Leçons de niveau 2

Dialectes français d'Afrique/Le Français dans l'île Maurice

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le Français dans l'île Maurice
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Dialectes français d'Afrique
Chap. préc. :Français de La Réunion
Chap. suiv. :Sommaire

Exercices :

Français dans l'île Maurice
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Dialectes français d'Afrique : Le Français dans l'île Maurice
Dialectes français d'Afrique/Le Français dans l'île Maurice
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

L' île Maurice a été une colonie française (1715-1810) puis une colonie anglaise (1810-1968). C'est à présent une république.

  • Le créole (le morisyen) y est parlé par environ 80 % des Mauriciens.
  • Il n'y a pas de langue officielle dans la constitution de la république mais en fait, l'anglais joue ce rôle. C'est la langue du parlement, de l'administration et de l’enseignement.
  • En 2003, le français est bien connu par environ 15 % des habitants et est compris par 57 % de la population[1]
  • En 2014, environ 69 % des habitants de l'île disent comprendre le français (même si certains le maîtrisent mal)[2].
  • Pour environ 3,5 % de la population, le français est la langue parlée à la maison.

Les journaux francophones[modifier | modifier le wikicode]

La presse est principalement en français =

quotidiens
Le Mauricien
L' Express
Le Défi quotidien
Le Matinal
hebdomadaires
Week-end
5-Plus
Le Défi plus
...

Télévision et radio[modifier | modifier le wikicode]

environ la moitié des émissions sont en français.

Le parlement[modifier | modifier le wikicode]

Pour être éligible, il faut maîtriser l'anglais mais les députés peuvent intervenir en français.

Littérature francophone[modifier | modifier le wikicode]

La littérature mauricienne est vieille de deux siècles. Certain auteurs sont internationalement connus comme J.M.G. Le Clézio, lauréat du prix Nobel de littérature en 2008.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Le Monde diplomatique, septembre 2014, Supplément île Maurice
page IV, Tirthankar Chanda, Francophonie paradoxale
  1. données par l'OIF en 2003
  2. Tirthankar Chanda, Francophonie paradoxale