Leçons de niveau 18

Méthode mentaliste/Valeurs

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Valeurs
Icône de la faculté
Chapitre no 16
Leçon : Méthode mentaliste
Chap. préc. :Contraintes
Chap. suiv. :Conclusion
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Méthode mentaliste : Valeurs
Méthode mentaliste/Valeurs
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Valeurs[modifier | modifier le wikicode]

         Le bien et le mal impliquent l’autre, ce sont des valeurs sociales, je ne peux moi-même me juger, seul l’autre le peut comme dans la parabole du bon Samaritain. Evidemment je peux être cet autre qui juge, et réciproquement sur la base de mes jugements me construire une éthique. « Ne pas faire aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent », c’est un principe reconnu dans toutes les cultures pour éviter les conflits. Il n’y a pas obligatoirement de contradiction entre les valeurs individuelles et les règles sociales et politiques. C’est une préoccupation déjà présente chez Zoroastre et, ce que cherchent à démontrer les philosophes humanistes depuis Confucius, Meng-Tseu, Montesquieu, les philosophes des « lumières » et aujourd’hui ceux qui défendent les droits de l’homme. Car même sans bien connaître ces fonctions, ils respectent les besoins et les aspirations naturelles des personnes, qui découlent  directement des contraintes et des valeurs de ces fonctions. Mais le chemin est étroit car dès qu’un état s’en écarte, il suscite des indignations, des révoltes et des désordres. Dès qu’un état abandonne ce chemin, soit par unique souci d’efficacité et de puissance, soit en voulant imposer une idéologie ou une théologie contraire à ces valeurs, cela aboutit inévitablement au totalitarisme et à la barbarie, avec des conséquences désastreuses non seulement pour cet état mais aujourd’hui, et depuis un certain temps déjà, pour toute la planète. C’est ce que nous avons connu pendant tout le vingtième siècle avec une régression de la pensée dans l’aveuglement du nationalisme, de l’existentialisme, du matérialisme, du consumérisme, avec pour seule réaction salutaire face au repoussoir de l’horreur, la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits fondamentaux. Cette déclaration elle n’est pas faite pour faire joli, pour faire gentil dans un livre, dans un cadre, ou dans un discours politique, elle est faite pour être enseignée, expliquée, récitée, promue, comprise dans toutes les écoles, pour être appliquée partout sur toute la planète car notre avenir en dépend. Cette déclaration, c’est tout petit, c’est presque rien, ça tient sur une feuille A4, cela coûte moins d’un centime d’euro à produire, mais c’est notre trésor commun.