Leçons de niveau 11

Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Affirmation du monde urbain

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sociétés et cultures de l'Europe médiévale : Affirmation du monde urbain
Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Affirmation du monde urbain
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Affirmation du monde urbain[modifier | modifier le wikicode]

Essor spectaculaire[modifier | modifier le wikicode]

Entre 400 et 1000, les villes d’Europe chrétienne perdent leur place qu’elles occupaient dans l’organisation de l’Empire romain. Il n’y a plus de rôle politique dans une société européenne dans laquelle 90 % de la population est paysan. À partir du XIe jusqu’au XIIIe siècle, la taille des villes augmente et la population des villes comme Paris, Milan ou Venise approche les 100 000 habitants mais la majorité des villes accueillent plus ou moins 50 000 habitants.

Causes du développement urbain[modifier | modifier le wikicode]

Le commerce joue un rôle déterminant dans le développement urbain. Les villes développées sont des villes qui échangent et commercent avec les autres par les eaux grâce aux ports. L’organisation de foires augmente la croissance économique grâce à l’échange et au commerce. Durant les foires, des produits agricoles sont vendus : la production augmente grâce au grand défrichement, à l’usage de la charrue et à la rotation des cultures entraînant une augmentation de l’offre et donc une importante prospérité agricole et accélération des échanges. Les recettes plus nombreuses accompagnent une augmentation du pouvoir d’achat et des achats artisanaux. Ce phénomène profite aux villes, aux artisans et aux commerçants.

Aussi, la présence d’universités favorise l’attraction des clercs.

Villes et conquête de la liberté[modifier | modifier le wikicode]

Les villes dépendent d’autorités différentes : évêques, seigneur ou roi. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, certaines villes, comme Arras ou Dijon, obtiennent leur autorité des chartes de franchise (privilèges économiques, fiscaux, judiciaires et militaires permettant une auto-gouvernance, c’est-à-dire une autonomie municipale symbolisée par la construction de palais communaux et beffrois).

La ville peut être définie par ses activités et ses fonctions diverses :

  • activité religieuse ;
  • activité économiques, artisanales et commerciales ;
  • activité judiciaire ;
  • activité politique ;
  • activité militaire ;
  • activité culturelle et éducative.