Leçons de niveau 18

Linguistique DMS/Règles

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Règles
Icône de la faculté
Chapitre no 18
Leçon : Linguistique DMS
Chap. préc. :Incohérences
Chap. suiv. :Malsain
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Linguistique DMS : Règles
Linguistique DMS/Règles
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Quelques règles à respecter[modifier | modifier le wikicode]

    Les trois exemples précédents montrent que si nous voulons nous exprimer dans cette langue telle qu'elle est, sans anticiper sur son évolution souhaitable, donc sans la dénaturer, nous devons respecter certaines règles :
    ° Pour éviter le psittacisme, c'est-à-dire d'énoncer des phrases ou des expressions dont nous ne pouvons penser raisonnablement le sens, il faut bannir de notre pratique personnelle du langage tous les signes que nos fonctions mentales ne valident pas.
    ° Pour éviter la confusion et les contresens, réduire autant que possible la polysémie des signes que nous validons.
    ° De remiser au passé, les fantasmes, les mythes et les constructions conceptuelles douteuses, ce qu'ont fait la physique, les sciences naturelles et la médecine, mais qui perdurent dans les sciences humaines et sociales.
    ° De s'armer de la plus grande rigueur concernant le sens, car s'il y a du bon sens, il y en a aussi du mauvais. Le sens est comme un rosier ou un arbre fruitier, si nous voulons qu'il reparte et produise de bons fruits, il ne faut pas hésiter à le tailler et nous savons où est le mauvais, où sont les abus de langage (mot, raison, peuple, nation, etc.) qui entretiennent l'équivoque et l'obscur.
    Les problèmes sémantiques ne viennent pas tant des signes, car les signes n'ont pas de sens, mais du sens lui-même. Nous pouvons créer autant de signes que nous voulons et les affecter à autant de sens, groupes ou plages de sens que nous voulons, encore faut-il que ce sens existe vraiment, qu'il soit sain, que nous puissions le reconnaître comme une production naturelle de nos fonctions mentales. Ce qu'elles ne peuvent pas produire ne peut faire sens, ce que notre fonction analytique ne distingue pas ne peut faire sens.
    Une attention particulière doit être réservée aux assemblages de signes car tout ce qui est grammaticalement correct n'est pas nécessairement sémantiquement correct. Les éléments de sens qui ne s'assemblent pas ne nous permettent pas d'assembler les signes qui les signalent (comme dans « sens de ma vie » ou « qui suis-je? »). C'est à dire que les éléments de sens peuvent être séparément pleins de sens et leur assemblage vide de sens.