Leçons de niveau 11

Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Chrétienté : entre intégration et répression

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Chrétienté : entre intégration et répression
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Sociétés et cultures de l'Europe médiévale
Chap. préc. :Société encadrée par l'Église
Chap. suiv. :Étude de cas : Arras et Bologne et l'autonomie des villes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sociétés et cultures de l'Europe médiévale : Chrétienté : entre intégration et répression
Sociétés et cultures de l'Europe médiévale/Chrétienté : entre intégration et répression
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Chrétienté, entre intégration et répression[modifier | modifier le wikicode]

Expansion de la chrétienté[modifier | modifier le wikicode]

L’expansion de la chrétienté se fait vers le nord et l’est de l’Europe et en Espagne au travers de la Reconquista et en Terre-Sainte avec les croisades. Cette expansion connaît deux modes principaux : la guerre et l’évangélisation pacifique. Les rois, les chevaliers et les moines sont dès le XIe siècle appelés « missionnaires » pour évangéliser et transmettre la chrétienté. Les populations sont baptisées, des églises sont construites et des forteresses sont établies pour lutter contre des résistants polythéistes qui ne veulent pas abandonner leur religion, notamment au nord.

Étude de cas : l’hérésie cathare et sa répression : la prise de Béziers (XI-XIII)[modifier | modifier le wikicode]

L’hérésie est la pratique ou la croyance religieuse qui s’écarte du dogme fixé par l’Église. Le catharisme est une branche minoritaire du christianisme qui développe des croyances et des pratiques différentes voire opposées au dogme officiel de l’Église chrétienne.

Le 22 juillet 1209 marque le début de l’affrontement entre les croisés au nord de la France et les cathares du Languedoc. La répression est donc militaire : si Béziers est pris, c’est à cause de la violence. Cet épisode marque et témoigne de la violence et de l’intolérance avec lesquelles l’Église catholique soutenue par la monarchie réprime une croyance dont elle juge qu’elle est une menace pour l’unité chrétienne.