Leçons de niveau 15

Polyarthrite rhumatoïde/Diagnostic clinique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Diagnostic clinique
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Polyarthrite rhumatoïde
Chap. préc. :Introduction
Chap. suiv. :Diagnostic biologique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Polyarthrite rhumatoïde : Diagnostic clinique
Polyarthrite rhumatoïde/Diagnostic clinique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Terrain : femme de 40 à 50 ans

ATCD : ATCD familiaux de PR (HLA DR4)

Au stade de début :

  • Raideur matinales ;30 minutes
  • Douleurs articulaires symétriques : MCP, IPP, MTP voire genoux et coudes
  • Images radiologiques : déminéralisation épiphysaire en bande, érosion de la tête du 5e MT, pas d’ostéophytose ni de pincement de l’interligne
  • Sérologie rhumatoïde souvent négative
  • Pas ou peu de signes généraux, pas de lésions cutanées, pas de protéinurie.

Au stade d’état[modifier | modifier le wikicode]

La phase d’état s’installe après plusieurs mois d’évolution où ont alterné des périodes de rémissions incomplètes et de poussées avec atteinte de nouvelles articulations.

Les arthrites ont une tendance déformante, destructrice et ankylosante, et elles sont en général bilatérales et symétriques.

  • La main rhumatoïde : coup de vent cubital, doigts en col de cygne ou en boutonnière ou en maillet.
  • Les membres supérieurs peuvent être en flexum et en valgum ; enraidissement de l’épaule
  • Les membres inférieurs : coup de vent péronier, hallux valgus, marche douloureuse
  • Au niveau du rachis, impaction cervico-basilaire, luxation atloïdo-axoïdienne.
  • Les articulations habituellement respectées sont les sacro-iliaques, les IPD, le rachis dorsolombaire.

Les articulations sont le siège de synovites. On peut palper un empâtement au niveau de l’articulation. Il est important de faire la liste des articulations (53 en tout) qui font mal, de celles qui sont gonflées, régulièrement pour reporter ensuite sur des échelles de traitement.

Les atteintes extra-articulaires[modifier | modifier le wikicode]

Atteinte générale

fatigue, asthénie, adénopathies fréquentes, splénomégalie.

Atteinte cutanéo-muqueuse
  • nodules rhumatoïdes sous-cutanés (fermes, mobiles, indolores)
  • vasculite, purpura nécrotique
  • syndrome de Sjögren secondaire.
Atteinte oculaire
  • syndrome sec, sclérite rhumatoïde, scléromalacie due à la présence de nodules rhumatoïdes
Atteinte cardiaque

péricardite, myocardite, troubles du rythme ; il existe une surmortalité cardiovasculaire dans la PR et ce d’autant plus que le facteur rhumatoïde est positif. On observe des corrélations de ce risque avec l’ancienneté de la maladie inflammatoire, la présence de FR ou de nodules rhumatoïdes, et l’existence de lésions radiologiques.

Atteintes pulmonaires

pleurésie séro-fibrineuse, fibrose interstitielle, aspect pseudo-tumoral

Atteinte neurologique

canal carpien, multinévrite, compression médullaire, PAN…
Amylose
elle complique toutes les maladies inflammatoires chroniques (AA) ; si suspicion, biopsie rectale ou cutanée.

La PR d’apparition tardive.

PR classique PR avec début tardif
Âge de début 30-50 > 60
Nombre d’articulations atteintes Polyarticulaire Oligoarticulaire
Localisations Petites articulations Grosses articulations
Évolution des arthrites Progressif Plus soudain
Facteur rhumatoïde Positif Négatif
Femme/homme 2/1 1/1