La gravitation : approche historique/La Renaissance: expérimentation et observations

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La Renaissance: expérimentation et observations
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : La gravitation : approche historique
Chap. préc. :La Physique Aristotélicienne
Chap. suiv. :Le temps de la synthèse: La Pomme de Newton
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La gravitation : approche historique : La Renaissance: expérimentation et observations
La gravitation : approche historique/La Renaissance: expérimentation et observations
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

L´on doit au scientifique italien Galileo Galilei, francisé en Galilée, les premières expériences et réflexions proprement modernes sur le mouvement. En effet dans ses Dialogues sur le mouvement, Galilei postule que tout corps persiste dans l´état de repos ou de mouvement rectiligne et uniforme en absence de forces. C´est pour cela que les référentiels où sont vérifiés cette propriété sont nommés référentiels galiléens ou inertiels.

De plus il énonce également le postulat de relativité galiléenne "Les lois de la Physique sont vérifiées sous la même forme dans tout référentiel inertiel". Il mènera également une expérience sur la chute des poids pour montrer que contrairement à ce que pensait Aristote, les corps tombent à la même vitesse indépendament de leur poids (en négligeant les effets de la résistance de l´air).

Cette découverte lui permettra de montrer que la trajectoire des corps en chute libre avec une vitesse initiale est une parabole (toujours en négligeant les frottements de l´air).

Dans le même siecle l´astronome allemand Johannes Kepler (copernicien convaincu) énonce ses trois lois de la mécanique céleste:

  • Les orbites des planètes sont des ellipses dont le soleil occupe l´un des foyers.
  • Les planètes décrivent des aires égales en des temps égaux.
  • Pour toute planète sa période est proportionelle au cube du demi-grand axe de son orbite.