Leçons de niveau 18

Méthode mentaliste/Contraintes

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Contraintes
Icône de la faculté
Chapitre no 15
Leçon : Méthode mentaliste
Chap. préc. :Cycle mental
Chap. suiv. :Valeurs
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Méthode mentaliste : Contraintes
Méthode mentaliste/Contraintes
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Contraintes[modifier | modifier le wikicode]

         Nos fonctions mentales ont des contraintes et des valeurs. Les contraintes, c’est de nous permettre de se nourrir, se vêtir, se reposer, se loger, en consacrant suffisamment de temps à notre épanouissement personnel et à notre bonheur. Leurs valeurs sont celle de notre fonction volontaire : principalement la survie, c'est-à-dire la sécurité, la liberté et l’efficacité. Pour y parvenir un animal solitaire se contente d’exploiter au mieux les capacités de ses fonctions. Pour un animal social comme l’homme c’est plus compliqué, mais en même temps faire partie d’une espèce sociale présente des avantages. Un individu se rend vite compte qu’une société sans règles, c'est-à-dire à peu de choses près la société féodale, est une société de prédateurs dans laquelle chacun d’eux est obligé de consacrer la plus grande partie de son temps et son énergie à assurer sa sécurité et à défendre ses biens, d’où l’intérêt pour lui des règles qui nous permettent de vivre ensemble dans une harmonie sociale. La valeur fondamentale de la cité cela ne doit donc pas être la puissance, comme l’ont voulu les fascistes, ni la force, ni l’efficacité au détriment des personnes, ni l’imposition d’une idéologie quelconque qui ne fait que favoriser les uns au détriment des autres et au pire étouffe tout le monde, car si la cité ne respecte pas les valeurs de nos fonctions, elles ne peuvent que se révolter et contraindre la cité à mobiliser tous ses moyens à réprimer ces révoltes. D’un autre coté ce qui fait la puissance réelle de la cité, c’est la richesse, la créativité et l’épanouissement de ses membres, ce n’est pas le nombre de divisions comme disait Staline. Si nous regardons l’histoire, le nombre de divisions a toujours fini par avoir tort. Donc la valeur principale de la cité cela doit être l’harmonie sociale et la qualité du vivre ensemble.