Leçons de niveau 11

Gérer les ressources énergétiques/Étude de cas : la Chine et le charbon

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Étude de cas : la Chine et le charbon
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : Gérer les ressources énergétiques
Chap. préc. :Étude de cas : pic pétrolier à Cuba
Chap. suiv. :Étude de cas : les États-Unis et le gaz de schiste
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Gérer les ressources énergétiques : Étude de cas : la Chine et le charbon
Gérer les ressources énergétiques/Étude de cas : la Chine et le charbon
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Étude de cas : la Chine et le charbon[modifier | modifier le wikicode]

Forte dépendance au charbon[modifier | modifier le wikicode]

La croissance économique de la Chine est en partie soutenue par le charbon dont elle est le premier producteur et consommateur du monde. Il joue un rôle essentiel dans la production d'électricité et dans l'industrie (notamment chimique) puisque 75 % de l'électricité chinoise est produite à partir du charbon. En Chine, le charbon est aussi utilisé à la maison pour se chauffer ou cuisiner.

La Chine continue d'augmenter ses capacités de production charbonnière grâce à ses gisements. Entre 2000 et 2013, la place du charbon dans la production conserve la première place. La production a été multipliée par environ 3,5. Dans le même temps, la production globale est aussi multipliée par 3,5. Le charbon occupe en 2000, comme en 2013, les ¾ de la production totale. La consommation de charbon a aussi fortement augmenté et a été multiplié par 4 (70 % du total).

L'utilisation massive à de fortes conséquences : la première étant la pollution atmosphérique et la deuxième l'exploitation des mines à ciel ouvert entraîne une dégradation du paysage.

Le charbon est un atout majeur pour le développement de la Chine, deuxième puissance mondiale. La pollution due à son utilisateur massive est un vrai problème.

Sécuriser l'approvisionnement pétrolier[modifier | modifier le wikicode]

La hausse du niveau de vie, l'urbanisation de la Chine et le développement des transports ont accru les besoins en pétrole et généré une nouvelle dépendance. La consommation croissante d'hydrocarbures pose la problème du ravitaillement. La Chine est devenue le premier importateur de pétrole dont elle est dépendante : elle sécurise alors ses voies d'approvisionnement. Le pétrole a pour origine le Moyen-Orient et l'Afrique : la Chine développement donc ses investissements pétroliers à l'étranger. La Chine cherche également à entretenir des relations avec les pays de l'océan Indien pour protéger les routes maritimes et les passages stratégiques contre la piraterie.

La Chine est, certes, devenue la deuxième puissance économique grâce au charbon mais contrairement aux États-Unis, elle est désormais dépendante d'une énergie essentielle à son développement : le pétrole.

Vers les « nouvelles énergies »[modifier | modifier le wikicode]

On parle des énergies renouvelables : pour la Chine, principalement, hydraulique et solaire. La Chine mise aussi sur l'énergie nucléaire : ce sont les investissements les plus importants au monde. Le but est d'être moins dépendant du charbon, de réduire les importations de pétrole et de faire diminuer la pollution.

Cependant, la première limite est financière : la nouvelle stratégie énergétique a des limites et notamment le coût des investissements. Le deuxième limite concernant la destruction des paysages à cause des barrages. La dernière limite est le temps puisque l’impact durable d'une mesure n'est pas immédiat et prend du temps.

La Chine s'est lancée dans une politique très dynamique en faveur des énergies renouvelables. L'ampleur des besoins accompagnant le développement économique et social laisse encore la place principale aux énergies fossiles. La Chine est désormais le premier pollueur de la planète à cause du charbon : elle illustre la croissance énergivore non-durable mais source de tensions internationales.