Leçons de niveau 3

Contes d'ailleurs/Le cheval de Joha

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le cheval de Joha
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : Contes d'ailleurs
Chap. préc. :Les trois frères
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Contes d'ailleurs : Le cheval de Joha
Contes d'ailleurs/Le cheval de Joha
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Écoute[modifier | modifier le wikicode]

Lecture[modifier | modifier le wikicode]

Dans tous les pays, de l'Iran au Maroc, on connaît Joha. Voulez-vous le connaître aussi ? Eh bien, le voilà !
La lumière du jour le réveille. Il va sur la terrasse de sa maison pour voir le temps qu’il fait : Il fait un temps magnifique, un beau temps pour aller à la campagne ! On ne reste pas en ville quand il fait aussi beau !
Joha se demande quelle direction il va prendre... quand il aperçoit un cheval.
« Tiens, que fait-il ici, se demande Joha, il n'a pas de maître ? »
Joha s'approche, l'admire et continue son chemin. Il n'a pas dit un mot, il n'a pas fait un geste, et pourtant le cheval le suit comme s'il le connaissait.
« Non, lui dit Joha, va-t'en ! »
Le cheval n'a pas l'air de comprendre.
« Non ! Tu ne dois pas me suivre. Reste où tu es ! »
Rien à faire ! Le cheval le suit toujours.
« Je ne veux pas avoir d'ennuis avec ton maître. Reste-là ! »
Et Joha part en courant se cacher derrière un arbre. Le cheval passe sans le voir, mais quelques minutes plus tard, il est là à nouveau !
« Grands dieux ! Que faut-il faire ? se demande Joha. C'est peut-être le ciel qui me l'envoie. Puisqu’il n'a pas de maître, je peux toujours le ramener en ville. »

Et le voilà qui rentre à cheval, tout heureux d'une aussi belle occasion.
« Attends ici, explique-t-il au cheval en arrivant en ville. Je vais voir ce que je dois faire. »
Mais il est à peine entré au poste de police que le cheval l'a rejoint. L'officier de garde lui fait signe de monter et prévient le chef de la police qui écoute son histoire sans dire un mot. Quand Joha a terminé son récit :
« Eh bien ! lui dit-il. Nous allons garder ce cheval pendant un mois. Si dans un mois personne n'est venu le réclamer, il sera à toi. »

Joha laisse donc le cheval, mais pendant tout le mois, il ne pense qu’à lui.
Le jour arrive enfin où il peut se présenter au poste de police.
« Non, personne n'est venu réclamer cette bête, lui dit l'officier. Elle sera à toi dès que tu auras payé la nourriture que nous lui avons donnée. Voilà ce que tu dois. »
Joha prend le papier qu'on lui tend et donne aussitôt l’argent qu'on lui demande. Et que voit-il alors ? Ce n’est pas son magnifique cheval qu'on amène, c’est un âne misérable qui ne veut même pas avancer !
Joha comprend qu'on s'est moqué de lui.

Mais sa tristesse devient colère le jour où il voit passer le chef de la police sur son cheval. Cette fois, c’est trop ! Il faut qu’il se venge ! Et tous ceux qui connaissent Joha savent qu’il ne manque jamais d'idées.

Un bruit court bientôt sur le marché. Le chef de la police a reçu du Ciel un don merveilleux : il peut changer les chevaux en ânes et les ânes en chevaux.
« Conduisez vite votre âne au poste de police, vous en reviendrez avec un cheval ! »
Et en quelques heures, la place est remplie d'ânes qui font un bruit terrible. Que se passe-t-il donc ?
« Donne-nous un cheval, donne-nous un cheval ! » crient les paysans, encouragés par Joha.
Le chef de la police ne comprend rien et ne sait que faire.

On ne parle plus que de cela dans toute la ville, et personne n'est surpris en apprenant que le sultan lui-même va rendre un jugement.
« C'est Joha qui nous a annoncé le merveilleux pouvoir du chef de la police », disent les paysans.
« C'est vrai », reconnaît Joha. Et il raconte comment, très honnêtement, il a ramené un cheval qui n'avait pas de maître, comment il a payé pour sa nourriture et comment, un mois plus tard, le cheval était devenu un âne, un âne qui ne voulait même pas avancer.
Joha prie le Sultan de faire venir le chef de la police et accuse :
– Il m'a fait payer, très cher, la nourriture d'un cheval. Voilà la preuve, dit Joha, en tendant le papier qu'on lui a donné.
– Est-ce vrai ? demande le sultan d'une voix sévère.
– Cet homme ment ! Il n'y a jamais eu de cheval ! affirme le chef de la police.

A ce moment précis, le cheval apparaît et se dirige vers Joha comme s'il le connaissait depuis toujours.
On ne saura jamais comment le chef de la police a été puni. Mais Joha a retrouvé le cheval que le Ciel, sans doute, lui avait envoyé.


Questionnaire de lecture[modifier | modifier le wikicode]

Question mark white icon.svg

  • Joha habite en ville ou à la campagne ? ___________________________________________
  • Il prend une décision, laquelle ?
  1. de paresser sur sa terrasse
  2. d'aller faire une promenade à pied
  3. de faire un tour au marché
  4. de faire un tour à cheval
  • Le cheval qu’il rencontre est-il sauvage ou apprivoisé ? ______________________________________
  • Couper les mots de la phrase suivante : EtDjohapartencourantsecacherderrièreunarbre.
  • Comment le cheval retrouve-t-il Joha sans le voir ? _____________________________________________________
  • Où rapportes-tu ce que tu trouves dans la rue ? ________________________________________
  • Pourquoi Joha est-il tout content ?
  1. parce qu’il a un nouvel ami.
  2. parce qu’il a n'a pas eu besoin d'acheter le cheval.
  3. parce que le cheval le comprend.
  • Qu'est-ce que c’est qu'un officier DE GARDE?
  1. un gardien
  2. un officier debout
  3. un garde-barrière
  • Numérote les mots de la phrase dans l’ordre :

ce - un - Nous - mois. - garder - pendant - allons - cheval -
_____________________________________________________________

  • Trouves-tu que Joha est sympathique ? Pourquoi ? ________________________________________
  • Comment Joha se venge-t-il du chef de police ?
  1. en répandant une rumeur.
  2. en l'attaquant à la sortie du poste de police.
  3. en lui volant le cheval.
  • Le jugement est rendu par
  1. le roi ?
  2. le chef de police ?
  3. le sultan ?
  • Remets les groupes de mots dans l'ordre, de 1 à 4 :
  1. le cheval était devenu un âne _________
  2. il a ramené un cheval qui n'avait pas de maître __________
  3. un âne qui ne voulait même pas avancer ___________
  4. il a payé pour sa nourriture ___________
  • Qu'est-ce qu’il y a sur le papier que tend Joha ? _________________________________________

Questions sur tout le texte[modifier | modifier le wikicode]

Question mark white icon.svg

Réponds par oui ou non, et si tu ne sais pas, avec un point d'interrogation

  • Les paysans sont crédules.
  • Seules les femmes vont au marché.
  • Le chef de police est un menteur.
  • La maison de Joha a une terrasse.
  • Le cheval reste au poste de police pendant un an.
  • Le sultan est le chef de la ville.
  • Un âne coûte plus cher qu'un cheval.
  • Le hennissement est le cri du cheval.
  • Les paysans apportent au chef de police des chevaux à transformer en ânes.
  • Joha a peur du sultan.

Production d'écrit[modifier | modifier le wikicode]

Imagine que tu trouves un animal abandonné...


_________________________________________


_________________________________________


_________________________________________


_________________________________________


_________________________________________


_________________________________________

Diaporama en ligne[modifier | modifier le wikicode]

Raconte-moi l'histoire du Cheval de Joha ![modifier | modifier le wikicode]

Réponses[modifier | modifier le wikicode]

Lire l’album en ligne et le télécharger[modifier | modifier le wikicode]