Littérature de jeunesse en anglais : Pocahontas/Les interventions de Pocahontas

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapitre 6 : Les interventions de Pocahontas
bouton image vers le chapitre précédent Pocahontas lui sauve la vie





White open book.svg

POCAHONTAS APPORTE DE LA NOURRITURE AUX COLONS

Quelques mois plus tard, les colons se trouvèrent à court de vivres à cause de leur imprévoyance et de leur mauvaise gestion des stocks. Pocahontas entendit parler de leur disette et vint leur apporter du maïs avec son frère et ses amis, ce qui leur permit de survivre le temps que leur propre récolte soit prête. En échange, le capitaine lui donna des perles et des bijoux pour se parer, en l'appelant « son enfant ». Leur amitié en sortit encore plus forte.

Elle revint à plusieurs reprises, avec des messages de paix et de la nourriture et finit par se sentir très à l'aise dans les rues de Jamestown. Dans ses rapports écrits, le capitaine John Smith dit que sans son aide pendant les périodes de disette et sans son influence pacifique, la pauvre colonie n'aurait certainement pas survécu, que ce soit à cause de la faim ou de la cruauté de ses congénères. Nous devons beaucoup à cette jeune Indienne qui nous aida tellement au cours de ces premières années des fondateurs de la grande nation.


LE CAPITAINE JOHN SMITH PART À LA RECHERCHE DE MAÏS

Mais cette situation satisfaisante pour tous fut de courte durée. Quand les colons se furent bien installés, les Indiens, versatiles et inconstants, se mirent à les jalouser et à regretter leur intrusion ; ils refusèrent de leur vendre du maïs, dans l'espoir de les obliger à repartir.

Un jour, en plein cœur de l'hiver, le capitaine dut traverser la rivière gelée pour venir en chercher au village mais il fut reçu avec froideur et des regards fuyants, à l'exception de Pocahontas.

Finalement Powatan et les mécontents se liguèrent contre lui et décidèrent de se débarrasser du capitaine et de ses amis par traitrise.


L'INTERVENTION DE POCAHONTAS

Pour mener à bien son plan, le rusé chef des Indiens proposa au capitaine de laisser toutes les armes à bord des navires, maintenant qu'ils étaient amis et n'en avaient plus besoin. Il espérait pouvoir de la sorte en venir à bout facilement.

Mais le capitaine était un soldat bien trop prudent pour accepter et lui répondit que, en effet, ils étaient amis et n'utiliseraient jamais leurs armes mais ne pouvaient s'en dessaisir car elles faisaient partie de leur uniforme.

Alors Powatan décida de les attaquer par surprise de nuit. Le piège était prêt.

Mais Pocahontas, au risque de sa vie, s'échappa en silence dans les bois malgré la nuit sombre et glaciale et, les larmes aux yeux, frappa à la porte du capitaine pour l'avertir du danger et lui dire de s'enfuir.

Alerté de la sorte, il veilla toute la nuit avec ses soldats et sortit vainqueur de l'attaque ; il réussit même à obtenir un chargement de maïs s'ils souhaitaient que leur village soit épargné.

Pocahontas avait sauvé la vie du capitaine une seconde fois.


LE CAPITAINE JOHN SMITH REPART EN ANGLETERRE

C'est avec beaucoup de zèle que le capitaine, attentionné et courageux, continua à œuvrer pour le succès de sa colonie.

Mais un jour, en revenant d'une de ses expéditions à la recherche d'un nouvel emplacement pour la ville de Jamestown, il fut grièvement blessé par l'explosion accidentelle d'un sac de poudre à canon dans son navire. Ses habits prirent feu et il dut plonger dans la rivière pour échapper à la mort.

Mais ses blessures étaient tellement graves qu'il dut abandonner le commandement de la colonie et repartir en Angleterre recourir aux soins d'un chirurgien. Il embarqua dans l'urgence à bord d'un navire qui repartait et Pocahontas, qui avait entendu parler de l'accident et venait d'arriver en ville avec Nantaquaus, ne put lui dire au revoir et dut se contenter de voir le vaisseau s'éloigner en pleine mer.

Elle ne se doutait pas qu'elle le reverrait un jour, bien des années plus tard.