Recherche:Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Bibliophilie

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques : Bibliophilie
Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Bibliophilie
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.




Historique[modifier | modifier le wikicode]

Depuis toujours, on a aimé les livres et on les a collectionnés mais avant le milieu du XVe siècle, il n'existait que des manuscrits fort coûteux et les bibliothèques étaient l'apanage des papes, des rois, des grands seigneurs et surtout des couvents. De l'antiquité, il ne reste que des rouleaux sur papyrus. À Herculanum et Pompéi, on a retrouvé quelques rouleaux en grande partie calcinés mais où l’on a pu déchiffrer des œuvres d'auteurs latins. Au Moyen Âge, ce sont surtous les couvents qui ont produit des manuscrits. Chaque monastère avait une pièce réservée aux copistes : le scriptorium et les règles de travail y étaient très strictes. Puis, avec le temps, des calligraphes illustrèrent leur manuscrits ; l'or, l'argent, les couleurs firent leur apparition et on multiplia les lettrines dont l'ornement occupa bientôt toutes les pages. L'invention de l'imprimerie, vers 1450, a eu immédiatement un succès considérable. L'amour des livres se révéla chez beaucoup, qui n'avaient pu jusqu'alors y céder en raison du prix élevé des manuscrits.

Depuis cette époque, la Bibliophilie n'a jamais cessé de trouver de nouveaux adeptes.

Les critères permettant de juger de la valeur d'un livre[modifier | modifier le wikicode]

On peut en discerner trois :

  • L'intérêt
  • La beauté
  • La rareté

Tout d’abord, l’intérêt. Il est plus intéressant de posséder la première édition d'un ouvrage, donnant son premier texte et dans la présentation d'origine. Plus intéressant aussi de trouver un exemplaire ayant appartenu à un personnage important, si possible à lui dédicacé, etc.

Ensuite vient la beauté. On ne peut rester indifférent à une très belle typographie, à une illustration recherchée, à une reliure attrayante dont l'effet décoratif enrichit sans conteste les rayons d'une bibliothèque.

Enfin, la rareté. Des livres ont été volontairement tirés à dix ou vingt exemplaires. D'autres ont été victimes d'accidents, incendie, inondation. D'autres encore ont été mis au pilon. Et puis, il y a des livres détruits par l'usage auquel ils étaient destinés ; il est difficile, par exemple de trouver des livres de classe ayant plus de cent cinquante ans, les jeunes élèves sont, en effet, rarement bibliophiles. La rareté n’est pas toujours un critère de valeur : certains livres relativement communs peuvent atteindre des cotes élevés, alors que d'autres, presque introuvables, se vendent à vil prix.

Le parfait bijou du Bibliophile serait donc le livre qui joindrait à l’intérêt littéraire, la beauté et la rareté.

Être Bibliophile[modifier | modifier le wikicode]

Il désigne celui qui aime, recherche et conserve avec soin les livres rares et précieux et particulièrement les éditions bonnes et correctes. Le travail d'un bibliophile contribue fréquemment à la constitution d'une partie ou de la totalité d'une bibliothèque publique. Quelques-unes des grandes bibliothèques du monde ont été constituées à partir de ce type de collections privées. L'intérêt des bibliophiles est la plupart du temps ciblé : ils constituent leur collection dans un domaine précis. Par exemples, certains collectionneurs se sont spécialisés :

  • en livres de voyage;
  • en livres illustrés par certains artistes ou imprimés par des particuliers.

Les outils du Bibliophile : les bibliographies[modifier | modifier le wikicode]

Pas évident pour le Bibliophile qui doit pour les sujets qui l'intéressent, choisir lui-même sa propre documentation et établir ce qu'on appelle sa bibliographie.

Par ailleurs, les bibliographies ont rarement plus d'une édition; le Manuel de l'amateur de livres illustrés du XVIIIe de Cohen, édité en 1912, est resté le meilleur dans cette spécialité. Mais il ne peut renseigner que sur l'aspect matériel des ouvrages qu’il recense, le nombre de pages et de gravures, la façon de reconnaitre le premier tirage, les différents papiers, etc. Il faudra donc, pour fixer le prix, frapper à une autre porte, celle de l'expert.

Il existe des bibliographies sur presque tous les sujets. Cependant, elles sont souvent dispersées, peu claires et jamais complètes. De plus, comme il s'agit en général d'ouvrages à faible tirage, leurs prix de vente sont parfois prohibitifs, et celui qui voudrait acquérir pour son propre compte un ensemble exhaustif, devrait rapidement renoncer devant le coût de l'opération.

Pour le Bibliophile débutant souhaitant faire la collection de livres anciens, on peut leur conseiller les ouvrages de base suivant:

  • Manuel du libraire et de l'amateur de livres, 5e éd., 8 vol., plus un Dictionnaire de géographie ancienne et moderne, par Deschamps
  • Manuel de l'amateur de livres illustrés du XVIIIe,, 6e éd., 1912
  • Manuel de l'amateur de livres du XIXe, 1894, 8 vol
  • Trésor du Bibliophile romantique et moderne,1924-28,4 vol.

Ces trois derniers ouvrages sont actuellement épuisés mais on peut les trouver facilement d'occasion.

Liens très intéressants pour le Bibliophile[modifier | modifier le wikicode]

  • Les bibliophiles face à leurs collections (Consulté le 21 avril 2009) [1]
  • La Bibliophilie : [2]
  • Le blog du Bibliophile : [3]
  • Le petit glossaire du Bibliophile et de l'amateur de livre. livres ... : [4]
  • Livres rares, livres épuisés, livres illustrés, bandes dessinées ... : [5]