Leçons de niveau 17

Trading automatisé/Algorithme

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Algorithme
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Trading automatisé
Chap. préc. :Trading automatisé
Chap. suiv. :Stratégie d'avenir
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Trading automatisé : Algorithme
Trading automatisé/Algorithme
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le high frequency trading[modifier | modifier le wikicode]

Comme il a été dit lors des précédents chapitres, lorsque l’on parle de trading, nombreux sont ceux qui imaginent encore une personne hurlant dans une salle de marché et agitant les bras dans tous les sens.


Mais les temps ont bel et bien changé. Alors que le relationnel est encore primordial pour les anciens traders, ce sont désormais l’informatique et les mathématiques qui priment sur la plupart des transactions financières. Le nouveau « moyen » de trading n’a besoin ni de téléphone, ni de bureau et encore moins de collaborateurs.

Et pourtant, il représente des milliards de dollars, chaque jour, dans le monde entier, avec environ 60% des transactions quotidiennes mondiales à son actif. Ce nouveau type de trading s’appelle le « high frequency trader » connu en français sous le nom de « trader haute fréquence ».


Cette technique consiste à utiliser de puissants algorithmes mathématiques et des ordinateurs ultra-rapides afin de détecter et d’exploiter les micromouvements de marché avec une échelle de temps de l’ordre de la dizaine de millisecondes.

Ces ordinateurs sont capables d’exécuter des ordres à toute vitesse et de tirer profit de très faibles écarts de prix sur des valeurs. De plus, l’informatisation croissante des marchés financiers mondiaux a entraîné une augmentation significative des cotations ainsi qu’une diminution des temps de passage d’ordre et dans un contexte économique ultra concurrentiel, on assiste à une diminution des marges et donc à une nécessité pour les banques d’augmenter leur nombre de transactions.


C’est pourquoi, l’utilisation d’automates capables à la fois de collecter des informations et de prendre des décisions en un temps très court s’est vite avérée indispensable car l’humain programme la machine, la surveille et la fait évoluer en fonction des choix stratégiques d’investissement. Dans une quête perpétuelle de bénéfices de plus en plus importants, les opérateurs se sont mis à développer des machines ultra-puissantes utilisant des connexions aux marchés toujours plus performantes.


Les algorithmes de base[modifier | modifier le wikicode]

Ces algorithmes fonctionnent tous sur le principe de la troncature des ordres volumineux en série de lots assimilables par le marché. Les principaux sont :

  • VWAP (Volume - Weighted Average Price) : Pour vendre un gros volume en de nombreux petits ordres. Il permet de réduire les coûts des brokerage par un pré-appariement des ordres d'achat/vente. Une transaction en VWAP se fera par exemple 40% le matin et 60% l'après-midi, répartie selon le volume de transactions observées sur la place boursière.
  • TWAP (Time Weighted Average Price) : Il est employé pour effectuer de nombreuses petites opérations selon une période donnée. Comme pour le VWAP, il s'agit d'automatiser l'achat ou la vente d'un grand nombre d'actions par morceau. Un TWAP, sur une journée, se répartira 50% le matin et 50% l'après-midi permettant d’identifier un prix de vente moyen.
  • Arrival Price / Shortfall (IS, Implementation shortfall) : L'algorithme de prix d'arrivée permet de déterminer un prix fixé auquel on souhaite vendre ou acheter des actions. Le logiciel effectue toutes les transactions en tenant compte de l'impact sur le marché, de la liquidité, du volume et de la durée pour aboutir à ce prix moyen.
  • Percent of Volume : Même principe de fractionnement des volumes cette fois ci de manière proportionnelle au volume des transactions en cours ce qui permet de garantir une meilleure exécutions des ordres.
  • TVOL (Target Volume) : Cet algorithme a les mêmes fonctionnalités que les précédents (VWAP, TWAP) mais il effectue les transactions en fonction d'un volume d'achat ou de vente souhaité.


Information.png Ces algorithmes étant paramétrés de base, ils doivent être accessibles aux programmeurs qui vont leur donner des instructions de travail. Les automates peuvent fonctionner sur différentes OS, (Windows/Mac/Unix) et sont programmés avec différents langages Java, C#, et principalement C++.

Associés à ces algorithmes, ils emploient aussi des systèmes de cryptage et de certificats digitaux qui servent à authentifier et sécuriser les transactions mais toute une gestion des risques doit être mise en place.


La gestion des risques[modifier | modifier le wikicode]

Attention.pngMais tout le monde ne peut pas s’improviser trader haute fréquence.


Réservée à des professionnels, cette technique nécessite un travail et un contrôle permanent sur différents points techniques afin de profiter d’un système toujours plus performant.


Voici une liste non exhaustive des principaux facteurs jouant un rôle clé sur les bénéfices réalisés par un système de trading haute fréquence:

  • L’algorithme de trading : Point de départ d’un trading à haute fréquence, l’algorithme utilisé pour les transactions est primordial. En effet, il est important de posséder un outil de calcul permettant de générer des espérances de gains toujours plus importantes afin de minimiser le « drawdown » (perte maximale à un instant « t »).
  • La vitesse d’exécution : Le nerf de la guerre étant le temps, tous les traders haute fréquence cherchent à obtenir un algorithme avec une moyenne et une dispersion du temps nécessaire à la prise de décision et à l’envoi des messages les plus fiables possibles. L’infrastructure des systèmes informatiques tient également un rôle clef, et le serveur qui fait tourner l’algorithme de passage d’ordre sera localisé au plus près des serveurs des bourses (Euronext, CME de Chicago, etc.). Des fournisseurs spécialisés proposent des services de « low latency » qui permettent d’avoir des accès au marché à la vitesse de l’éclair.
  • L’algorithme de management des ordres : Pour les systèmes haute fréquence, un algorithme de placement des ordres est également un point primordial qui peut rendre un système gagnant ou perdant.
  • Management du risque : Savoir fixer des limites est tout aussi important car savoir gagner de l’argent, c’est également savoir éviter ses pertes. L’algorithme de « money management » focalisera autant d’attention que celui qui prend les positions.
  • Commissions et charges : Tout passage d’ordre est soumis à des commissions ainsi que des charges. Or, le nombre de transactions effectuées quotidiennement étant colossal, il est important de ne pas négliger ce point si l’on ne veut pas avoir à payer plus de commissions que les gains effectués.
  • Taxes : Certaines entreprises ou institutions financières préfèrent se délocaliser et ainsi fuir les lois fiscales trop contraignantes de leur pays. Ces stratégies peuvent parfois faire la différence.
  • Recherche et développement : Une bonne stratégie de trading n’est malheureusement jamais éternelle. C’est pourquoi la recherche et le développement de nouvelles stratégies ont une importance cruciale pour une visibilité à long-terme.


En conclusion, même si le trading haute fréquence permet d’exécuter automatiquement des milliers d’ordres au quotidien, il nécessite une vigilance de tous les instants ainsi que des personnes hautement qualifiées en mathématiques et en informatique afin de repousser un peu plus chaque jour les limites de la finance.