Leçons de niveau 16

Probabilités de l'ingénieur : algorithmes stochastiques et simulation/Méthode de rejet

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Probabilités de l'ingénieur : algorithmes stochastiques et simulation : Méthode de rejet
Probabilités de l'ingénieur : algorithmes stochastiques et simulation/Méthode de rejet
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Principe[modifier | modifier le wikicode]

L'idée principale de la méthode de rejet est d’utiliser le tirage d'une variable aléatoire "simple" à simuler (par la méthode de la transformée inverse par exemple) pour simuler une fonction à densité plus complexe (avec de fortes irrégularités par exemple) ou dans des cas où la transformée inverse ne peut pas s'appliquer.

La méthode de rejet repose sur cette proposition :

Début d’un théorème
Fin du théorème


Début d'une démonstration
Fin de la démonstration

Ainsi, connaissant la densité, on construit un algorithme qui permet de simuler la variable aléatoire de densité connue :

Évaluation du nombre de tirages[modifier | modifier le wikicode]

On peut évaluer le nombre de tirages nécessaires T afin d'obtenir un point acceptable. En effet, remarquons déjà :

car f et g sont des fonctions densités, donc d'intégrales égales à 1.

Instinctivement, on voit que plus la constante K sera grande, plus le nombre de tirages nécessaires sera important (la zone de rejet sera d'autant plus grande). De plus, ce nombre de tirages est une variable aléatoire (on ne peut pas prévoir à chaque fois combien de tirages seront faits). Il suffit donc de trouver la loi de T pour pouvoir faire des prévisions.

(Preuve à faire)

Ainsi, le nombre de tirages moyen est de l’ordre de l'espérance, soit K. Il convient donc de choisir la constante la plus proche de K possible.

Applications[modifier | modifier le wikicode]

Cas d'une densité à support compact[modifier | modifier le wikicode]

Rejet compact.png

Pour le cas où la densité aurait une densité à support compact , le plus simple est de considérer la fonction densité majorante comme la densité de la loi uniforme sur [a,b], et de prendre

Sur l'illustration à droite, la zone d'acceptance est sous la courbe bleue, et la zone de rejet est entre la courbe bleue et la droite rouge.

Cas général[modifier | modifier le wikicode]

Dans le cas où la fonction densité aurait un support infini (loi normale, loi log-normale), il faut chercher une densité de même support qu'on peut facilement simuler. Les exemples naturels sont les lois exponentielle (définie sur ) et Laplace ou de Cauchy (définies sur ), qu'on peut simuler par la méthode de la transformée inverse.