Littérature de jeunesse en anglais : Pocahontas/Le mariage de Pocahontas

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

ARGALL ENLÈVE POCAHONTAS

À compter de ce jour, après la perte de leur chef, la vie des colons devint un enfer car les Indiens, mécontents, ne craignant plus la main de fer du capitaine, se mirent à attaquer les Anglais et à provoquer des pertes sévères dans leurs rangs.

Pocahontas ne venait plus en ville, attendant le retour du capitaine, en vain. Le temps passa et elle entendit dire qu'il était mort quand la rumeur de cette nouvelle commença à se répandre. Le deuil fut terrible et elle passa des journées entières, seule, repensant au capitaine et à leur amitié.

Deux ans après son départ, un Anglais sans scrupules nommé Argall conçut le projet de l'enlever et de la garder comme otage pour contraindre les Indiens à arrêter les hostilités. Avec l'aide de deux traitres de sa tribu, elle fut invitée à bord du navire d'Argall et retenue prisonnière. La perte fut terrible pour son père qui essaya de payer une rançon mais Argall refusa de céder.


LE MARIAGE DE POCAHONTAS

Elle n'eut plus jamais le droit de revenir dans sa tribu, et n'eut droit qu'à quelques visites de Nantaquaus. Elle devint une jeune femme aux mœurs anglaises, s'habilla à la mode anglaise et apprit à parler comme les colons.

Un jeune Anglais, John Rolfe, tomba amoureux d'elle, de sa beauté de brune et de ses manières courtoises. Comme cela faisait plusieurs années que le capitaine avait disparu, et qu'elle était persuadée qu'il était mort, elle accepta sa proposition et l'épousa afin de consolider la paix entre son peuple et les blancs.

Le mariage eut lieu dans l'église de Jamestown. Plusieurs chefs de sa tribu vinrent assister à la cérémonie, avec Nantaquaus et tous les colons. La ville entière se réjouit de l'événement car les colons étaient enfin persuadés que la paix était définitivement établie entre les deux peuples.

Et une fois de plus, c'était Pocahontas qui servait de lien.