Leçons de niveau débutant

Introduction au catholicisme/Réconciliation

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Réconciliation
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : Introduction au catholicisme
Chap. préc. :Confirmation
Chap. suiv. :Onction des malades
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au catholicisme : Réconciliation
Introduction au catholicisme/Réconciliation
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Un pénitent confessant ses péchés au prêtre
Un confessionnal traditionnel en l'église Saint-Joachim de Medellin en Colombie

Le sacrement de pénitence et de réconciliation, communément appelée la confession, bien que celle-ci ne soit qu'une partie du sacrement, a pour objectif que Dieu pardonne les péchés au pénitent. En effet, même si le sacrement est célébré par un prêtre, c'est Dieu seul qui pardonne les péchés, conformément aux Évangiles tel que mentionné dans la citation suivante de l'Évangile selon saint Marc : «  Le Fils de l'Homme a le pouvoir de remettre les péchés sur la terre. » (Marc, chapitre 2, verset 10). Néanmoins, le Christ a confié l'exercice du pouvoir d'absolution au ministère apostolique. Le sacrement permet aussi au fidèle de se réconcilier avec l'Église. Il y a un lien très important entre le sacrement de réconciliation et l'Eucharisite.

Le sacrement est également appelé « conversion » puisqu'il réalise sacramentellement l'appel de Jésus à la conversion, c'est-à-dire la démarche de revenir à Dieu le Père dont on s'est éloigné par le péché. Encore, il est appelé « sacrement du pardon » parce que, par l'absolution du prêtre, Dieu accorde le pardon et la paix.

Phases[modifier | modifier le wikicode]

Les actes du pénitent lors du sacrement de pénitence et de réconciliation comprennent quatre phases :

  1. L'examen de conscience par lequel on recherche ses péchés
  2. La contrition, ou repentir, qui implique de regretter ses fautes et de prendre la résolution de ne plus les commettre
  3. La confession des péchés, c'est-à-dire un aveu devant le prêtre
  4. La satisfaction, ou pénitence, qui est personnelle et ecclésiale

Les catholiques utilisent l'acte de contrition pour exprimer leur repentir : « Mon Dieu, je Te demande pardon pour mes péchés. Je regrette de T'avoir fait de la peine. Aide-moi, je ne veux plus recommencer. » ou quelque chose de similaire.

Origines[modifier | modifier le wikicode]

Selon la doctrine catholique, ce sacrement a été institué par le Christ, qui, tel que rapporté dans les Évangiles, a annoncé qu'il donnerait à l'Église, en l'espèce à Pierre et aux apôtres, le « pouvoir de lier et de délier » (Matthieu, chapitre 16, verset 19). Après la résurrection, apparaissant à ses disciples, le Christ leur a dit : « Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » (Jean, chapitre 20, versets 22 et 23). Il existe également des références à ce sacrement dans les épîtres de Paul.

Le sacrement se répand dès le IIIe siècle, sous la forme d'un acte public effectué après l'aveu de la faute à un prêtre. Le pécheur devait alors s'imposer une série d'interdits, généralement jusqu'au jeudi saint. Aux environs du XIIe siècle, une nouvelle discipline commença à se répandre où l'aveu pris de l'importance en accordant de donner l'absolution immédiatement à l'issue de la confession. Le prêtre indiquait tout de même une pénitence légère, la satisfaction, dont le pécheur doit s'acquitter.

Droit canonique[modifier | modifier le wikicode]

Selon le droit canonique de l'Église catholique, la confession annuelle est obligatoire. En effet, le canon 21 du concile de Latran IV, tenu en 1215, stipule : « Tout fidèle de l’un ou l’autre sexe parvenu à l’âge de discrétion doit lui-même confesser loyalement tous ses péchés au moins une fois l’an à son curé, accomplir avec soin la pénitence à lui imposée et recevoir avec respect, au moins à Pâques, le sacrement de l’eucharistie. »

Formes[modifier | modifier le wikicode]

Le IIe concile œcuménique du Vatican, ou Vatican II, tenu dans les années 1960, invitait à une participation plus communautaire aux sacrements. Ainsi, trois formes de célébration du sacrement du pénitence et réconciliation existent :

  • la célébration classique à deux, c'est-à-dire le prêtre et le pénitent
  • la célébration préparatoire collective, mais débouchant sur un aveu et une absolution individuels
  • la célébration collective avec confession et absolution collectives, mais seulement de façon exceptionnelle

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

  1. Combien de phases le sacrement de pénitence et de réconciliation inclut-il ?
  2. Quelle est la première phase du sacrement de pénitence et de réconciliation ?
  3. Quelle est la dernière phase du sacrement de pénitence et de réconciliation ?
  4. Comment se nomme l'aveu de ses péchés devant le prêtre ?
  5. Qui est-ce qui pardonne les péchés durant la réconciliation ?
  6. Qui a instauré le sacrement de réconciliation ?
  7. Au minimum, combien de fois par année les catholiques doivent-ils se confesser selon le droit canonique ?
  8. Combien de formes du sacrement de réconciliation ont été établies lors du concile Vatican II ?