Mallette Motivation et Estime de Soi-Pratiques et strategies favorisant la motivation-La pedagogie de projet-Mise en place

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temps de lecture : 1mn

Quelles sont grandes étapes de la pédagogie de projet?[modifier | modifier le wikicode]

La mise en place d’une pédagogie de projet nécessite un engagement des élèves et une intention, une planification (délai, mise en valeur,...) et enfin une réalisation concrète.

Il convient donc de définir une situation problème, de déterminer un produit à réaliser et de définir les tâches à réaliser et les étapes. L'enseignant organise alors des situations en réponses aux proposition des élèves, puis vérifie que le produit est en adéquation par rapport à la demande.

Avant[modifier | modifier le wikicode]

L’enseignant hiérarchise les objectifs d’apprentissages.

Il fait le lien avec le socle commun de connaissances, les programmes et les différents parcours (PEAC, parcours citoyens,...)

Il précise les critères d’évaluations et vérifie la faisabilité.

Pendant[modifier | modifier le wikicode]

L’enseignant se place en personne ressource : il valorise la répartition des tâches, aide au développement des compétences sociales, soutient la motivation, propose des ressources différenciées, favorise la créativité, mais aussi évalue : il observe pour réguler.

Après[modifier | modifier le wikicode]

L’enseignant engage un travail de métacognition pour mettre en avant la réussite (ou non) des objectifs et les effets sur l’acquisition des connaissances.

Il questionne donc le groupe classe sur ce qui a été appris, sur l'intérêt de ces apprentissages, sur les stratégies qui ont été développées et sur les points à améliorer.

L’enseignant et les élèves définissent ensemble si les objectifs ont été atteints.

Quelle sont les positions à adopter pour mettre en place la pédagogie de projet?[modifier | modifier le wikicode]

Postures de l’enseignant :[modifier | modifier le wikicode]

  • posture de contrôle : gestion de classe / cadrage du projet
  • posture d’accompagnement : enseignant apporte une aide individuelle ou collective. L’objectif est de favoriser une discussion au sein du groupe. L’enseignant observe.
  • posture d’enseignement : l’enseignant structure le savoir, peut parfois faire une démonstration. On assiste alors à un aller-retour avec la pédagogie plus traditionnelle dans laquelle l’enseignant nomme et explicite les savoirs et les techniques.
  • posture du lâcher-prise : L’enseignant doit accepter de responsabiliser les élèves en leur laissant l’autonomie face aux apprentissages et en faisant une large place à l’expérimentation.
  • posture du magicien : L’enseignant doit captiver les élèves pour les entraîner dans le projet : par la théâtralisation, par le jeu.

Postures de l’élève[modifier | modifier le wikicode]

L’élève est acteur de sa propre démarche en cherchant, en tâtonnant, en échouant ou en réussissant. Mais il est aussi un collaborateur. Dans de nombreux cas, des situations de tutorat, de collaboration en binôme ou plus, de corrections collectives permettent de rendre les élèves superviseurs d’un projet. Cette bienveillance envers l’autre est d’autant plus grande que l’objectif final sera une réussite collective.

Gestion des émotions[modifier | modifier le wikicode]

Il est donc nécessaire pour l’enseignant de prendre en compte les compétences et les acquis des élèves, mais aussi les motivations et les besoins.

Les élèves doivent procéder par essais et erreurs. L’acceptation du statut de l’erreur par l’élève peut parfois poser problème. Il convient donc d’expliquer que le tâtonnement, l’erreur et l’essai sont indispensables.

La pédagogie de projet relève de trois parties :

  • le rationnel puisqu’on cherche à acquérir des savoirs, des savoirs-faire et des compétences.  
  • l’affectif : par la motivation, le plaisir et le désir de réussir et de s’impliquer.
  • le social car le projet prend en compte les ressources et les contraintes de la réalité.

Ainsi si l’accent est mis sur l’affect,  le projet risque d’être irréalisable. Si l’accent est mis sur la finalité et la rentabilité, la place de l’élève se trouve réduite, car il ne peut se sentir réellement acteur.

Les trois parties doivent être, autant que possible, équilibrées entre le projet personnel de l’élève et les exigences du groupe.

< Précédent| Suivant >