Leçons de niveau 11

Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Conclusion

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conclusion
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : Sociétés et cultures de l'Europe médiévale
Chap. préc. :Sociétés et cultures urbaines
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sociétés et cultures de l'Europe médiévale : Conclusion
Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Conclusion
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Du XIe au XIIe siècle, l’Église chrétienne est toute puissante en Occident. Sa puissance est spirituelle, militaire, économique et culturelle et depuis la réforme grégorienne, aussi politique. En bref, sa puissance est globale et totale. Pourtant dans le même temps, le développement de certaines villes et l’affirmation de leur autonomie apparaissent comme des limites à cette puissance. L’essor urbain permet l’affirmation d’une société originale se distinguant notamment par le vêtement et les activités du monde rural. En ville, l’argent et le travail jouent une place centrale ; lieu de pouvoir rassemblant des habitants qui ne produisent pas ce qui est nécessaire à leur consommation et qui dépendent de plus en plus du marché monétaire. La ville devient le laboratoire d’une modernité qui annonce surtout en Italie une nouvelle période : la Renaissance.