Leçons de niveau débutant

Introduction au catholicisme/Confirmation

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Confirmation
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : Introduction au catholicisme
Chap. préc. :Eucharistie
Chap. suiv. :Réconciliation
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au catholicisme : Confirmation
Introduction au catholicisme/Confirmation
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


La confirmation est le dernier sacrement de l'initiation chrétienne. En plus de son aspect spirituel, elle confirme l'appartenance d'une personne baptisée à l'Église comme communion dans le même Saint-Esprit. En quelque sorte, on peut considérer que la confirmation est l'achèvement du baptême. Après le baptême et l'eucharistie, la confirmation est le troisième sacrement d'initiation chrétienne. Elle constitue l'entrée dans la vie active du chrétien baptisé.

Durant le sacrement de la confirmation, une personne baptisée est ointe d'huile sainte afin qu'elle reçoive le don du Saint-Esprit. Durant le baptême, cette personne est morte et ressuscitée avec le Christ ; dans la confirmation, elle est emplie du Saint-Esprit comme l'ont été les apôtres le jour de la Pentecôte avec la Vierge Marie.

Origines[modifier | modifier le wikicode]

Durant les premiers siècles de l'Église, le baptême et la confirmation ne formaient qu'une seule célébration lors de la veillée pascale. Au fil du temps, alors que l'Église primitive se répandait, les évêques ne pouvaient plus célébrer toutes les messes de Pâques ni baptiser tous les catéchumènes qui étaient devenus trop nombreux et se trouvaient à des endroits trop éloignés. Par ailleurs, la mortalité infantile poussait les gens à baptiser leurs enfants tôt et à n'importe quel moment de l'année. C'est dans ce cadre que le baptême et la confirmation ont été séparées. Le prêtre faisait la première onction, dite pré-baptismale, et le bain de baptême et l'évêque faisait la deuxième, dite post-baptismale. Ainsi, ceux qui étaient baptisés par le prêtre devaient être confirmés dans leur foi par l'évêque durant sa visite pastorale. Une lettre du pape Innocent Ier datant de 416 confirme cette pratique en reconnaissant aux prêtres le droit de baptiser, mais aux seuls évêques celui de confirmer. De nos jours, l'Église latine, c'est-à-dire occidentale, pratique surtout cette séparation des deux sacrements tandis que les Églises catholiques orientales sont fidèles à l'ancienne tradition. Dans le cas où l'évêque ne peut pas pratiquer la confirmation, il peut déléguer un prêtre pour le faire.

Rites[modifier | modifier le wikicode]

Durant le sacrement de la confirmation, le célébrant, généralement un évêque, étend ses mains sur les confirmands, c'est-à-dire ceux qui vont recevoir la confirmation, puis, il les oint du saint chrême, un mélange d'huile végétale naturelle et de parfums, en prononçant les paroles : « Sois marqué(e) de l'Esprit-Saint, le don de Dieu. » Comme pour le baptême, un parrain ou une marraine accompagne, dans la mesure du possible, celui ou celle qui reçoit la confirmation. Il n'est pas obligatoire que ce soit la même personne que pour le baptême.

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quel est le premier sacrement de l'initiation chrétienne ?
  2. De quoi oint-on une personne lors de sa confirmation ?
  3. À quel don de Dieu fait-on référence lors de la confirmation ?
  4. Quelles sont les paroles prononcées par un évêque lorsqu'il confirme une personne ?