Leçons de niveau 11

Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Sociétés et cultures urbaines

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Sociétés et cultures urbaines
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Sociétés et cultures de l'Europe médiévale
Chap. préc. :Affirmation du monde urbain
Chap. suiv. :Conclusion
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sociétés et cultures de l'Europe médiévale : Sociétés et cultures urbaines
Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Sociétés et cultures urbaines
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Sociétés et cultures urbaines[modifier | modifier le wikicode]

Élites urbaines[modifier | modifier le wikicode]

La société est distinguée par le vêtement prestigieux, la couleur, le tissu, la qualité dont dépend le prix marquant du niveau social. À cette époque, appartenir aux classes les plus riches qui prêtent de l’argent, c’est lire et compter donc avoir eu une instruction. Ces classes sont donc composées en majorité des clercs, de l’aristocratie et d'une certaine bourgeoisie ; ceux qui enseignent maîtrisant un savoir en font aussi partie. L’argent est la conséquence de l’enrichissement des grands marchands : dans les villes comme Venise, une bourgeoisie d’affaires se développe après s’être enrichie en faisant du commerce et possède un véritable pouvoir économique et financier.

Monde urbaine diversifié[modifier | modifier le wikicode]

Le vêtement en tant que marqueur social accentue la diversité au sein des villes. Ce sont les commerçants et les artisans qui composent essentiellement la ville. Ils s’organisent en corporation de métiers qui fixe les règles du métier et en vérifie le respect et assure la formation et la transmission des savoir-faire. Les corporations freinent cependant l’innovation et seront supprimées à la Révolution française.

Si les villes accueillent des bourgeois et des lettrés maîtrisant le droit, elles accueillent aussi les pauvres : la ville est un lieu de refuge pour les marginaux. Une conscience commune se développe entre l’urbain et la campagne.

Culture urbaine[modifier | modifier le wikicode]

La ville est un lieu de rencontre et d’échange entre le monde rural et urbain : le marché est situé au centre. Elle est aussi un lieu de fêtes et accueille les processions religieuses et les spectacles pour célébrer un saint-patron ou bien un moment ou une date particulière ; cela permet d’unir autour d’un même thème toutes les populations. Il existe aussi des fêtes païennes comme le carnaval (journée du désordre) qui permettent de s’amuser, de boire et de manger en quantité. La ville est un lieu de divertissement et de détente.