Leçons de niveau 6

Trente-six fables d'Ésope/Le paon et le rossignol

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le paon et le rossignol
Icône de la faculté
Chapitre no 16
Leçon : Trente-six fables d'Ésope
Chap. préc. :La grue et le renard
Chap. suiv. :Le perroquet et le singe
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Trente-six fables d'Ésope : Le paon et le rossignol
Trente-six fables d'Ésope/Le paon et le rossignol
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.





La fable d'Ésope Le quatrain de Bensérade

White open book.svg

Un Paon se plaignait à Junon de n'avoir pas

le chant agréable comme le Rossignol.

Junon lui dit :

« Les Dieux partagent ainsi leurs dons,

il te surpasse en la douceur du chant,

tu le surpasses en la beauté du plumage. »

Le paon dit à Junon, Par ton divin pouvoir,

Comme le rossignol Que n'ai-je la voix belle ?

N'es-tu pas des oiseaux le plus beau, lui dit-elle ?

Crois-tu que dans le monde on puisse tout avoir ?


White open book.svg

La fontaine de Versailles

Le paon, la queue épanouie, élevé sur un petit rocher,
vomit de l'eau dans un bassin.
Plusieurs rossignols en bas
forment des jets en l'air.


Traduction du texte de Edward HOLSWORTH

Ici, un paon se dresse sur une éminence de rocaille,
faisant la roue pour bien montrer sa splendeur ;
il lance un gros jet d'eau dans un vaste réservoir.
En contrebas sont représentés de nombreux rossignols,
comme chantant de concert,
chacun jetant un jet d'eau différent,
pour décrire, aussi naturellement que possible,
l'harmonie de leur musique commune.


Le texte d'origine en anglais