suiv. :Les pronoms interrogatifs
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Grammaire : L'accusatif
Espéranto/Grammaire/Accusatif
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

En espéranto, l’accusatif est marqué par la terminaison -n. Il est ajouté à la fin des substantifs, des pronoms et des adjectifs pour former le complément d’objet direct (C.O.D.). L'accusatif est très important dans les phrases.

La terminaison de l’accusatif se place toujours en dernier, et après la terminaison du pluriel si l’on parle de plusieurs choses.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Panneau d’avertissement L'accusatif n’est pas utilisé après les verbes intransitifs (comme être par exemple), car le complément est alors un attribut du sujet et non pas un complément d’objet direct.

On emploie l’accusatif :

  1. Avec le complément d’objet direct (C.O.D.) : Oni batis la malbonfarintan knabon Cependant, lorsque l’on cite (par exemple, le nom d’un livre), on ne l'emploie pas : mi legas "Privilegia Vojo" ; li diris la vorton "libro" (il a dit le mot "livre" : le mot cité, "livre", reste au nominatif).
  2. Avec un complément de lieu où l’on va :
    1. avec des prépositions qui ne donnent pas par elles-mêmes l’idée de mouvement :
      • la muso estas sub la tablo : la souris est sous la table
      • la muso kuras sub la tablo : la souris court sous la table (elle y était déjà et elle court en restant dessous)
      • la muso kuras sub la tablon : la souris court sous la table (elle n'y était pas, elle s'y réfugie) Le passage à un nouvel état est considéré comme un mouvement : la feino transformis lin en birdon  : la fée le transforma en oiseau.
        Cependant, les prépositions qui donnent déjà l’idée de mouvement, n'admettent pas l’accusatif : mi iras al (à, vers) la lernejo.
    2. avec des adverbes de lieu, pour exprimer le mouvement :
      • kie estas Riko ? –Riko estas hejme: où est R.? –R. est à la maison
      • kien iras Riko ? –Riko iras hejmen : (vers) où va R.? –R. va à la maison
  3. À la place des prépositions, si le sens reste clair ; mais, couramment, pour marquer
    1. la distance : homo, tri paŝojn distanca de mi : une personne, éloignée de moi (de) trois pas
    2. le temps : mi laboris multajn jarojn : j’ai travaillé (pendant) beaucoup d'années
    3. la date : la 15-an (dek-kvinan) de julio 2002 : (au) 15 juillet 2002
    4. la mesure : la plej grandaj sableroj estas du milimetrojn longaj : les plus gros grains de sable sont longs de deux millimètres


On n'emploie pas l’accusatif :

  1. Avec les copules :
    esti, iĝi, ŝajni, aspekti… : Riko estas koko. Tiu aeroplano ŝajnas libelo : cet avion paraît une libellule.
  2. Lorsque un nom ou un adjectif identifie ou décrit un nom précédent comme s'il était le prédicat d’une copule implicite :
    • "on l'élut (pour être) président": Nom qui suit immédiatement un autre, à l’accusatif ou non : oni elektis lin prezidanto : on l'élut président (mais : oni elektis lin kiel prezidanton). Li diris la vorton "libro". Ni vizitis la urbon Parizo.
    • "je trouvai (que) le vin (était) bon" : Adjectif : Mi trovis la vinon bona : je trouvai le vin bon (= que le vin était bon ; mais mi trovis la vinon bonan : je trouvai le bon vin).

Résumé de l'emploi de l’accusatif[modifier | modifier le wikicode]

  • En conjuguant les verbes, sauf avec esti, iĝi, ŝajni ou aspekti.