Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, L'histoire de la petite Sainte-Nitouche/Le retour de Tom

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

Sur ces entrefaites, un de ces messieurs, Sir Edward Aimela, qui était veuf, tomba malade et demanda à Mme Margery de prendre en charge sa maisonnée et de veiller sur ses chers enfants. Après avoir demandé conseil à son grand ami le pasteur, elle y consentit et gagna le respect et l'admiration de Sir Edward par la qualité et la gentillesse de ses soins à son égard et à l'égard de ses enfants.

Quand Sir Edward retrouva la santé, il s'était de plus en plus attaché à Mme Margery. Aussi ne nous étonnons pas qu’il l'ait demandée en mariage quand elle parla de regagner son école. La proposition la prit par surprise mais elle lui était très attachée ; et ses amis, Sir Walter et M. Toutbon lui conseillèrent d'accepter en lui faisant remarquer qu'elle rendrait de plus grands services dans cette situation qu'elle ne pouvait le faire auparavant.

Quand tout fut prêt et la date choisie, les grands et les moins grands vinrent de tout le voisinage en foule pour assister au mariage, heureux de voir qu'elle avait été si méritante depuis sa toute petite enfance et recevait sa juste récompense.

Au moment où les fiancés allaient pénétrer dans l'église, un spectacle attira l'attention de leurs amis rassemblés devant le porche : un cavalier richement vêtu galopait à bride abattue vers l'église aussi vivement que s'il voulait arriver avant le début du mariage. Il s'agissait en fait du frère de Margaret que nous avons connu précédemment sous le nom de Petit Tommy ; il venait de rentrer d'un pays étranger avec honneur et fortune.

Une fois revenus de cette agréable surprise, le couple d'amoureux reprit le chemin de l'autel et le mariage se déroula à la joie de tous.

Après ce beau mariage, Lady Aimela continua à rendre de grands services autour d'elle et consacra tous ses efforts à améliorer l'école dont elle avait été la maîtresse, et mit à sa tête un érudit pauvre, mais savant, ainsi que son épouse.