Leçons de niveau perfectionnement

Milieu de partie au jeu d'échecs/Majorité de pions sur l'aile-Dame

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Majorité de pions sur l'aile-Dame
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Milieu de partie au jeu d'échecs
Chap. préc. :Colonnes ouvertes
Chap. suiv. :Pions faibles
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Milieu de partie au jeu d'échecs : Majorité de pions sur l'aile-Dame
Milieu de partie au jeu d'échecs/Majorité de pions sur l'aile-Dame
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Dans ce chapitre, nous supposerons que les noirs et les blancs ont effectué le petit roque. Il y a donc une aile roi et une aile dame clairement définies.

Définition d'une majorité de pions sur l'aile dame[1][modifier | modifier le wikicode]

Observons les deux squelettes de pions suivant :


Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 h8
a7 b7 c7 d7 e7 f7 g7 h7
a6 b6 c6 d6 e6 f6 g6 h6
a5 b5 c5 d5 e5 f5 g5 h5
a4 b4 c4 d4 e4 f4 g4 h4
a3 b3 c3 d3 e3 f3 g3 h3
a2 b2 c2 d2 e2 f2 g2 h2
a1 b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{67}}}
Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 h8
a7 b7 c7 d7 e7 f7 g7 h7
a6 b6 c6 d6 e6 f6 g6 h6
a5 b5 c5 d5 e5 f5 g5 h5
a4 b4 c4 d4 e4 f4 g4 h4
a3 b3 c3 d3 e3 f3 g3 h3
a2 b2 c2 d2 e2 f2 g2 h2
a1 b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{67}}}

Nous n'avons pas représenté les pièces, autres que le roi, et nous supposons que la position de celles-ci est équivalente pour les deux camps. Nous nous posons alors la question : Les deux positions sont-elles équivalentes ?

Une personne non avertie dirait qu’il n'y a pas de différence puisqu’il y a le même nombre de pions qui semblent être aussi avancés dans les deux positions. Pourtant, il y a entre ces deux positions une différence qui peut être déterminante. Dans la deuxième position, il y a une majorité de pions sur l'aile dame.

Essayons de mieux comprendre cette notion. Dans la première position, nous voyons que, si l’on essaye de faire avancer les pions a5, b4 et c3 pour essayer de les faire atteindre la huitième rangée, ils vont devoir affronter, dans leur avance, les pions a7, b7 et d5. Nous sommes donc dans cette position à trois contre trois et il y a alors peu de chances que les pions blancs atteignent la huitième rangée.


Ce qu’il y a de remarquable dans la deuxième position, c’est que le pion blanc de la colonne c se trouve en c5 au lieu de c3 et ne peut plus être gêné, dans sa progression, par le pion noir en d5. Par conséquent, nous pouvons dire que les pions blancs a3, b4 et c5 ne peuvent être gênés dans leur progression que par les pions a7 et b7. Nous sommes alors à trois contre deux et nous dirons que nous avons, dans la deuxième position, une majorité de pions sur l'aile dame. Nous pouvons, dans la deuxième position, espérer faire atteindre la huitième rangée à l'un des trois pions a3, b4 et c5. Ce qui constitue un avantage considérable.


Stratégie[modifier | modifier le wikicode]

Quelle va être la stratégie à appliquer si nous avons une majorité de pions sur l'aile dame. Nous allons, bien sûr, essayer de faire en sorte que l'un des pions, formant la majorité, atteigne la huitième rangée. Il n'est, bien sûr, pas question d'avancer sans précaution. Il nous faut mettre toutes les chances de notre côté. Nous commencerons donc par positionner les deux tours derrière les pions formant la majorité pour les protéger au mieux. Nous mobiliserons, au mieux de nos possibilités les fous et les cavaliers pour leur faire contrôler des cases et des diagonales convenablement choisis et la reine sera aussi dans les parages pour éliminer aux mieux tous les obstacles à la progression. Une fois que toutes les pièces concernées seront en position, nous avancerons prudemment les pions. Il faut bien insister sur le fait, qu'avancer les pions, sans précautions particulières, a toutes les chances de faire échouer la stratégie.


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Dr Max Euwe : Les échecs, jugement et plan. Payot, Paris (ed.1966) chapitre 2.