Differenciation-Activites en echelons

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temps de lecture : 2mn

Explications[modifier | modifier le wikicode]

Les activités en échelons s’appuient sur le principe qu’un même savoir ou une même activité d’apprentissage peut se construire en offrant aux élèves plusieurs entrées.

La différenciation “en échelons” joue sur la variable du temps. Elle entend respecter les rythmes d’apprentissage des élèves. Les différentes phases d’apprentissage sont multipliées et diversifiées.Deux types de différenciation centrée sur le temps sont possibles :

  • la différenciation simultanée : les élèves travaillent sur des activités différentes en même temps ou réalisent de façons différentes une même tâche
  • la différenciation successive : différentes méthodes, supports, outils, situations, démarches d’apprentissage vont être utilisées pour travailler une même notion. Chaque élève a ainsi un maximum de chance de trouver, au moins de temps en temps, une méthode qui lui convient.

On peut “étirer” la phase d’apprentissage et / ou  la phase d’entraînement et de fixation.

Mise en place[modifier | modifier le wikicode]

Voici un exemple de mise en place d’activités en échelons qui serait particulièrement adapté au travail de l’orthographe grammatical ou de procédures de calcul (le n devant le b et le p, multiplier par 10…).

  1. Choix d’une règle à travailler par l’enseignant, préparation d’un pré-test.
  2. Pré-test qui permet de distinguer ceux qui réussissent le test (les élèves x) et ceux qui ont des erreurs (élèves y).
  3. Aux élèves x sont proposés des exercices de fixation, les élèves y travaillent en groupe avec l’enseignant : correction collective du pré-test et formulation de la règle.
  4. Les élèves x doivent écrire une fiche de synthèse qui explicite la règle travaillée. Après validation avec l’enseignant, les élèves reçoivent une carte “prof” ou “expert”. Pendant ce temps, les élèves y commencent des exercices de réinvestissement.
  5. Les élèves x peuvent circuler dans la classe pour donner des explications, corriger des exercices terminés par les élèves y.
  6. Ceux qui sont encore fragiles peuvent faire une deuxième phase collective avec l’enseignant. Au fur et à mesure, les élèves qui maîtrisent et ceux qui ne maîtrisent pas tout à fait sont mélangés, par paires ou petits groupes.

Avantages[modifier | modifier le wikicode]

  • Au cours de la séance chaque enfant peut recevoir l’attention de l’enseignant.
  • Les différentes étapes permettent de s’assurer de la compréhension de tous.
  • Les élèves restent actifs tout au long de la séance et ce, quelque soit leur degré de maîtrise de la règle travaillée. Les élèves sont actifs, ils peuvent se déplacer, poser des questions, solliciter l’aide d’un élève ou de l’enseignant.
  • Cette organisation favorise un climat positif dans la classe : l’objectif annoncé est clairement la compréhension de tous, chacun peut y participer. Il n’y a pas de mise en concurrence des élèves. L’organisation favorise la solidarité et le respect des différents modes et rythmes d’apprentissage.
  • Le pré-test permet à chacun de se positionner clairement et d’engager un processus d’évaluation formative (qu’est-ce que je sais faire ? pas encore ? pas tout à fait ?).

Limites[modifier | modifier le wikicode]

  • Cette démarche porte sur des procédures simples de type, mémorisation et application d’une règle. Il apparaît plus difficile de l’appliquer à des compétences complexes. Il faudrait voir comment transposer la démarche en échelons à des situations problèmes.
  • Pour que l’enseignant puisse se consacrer à l’observation de chacun des élèves il faut que la préparation soit très rigoureuse en amont.
  • La démarche didactique n’est pas différenciée, c’est le temps passé sur l’apprentissage qui est différent d’un élève à l’autre.

< Précédent | Suivant >