Leçons de niveau 14

Histoire de l'enseignement en France/L’école française au XX° siècle

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L’école française au XX° siècle
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Histoire de l'enseignement en France
Chap. préc. :De l’école de la République au XX° siècle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Histoire de l'enseignement en France : L’école française au XX° siècle
Histoire de l'enseignement en France/L’école française au XX° siècle
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Dès le début du XX° les congrégations religieuses sont exclues de l'enseignement sous le ministère Combes. Elles réapparaissent cependant dès 1920 avec le rétablissement des rapports entre la France et le Vatican. Entre les deux guerres, les principales évolutions concernent l'enseignement secondaire. Celui des filles est aligné sur celui des garçons en mars 1924. L’Education physique y devient obligatoire en 1925 et dans le primaire supérieur en 1928. Edouard Herriot le rend gratuit pour tous et toutes entre 1927 et 1933. En 1936, Jean Zay prolonge l'âge de la scolarité obligatoire jusqu'à 14 ans.

Pendant ce temps, à l’image des Arbeitschule de Georg Kerschensteiner de grands débats s’instaurent autour de la pédagogie active chez les enseignants de l’école primaire et certains établissements prestigieux comme l’Ecole des Roches autour de la pédagogie active. Célestin Freinet, Maria Montessori, Adolphe Ferrière, Édouard Claparède, Ovide Decroly, Roger Cousinet, …, Georges Berthier en sont d’illustres représentants

En 1941 la loi Jérome Carcopino remplace les écoles primaires supérieures et les écoles de commerce et d'industrie par les collèges modernes et les collèges techniques puis deviennent lycées modernes ou lycées techniques en 1960. La IV° République, hormis la loi Barangé qui institue une subvention scolaire versée aux communes pour l'enseignement public et aux associations de parents pour le privé, modifie peu la structure de l'enseignement et ce n'est que sous la V° qu'une partie des réformes projetées à la Libération voit le jour.

En janvier 1959 la réforme Berthouin porte la scolarité obligatoire de 14 à 16 ans avec un cycle d'observation (6°/5°) puis d'orientation (4°/3°). En décembre de la même année la loi Debré crée l'enseignement privé sous contrat et en août 1960 les cours complémentaires deviennent collèges d'enseignement général avec création d'un nouveau corps d'enseignants : les P.E.G.C. Dans les deux années qui suivent les fins d'études du primaire deviennent classes de transition au sein des C.E.G.

En août 1966 la réforme Haby les fusionne avec les premiers cycles des lycées au sein des collèges d'enseignement secondaire (C.E.S.) où l'on différencie trois filières : classique, moderne et transition qui fusionnent en juin 1975 au niveau du cycle d'observation avec le collège unique Cependant les classes pré-professionnelles sont maintenues pour le cycle d'orientation. En 1989, la loi Jospin institue aussi trois cycles dans le primaire et regroupe la formation des maîtres - des écoles, des collèges et des lycées - au sein des Instituts universitaires de formation des maîtres (I.U.F.M.). Outre la création des Instituts universitaires de technologie (I.U.T.) par Alice Saunier-Seïté en 1966, l'Université fait l’objet entre temps de deux lois d'orientation : la loi Edgard Faure en 1968 qui transforme des facultés en Unités d’enseignement et de recherche (U.E.R.) puis la loi Savary en 1984 qui transforme celles-ci en Unités de formation et de recherche (U.F.R.).