Recherche:Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 1 : les 16 consonnes de base

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les 16 consonnes de base
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Recherche : Orthographe et phonologie
Chap. préc. :Écriture du quenya : les tengwar
Chap. suiv. :Phonologie 2 : les 8 consonnes suivantes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Orthographe et phonologie : Les 16 consonnes de base
Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 1 : les 16 consonnes de base
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Bien. Attaquons sans plus tarder la phonologie de base du néo-quenya fauskangerien.

Je crois que le néo-quenya fauskangerien possède 24 consonnes fondamentales, plus 12 ajouts qui ne sont pas tous des consonnes. Je détaillerai ici les 16 premières, en me basant sur le tableau des tengwar.

Note sur le tableau : les colonnes (I - IV) sont les séries, ou témar en quenya ; les lignes (1 - 9) sont les grades, ou tyeller.

Je vais donc parcourir les 16 premières consonnes du néo-quenya fauskangerien, grades par grades, soit quatre lignes du tableau.

Grade 1 : occlusives sourdes[modifier | modifier le wikicode]

Une consonne occlusive est une consonne produite par un brusque relâchement de la pression de l'air, comme t ou d, où l'air est comprimé contre les incisives avant d’être relâché. Une consonne sourde, comme t, s'oppose à une consonne voisée, comme d. Contrairement aux consonnes sourdes, les consonnes voisées font vibrer les cordes vocales. Appliquez-vous à prononcer t et d, et vous comprendrez.

Série I : Tinco, le métal[modifier | modifier le wikicode]

Tinco

Chaque tengwa est identifié par un nom, qui est un mot en néo-quenya fauskangerien. Voici Tinco, métal, qui correspond à la lettre T.

Série II : Parma, le livre[modifier | modifier le wikicode]

Parma

Parma correspond à la lettre P.

Série III : Calma, la lampe[modifier | modifier le wikicode]

Calma

Calma correspond à la lettre C.

Panneau d’avertissement En Quenya, la transcription latine C se prononce K. On dit donc Kalma !

Série IV : Quessë, la plume[modifier | modifier le wikicode]

Quessë

Quessë correspond à la lettre QU.

Panneau d’avertissement Comme pour le mot Quenya, ici, QU est la transcription latine de CW.

Toutefois, comme on l'a vu avec Calma, C se prononce K. On a donc KWESSË.

Panneau d’avertissement En Quenya, le tréma ¨ signifie de la lettre se prononce.

On ne dit donc pas KWESS mais KWESSÉ.

Je décide que tous les e en fin de mot ont un tréma, ainsi que ceux devant un a : ëa.

Grade 2 : occlusives voisées nasalisées[modifier | modifier le wikicode]

Bien, ce n’est pas si dur, non ? Voici a présent les consonnes voisées, le pendant du grade précédent (chaque consonne du grade 2 se rapporte à la consonne du grade 1 de même série). Elles sont ici nasalisées, c'est-à-dire prononcées "avec le nez", donc d devient nd. En fait, d, b, g et gw (les pendants voisés de t, p, c et qu) n'existent pas en Quenya. Ils sont toujours nasalisés, et deviennent donc nd, mb, ng et ngw.

Panneau d’avertissement Ces consonnes nasalisées sont considérées comme un seul son !

On a donc ND et pas N + D !

Série I : Ando, la porte[modifier | modifier le wikicode]

Ando

Ando correspond à la lettre ND.

Panneau d’avertissement AN prononcé comme dans français n'existe pas en quenya. On a A-ND-O, et non pas AN-DO.

D'où l'utilité de lire directement les tengwar, qui marquent "A + ND + O".

Série II : Umbar, le destin[modifier | modifier le wikicode]

Umbar

Umbar correspond à la lettre MB.

Série III : Anga, le fer[modifier | modifier le wikicode]

Anga

Anga correspond à la lettre NG.

Série IV : Ungwë, la toile (d'araignée)[modifier | modifier le wikicode]

Ungwë

Ungwë correspond à la lettre NGW.


Grade 3 : fricatives sourdes[modifier | modifier le wikicode]

Les fricatives sont des consonnes qui sont prononcées avec une sortie d'air réduite, comme f. Cet air frotte alors contre diverses parties de l'appareil expiratoire. Elles peuvent évidemment être sourdes (f) ou voisées (z). Toutefois, les lettres représentées par le grade 4 sortent de ce schéma : par exemple, le si 3-I représente le son f, 4-I représente quant à lui nt. Nous verrons cela plus bas.

Série I : Thúlë, l'esprit[modifier | modifier le wikicode]

Thúlë/Súlë

Thúlë correspond à la lettre TH, ou S. On voit d'ailleurs souvent le TH remplacé par un S, puisque je le rappelle, TH correspond à un seul son.

Panneau d’avertissement En néo-quenya fauskangerien, un accent sur une lettre signifie qu'elle est allongée. Ici, prononcez S-u-u-l-ë.

Série II : Formen, le Nord[modifier | modifier le wikicode]

Formen

Formen correspond à la lettre F.

Note : pour ceux qui voudrait sur-généraliser la règle : rm est constitué de 2 sons, R + M ! Tout comme E + N. D'ailleurs, men se prononce comme l'anglais men.

Série III : Harma, le trésor, et Aha, la rage[modifier | modifier le wikicode]

Harma / Aha

Harma, ou Aha, correspondent à la lettre H. Le son correspondant est le phonétique [x], appelé consonne fricative vélaire sourde. C'est le [ch] de l'allemand Bach ou de l'écossais Loch, ou la jota espagnole. Il existe plusieurs H en début de mot, et seule l'écriture en tengwar permet de différencier leur prononciation. Au milieu d'un mot, on ne trouve que Aha.

Série IV : Hwesta, la brise[modifier | modifier le wikicode]

Hwesta

Hwesta correspond à la lettre HW. Le son correspondant est difficile à produire. Commencez par articuler un W normal (comme pour dire ouaiswais). Ensuite faites-le en soufflant (commencez avec les lèvres en o, puis ouvrez la bouche pour sortir le son w => hhhwais). Et bien maintenant, faites le même chose en collant l'arrière de votre langue contre le fond de votre palais. Pas simple, non ?


Grade IV : fricatives nasalisées[modifier | modifier le wikicode]

Dernier grade, un peu particulier. On retrouve le côté nasalisé des lettres nd, mb, etc ..., mais les fricatives ne se voient plus vraiment.

Série I : Anto, la bouche[modifier | modifier le wikicode]

Anto

Anto correspond à la lettre NT.

Série II : Ampa, le crochet[modifier | modifier le wikicode]

Ampa

Ampa correspond à la lettre MP.

Série III : anca, la mâchoire[modifier | modifier le wikicode]

Anca

Anca correspond à la lettre NC.

Série IV : unquë, le creux[modifier | modifier le wikicode]

Unquë

Unquë correspond à la lettre NQU.

Panneau d’avertissement Souvenez-vous : NQU est une transcription de NKW, et représente un seul son !


On récapitule[modifier | modifier le wikicode]

Et voilà ! Les 16 consonnes de base sont donc :

  • T / P / C / QU (t / p / k / kw) ;
  • ND / MB / NG / NGW (ŋd / ŋb / ŋg / ŋgw) ;
  • TH / F / H / HW (s / f / [x] / hw) ;
  • NT / MP / NC / NQU (ŋt / ŋp / ŋk / ŋkw).

Et vous avez également appris ici que :

  • un tengwa, même s'il fait trois lettre en transcription latine, ne représente QU'UN SEUL SON ! ;
  • un tréma sur le e (en fin de mot ou devant un a) est obligatoire, et il se prononce alors é ;
  • les nasales françaises AN, EN, IN, ON et UN n'existent pas en Quenya ! De même qu'un D solitaire ou qu'un B solitaire (on a ND ou MB) ;
  • un accent sur une voyelle (á, é, í, ó, ú) la rend longue. Pour vous entraîner, prononcez-les deux fois, puis réduisez la deuxième voyelle d'environ 1/3.

À bientôt pour la suite !