Leçons de niveau 18

Principes de sémantique/Sémantique 5

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Sémantique 5
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Principes de sémantique
Chap. préc. :Sémantique 4
Chap. suiv. :Sémantique 6
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Principes de sémantique : Sémantique 5
Principes de sémantique/Sémantique 5
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

SÉMANTIQUE 5[modifier | modifier le wikicode]

    Le langage, l'usage de signes arbitraires pour communiquer, est impropre à transmettre toute la richesse de notre pensée. Les termes que nous employons ne signalent au mieux que le sens d'un tronc commun, encore ne pouvons-nous pas démontrer que ce tronc commun existe vraiment et qu'il n'est pas simplement l'affirmation péremptoire de notre foi en une théologie sémantique nourrie de ramifications obscures. Ce tronc commun, s'il existait, ne serait même pas le squelette de notre sens mais seulement un os, alors que nous vivons, nous pensons, nous réagissons avec toute la chair de ce sens.
    En outre, toutes les langues parlées présentent de nombreuses lacunes et insuffisances :
 -- La polysémie qui ouvre un éventail de confusion et de contresens, du fait de la polyvalence du sens attribuable aux signes.
 -- La dénomination qui présuppose l'existence bien que non avérée d'une chose, ouverte à toutes les absurdités et fantasmes, difficiles à contester, conduisant à des systèmes de représentation et de compréhension fausses de la réalité.
 -- Les abus de langage confondant êtres et choses, états et actions qui entretiennent l'équivoque et l'obscur.
 -- La linéarité impropre à exprimer la multipolarité du sens.
 -- La pauvreté des relations structurales limitées à quelques formes imposées telles que le même, le contraire et la hiérarchie.
 -- Le carcan d'une syntaxe sclérosée, archaïque, élémentaire, primitive, égotique, reflet d'une culture grégaire, incapable d'exprimer toutes choses.