Leçons de niveau 6

Trente-six fables d'Ésope/Les paons et le geai

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les paons et le geai
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : Trente-six fables d'Ésope
Chap. préc. :L'aigle et le renard
Chap. suiv. :Le coq et le coq d'Inde
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Trente-six fables d'Ésope : Les paons et le geai
Trente-six fables d'Ésope/Les paons et le geai
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.





La fable d'Ésope Le quatrain de Bensérade

White open book.svg

Le Geai s'étant paré un jour des plumes de plusieurs Paons,

voulait faire comparaison avec eux ;

chacun reprit ses plumes,

et le Geai ainsi dépossédé, leur servit de risée.

Oses-tu bien cacher tes plumes sous les notres ?

Dirent les paons au geai rempli d'ambition :

Qui s'élève au-dessus de sa condition

Se trouve bien souvent plus bas que tous les autres.


White open book.svg

La fontaine de Versailles

Des deux côtés d'un grand bassin
huit paons placés sur des rochers plus élevés les uns que les autres
vomissent de l’eau sur le geai.
Au fond, sur un autre rocher plus élevé,
un paon, la queue épanouie, jette de l’eau
qui tombe par nappes en cascade dans le bassin.
Au milieu de toute cette chute d'eau
en vain le pauvre geai presque tout dépouillé.


Traduction du texte de Edward HOLSWORTH

Huit paons (joliment peints d'après nature) sont placés par quatre
de chaque côté d'une très grande vasque
et rejettent leurs eaux rassemblées à profusion
sur la tête de l'imposteur démasqué ;
chacun d'eux est perché sur un morceau de coquillage en pierre,
les uns au-dessus des autres.
Au sommet de la rocaille, est placé un autre paon
dans toute son orgueilleuse splendeur,
faisant la roue autant que le permettent les proportions.
De là jaillit une cascade parfaite qui retombe en nappes
entières dans le bassin.
Au centre de toute cette profusion d'eau, se trouve le pauvre geai,
inconsolable, comme déplumé de toute sa joie empruntée,
et tout à fait conscient de leur juste réprobation.


Le texte d'origine en anglais