Leçons de niveau 18

Coaching/Votre direction volontaire

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Votre direction volontaire
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : Coaching
Chap. préc. :Votre énergie mentale
Chap. suiv. :Votre jugement arbitraire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Coaching : Votre direction volontaire
Coaching/Votre direction volontaire
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

§ C7. VOTRE DIRECTION VOLONTAIRE[modifier | modifier le wikicode]

    Notre fonction volontaire est la seule dont le pouvoir opératif se caractérise par un vouloir, les autres sont vivantes mais réactives, encore que dans certaines circonstances nous pouvons en douter. C’est le cas quand elles deviennent dominantes,  comme l’analytique 2 dans le rêve lucide et le joker 9 dans des expériences mentales particulières que certains qualifient de mystiques, où elles apparaissent vouloir passer un message où insuffler leur aspiration à l’évolution de notre être. Mais ceci n’est peut-être qu’une apparence, la fonction volontaire bien qu’effacée est alors à leur service et pourrait partager avec elles cette propriété de son pouvoir, de même que notre conscience partage en permanence son contenu avec toutes nos fonctions mentales. Ce qui distingue une activité volontaire, c’est son intentionnalité de faire ou d’obtenir quelque chose. Ainsi, la pathologique 3 n’est pas volontaire, son activité réactive aux événements a des conséquences pour l’être, mais il serait illusoire d’y voir une intention.
    La direction volontaire 7d est le siège du sentiment du soi, qui n’émerge comme sous-produit stérile nulle part ailleurs. La philosophie et la psychologie accordent beaucoup d’attention à se sentiment car il est source de problèmes, mais là n’est pas la véritable ressource de la volontaire. Ce qui la caractérise, c’est la liberté sans limite de vouloir, ce qu’on appelle le libre arbitre, qui est socialement reconnu à tous dans les sociétés de culture humaniste. Cette fonction étant souveraine dans le métacontexte de veille, la société ne se préoccupe pas de l’éduquer, elle cherchera plutôt à la corrompre et à l’aliéner, or il faut savoir qu’à notre naissance cette fonction est totalement ignorante et qu’elle va devoir durement apprendre à bien faire dans les épreuves qui l’attendent au cours de notre vie.
    La plus grande partie des hommes utilisent la volontaire pour diriger leurs comportements physiques, conduire leurs actes, et rien de plus, comme si cette liberté d’agir comblait leur ignorance. En se limitant à cela, ils restent au niveau de l’animal qui sait très bien diriger ses gestes, il suffit de regarder un chat pour s’en convaincre. Ces hommes restent sur un inné sans chercher à acquérir plus. Cependant la direction volontaire n’est pas seulement responsable de notre survie, mais aussi de notre évolution mentale, qui la concerne au premier chef. Comme il faut bien reconnaître qu’elle ne sait pas faire, qu’elle a besoin des autres fonctions pour l’aider à atteindre ses objectifs, mais qu’elle ne sait pas non plus comment bien les solliciter, alors que les autres fonctions ont pour mission de l’aider, il faut qu’elle apprenne. C’est le but de nos cours et de ces coachings. Nous pourrions mesurer l’évolution mentale d’une personne sur la seule base de l’efficacité de sa direction volontaire 7d.
    Cette fonction 7d appartient au tétraèdre central des grands barons de notre vie mentale, qui comprend en outre le jugement arbitraire 7j, l’analytique 2 et le joker 9. C’est ici que se construisent les équilibres et l’évolution de l’être vivant, ici que les problèmes se résolvent, les autres fonctions étant soit assujetties aux premières (concentration, motrice et remémoration), soit relativement indépendantes dans l’accomplissement de leurs tâches (conscience 5 et pathologique 3). C’est le fonctionnement de ce tétraèdre que nous allons découvrir, ressentir et étudier aujourd’hui.

Exercice[modifier | modifier le wikicode]

    Pour illustrer cette étude et se mettre dans une situation réelle, le coach demandera à chaque participant de soumettre un problème, que le groupe devra résoudre. Il choisira ensuite un ou deux problèmes à traiter parmi ceux qui lui paraîtront les plus pertinents. Seront donc écartées des questions du genre de celles portant sur l’existence de Dieu et les paradoxes de la mécanique quantique, sinon vous perdrez tout le monde.  Ces problèmes devront être concrets et pouvoir intéresser tout le groupe dans le domaine matériel ou spirituel. C’est du brainstorming, donc il ne faut pas hésiter à s’embarquer dans l’inconnu, c’est justement le but de l’exercice.
    Le but de cet exercice n’est pas tant de résoudre un problème (quoique vous puissiez être surpris des résultats), que de faire ressentir aux participants les interactions des quatre fonctions du tétraèdre central en réponse à un questionnement. Les questions sont souvent mal posées, non conformes à de véritables propositions de sens pouvant être mentalement prises en compte, et n’être que de simples phrases vides de sens qui tomberont dans la corbeille. Il sera utile de mettre les participants en méditation pour une formulation non verbale du problème, pour que chacun situe ce problème dans la hiérarchie de son tableau d’objectif, pour que le coach puisse inviter les participants à faire des gestes mentaux dirigées vers telle fonction. Tous les participants doivent se sentir à l’aise pour parler, mais le coach veillera à ce que le groupe ne reste pas dans un débat purement conceptuel, et aura à recentrer le groupe en cas de dérapage.

Débriefing[modifier | modifier le wikicode]

    En principe la restitution aura eu largement lieu lors de l’exercice précédent puisque chacun aura été invité à s’y exprimer. Le coach se bornera donc à répondre aux questions diverses et à demander si certains ont rencontré des difficultés pendant l’exercice.